top of page

 

 

Un

Simple

Commentaire

Sur l’épître

Aux

Éphésiens

par Rénald Leroux

Page Info

 

Un simple commentaire sur l’épître aux Éphésiens© Copyright 2023 par Rénald Leroux Jr.

 

Vous pouvez utiliser ce commentaire pour usage personnel ou comme outil pour l'enseignement, en autant que vous ne changiez pas le texte et que vous donniez crédit à l'auteur pour cette œuvre. Vous pouvez copier ou photocopier ce texte, mais vous ne pouvez le vendre. Ce commentaire vous est offert gratuitement.

 

Le texte d’Éphésiens provient de la traduction Louis Segond (1910), ainsi que les autres versets utilisés dans ce commentaire; sauf quand cela est indiqué.

 

Je désire remercier Monique Desrosiers ainsi que Zak Kenney pour leur aide respective dans le ministère de Zeloo, pour l’avancement et d’édification des vrais Chrétiens dans le monde entier.

BIBLIOGRAPHIE

 

Complete Word Study New Testament, Edited by Spiros Zodhiates, A.M.G Publishers, Chattanooga, Tennessee, U.S.A.

 

Exhaustive concordance of the Bible, James Strong, Abingdon Pub., Nashville, Tennessee, U.S.A.

 

Expository Dictionary of New Testament Words, W.E. Vine, Thomas Nelson Publishers, Nashville, Tennessee, U.S.A.

 

Interlinear Hebrew/Greek English Bible (N-T), Jay Green Gen. Editor and translator, Ass. Pub. and Authors Inc., Lafayette, Indiana, U.S.A.

 

New Testament Word Studies, John Albert Bengel, Kregel Pub., Grand Rapids, Michigan, U.S.A.

 

Word studies in the New Testament, Marvin R. Vincent, Eerdmans Pub. Co., Grand Rapids, Michigan, U.S.A.

 

Word study concordance, Edited by R.D. Winter and R.H. Winter, Pub. Cooperatively by William Carey Library and Tyndale House Pub., U.S.A.

 

Word study New Testament, Edited by R.D. Winter and R.H. Winter, Pub. Cooperatively by William Carey Library and Tyndale House Pub., U.S.A.

 

Zondervan Pictorial Encyclopedia of the Bible. General Editor M.C. Tenney, Zondervan Publishing House, Grand Rapids, Michigan, U.S.A.

TABLE DES MATIÈRES

 

Page frontispice …………………………………………………………………… p. a

Page d'informations ................................................................. p. b

Bibliographie ............................................................................ p. c

Table des matières ................................................................... p. d

 

TABLE DES MATIÈRES

 

1. Présentation générale ....................................................... p. 001

2. Prédestination en Christ ……………………………………………….. p. 003

3. Rédemption en Christ ……………………………………………………. p. 012

4. Notre héritage en Christ ………………………………………………... p. 020

5. Nos ressources en Christ ………………………………………………… p. 028

6. Notre nouvelle vie en Christ …………………………………………… p. 042

7. Le sang du Christ ……………………………………………………………. p. 056

8. La paix du Christ …………………………………………………………….. p. 063

9. Christ la pierre angulaire ……………………………………………….. p. 071

10. Le mystère révélé ………………………………………………………… p. 079

11. Le but du mystère ……………………………………………………….. p. 086

12. La prière de Paul ………………………………………………………….. p. 096

13. Marcher dans l'unité ……………………………………………………. p. 104

14. L’édification du corps de Christ*1 ………………………………… p. 110

15. L’édification du corps de Christ*2 ………………………………… p. 114

16. L'homme nouveau ……………………………………………………….. p. 122

17. Attrister le Saint-Esprit …………………………………………………. p. 134

18. Marcher en amour ……………………………………………………….. p. 142

19. Marcher comme des enfants de lumière ……………………… p. 151

20. Marcher dans la sagesse ………………………………………………. p. 161

21. Le mariage*1 (Femmes) ………………..…………………………….. p. 172

22. Le mariage*2 (Hommes) ………………………………………………. p. 178

23. Les relations …………………………………………………………………. p. 185

24. L'armure. ……………………………………….…………………………….. p. 195

25. Prière et conclusion………………………………………………………. p. 204

table-contents-ephesians
01-ephesians

L’épître aux Éphésiens

01 – Introduction

 

AUTEUR :

 

Les premiers Pères de l'église tels que : Clément de Rome, Ignace, Hermas et Polycarpe croyaient que Paul en était l'auteur. Cela semble aller de soi, car dans le premier verset, l'apôtre Paul se déclare être l'auteur de cette épître. Il y a beaucoup d'informations autobiographiques dans cette épître qui soulignent que Paul a écrit le livre aux Éphésiens :

 

- 1 :1, il prétend être l'auteur

- 3 :2-6, il écrit sur son intendance

- 3 :7-13, il écrit à propos de son apostolat

- 3 :1; 4 :1; 6 :20, il écrit sur son emprisonnement

- 6 :21,22, il demande des prières personnelles

 

DATE ET LIEU

 

Paul était à Éphèse pendant une période de trois ans (Actes 19 :1 - 20 :1) vers 52 à 55 après JC. Plus tard, il a rendu visite aux dirigeants de l'église (Actes 17 :20-38) sur son chemin vers Jérusalem. Il a d'abord été arrêté à Césarée vers 57-59 après JC, puis une deuxième fois à Rome en résidence surveillée (Actes 28 :16-31) vers 60-62 après JC. Il semble qu'il soit mort au plus tard vers 63-65 après JC. Paul a écrit cette épître depuis sa prison (Ép. 3 :1; 4 :1; 6 :20) MAIS de quelle prison - Césarée ou Rome ? Personne n'est certain. La plupart pensent qu'elle a été écrite de Rome entre 62 et 63 après JC.

 

LES DESTINATAIRES

 

Cette lettre a été écrite aux croyants d'Éphèse, et elle semblait être conçue comme une "lettre circulaire" à lire par les églises d'Asie Mineure occidentale. C'était une coutume que les lettres soient lues, copiées et envoyées à d'autres églises pour leur bénéfice. Éphèse a été fondée vers 1 100 avant JC, et était sous la domination des Perses, des Grecs, des Macédoniens, et enfin de Rome en 69 avant JC et pendant les deux cents années suivantes. Elle était connue pour son temple d'Artémis (Diane en latin) qui était en marbre. Les dimensions étaient de 220 x 425 et il mesurait 60 pieds de haut. Il est considéré comme l'une des sept merveilles antiques du monde, et était le plus grand temple de Grèce ! Éphèse était la ville principale de la nécromancie et de l'exorcisme. Plusieurs autres dieux et déesses étaient également vénérés à Éphèse tels que : Aphrodite, Apollon, Athéna, Dionysos, Héraclès, Pan, Zeus et bien d'autres. À flanc de colline se trouvait un immense théâtre pouvant accueillir jusqu'à 24 000 personnes ! Il y avait aussi une synagogue juive à Éphèse (Actes 19 :8), manifestant qu'il y avait une population juive dans cette ville. Éphèse était le centre du culte de l'Empereur, qui en vint à avoir trois temples dans cette même ville ! On pense que la population d'Éphèse était d'environ 250 000 habitants, ce qui en fait la quatrième plus grande ville de l'Empire romain après Rome, Alexandrie et Antioche. C'était aussi un port très important, et des navires du monde entier venaient faire du commerce.

 

BUT ET THÈME

 

Parce que cette ville avait une telle variété de personnes, de religions et de philosophies, Paul avait besoin de régler certaines questions théologiques. Les chrétiens avaient aussi besoin d'être encouragés à vivre une vie digne de leur vocation. Éphèse était connue pour son style de vie libertaire, son idolâtrie et ses diverses philosophies de vie. Voici les thèmes sur lesquels Paul écrit :

 

- L'immensité de Dieu

- Le Christ exalté

- Le salut de l'âme

- La position des croyants "en Christ"

- L'unité entre Juifs et Gentils

- La guerre entre les chrétiens et les puissances sataniques

- Les obligations morales du disciple du Christ

- L'Église en général

 

La lettre aux Éphésiens est l'une des quatre lettres que Paul a écrites lorsqu'il était en prison. Les autres étaient destinées aux Colossiens, aux Philippiens et à Philémon. Éphésiens était le livre de la Bible préféré de Jean Calvin.

retour au menu

02-ephesians

L’épître aux Éphésiens

02 – Prédestination en Christ

 

Éphésiens 1

1 Paul, apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, aux saints qui sont à Éphèse et aux fidèles en Jésus-Christ:

2 Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ!

3 Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ!

4 En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui,

5 nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d'adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté,

6 à la louange de la gloire de sa grâce qu'il nous a accordée en son bien-aimé.

(LSG)

 

Aux versets un et deux, nous trouvons l'introduction ou la salutation de sa lettre.

 

1 Paul, apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, aux saints qui sont à Éphèse et aux fidèles en Jésus-Christ:

 

Cette lettre a été écrite pour être lue par ceux qui appartiennent à la famille de Dieu, à ceux qui ont été adoptés par le Seigneur Dieu (Rom. 8 :15,23; Gal. 4 :5). Le mot « saints » (HAGIOS) signifie : sacré, pur, irréprochable. C'est ce qu'ils sont devenus aux yeux de Dieu. Cette grâce est incommensurable ! Ces croyants nés de nouveau sont appelés « fidèles » (PISTOS) signifiant : véridique, fidèle, fiable. Ils ne jouent pas à "l'église" ou à "faire semblant" d’être chrétiens. Ils sont sincères et très attachés à leur Sauveur.

 

Nous voyons aussi que Paul est devenu un apôtre de Jésus-Christ uniquement par la volonté de Dieu. Le mot « volonté » (THÉLEMA) veut dire : un désir, un acte qui détermine. C’est Dieu qui a déterminé que Paul allait devenir un apôtre.

 

Actes 9

15 Mais le Seigneur lui dit: Va, car cet homme est un instrument que j'ai choisi, pour porter mon nom devant les nations, devant les rois, et devant les fils d'Israël;

16 et je lui montrerai tout ce qu'il doit souffrir pour mon nom.

 

Personne ne peut se substituer au désir et à la volonté de Dieu. Personne ne peut décréter qu’il a l’autorité divine pour nommer des gens dans des positions ecclésiastiques.

 

2 Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ!

 

« Que la grâce et la paix » - c'est ce qui est donné aux enfants de Dieu. Tout d'abord, la « grâce », parce que Dieu n'avait, en fait, pas à nous donner quoi que ce soit. Lorsque Dieu allait détruire le monde à cause de sa méchanceté, Noé et sa famille ont été sauvés pour la raison suivante :

Genèse 6

8 Mais Noé trouva grâce aux yeux de l'Éternel.

 

C'est aussi par la grâce que Dieu donne le salut au croyant. Dieu est intervenu dans l'histoire de l'humanité en gardant la promesse qu'Il avait faite dans le jardin d'Éden (Gen. 3 :15), et en envoyant le Messie qui a vaincu le malin.

Actes 15

11 Mais c'est par la grâce du Seigneur Jésus que nous croyons être sauvés, de la même manière qu'eux.

 

La grâce est toujours présente dans la vie du croyant. Même nos dons spirituels sont donnés par grâce. Dieu équipe Ses enfants de différentes qualités et capacités spirituelles, afin qu'ils soient capables de produire des fruits qui le glorifieront et édifieront le Corps du Christ.

Romains 12

6 Puisque nous avons des dons différents, selon la grâce qui nous a été accordée, que celui qui a le don de prophétie l'exerce selon l'analogie de la foi;

 

Les croyants reçoivent la grâce, car c'est aussi par la grâce qu'ils sont amenés dans le royaume de la lumière. Le salut est par la grâce et la grâce seule (Ép. 2 :8-10). De sa naissance spirituelle à son dernier souffle - la grâce du Seigneur Dieu est sur Son enfant. Si vous êtes un vrai croyant, alors reconnaissez avec joie le grand don de la grâce dans votre vie. Honorez le Seigneur de tout votre être et glorifiez-le en toutes choses.

 

La deuxième bénédiction est la « paix ». C'est Dieu qui a initié le rétablissement de la paix avec Ses créatures déchues. L'humanité est absolument incapable de faire la paix avec Dieu. Sa nature même la pousse à être rebelle, désobéissante et provocatrice. Chaque être humain est en guerre contre Dieu et ils sont devenus ses ennemis (Rom. 5 :10; Col. 1 :21). À cause de Sa grâce, Dieu est disposé à faire la paix avec tous ceux qui se repentent et reçoivent Christ comme leur Sauveur.

Romains 5

1 Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ,

2 à qui nous devons d'avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu.

 

Qu'est-ce qu'une personne pourrait demander de plus ? Nous avons la grâce et la paix parfaites de la main même du Seigneur Tout-Puissant. La guerre est finie, notre Messie a gagné la bataille. L'ennemi a été vaincu et donné en spectacle.

Colossiens 2

13 Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses;

14 il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix;

15 il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix.

 

Au verset deux, Paul dit aux frères d'où viennent cette grâce et cette paix.

v.2 … vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ!

 

Ils viennent de Dieu notre Père et de Jésus-Christ notre Seigneur. Veuillez noter que Dieu est appelé « notre Père » (PATER) signifiant : un père ou un parent. Puisque le Seigneur Dieu considère les croyants en Christ comme Ses enfants, ils considèrent à leur tour Dieu comme leur père céleste. Il serait insultant de refuser de croire que cela est vrai. Imaginez un enfant qui renonce à ses bons parents, et à quel point cela doit être déchirant pour eux. Imaginez que le Père donne Son Fils unique et place Sa colère sur lui pour le sauver de Son jugement; et plus tard cet enfant bien-aimé refuse de croire que Dieu est réellement devenu son Père ! Cela aussi doit être déchirant pour le Seigneur ! La grâce et la paix ne se trouvent jamais en dehors de notre Père céleste et de notre bien-aimé Seigneur Jésus-Christ, par l’Esprit-Saint. Ne vous y trompez pas, beaucoup ont essayé, mais ont trébuché ! À cause de la grâce et de la paix, l'apôtre Paul se réjouit profondément, et nous dit pourquoi nous devrions aussi nous réjouir.

3 Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ!

 

Certains utilisent ce verset pour prouver que Jésus n'est pas une divinité, parce que le Père est Son Dieu (Dieu, le père de notre Seigneur Jésus-Christ). Par conséquent, ils ont pensé qu'Il ne peut pas être Dieu puisqu'il n'y a qu'un seul Dieu. Ces gens oublient que les Écritures parlent de Jésus incarné. Quand Emmanuel (Dieu avec nous) a pris chair et est né de Marie, cet enfant, le dernier Adam (1 Cor. 15 :45) comme on l'appelle aussi, était parfaitement homme et COMME HOMME, Dieu le Père était son Dieu et il dépendait de lui dans tous les aspects de sa vie. Ne croyez jamais que Jésus n'était qu'un homme, car Il était « Dieu qui a pris chair ».

1 Timothée 3

16 Et, sans contredit, le mystère de la piété est grand: celui qui a été manifesté en chair, justifié par l'Esprit, vu des anges, prêché aux Gentils, cru dans le monde, élevé dans la gloire.

 

Nous devons nous réjouir de ce que le Père et le Fils ont fait pour nous, et nous devons également être certains de les honorer et de les bénir. Tout notre être devrait viser à bénir notre Seigneur Dieu. Paul nous enseigne ce que Dieu a fait pour le croyant :

v.3 … qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ!

 

Veuillez noter que les croyants ont été bénis « de toutes sortes de bénédictions spirituelles ». La bénédiction n'est pas partielle, mais totale ! Il n'y a aucune bénédiction qui a été laissée de côté, aucune bénédiction qui est perdue ou oubliée. Les bénédictions du Père sont sur tous Ses enfants ! Ici, nous voyons aussi que la source de nos bénédictions n'est pas terrestre, mais céleste – « dans les lieux célestes ». Les mots « lieux célestes » (EPOURANIOS) signifient : au-dessus du ciel, céleste. Cela signifie que les vraies bénédictions sont celles qui viennent d'en haut et qui comblent les enfants de Dieu. Les bénédictions pures, vraies et durables viennent de Dieu, qui est dans les lieux célestes. Les croyants ne doivent pas confondre la richesse et les possessions terrestres comme étant automatiquement de Dieu. Car les vraies bénédictions sont spirituelles et les souffrances terrestres n'ont aucun poids comparé à l'héritage qui attend les enfants de Dieu (Rom. 8 :17,18).

 

Paul nous enseigne également que ces bénédictions sont « en Christ », quelles qu'elles soient ! Maintenant, Paul parlera de ces bénédictions spirituelles qui viennent d'en haut et résident « en Christ ». Rappelez-vous de ce que j'ai dit au verset un. Paul parle de la « volonté de Dieu » qui est souvent incompréhensible, et doit simplement être acceptée. Eh bien, les trois bénédictions spirituelles que nous sommes sur le point de voir relèvent de cette catégorie. La première bénédiction spirituelle se trouve au verset quatre :

4 En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui,

 

Paul nous enseigne que Dieu a choisi certaines personnes pour recevoir un privilège très spécial. Le mot « élus » (EKLEGOMAI) signifie : sélectionner, faire un choix, choisir. Beaucoup de chrétiens sont offensés dès que nous mentionnons que Dieu choisit certaines personnes et pas d’autres. En fait, Dieu fait tout le temps des choix !

 

- Il a choisi Énoch pour l'emmener au ciel

- Il a choisi Noé et sa famille pour les sauver du déluge

- Il a choisi Abram pour être le chef spirituel d'une grande multitude

- Il a choisi Israël parmi toutes les familles de la terre pour devenir son peuple

- Il a choisi David parmi ses sept autres frères pour devenir roi

- Il a choisi la ville de Jérusalem pour y faire résider Son temple

- Il a choisi Marie pour porter Son fils

- Jésus a choisi Ses douze disciples

- Dieu a choisi Paul pour être l'apôtre des Gentils

 

Je pourrais continuer encore et encore, mais pour certains, il est offensant de voir que Dieu choisit pour lui-même des personnes qui seront avec lui pour toujours et qui reçoivent Ses faveurs; tandis qu'Il laisse les autres continuer sur leur chemin naturel. Je ne suis pas offensé. Je ne comprends pas le comment ni le pourquoi, mais je suis juste reconnaissant d'avoir reçu le salut ! Nous devons faire la paix avec cela, sans jamais oublier ce qui suit :

 

Esaïe 55

8 Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l'Éternel.

9 Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées.

 

Ce choix est « en lui » ou en Jésus-Christ si vous préférez. Cela signifie que la possibilité d'être choisi est basée sur les œuvres de Jésus-Christ en notre faveur. S'il n'y avait pas eu Christ, aucun d'entre nous n'aurait pu être choisi, puisque nous sommes tous des pécheurs et des ennemis de Dieu. C'est la raison pour laquelle les vrais croyants devraient toujours être reconnaissants envers Christ, qui s’est substitué à nous sur la croix. Christ est mort à notre place (Rom. 5 :8; 1 Thess. 5 :10). Maintenant, quand ce choix s'est-il produit ?

 

v.4 … Dieu nous a élus avant la fondation du monde

 

Ici, nous voyons que des gens ont été choisis ou élus si vous préférez AVANT la fondation de l'univers ! Le mot « avant » (PRO) signifie : devant, au-dessus, avant le temps. Donc, en tant que vrai croyant, j'ai été choisi avant :

 

- De naître

- Que je ne puisse faire n'importe quelles actions ou travaux

- De connaître Dieu

 

Cela prouve que ce que j'ai fait dans la vie n'a, en aucune façon, aidé Dieu à me choisir - comme l'écrit Paul dans Romains :

 

Romains 9

10 Et, de plus, il en fut ainsi de Rébecca, qui conçut du seul Isaac notre père;

11 car, quoique les enfants ne fussent pas encore nés et qu'ils n'eussent fait ni bien ni mal, -afin que le dessein d'élection de Dieu subsistât, sans dépendre des oeuvres, et par la seule volonté de celui qui appelle, -

12 il fut dit à Rébecca: L'aîné sera assujetti au plus jeune;

13 (9:12) selon qu'il est écrit: (9:13) J'ai aimé Jacob Et j'ai haï Ésaü.

14 Que dirons-nous donc? Y a-t-il en Dieu de l'injustice? Loin de là!

15 Car il dit à Moïse: Je ferai miséricorde à qui je fais miséricorde, et j'aurai compassion de qui j'ai compassion.

16 Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde.

 

Que procure ce choix au croyant bienheureux ?

v.4 … pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui,

 

La première bénédiction est divisée en deux. Premièrement, c'est qu'ils sont devenus « saints » (HAGIOS) signifiant : sacré, pur, irréprochable. Cela signifie que les croyants sont devenus un peuple à part pour Dieu, comme Pierre nous l'enseigne (1 Pierre 2 :9,10). Ils sont déclarés saints par le Seigneur Dieu, parce qu'ils ont été purifiés de tous leurs péchés (Héb. 8 :12; 10 :17). Deuxièmement, ils sont devenus « irrépréhensibles devant lui ». Cela signifie qu'ils (et les croyants d'aujourd'hui) ne peuvent plus être blâmés pour quoi que ce soit ! Le mot « irrépréhensibles » (AMOMOS) signifie : sans tache, sans blâme.

 

La deuxième bénédiction spirituelle est :

5 nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d'adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté,

 

Remarquez que c'est l'AMOUR de Dieu (v.4) qui le pousse à combler Ses enfants de si grandes bénédictions.

 

« Nous ayant prédestinés » – Dieu manifeste Son amour dans Sa prédestination des élus. Le mot « prédestinés » (PROORIZO) signifie : limiter à l'avance, prédéterminer. La prédestination suppose d'avoir un plan unique pour ceux qu'Il a choisis, un plan différent de tous les autres. Ici, nous voyons que Dieu a un plan parfait et merveilleux pour la vie de chacun de Ses élus. Son plan prédestiné pour les élus est « l'adoption par Jésus-Christ ». Le mot « adoption » (HUIOTHESIA) signifie : l’adoption d’un fils dans une famille, l'adoption. Le plan spécial de Dieu est que nous fassions partie de Sa famille. Il « adopte » les gens pour les faire siens. Les vrais croyants sont devenus Ses fils et Ses filles, et Il est devenu leur Père. À cause de cela, ils reçoivent maintenant les avantages d'avoir Dieu comme Père, et des avantages encore plus grands viendront quand nous serons dans Son royaume. Remarquez que cela n'est possible que « par Jésus-Christ » et UNIQUEMENT par Jésus-Christ. Une église, une dénomination, une organisation religieuse, une personne, un rituel et rien d'autre d'ailleurs ne pourra jamais vous accorder le privilège de devenir un enfant de Dieu (Jean 1 :12,13). Tout cela (la prédestination et l'élection comme fils et filles) est fait :

v.5 … selon le bon plaisir de sa volonté

 

L'idée de « bon plaisir » (EUDOKIA) signifie : le plaisir, la gentillesse, le désir. En d'autres termes, cela signifie que :

 

- Ce que Dieu a fait, Il l’a fait pour Son plaisir

- Rien ne l’y a obligé

- C'était Sa volonté, Son désir d’accomplir Son plan

 

Le plan de Dieu pour nous est donc rempli du plaisir et de la volonté de Dieu. Étant donné que Sa volonté est parfaite, Son plan pour nous est également parfait - nous ne pouvons pas en demander plus. Nous devrions garder cela à l'esprit lorsque nous voyons que les choses ne vont pas comme nous le voulons. Les croyants pensent souvent que les circonstances devraient toujours aller dans le même sens qu’ils le souhaitent. En d'autres termes, nous croyons que nous sommes plus intelligents et plus sages que le Seigneur Dieu; quelle erreur tragique. C’est un réel réconfort que de savoir et d'accepter que la volonté pour les enfants de Dieu soit parfaite, comme ce verset nous le rappelle :

Romains 8

28 Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.

 

Or tout cela : l'élection, la prédestination et l'adoption ne sont que pour une chose.

6 à la louange de la gloire de sa grâce qu'il nous a accordée en son bien-aimé.

 

C'est à nous de comprendre que ce qui nous a été donné par Jésus-Christ, c'est pour la « louange de la gloire de sa grâce » – pas pour notre propre louange ou même notre bénéfice ! Les vrais croyants vivent pour donner gloire et louange à Sa grâce qu'Il a donnée dans le Fils bien-aimé. Cela donne un sens à notre vie ! Que tous les enfants de Dieu vivent en se souvenant ce que Dieu le Père a fait pour eux, par Jésus-Christ.

retour au menu

03-ephesians

L’épître aux Éphésiens

03 – La rédemption en Christ

Éphésiens 1

7 En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce,

8 que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d'intelligence,

9 nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu'il avait formé en lui-même,

10 pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre.

(LSG)

 

Après avoir parlé de Dieu concernant :

 

- L'élection (le choix d'un peuple qui lui appartiendra)

- La prédestination (c'est-à-dire l'organisation d'événements dans la vie des élus pour les amener à la croix)

- Et l'adoption (faire des élus Ses propres enfants)

 

Paul va maintenant continuer avec la façon dont tout cela a été rendu possible : par la rédemption qui se trouve en Jésus-Christ. Voyons d'abord ce que signifie le mot rédemption. En grec, les mots AGORADZO et EXAGORADZO sont utilisés pour notre mot « rédemption ». La racine de ces mots signifie : acheter ou achat. Un autre mot souvent utilisé est LOUTROUMAI qui signifie : une rançon. Ces mots nous donnent le portrait principal de ce que signifie notre mot RÉDEMPTION.

 

Jésus nous a rachetés en se donnant en rançon pour nous ! L'idée biblique de la rédemption implique un libérateur, et ce qu'il fait pour donner la délivrance. Comme la Bible l'enseigne clairement, Jésus-Christ est le libérateur, et Son sacrifice sur la croix était le moyen de donner la délivrance du jugement à venir. Les vrais croyants en Jésus-Christ et en Son sacrifice parfait ont été rachetés de l'esclavage du péché, libérés, et ne sont plus confrontés au jugement final.

Jean 3

36 Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.

 

C'est la rédemption en un mot ! Revenons donc à notre texte. Paul écrit :

7 En lui nous avons la rédemption par son sang

 

La rédemption se trouve UNIQUEMENT en lui (Jésus-Christ), et Paul expliquera qui est cette personne.

Actes 4

12 Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.

 

Or, dans les versets trois à six, nous avons vu que c'est Jésus-Christ qui nous a conduits à :

 

- L’élection

- La prédestination

- Et l'adoption

 

Paul continue d'écrire sur ce que Jésus a fait pour les rachetés. Paul dit qu'il n'y a qu'UN SEUL Rédempteur – il n'y en a pas d'autre ! C'est la principale différence entre le vrai christianisme et toutes les autres grandes religions du monde. Les religions indiquent ce que l'homme doit faire pour être « racheté » (bonnes œuvres, offrandes, suivre les règles, etc.), tandis que la Bonne Nouvelle nous dit ce que le Christ a fait à notre place, ce qu'Il a fait pour le croyant. Paul rappelle aux Éphésiens que la rédemption est accomplie :

v.7 … par son sang

 

La rédemption accomplie par son sang - une référence au sacrifice sur la croix où son sang a été versé. C’est toujours par le sang d’un sacrifice que le pardon arrive.

Hébreux 9

20 (9:19) en disant: (9:20) Ceci est le sang de l'alliance que Dieu a ordonnée pour vous.

21 Il fit pareillement l'aspersion avec le sang sur le tabernacle et sur tous les ustensiles du culte.

22 Et presque tout, d'après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n'y a pas de pardon.

23 Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière, que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux-là.

24 Car Christ n'est pas entré dans un sanctuaire fait de main d'homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu.

25 Et ce n'est pas pour s'offrir lui-même plusieurs fois qu'il y est entré, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire avec du sang étranger;

26 autrement, il aurait fallu qu'il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde, tandis que maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice.

27 Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement,

 

Quand Adam et Ève ont péché - Dieu a couvert leurs corps nus avec des peaux d'animaux. C'était la première fois que du sang était versé pour « couvrir le pécheur ». Plus tard, lorsque Caïn et Abel ont apporté des sacrifices à Dieu, seul celui d'Abel a été accepté - c'était un agneau de son troupeau qui a été tué. Dans toute la Bible, c'est le sang d'une victime innocente qui accorde le pardon des péchés.

 

Voici ce qui est écrit dans le livre aux Hébreux :

Hébreux 10

11 Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés,

12 lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s'est assis pour toujours à la droite de Dieu,

13 attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied.

14 Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés.

 

C'est le sang du Christ qui nous nettoie, qui enlève nos péchés.

v.7 … la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce,

 

La rédemption est le pardon des péchés (Jérémie 31 :34; Héb. 8 :12, 10 :17). Ce pardon a un coût – non pas pour les rachetés, mais pour le Rédempteur. Quand nous disons que le salut est un don de Dieu (Jean 3 :16), c'est la vérité; mais comme pour tous les autres dons (même ceux que nous offrons), un prix est payé par celui qui donne. Le pardon n'est donné que parce qu'un prix a été payé, pour permettre à ce pardon d'être offert. Ce cadeau de rédemption est le cadeau ABSOLU, que n’importe qui peut recevoir - ne l'oublions jamais ! Que chaque vrai croyant manifeste son attachement, son amour et sa gratitude envers Dieu Tout-Puissant qui a rendu tout cela possible.

v.7 … selon la richesse de sa grâce

 

Paul nous dit d'où vient ce pardon. Il provient de la grâce de Dieu. Le mot « grâce » (CHARIS) signifie : grâce, faveur, don. Cette rédemption est offerte comme un cadeau et NON comme quelque chose qui est dû (Rom. 11 :6). La grâce de Dieu s'est manifestée à travers son désir d'assurer le salut par la croix de Christ, Son fils unique. Cette grâce est « selon » (KATA) signifiant : environ, quant à; c'est selon Ses « richesses ». Dieu est rempli de grâce et Il déverse Sa grâce sur Ses enfants. Il ne les arrose pas de grâce, mais les inonde littéralement comme quand quelqu'un se jette à la mer ! Dieu est riche en grâce et cela surpasse tous nos besoins de pardon. Paul écrit ce qui suit au sujet de la grâce de Dieu :

8 que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d'intelligence,

 

C'est le mot « abondamment » qui décrit comment Sa grâce nous est donnée. « Abonder » (PERISSEUO) signifie : surabonder en qualité ou en quantité, être en excès, au-delà. C'est ainsi que Dieu nous accorde Sa grâce. C'est excessivement au-delà de tout ce dont Ses enfants n’auront jamais besoin. Nous ne pouvons jamais manquer de la grâce de Dieu - Amen ! Puissions-nous nous réjouir de Ses richesses qui nous sont données. Maintenant, tout ce don de grâce est fait avec :

v.8 … par toute espèce de sagesse et d'intelligence,

 

Nous pouvons voir que la rédemption que Dieu nous a donnée par Jésus‑Christ n'a pas été pensée de manière frivole. La rédemption a été conçue par la sagesse et l’intelligence de Dieu. Cela a été fait dans la « sagesse » (SOPHIA) : sagesse verbale ou spirituelle. Ici, Paul parle de la sagesse de Dieu qui est au-dessus de toute compréhension humaine. Elle a également été donnée avec le sens de « l’intelligence » (PRONESIS) : une action ou une activité mentale. Dieu a profondément réfléchi Son concept de salut. Il a été extrêmement bien pensé par Dieu, le Père, le Fils et le Saint‑Esprit, puisque tous les trois ont pris part au processus de la rédemption. Lorsque nous défions la rédemption de Dieu, que ce soit celui qui la reçoit ou la manière dont elle est reçue, nous nous opposons à la sagesse et l’intelligence de Dieu.

 

Paul continue avec la phrase suivante :

9 nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu'il avait formé en lui-même,

 

Au verset un, Paul parle de la « volonté de Dieu » et nous avons dit que nous ne pouvons pas pleinement comprendre et apprécier Sa volonté. Job a eu une rencontre sérieuse avec le Seigneur. Dans les chapitres trente-huit à quarante-deux, Dieu pose une série de questions à Job, simplement pour lui manifester qu'il était insensé de croire qu'on puisse le comprendre complètement ou défier Ses voies. À un certain moment, en réponse à Dieu, voici ce que Job a dit :

Job 40

1 L'Éternel, s'adressant à Job, dit:

2 Celui qui dispute contre le Tout-Puissant est-il convaincu? Celui qui conteste avec Dieu a-t-il une réplique à faire?

3 Job répondit à l'Éternel et dit:

4 Voici, je suis trop peu de chose; que te répliquerais-je? Je mets la main sur ma bouche.

5 J'ai parlé une fois, je ne répondrai plus; Deux fois, je n'ajouterai rien.

 

Comme Job, les croyants doivent simplement accepter la volonté de Dieu en sachant qu'Il est parfait en toutes choses. Paul dit que Sa volonté est un "mystère" - il n'est donc pas étonnant que nous ne comprenions pas toutes les voies du Seigneur Dieu. Il dit aussi que Dieu a fait connaître une partie de ce mystère. Je dis "en partie", uniquement parce que nous ne connaîtrons jamais pleinement Dieu !

v.9 … selon le bienveillant dessein qu'il avait formé en lui-même,

 

C'est par Son bienveillant dessein qu'Il nous a fait connaître le mystère de Sa volonté. On voit que c'est seulement parce que Dieu a voulu que nous sachions certaines choses qu'Il nous rend capables de les connaître ! Il n'y a pas un seul être humain qui puisse comprendre quoi que ce soit de Dieu - À MOINS QUE Dieu ne se révèle à lui.

Jean 17

25 Père juste, le monde ne t'a point connu; mais moi je t'ai connu, et ceux-ci ont connu que tu m'as envoyé.

26 Je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l'amour dont tu m'as aimé soit en eux, et que je sois en eux.

 

1 Corinthiens 2

11 Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l'homme, si ce n'est l'esprit de l'homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n'est l'Esprit de Dieu.

 

Si cela plaît à Dieu - Il vous fera connaître les choses, sinon vous ne comprendrez jamais. C'est le privilège du Seigneur Dieu de le faire et cela est incontestable !

v.9 … selon le bienveillant dessein qu'il avait formé en lui-même,

 

Nous voyons maintenant que le mystère de Sa volonté est résolu en Christ. Le Christ est le mystère vivant du Père; Il est le mystère manifesté de la volonté du Père. Son but pour nous est Christ, et c'est pourquoi c'est par Christ que nous recevons toutes nos bénédictions. Si vous écartez Christ de votre vie, si vous le mettez dans un placard et ne le sortez que le dimanche, alors vous perdez le véritable but de votre vie.

10 pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre.

 

Ce que nous voyons ici, c'est qu'il y a un temps pour tout dans le plan de Dieu. Quand le temps est venu – Christ est arrivé ! C'est aussi simple que ça. Nous ne pouvons pas précipiter le calendrier de Dieu, nous ne pouvons pas changer le calendrier de Dieu ! Dieu n'est jamais en avance, ni en retard – Il est toujours à l'heure – Son heure ! Si nos montres étaient réglées sur Son heure, nos vies seraient en harmonie avec la sienne. Quel est le but final de Dieu sur la chronologie humaine ?

v.10 … de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre.

 

Le but de la réalisation des temps est de réparer ce qui a été brisé. Pour restaurer ce qui a été brisé par le péché. Toutes choses, une fois de plus, seront réunies, dans le ciel et sur terre. Toutes choses deviendront "UN", en parfaite harmonie.

v.10 … de réunir toutes choses en Christ

 

Toutes choses ensemble en Christ – toutes sous un seul règne, un seul gouvernement et un seul roi - Jésus-Christ; parce qu'Il nous a rachetés à la croix, Jésus sera l'UNIQUE chef sur toutes choses - unies en lui. Jésus reviendra un jour régner sur Sa création. Nous serons avec notre Sauveur et Seigneur pour toute l’éternité. Il vaincra tous Ses adversaires et introduira un règne de paix comme nous le voyons dans le verset suivant :

 

Apocalypse 21

22 Je ne vis point de temple dans la ville; car le Seigneur Dieu tout-puissant est son temple, ainsi que l'agneau.

23 La ville n'a besoin ni du soleil ni de la lune pour l'éclairer; car la gloire de Dieu l'éclaire, et l'agneau est son flambeau.

24 Les nations marcheront à sa lumière, et les rois de la terre y apporteront leur gloire.

25 Ses portes ne se fermeront point le jour, car là il n'y aura point de nuit.

26 On y apportera la gloire et l'honneur des nations.

27 Il n'entrera chez elle rien de souillé, ni personne qui se livre à l'abomination et au mensonge; il n'entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l'agneau.

retour au menu

04-ephesians

L’épître aux Éphésiens

04 – Notre héritage en Christ

Éphésiens 1

11 En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d'après le conseil de sa volonté,

12 afin que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d'avance avons espéré en Christ.

13 En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l'Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis,

14 lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s'est acquis, à la louange de sa gloire.

(LSG)

 

Une fois de plus, l'apôtre Paul parlera de ce que nous recevons « en lui » – en Jésus-Christ.

11 En lui nous sommes aussi devenus héritiers

 

Tout ce que nous recevons, tout ce que nous sommes, tout ce que nous pouvons faire, tout ce que nous serons, est toujours à cause de Jésus-Christ. Seuls ceux qui sont spirituellement aveugles croient, que ce qu'ils sont devenus, ou ce qu'ils possèdent est le fruit de leur propre force.

Luc 12

19 et je dirai à mon âme: Mon âme, tu as beaucoup de biens en réserve pour plusieurs années; repose-toi, mange, bois, et réjouis-toi.

20 Mais Dieu lui dit: Insensé! cette nuit même ton âme te sera redemandée; et ce que tu as préparé, pour qui cela sera-t-il?

 

Comme Paul le dira plus tard : Éphésiens 2 :1 « Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés » - nous étions tous morts spirituellement, mais à cause de Jésus, ceux qui se sont repentis pour le salut sont devenus vivants en lui ! Le mot « prédestinés » au v.11 n'est pas le même mot grec « élus » utilisé au v.4 : « nous a élus ». Au verset quatre, le mot « élus » (EKLEGOMAI) signifie : faire un choix, choisir. Au v.11, le mot « prédestinés » (KLEROO), quant à lui, signifie : attribuer un lot, attribuer, obtenir un héritage.

 

Une bonne traduction de la Bible est essentielle, car si elle n'est pas aussi précise que possible, elle vous donnera un enseignement différent et parfois un enseignement erroné ! Juste pour le plaisir de comprendre ce que je veux dire, regardons différentes versions bibliques de la même phrase grecque.

11 En lui nous sommes aussi devenus héritiers

 

La traduction « Émile Osty » :

C’est en lui encore que nous avons été choisis comme son lot

 

La traduction « Votre Bible » :

Nous avons été choisis comme héritier

 

La traduction « Jérusalem » :

C’est en lui encore que nous avons été mis à part

 

La traduction « André Chouraqui » :

C’est en lui aussi que nous avons été choisis aussi pour héritage

 

La traduction « Darby » :

En lui, en qui nous avons aussi été faits héritiers

 

Une Bible ne doit pas être lue, parce qu'elle est plus facile à lire pour nous, mais pour son exactitude. Revenons à notre texte :

 

Les croyants ont non seulement reçu un héritage (Col. 1 :12; 3 :24; Héb. 9 :15; 1 Pierre 1 :4), mais sont en fait devenus un héritage ! Puisque les croyants sont le don du Père au Fils (oui, difficile à comprendre), ils sont devenus l'héritage de Christ (Jean 6 :39; 17 :6,9,11,24) !

v.11 …, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d'après le conseil de sa volonté,

 

Dieu a un but - un plan, et dans Son plan il y a un héritage à donner à Ses enfants. La destination ou « prédestination » (PROORIZO) signifiant : limiter à l'avance, prédéterminer; du croyant est déjà assurée. Pas besoin de s'inquiéter, car la destination finale (le paradis) est gravée dans la pierre et est immuable ! Nous avons vu que Son plan est mystérieux, inconnu et pas vraiment compréhensible, à moins qu'il ne soit personnellement révélé par Dieu à Son enfant adoptif. Mais ce que nous savons, c'est que ce plan comporte un héritage.

v.11 … suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d'après le conseil de sa volonté

 

Ici, nous voyons que c'est Dieu qui fait le travail (ENERGEO), dans le sens de « opère » : être actif, efficace. Ce que nous voyons, c'est que le Seigneur Dieu n'était pas passif et ne faisait pas que laisser passer le temps pour voir ce qui se passerait. Il était actif, comme l'écrit Paul dans « toutes choses ». L'idée derrière les mots « toutes choses » (PAS) signifie : chaque partie de la totalité. Cela nous fait comprendre que Dieu a travaillé dans tous les aspects de ce qui existe dans l'univers ! Paul rappelle aux croyants cette vérité :

Romains 8

28 Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.

29 Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.

30 Et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

31 Que dirons-nous donc à l'égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?

 

Dieu fait réellement toutes choses pour nous car nous avons vu que Dieu effectue le travail de :

 

- L’élection

- La prédestinaton

- L’adoption

- La planification

- Et maintenant tout travail

 

Imaginez, Dieu fait tout. Est-ce que Dieu fait seulement les choses agréables, les choses faciles, les choses surprenantes, les choses saines, les choses riches, les bonnes choses dans ma vie ? – Non, il fait TOUT, y compris toutes les autres choses qui arrivent à Son enfant ! Cela fait partie du mystère dont parle Paul. Il y a des choses que nous ne comprenons tout simplement pas, et que nous remettons en question. Pourquoi Dieu permettrait-il qu'une telle chose se produise ? En tant que disciple du Christ, je suis appelé à faire confiance à Dieu pour ne pas remettre en question Son plan.

v.11 … d'après le conseil de sa volonté

 

Tout est conforme à Son plan – donc Son plan n'échouera jamais. Il l'exécutera parfaitement. Son plan est aligné sur le « conseil de sa volonté ». Le mot « conseil » (BOULE) signifie : volition, dessein, conseil, volonté. Rien de ce qui est de Sa volonté ne manquera de se réaliser. Nous savons qu'il y a deux côtés dans la volonté de Dieu. Il y a la volonté permissive – Dieu permet que les choses arrivent. Il y a aussi Sa volonté absolue – ce que Dieu détermine arrivera. Ici, nous voyons que tous Ses plans pour Son enfant s’accomplissent selon le conseil de Sa volonté. Si Son but pour vous est de pouvoir apprendre à lui faire davantage confiance, alors Il peut vous placer dans une position qui vous obligera à lui faire davantage confiance ! - et ainsi de suite. C'est pourquoi il est tellement préférable pour nous d'être humbles dans notre marche avec le Seigneur. Paul va maintenant expliquer pourquoi le plan d'héritage de Dieu existe en nous.

12 afin que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d'avance avons espéré en Christ.

 

Tout Son plan, pour devenir un héritage, n'est que pour ceux qui : « d'avance avons espéré en Christ ». Le mot grec pour « d’avance avons espéré » est (PROELPIZO) et signifie : espérer d'avance, faire confiance d'abord. C'est pour ceux qui placent leur confiance en Christ pour le salut, avant même d'en recevoir la moindre preuve, comme l'écrit l'auteur d'Hébreux :

Hébreux 11

1 Or la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas.

 

Ceci démontre que la pensée, l'attention, et la vision de Dieu sont sur ceux qui espèrent en Son Fils (ont la vraie foi), comme pour personne d'autre. Les rachetés sont devenus un peuple tout à fait unique – les enfants de Dieu ! 1 Pierre dit qu'ils sont devenus : un peuple élu (1 :2), un peuple saint (1 :16), une maison spirituelle (2 :5), une nation sainte (2 :5), un sacerdoce royal (2 :9), un peuple appartenant à Dieu (2 :9).

 

L'attention de Dieu est sur tous ceux qui sont nés de nouveau, non pas à cause de leur valeur personnelle, mais à cause de ce qu'ils sont devenus « en Jésus-Christ ». Les croyants reçoivent un héritage :

v.12 … à la louange de sa gloire

 

Dieu a fait des croyants (en Jésus-Christ) pour la louange de Sa gloire ! Nous sommes maintenant de nouvelles créatures qui lui apportent louange et gloire ! Pour moi, c'est un autre mystère – comment puis-je apporter louange et gloire au Seigneur Dieu ! Je suis si misérable, comme Paul a avoué qu’il l'était aussi :

Romains 7

22 Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur;

23 mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.

24 Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort?...

25 Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!... Ainsi donc, moi-même, je suis par l'entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché.

 

Au verset treize, Paul explique les étapes franchies qui nous ont amenés à devenir un héritage pour Jésus.

13 En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l'Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis,

 

La première étape est : « après avoir entendu » - tout commence lorsque quelqu'un vous annonce la Bonne Nouvelle. Sans ce premier pas, on ne peut pas être sauvé – cela montre à quel point il est important de parler de Jésus à ceux qui nous entourent. Rappelez-vous ce que Paul a écrit au sujet de la transmission de la "Bonne Nouvelle" :

Romains 10

15 Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s'ils ne sont pas envoyés? selon qu'il est écrit: Qu'ils sont beaux Les pieds de ceux qui annoncent la paix, De ceux qui annoncent de bonnes nouvelles!

 

Au verset treize, la parole de Dieu est appelée : « l'Évangile de votre salut »; quelle belle phrase, « l'Évangile de votre salut » ! Il n'y a pas d'autre évangile, aucune autre "Bonne nouvelle" en dehors de l'Évangile du Christ. Vous souvenez-vous de ce que Paul a écrit aux Galates en parlant de se détourner de l'Évangile qui avait été enseigné ?

Galates 1

6 Je m'étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile.

7 Non pas qu'il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l'Évangile de Christ.

8 Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu'il soit anathème!

9 Nous l'avons dit précédemment, et je le répète à cette heure: si quelqu'un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème!

 

La première étape était d’entendre l'évangile de Jésus-Christ, la deuxième étape était la suivante :

v.13 … en lui vous avez cru

 

Entendre l'évangile ne nous sauve pas, lire l'évangile ne nous sauve pas, protéger l'évangile ne nous sauve pas; même mourir pour l'évangile ne nous sauve pas - seulement réellement croire dans l'évangile et se repentir nous sauve.

 

Le mot « cru » (PISTEUO) signifie : avoir la foi, croire, avoir confiance. Nous entendons, puis croyons et après cela, Dieu fait une fois de plus un travail incroyable en nous.

v.13 … et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis,

 

Nous sommes maintenant introduits à la troisième personne de la trinité - le Saint-Esprit. Après avoir cru, le Saint-Esprit prend le relais. Le Père a planifié, le Fils a exécuté le plan et maintenant le Saint-Esprit complète le plan. Les croyants sont « scellés » (SPHRAGIZO) signifiant : cacheter pour la sécurité ou la préservation. Les croyants sont « scellés », ils reçoivent une marque - le Saint-Esprit. C'est une marque de propriété que Dieu place sur ou dans Ses enfants. Nos yeux humains ne peuvent pas voir le Saint-Esprit dans une personne, mais je crois que d'une manière ou d'une autre, dans le "monde spirituel", ce sceau - le Saint-Esprit peut être vu par les anges et les anges déchus. Si ce n'était pas le cas, comment alors Satan pourrait-il attaquer spécifiquement certaines personnes pour perturber l'expansion du royaume de Dieu sur terre ! Nous savons tous que l'ennemi aime imiter, par la falsification, les œuvres du Seigneur et c'est pourquoi il "marquera" également son peuple à la fin des temps (Apoc. 14 :11; 16 :2; 19 :20).

14 lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s'est acquis, à la louange de sa gloire.

 

C'est le Saint-Esprit en nous qui garantit notre héritage. Chez le croyant, Il devient un « gage » (ARRHABON) signifiant : un gage, une partie de l'argent d'achat, un dépôt. En moi, le Saint-Esprit est le gage que le Père apportera une rédemption totale et finale. C'est la sécurité du croyant ! Le prix à la croix a été payé en totalité, et un acompte a été versé à notre place et nous attendons maintenant que le Seigneur revienne et "nous prenne" avec lui.

 

Ce n'est jamais ce que nous faisons, pourrions faire ou devrions faire qui garantit notre salut, car les croyants ont déjà été scellés, par le Saint-Esprit, au moment de leur nouvelle naissance. Le garant de notre héritage est Dieu - le Saint-Esprit ! Comment pourrions-nous jamais perdre notre héritage ? - impossible ! Je suis si heureux de ne garantir mon propre salut par aucune de mes œuvres, parce que je le perdrais !

Galates 2

21 Je ne rejette pas la grâce de Dieu; car si la justice s'obtient par la loi, Christ est donc mort en vain.

 

Cette garantie semble être "limitée dans le temps" !

v.14 … pour la rédemption de ceux que Dieu s'est acquis, à la louange de sa gloire.

 

Le Saint-Esprit garantit notre héritage jusqu'au moment de la rédemption ! Le mot « acquis » (PERIPOIESIS) signifie : acquisition, achat, possession. Nous comprenons par cela que cette garantie est pour toute cette vie sur terre, et que lorsque nous entrerons dans la prochaine vie, cette garantie ne sera plus nécessaire, car nous serons avec le Seigneur lui-même !

v.14 … à la louange de sa gloire.

 

Encore une fois, nous voyons que tout cela, tout ce que Dieu fait pour Ses enfants, c'est pour la louange de Sa propre gloire.

retour au menu

05-ephesians

L’épître aux Éphésiens

05 – Nos ressources en Christ

Éphésiens 1

15 C'est pourquoi moi aussi, ayant entendu parler de votre foi au Seigneur Jésus et de votre charité pour tous les saints,

16 je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention de vous dans mes prières,

17 afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance,

18 et qu'il illumine les yeux de votre coeur, pour que vous sachiez quelle est l'espérance qui s'attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu'il réserve aux saints,

19 et quelle est envers nous qui croyons l'infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force.

20 Il l'a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes,

21 au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir.

22 Il a tout mis sous ses pieds, et il l'a donné pour chef suprême à l'Église,

23 qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.

(LSG)

 

Dans cette section, nous examinerons les ressources qui accompagnent notre élection, notre prédestination et notre adoption ainsi que les gloires du Christ. Ce texte est si riche qu'il est regrettable que nos esprits ne soient pas pleinement en mesure d’en comprendre les profondeurs.

15 C'est pourquoi moi aussi, ayant entendu parler de votre foi au Seigneur Jésus et de votre charité pour tous les saints,

16 je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention de vous dans mes prières,

 

Veuillez noter que Paul dit « ayant entendu parler de votre foi ». Il semble que la foi des frères et sœurs d'Éphèse était bien connue. Ce n'était pas une foi cachée ou sectaire. C'était une foi qui se voyait. En d'autres termes, leur foi était ACTIVE et les non-croyants autour d'eux pouvaient voir les fruits de leur croyance en Jésus-Christ. Puis-je vous demander si c'est la même chose pour vous ? Votre foi est-elle connue des autres et fait-elle du bien aux autres? Vos voisins peuvent-ils dire : "Je les connais, ce sont vraiment des gens qui craignent Dieu" ? Leur foi était « au Seigneur Jésus ». C'est ce qui ressortait. Jésus était vivant dans leur cœur. Un vrai chrétien aura foi en Jésus et non en une sorte de groupe religieux ou d'affiliation. Ces chrétiens d’Éphèse sont nés de nouveau et le Saint-Esprit vit en eux. Ils représentent Jésus à ceux qui les entourent.

v.15 … et de votre charité pour tous les saints

 

Leur amour pour les autres chrétiens était également évident pour tous. Ils se souciaient vraiment et étaient préoccupés par leur bien-être. En d'autres termes, ils formaient une famille aimante. Ils avaient tous le même Sauveur, tous avaient le même Esprit et tous avaient le même Père. Ils suivaient ce que le Seigneur Jésus avait commandé à Ses disciples :

Jean 13

35 A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres.

 

Nous voyons aussi l'appel de Jésus à Ses disciples, concernant l'amour les uns les autres, dans d'autres versets (Jean 13 :34; 15 :12,17). Il est commandé aux croyants non seulement d'aimer ceux avec qui ils s'entendent facilement – « pour tous les saints ». Nos cœurs doivent être ouverts à tous les rachetés ! Cela me rappelle l'amour profond que Moïse avait pour le peuple de Dieu dans le désert, et comment il intercédait tant de fois pour eux. Il les aimait, même après avoir été blâmé maintes et maintes fois pour leur situation dans le désert. Certains voulant se débarrasser de lui (Nombres 16), il a continué à les aimer. C'est ce que tous les vrais croyants devraient pratiquer. Souvenez-vous des paroles du Christ :

Jean 15

13 Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.

 

Au verset seize, Paul continue d'écrire ce qu'il fait personnellement pour les Éphésiens. Notez qu'à ce moment, il n'est pas avec eux. Nous savons qu'il était en prison lorsqu'il a écrit cette lettre (Ép. 3 :1; 4 :1; 6 :20). Même s'il était loin d'eux et vivait en prison, cela n'a pas empêché Paul d'être actif dans leur vie. Quel merveilleux témoignage pour nous tous. Nous nous sentons souvent impuissants à "faire quelque chose" pour les frères, alors voyons ce que Paul a réellement fait.

16 je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention de vous dans mes prières,

 

Ce que nous voyons d'abord : Paul « ne cesse de rendre grâce pour vous ». Par cela, nous comprenons qu'ils étaient dans son cœur et automatiquement dans son esprit, car il avait de bons souvenirs de son séjour passé avec eux. Ce qu'il a fait, c'est remercier Dieu pour eux. Il ne l'a pas fait "de temps en temps", mais les mots « je ne cesse » nous enseignent qu'il n'y avait pas de limite à sa gratitude envers le Seigneur pour eux. Ce que l'on voit aussi concerne sa vie de prière : « faisant mention de vous dans mes prières ». C'est une chose de penser souvent à ses frères et sœurs dans la foi, mais c'en est une autre de prendre le temps de prier pour eux. Donc, ce sont les deux choses que Paul a activement faites pour les Éphésiens, même s'il était emprisonné et loin d'eux. Pourriez-vous dire la même chose ? Les frères sont‑ils dans votre esprit et dans vos prières ? Vous vous demandez ce que vous pourriez faire pour ceux qui sont loin ? Si oui, Paul est le modèle que vous devriez suivre.

 

Jusqu'ici, nous avons vu les effets de l’Esprit dans la vie d'une personne :

 

- Il opère la foi en Jésus-Christ (v.15)

- Il suscite un amour pour tous les frères et sœurs (v.15)

- Il produit une attitude reconnaissante envers les frères et sœurs (v.16)

- Il éveille un cœur désireux de prier pour eux (v.16)

 

Ces quatre choses devraient être reconnues chez tous ceux qui disent qu'ils sont de vrais croyants. Pourquoi devrait-il en être ainsi ? – Tout simplement parce que le Saint-Esprit en nous, nous amène à ressembler au Christ. Ces choses sont-elles en vous ? Le Saint-Esprit vous conduit-il à faire ces choses ? Si ce n'est pas le cas, je me demanderais si j'ai vraiment une foi salvatrice en Jésus-Christ.

 

Examinons maintenant les ressources qui sont données aux croyants d'Éphèse. En parlant de ressources, avez-vous déjà eu mal à la tête ou à l'estomac, mais n'avez rien fait parce que vous n'aviez pas envie de vous lever, et aller aux toilettes pour chercher les médicaments ? Enfin, après avoir souffert pendant un certain temps, vous vous levez et prenez ce qui est nécessaire - et voilà qu’en peu de temps, vous commencez à vous sentir mieux. Les ressources de Dieu sur lesquelles nous allons nous pencher sont un peu comme l'exemple que je viens de donner. On en a besoin pour aller mieux, mais souvent, on ne se lève pas pour les recevoir. Nous choisissons fréquemment de rester spirituellement en mauvaise santé, plutôt que de faire les efforts nécessaires pour nous rétablir.

17 afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance,

 

  1. Au verset dix-sept, la première ressource donnée est un esprit de sagesse. Le mot « sagesse » (SOPHIA) signifie : sagesse mondaine ou spirituelle. Le monde, l'influence du monde, les désirs de la chair et du diable nous offrent tous UNE AUTRE sagesse. Elle est remplie de mensonges et de tromperies, qui nous apportent des tourments et un état constant de disgrâce devant Dieu. C'est pourquoi Paul avertit les croyants colossiens de ce qui suit :

Colossiens 2

8 Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.

 

Depuis le début, avec Adam et Ève, la sagesse offerte par l'ennemi ne nous a apporté que la séparation et le jugement de Dieu. Mais le Seigneur offre à Ses enfants SA sagesse.

Jérémie 9

23 Ainsi parle l'Éternel: Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, Que le fort ne se glorifie pas de sa force, Que le riche ne se glorifie pas de sa richesse.

24 Mais que celui qui veut se glorifier se glorifie D'avoir de l'intelligence et de me connaître, De savoir que je suis l'Éternel, Qui exerce la bonté, le droit et la justice sur la terre; Car c'est à cela que je prends plaisir, dit l'Éternel.

 

2 Corinthiens 10

17 Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur.

 

La sagesse de Dieu est nécessaire non seulement pour notre vie quotidienne, mais aussi dans notre relation avec le Père.

Psaumes 90

12 Enseigne-nous à bien compter nos jours, Afin que nous appliquions notre coeur à la sagesse.

 

Si je me tenais aujourd'hui devant Dieu, pourrais-je lui présenter mon cœur rempli de Sa sagesse ? Nous avons besoin d'être enseignés, nous avons besoin d'apprendre, nous devons être dociles et ouverts. Nous devons désirer de ne pas nous tenir le cœur vide devant le Seigneur et avoir honte, mais plutôt avec confiance parce que nous avons acquis Sa sagesse. Un esprit de sagesse peut être le vôtre et le mien, mais il faut de la détermination, de l'humilité et de la persévérance. Il n'y a pas de meilleur moyen de recevoir la sagesse de Dieu qu'en lisant quotidiennement Sa Parole et en la mettant en pratique.

 

2. La deuxième ressource qui est donnée est également au v.17. C'est un esprit de révélation.

v.17 … et de révélation

 

Un esprit de révélation est simplement l'ouverture de notre compréhension spirituelle afin que nous puissions saisir ce qui est écrit dans les Saintes Écritures. Le mot « révélation » (APOKALUPSIS) signifie : dévoilement, apparition, manifestation. Le Seigneur Dieu désire vous révéler Sa personne, comme votre Père et votre Créateur. Autrefois, nous étions aveuglés par le malin et incapables de saisir les vérités qui nous étaient données, mais maintenant cela a changé :

2 Corinthiens 3

14 Mais ils sont devenus durs d'entendement. Car jusqu'à ce jour le même voile demeure quand, ils font la lecture de l'Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c'est en Christ qu'il disparaît.

 

2 Corinthiens 4

3 Si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent;

4 pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l'intelligence, afin qu'ils ne vissent pas briller la splendeur de l'Évangile de la gloire de Christ, qui est l'image de Dieu.

 

Pour le croyant, Christ a enlevé le voile, et maintenant le Père peut se révéler ainsi que le plan qu'Il a pour nous. Encore une fois, nous devons avoir le désir de recevoir ces révélations. Nous devons avoir soif de choses spirituelles. Cela n'arrive pas automatiquement dans une vie. Les Corinthiens étaient encore des enfants au lieu d'être des Chrétiens matures et Paul leur révèle pourquoi il en est ainsi :

1 Corinthiens 3

1 Pour moi, frères, ce n'est pas comme à des hommes spirituels que j'ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ.

2 Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter; et vous ne le pouvez pas même à présent,

3 (3:2) parce que vous êtes encore charnels. (3:3) En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n'êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l'homme?

 

Au lieu de grandir dans la sagesse du Seigneur, les croyants de Corinthe sont restés charnels dans leurs voies et ont refusé de s'écarter des voies de la chair, qu'ils avaient connue avant de devenir Chrétiens. Que cela soit aussi un avertissement pour nous tous. La chair nous éloignera toujours du Seigneur et de Ses voies. L'auteur du livre aux Hébreux s'est également retrouvé face au même problème :

Hébreux 5

12 Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu'on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d'une nourriture solide.

13 Or, quiconque en est au lait n'a pas l'expérience de la parole de justice; car il est un enfant.

14 Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal.

 

Remarquez que l'esprit de sagesse et de révélation est directement lié "dans sa connaissance" (v.17). Il n'y a aucun moyen de devenir sage en Dieu ou de recevoir des révélations de Dieu À MOINS QUE nous ne soyons fondés sur la connaissance de Dieu. Le mot « connaissance » (EPIGNOSIS) signifie : plein discernement, reconnaissance. Dans certains soi-disant "cercles chrétiens", la « connaissance » est mise de côté et remplacée par "l'expérience ou l'émotion". TOUTE expérience ou émotion qui ne correspond pas aux Saintes Écritures et à ses enseignements ne vient pas du Seigneur Dieu. On ne peut pas expérimenter une chose qui n’est ni affirmée dans, ni approuvée par la Bible. Cela ferait de Dieu un menteur et Il ne l'est pas !

Nombres 23

19 Dieu n'est point un homme pour mentir, Ni fils d'un homme pour se repentir. Ce qu'il a dit, ne le fera-t-il pas? Ce qu'il a déclaré, ne l'exécutera-t il pas?

 

Nous avons désespérément besoin de sagesse et de révélation dans nos vies, mais si peu de temps est donné à connaître Dieu. C'est une ressource qui reste souvent intacte !

18 et qu'il illumine les yeux de votre coeur, pour que vous sachiez quelle est l'espérance qui s'attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu'il réserve aux saints,

 

3. La troisième ressource donnée se trouve au verset dix-huit : « qu'il illumine les yeux de votre cœur ».

Paul parle de sagesse, de connaissance et maintenant de VISION.

 

- Une nouvelle façon de voir les choses

- Une nouvelle façon de vivre

- Une nouvelle vision de comment être et comment agir

 

Une illumination de notre cœur – c'est ce que Dieu donne ! Le mot « illumine » (PHOTIZO) signifie : répandre des rayons, éclairer. Cette ressource repousse les ténèbres qui sont en nous, et elle nous remplit de lumière céleste. En fait, Jésus nous a sauvés du domaine des ténèbres et nous a transférés dans le royaume du Fils (Col. 1 :13). Lorsque cela se produit, nous sommes transférés du royaume des ténèbres et amenés victorieusement dans le royaume de Dieu. Tout notre être est transformé et nous devenons de nouvelles créatures en Christ (2 Cor. 5 :17; Gal. 6 :15), avec un nouveau cœur et une nouvelle vision de la vie.

Éphésiens 5

8 Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière!

 

1 Pierre 2

9 Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière,

 

Être éclairé est notre vocation. Dieu ne désire pas laisser Son enfant vivre dans les ténèbres et être aveuglé par les ténèbres. Ainsi, toutes les ressources que nous avons vues jusqu'ici : la sagesse, la révélation et l'illumination sont pour les vrais croyants. Nous devons seulement être humbles et lire Sa parole.

 

4. La quatrième ressource est « l'espérance qui s'attache à son appel »

v.18 … pour que vous sachiez quelle est l'espérance qui s'attache à son appel

 

La sagesse, la révélation et l'illumination sont là pour nous permettre de comprendre l'espérance qui réside dans l'appel que nous avons reçu. Certaines personnes croient qu'il n'y a pas d'appel, que c'est un choix personnel de notre part de devenir enfant de Dieu ou de le rejeter. Puissions‑nous comprendre que s'il n'y a pas d'appel, il n'y a pas d'espoir ! C'est simplement parce que l'espérance repose sur l'appel de Dieu ! Un espoir est quelque chose que nous attendons avec impatience. En grec, le mot « espoir » (ELPIS) signifie : anticiper, généralement avec plaisir, et cela signifie aussi confiance. Ainsi, tout ce que nous anticipons en Dieu repose sur Son appel. Tout ce pour quoi nous lui faisons confiance repose également sur Son appel. Si jamais nous nous écrasons sur les récifs de la vie et que notre bateau est en danger, revenons à la confiance que notre appel est censé nous donner.

 

5. La cinquième ressource est la richesse de la gloire, de Son héritage.

v.18 … quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu'il réserve aux saints

 

Les richesses de Dieu, Ses bontés illimitées, les eaux incessantes de Dieu, Sa gloire incommensurable sont encore une autre ressource donnée à l'enfant de Dieu. Quand NOUS sommes à court de ressources, quand NOUS sommes asséchés, quand NOUS n'avons plus rien - les richesses de la gloire de Dieu sont là pour nous. Lorsque nous ne pouvons pas subvenir à nos besoins, la providence de Dieu ne faillit jamais. Tout ce monde, tout ce qui le compose, tout ce qu'il contient, tout ce que nous voyons, tout ce qui est invisible - appartient à NOTRE Père. Ils sont pour le croyant SI son cœur est fidèle à son Seigneur.

Matthieu 6

33 Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.

34 Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

 

La vie et tout ce qu'elle peut apporter ne pourra jamais surpasser les richesses des gloires de Dieu.

19 et quelle est envers nous qui croyons l'infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force.

 

6. La sixième et dernière ressource pour nous est : « quelle est envers nous qui croyons l'infinie grandeur de sa puissance »

 

Quelle valeur y a-t-il dans le désir de donner : la sagesse, la révélation, la connaissance, l'illumination et les richesses - si Dieu n’a pas le pouvoir de les donner ? Toutes les ressources de Dieu n'auraient aucun sens, aucune incidence, aucun effet, aucune valeur, s'il n'avait pas le pouvoir de nous livrer tout cela. Ici, Paul parle de la « grandeur » (MEGATHOS) qui signifie : extrêmement grand - au-delà de la grandeur. (C'est là que nous obtenons notre mot méga). Qu'est-ce qui dépasse l’infinie grandeur, dans l'univers ? - C’est « sa puissance ». La puissance de Dieu est si grande qu’elle dépasse tout ce que l'on peut imaginer. Cela signifie que dans toutes les circonstances, son pouvoir peut vous atteindre, vous toucher, vous délivrer et vous fortifier. Paul nous rappelle que les ressources en Christ sont les suivantes :

 

- Un esprit de sagesse

- Un esprit de révélation (compréhension)

- L'illumination de nos yeux

- Un espoir dans Son appel

- Les richesses abondantes de Sa gloire

- Son pouvoir qui est au-delà de tout ce qui est imaginable

 

Toutes ces ressources sont pour Ses enfants ! Elles sont là pour « nous qui croyons ». Dans les versets suivants, Paul passe des immenses ressources que les croyants ont en Jésus, à la personne du Christ. Paul enseigne aux Éphésiens ce que Dieu - le Père a fait envers Christ - le Messie.

20 Il l'a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes,

21 au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir.

22 Il a tout mis sous ses pieds, et il l'a donné pour chef suprême à l'Église,

23 qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.

 

Le « Il » au verset vingt est Dieu – le Père. Le contexte donné est ce que le Père a fait pour glorifier Dieu – le Fils. Les œuvres du Messie étaient terminées, Il avait accompli toute la Loi et les prophéties écrites à Son sujet. Maintenant, le Père le reçoit à Sa place légitime dans les cieux.

 

La première chose que nous voyons est Sa résurrection : « en le ressuscitant des morts ». La mort ne pouvait s'emparer de lui, car le Messie n'avait jamais péché. Il était le sacrifice parfait et éternel pour la propitiation des péchés de l'homme (Héb. 9 & 10). La résurrection de Jésus-Christ est de la plus haute importance pour la raison suivante :

Actes 17

30 Dieu, sans tenir compte des temps d'ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu'ils aient à se repentir,

31 parce qu'il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l'homme qu'il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts...

 

La résurrection de Jésus est la preuve qu'il y aura un jour de jugement et que c'est Dieu par Christ qui jugera. Sa résurrection n'est pas seulement importante pour le plan de Dieu, mais elle est extrêmement importante pour le croyant :

 

Colossiens 2

11 Et c'est en lui que vous avez été circoncis d'une circoncision que la main n'a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair:

12 ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts.

13 Vous qui étiez morts par vos offenses et par l'incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses;

 

Depuis que Jésus est sorti du tombeau (ressuscité), l'effet de son sacrifice parfait "se déverse" sur le croyant et il reçoit :

 

- La "circoncision du Christ"

- La résurrection du Christ (vous aussi avez été ressuscités avec lui)

- La vie de Christ (Il vous a fait vivre avec lui)

- Le pardon des péchés (vous ayant pardonné toutes les offenses)

 

La deuxième chose que nous voyons au verset vingt est la suivante :

v.20 … et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes,

 

Le mot « asseoir » (KATHIZO) signifie : s'asseoir, nommer, s'installer. Le Père a donné au Fils Sa place légitime à côté de lui dans les lieux célestes (Actes 7 :55,56; Rom. 8 :34; Col. 3 :1; Héb. 1 :3; 12 :2).

Actes 5

30 Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous avez tué, en le pendant au bois.

31 Dieu l'a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés.

 

Il n'y a pas de place plus glorieuse à offrir que la droite de Dieu - le Père, et c'est là que se trouve notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Pour aider les croyants à comprendre ce que signifie être à la « droite » du Père, l'apôtre Paul a écrit ce qui suit :

21 au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir.

 

Il donne une image claire de l'autorité qui a été donnée au Fils ressuscité. Au verset vingt-et-un, Paul donne une série de quatre noms (toute domination, autorité, puissance et dignité). Beaucoup croient que ce sont des rangs donnés à certains mauvais esprits. Le mot « domination » (ARCHE) signifie : chef, magistrat. Le mot « autorité » (EXOUSIA) signifie : juridiction, force, capacité. Le mot « puissance » (DUNAMIS) signifie : pouvoir miraculeux, puissant. Le mot « dignité » (KURIOTES) signifie : maîtrise, règle, domination. Dans Col. 2 :10, Paul écrit que Jésus est le chef de toute principauté et de tout pouvoir, ce qui signifie qu'Il les domine. Un jour, chaque créature devra confesser que le Christ est Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Paul écrit que Jésus est « au-dessus » (HUPERANO) signifiant : vers le haut, plus haut en rang, « non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir ». Il n'y aura pas de fin à Son règne. Il est écrit quatre fois dans le livre de l’Apocalypse que Jésus est l'Alpha et l'Oméga (Apoc. 1:8; 21:6; 22:13). Le disciple du Christ peut être assuré qu'il est entre de bonnes mains, maintenant et dans l'au-delà.

22 Il a tout mis sous ses pieds, et il l'a donné pour chef suprême à l'Église,

23 qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.

 

Le Père a également « tout mis sous ses pieds », ce qui signifie que Christ a l'autorité absolue sur toutes les choses créées. Il est le monarque qui préside à toutes les affaires de cet univers. Notre Seigneur est vraiment le « chef » de toutes choses. Adam a perdu son « autorité » sur le monde entier lorsqu'il a péché dans le jardin d'Éden. Maintenant, Christ est victorieux et a regagné ce qu'Adam avait perdu.

 

Mais Christ est le chef de quelque chose de nouveau; quelque chose qui n'existait pas quand Adam a péché dans le jardin – l'Église. Si le Christ est le chef de tous les êtres spirituels, bons et mauvais, s'Il est l'autorité absolue dans cet univers, Il est aussi devenu le chef de l'Église « qui est son corps ». Chaque croyant né de nouveau est vraiment un représentant du Seigneur Jésus ici sur terre. Ils sont Ses ambassadeurs (2 Cor. 5 :20).

 

Le Christ est « la plénitude de celui qui remplit tout en tous ». Le mot « plénitude » (PLEROMA) signifie : abondance, achèvement, ce qui est rempli. La présence de Christ est dans Son corps qui est l'église et remplit totalement Son corps de Sa présence.

Colossiens 1

27 à qui Dieu a voulu faire connaître quelle est la glorieuse richesse de ce mystère parmi les païens, savoir: Christ en vous, l'espérance de la gloire.

28 C'est lui que nous annonçons, exhortant tout homme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu tout homme, devenu parfait en Christ.

29 C'est à quoi je travaille, en combattant avec sa force, qui agit puissamment en moi.

retour au menu

06-ephesians

L’épître aux Éphésiens

06 – Notre nouvelle vie en Christ

Éphésiens 2

1 Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés,

2 dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.

3 Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres...

4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,

5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés);

6 il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ,

7 afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ.

8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.

9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.

10 Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions.

(LSG)

 

Dans cette section, nous verrons ce que nous étions, ce que nous sommes devenus et ce que nous serons. Encore une fois, tout cela à cause de Jésus‑Christ.

 

  1. Regardons d'abord ce que nous étions (2 :1-3).

1 Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés,

2 dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.

3 Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres.

 

« Vous étiez morts » - c’est ce que Paul dit que nous étions. Pas physiquement mort, mais spirituellement mort. Vous souvenez-vous dans le jardin d'Éden ? Après avoir dit à Adam de ne pas manger le fruit, Dieu a nommé la conséquence de la désobéissance :

Genèse 2

17 mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.

 

Adam et Ève n'ont pas écouté le Seigneur Dieu, ont mangé le fruit, et ils sont morts. Ils ne sont pas morts physiquement, mais spirituellement, parce qu'ils étaient maintenant séparés de la présence de Dieu. Ils furent chassés de Sa présence et même du jardin. Dieu s'est assuré qu'ils ne pourraient pas revenir en plaçant des chérubins à l’orient pour les empêcher de le faire (Genèse 3 :24). Comme Ésaïe l'a décrit plus tard, leur péché avait créé un mur entre Dieu et eux.

Esaïe 59

1 Non, la main de l'Éternel n'est pas trop courte pour sauver, Ni son oreille trop dure pour entendre.

2 Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation Entre vous et votre Dieu; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face Et l'empêchent de vous écouter.

 

Ainsi, depuis Adam et Ève jusqu'à nos jours, chaque enfant qui naît est spirituellement mort et éloigné de Dieu. Il n'y a pas d'exceptions à cette règle. Il n'y a pas un SEUL homme, femme ou enfant qui ne soit souillé par le péché et séparé de Dieu (Romains 3 :23). Parce que la mort spirituelle est en nous, nous sommes tous devenus Ses ennemis (Romains 5 :8). Cette mort spirituelle a non seulement fait de nous des ennemis de Dieu, mais elle a également amené un aveuglement spirituel dans notre esprit.

2 Corinthiens 3

14 Mais ils sont devenus durs d'entendement. Car jusqu'à ce jour le même voile demeure quand, ils font la lecture de l'Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c'est en Christ qu'il disparaît.

15 Jusqu'à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs coeurs;

16 mais lorsque les coeurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté.

 

Ainsi, lorsque nous entrons dans ce monde, nous sommes spirituellement MORTS, ce qui a pour résultat :

 

- Nos âmes cessent de vivre spirituellement (Ép. 2 :1)

- Nos esprits sont endurcis (2 Cor. 3 :14

- Nos cœurs sont voilés (ou dans l'obscurité) (2 Cor. 3 :16)

 

En d'autres termes, mon âme, mon esprit et mon cœur sont MORTS. Comment puis-je dire que j'ai fait un choix pour Dieu ? Si mon âme, mon esprit et mon cœur sont MORTS, alors comment est-il possible de prendre la décision spirituelle de venir à Christ ? Si je suis aveugle, comment puis-je voir ? Si mes oreilles ne peuvent pas entendre, comment puis-je entendre ? Comme l'écrit Paul, il y a un voile qui couvre mon cœur.

1 Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés,

 

Nous voyons ici la source de notre mort spirituelle : « vos offenses et par vos péchés ». C'est le cancer spirituel qui donne la mort spirituelle à tous les enfants d'Ève. Le mot « offenses » (PARAPTOMA) signifie : dérapage, lapsus, déviation, erreur. Cela semble donner l'idée de quelque chose qui n'est pas nécessairement une décision directe ou une intention de pécher, mais quelque chose qui se produit simplement dans la vie. Tandis que le mot « péchés » (HARMATIA) signifie : un péché, une offense. Que nous péchions sciemment ou inconsciemment, le résultat est le même : la mort spirituelle.

2 dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.

 

Avant de continuer, je voudrais que vous remarquiez que Paul écrit : « dans lesquels vous marchiez autrefois ». Cela suggère que leur façon de marcher avait changé et que maintenant, ils marchaient d'une manière différente. Cela se produit lors de notre nouvelle naissance. Le Saint-Esprit entre et scelle le croyant, lui donnant une toute nouvelle manière de voir les choses. Il sort des ténèbres et vient à la lumière. Son esprit est renouvelé comme nous le voyons dans Romains (12 :1,2). Puis-je vous demander s'il y a un "avant" et un "après" dans votre vie ?

 

L'apôtre Paul dit aux Éphésiens où habitent « les offenses et les péchés ». Le premier endroit où vit le péché est celui qui se conforme au « train de ce monde ». Le péché et les offenses prospèrent à cause de la manière dont ce monde fonctionne. Le « train de ce monde » aime les ténèbres et déteste la lumière. Écoutez le témoignage de l'apôtre Jean.

Jean 1

5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue.

 

Jean 1

10 Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue.

11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue.

 

Le péché abonde sur terre parce que le monde ne reçoit pas la lumière du Christ (v.5). Ensuite, nous voyons que "le cours de ce monde" ne le connaît pas (Jésus) (v.10). Enfin, le péché prospère parce qu'il "ne l'a pas reçue" (v.11). La lumière et les ténèbres sont comme les deux pôles d'un aimant. Ils se repoussent. Ainsi, le péché vit dans ce monde et chaque pouce de la terre est souillé par le péché. Cette planète entière est plongée dans le péché.

v.2 … selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.

 

Le deuxième endroit où vit le péché est : « selon le prince de la puissance de l'air ». Certains ne comprennent pas comment Satan en est venu à avoir autorité sur cette planète. La réponse se trouve dans l'attaque de Satan contre Jésus dans le désert après 40 jours de jeûne. Souvenez-vous de ce qu'il a dit à Jésus :

Luc 4

5 Le diable, l'ayant élevé, lui montra en un instant tous les royaumes de la terre,

6 et lui dit: Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes; car elle m'a été donnée, et je la donne à qui je veux.

7 Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi.

 

Quand Adam a péché dans le jardin d'Éden, il semble qu'un "transfert" d'autorité sur la domination que Dieu avait donnée à Adam (Gen. 1 :26-28) a été fait. Adam a perdu son règne et ne devait plus régner sur la création terrestre de Dieu. Veuillez noter que Satan est à l'œuvre en ce moment (v.2) et a une famille d'adeptes appelés "fils de la rébellion". Cette race sera pour toujours en guerre contre les "enfants de Dieu" - depuis le tout début, lorsque Caïn tua Abel, jusqu'à la toute fin, lorsque Satan rassemblera une foule immense pour tenter de combattre le Seigneur Jésus et Son peuple, à la dernière grande bataille (Apoc. 20 :7-10).

3 Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres...

 

Encore une fois, l'apôtre Paul déclare : « nous vivions autrefois ». C'est une chose du passé. Les vrais croyants ne vivent plus dans le péché. Nous ne vivons pas habituellement dans le péché, ce n'est pas une constante dans nos vies. Les croyants peuvent tomber dans le péché, mais ils se lèvent, se repentent et marchent une fois de plus dans la lumière. Le Saint-Esprit, qui est dans le croyant, lui fait savoir quand sa vie ne concorde pas avec les désirs du Seigneur. C'est pourquoi il nous est demandé de ne pas éteindre (1 Thess. 5 :19) ni attrister (Ép. 4 :30) le Saint-Esprit.

Le troisième endroit où vit le péché est : dans nos « convoitises » (v.3). Au verset trois, Paul parle de deux sortes de désirs. Les deux provoquent la "mort spirituelle ". Les premiers désirs sont les « convoitises de notre chair ». C'est une bataille MAJEURE dans la vie du croyant. Bien qu'il ait été racheté, son corps ne l'a pas été et ne le sera jamais. C'est pourquoi nous recevrons un corps céleste une fois que nous serons passés dans l'au-delà.

1 Corinthiens 15

42 Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible; il ressuscite incorruptible;

43 il est semé méprisable, il ressuscite glorieux; il est semé infirme, il ressuscite plein de force;

44 il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S'il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel.

 

La « chair » a des désirs contraires aux désirs de l'Esprit et il y a une lutte en nous. L'apôtre Paul décrit la bataille qu'il mène dans sa propre vie dans Romains 7 :14-25. Pour gagner cette bataille, le croyant doit constamment offrir ses membres en sacrifice vivant au Seigneur (Rom. 12 :1).

 

Le quatrième endroit où vit le péché est "l'esprit". La bataille est aussi dans nos esprits. Nos pensées nous polluent autant que notre chair, sinon plus ! Certains croient que ce que nous pensons n'a pas vraiment d'importance, tant que nous n'agissons pas en conséquence. Mais ce n'est pas ce que dit le Seigneur Jésus dans Matt. 5 :27,28.

Matthieu 5

28 Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son coeur.

29 Si ton oeil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne.

 

Ceci est le domaine du péché :

 

- Le train de ce monde

- Le prince de la puissance de l'air

- Les convoitises de notre chair

- Et de nos pensées

v.3 … et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres...

 

Pour la troisième fois, Paul rappelle à ses lecteurs que tout cela appartenait au passé : « nous étions… ». Ils n'étaient plus, c'est fait, c'est fini. Le don de la vie leur avait été donné par l'accomplissement de Christ comme Sauveur sur la croix. Veuillez noter le nom de famille donné à ceux qui sont spirituellement morts – « les enfants de la colère ». La colère de Dieu reposait et repose toujours sur tous ceux qui sont spirituellement morts et qui vivent et aiment le péché selon leur volonté pleine et entière. C'est ce que chacun de nous était avant que le jour de la rédemption ne soit venu pour nous. J'étais aussi un « fils de la rébellion » (v.2) et un enfant « de colère » (v.3), jusqu'à ce que je reçoive la nouvelle naissance par la grâce de Dieu.

 

2. Regardons maintenant ce que nous sommes devenus (2 :4-6).

4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,

5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés);

6 il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ,

 

« Mais Dieu » - n'est-il pas merveilleux que ce soit Dieu qui soit intervenu pour entrer dans notre vie et donner le salut ?

 

Paul ne dit pas :

 

- Mais nous avons compris

- Mais nous avons ouvert nos yeux

- Mais nous avons changé nos habitudes

- Mais nous sommes devenus religieux

 

Il écrit plutôt : « Mais Dieu ». Une fois de plus, nous voyons que c'est le Seigneur qui fait le travail – Il doit le faire, parce que nous étions morts dans nos péchés et nos offenses ! Ici, Paul parlera de ce que Dieu a fait dans Son intervention salvatrice :

4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés

 

Cela parle de ce qui "l'a poussé", de ce qui "l'a amené" à agir favorablement envers Ses élus. Dieu est « riche en miséricorde ». Le mot « riche » (PLOUSIOS) signifie : riche, abondance, plein. Ici, nous voyons que Dieu déborde de quelque chose, et ce quelque chose est : « miséricorde ». Or le mot « miséricorde » (ELEOS) signifie : compassion, tendre miséricorde. Dieu est riche en miséricorde et il partage sa miséricorde avec Ses enfants bien‑aimés. Sa miséricorde l'a amené à manifester Son « grand amour » pour nous. Le mot « grand » (POLLUS) signifie : nombreux (nombre élevé); innombrable, abondant, "beaucoup"; "grand" en quantité (étendue). Dieu est incroyablement riche en miséricorde et Il abonde en amour. Nous pouvons dire que c’est l’agent par lequel Dieu a pourvu à notre salut. Si vous êtes un véritable enfant de Dieu, et si jamais vous sentez que personne ne vous aime, rappelez-vous simplement que le Seigneur Dieu vous aime plus que vous ne puissiez l'imaginer. L'amour de Dieu n'est pas une question de "sentiment" mais plutôt un fait.

5 nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés);

6 il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ,

 

« Nous qui étions morts par nos offenses ». Une fois de plus, Paul souligne le fait que nous étions morts spirituellement. Le salut est en fait : la résurrection de personnes qui étaient spirituellement mortes, pour une nouvelle vie donnée par Dieu. Alors, qu'est-ce que la miséricorde et le grand amour de Dieu ont fait pour ceux qui étaient morts dans leurs transgressions ?

 

La première chose est que Dieu « nous a rendus à la vie avec Christ ». Les mots « nous a rendus » (SUZOOPOOIEO) signifient : réanimés conjointement, vivifiés ensemble. C'est comme si un mort était réanimé par une décharge électrique au cœur. C'est ainsi que le Père a réanimé ceux qui invoquent Son Fils pour le salut. C'est ce qu'on appelle être né de nouveau. Nous étions autrefois nés de la chair; maintenant nous sommes nés de nouveau, mais cette fois par l'Esprit. Dieu a fait de nous quelque chose que nous n'étions pas auparavant. De "morts" que nous étions, Il nous a fait revivre. C'est comme s'il insufflait, à nouveau en nous, le souffle de vie qu'Il avait donné à Adam. Car lorsque Dieu souffla dans Adam, il est écrit :

Genèse 2

7 L'Éternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint un être vivant.

 

La deuxième chose que la miséricorde et l'amour du Seigneur ont fait pour les rachetés : Il nous a « ressuscités ensemble ». Comme le Père a ressuscité Jésus et a redonné vie à Son corps, le Père nous a ressuscités en Christ. Puisque nous sommes Son "corps", puisque nous sommes "en lui", ce que le Père a fait au Fils, Il l'a aussi fait à Ses enfants.

 

Paul enseigne la même chose dans sa lettre aux Romains.

Romains 6

5 En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,

 

Donc, le Père nous a fait vivre en Christ et nous a ressuscité en lui, mais ce n'est pas tout. Il y a une troisième chose que le Père a fait.

6 il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ,

 

Paul dit qu'actuellement (parce que nous sommes en Christ), le Père « nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes ». Pouvez-vous imaginer ! Nous sommes assis avec Christ dans les lieux célestes ! Les mots « asseoir ensemble » (SUGKATHIZO) signifient : donner un siège "en compagnie de". Dieu a donné à chaque croyant un siège en compagnie de Son Fils bien-aimé, tout comme lorsque vous invitez quelqu'un à s'asseoir à votre table pour un repas. Le Père a invité les rachetés à s'asseoir « en Jésus-Christ ». Certaines choses sont tout simplement trop difficiles à imaginer !

 

Notre salut nous a donné :

 

- D’être vivant en Christ

- D’être ressuscité en Christ

- D’être assis avec le Christ dans les lieux célestes

 

Ne devrions-nous pas tous être éternellement reconnaissants et humbles devant Dieu !

 

3. Ce que nous serons.

7 afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ.

8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.

9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.

10 Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions.

 

Dans notre dernière section, nous voyons ce que l'avenir portera. Dans l'avenir, Dieu - le Père manifestera les richesses incomparables de Sa grâce et de Sa bonté - à travers nous.

7 afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ.

 

Tout ce que nous avons vu jusqu'ici, tout ce que Dieu a fait se résume à ce verset : « afin de montrer dans les siècles à venir ». Un jour, le Père dévoilera à l'univers entier "pourquoi" toute l'histoire humaine s'est produite. Il manifestera principalement deux choses. La première est « l'infinie richesse de sa grâce ». Sa grâce est faite de richesses infinies. Ce terme (HUPERBALLO) signifie : jeter au-delà de la marque habituelle. Dieu va beaucoup plus loin que nécessaire. Il va au-delà de ce qui serait attendu. Être riche en grâce suffirait certainement, mais pas avec Dieu ! Il va au-delà et Sa grâce devient insondable ! C'est Sa « grâce » (CHARIS) qui signifie : l'influence divine sur le cœur; qui est si profonde. Nous avons ici l'image d'un père aimant qui dépasse les limites de Sa « bonté » (CHRESTOTES) : excellence morale, douceur ou bienveillance. Paul souligne certainement ce fait lorsqu'il écrit :

Romains 5

8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.

 

En d'autres termes, les croyants seront des témoignages vivants, pour tous les temps, de la grâce et de la bonté de Dieu.

 

Dieu - le Père s'honorera en nous et à travers nous, devant toutes les armées célestes. Si Jean 3 :16 est le verset le plus connu de la Bible, les suivants ne viennent pas loin derrière.

8 Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.

9 Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.

 

La formulation ne pourrait pas être plus claire. Il y a trois déclarations qui sont faites concernant « l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ. » (v.7)

 

La première est : « Car c'est par la grâce que vous avez été sauvés par le moyen de la foi ». Cette dernière section (2 :7-10) concerne la grâce de Dieu qui est déversée sur le croyant. C'est la grâce de Dieu qui sauve – qui intervient et sauve le pécheur du jugement à venir. Ce "sauvetage spirituel" est activé par la « foi ».

Hébreux 11

1 Or la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas.

 

L'un des plus grands exemples d'une personne venant à la foi est celui de l'apôtre Thomas. Il doutait de la résurrection du Christ, car il n'était pas là lorsque Jésus est apparu pour la première fois dans la chambre haute. Lorsque le Christ vint une seconde fois vers Ses disciples, Il parla à Thomas et voici ce qui est écrit :

Jean 20

27 Puis il dit à Thomas: Avance ici ton doigt, et regarde mes mains; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté; et ne sois pas incrédule, mais crois.

28 Thomas lui répondit: Mon Seigneur et mon Dieu!

 

Lorsque le cœur plie le genou devant la majesté du Christ et comprend qu'Il est le Seigneur et le Sauveur, c'est la vraie foi. Puis-je demander si ce moment s'est produit dans votre vie ? Avez-vous compris qui est vraiment le Christ et lui avez-vous demandé de devenir votre Seigneur et Sauveur ? Sinon, il n'y a pas de meilleur moment que maintenant !

 

La deuxième affirmation est : « et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu ». En d'autres termes, la grâce nécessaire au salut découle du Seigneur Dieu. Son origine n'est qu'en Dieu. Paul mentionne que « c'est un don de Dieu ». C'est un cadeau - quelque chose qui est donné gratuitement à une autre personne. Le salut vient de Dieu et est donné au croyant. Ce « don » ne vient pas d'une Église, d'une dénomination, par le biais de sacrements, de lois et de règlements ecclésiastiques, de sacrifices ou d'argent donné. Ce cadeau est de Dieu pour vous. Paul souhaite que ce soit très clair : « cela ne vient pas de vous ». Ce don n'est pas quelque chose qui émane de notre moi intérieur, mais il est complètement donné par Dieu lui-même.

 

La troisième affirmation est : « Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie ». Aucune somme de travaux, de bonnes actions ou de gestes religieux n'aura de valeur ! En d'autres termes, il n'y a rien que vos mains produisent qui puisse vous accorder le don de la vie éternelle. Cette simple déclaration détruit le but de TOUTES LES RELIGIONS. Peu importe les religions, elles sont un ensemble de lois, de règlements, de dogmes et d'institutions qui disent ce que vous devez faire pour atteindre Dieu. En revanche, le vrai christianisme raconte ce que Dieu a fait pour venir vers les gens et leur apporter Sa miséricorde et Sa grâce. Parce que le salut est donné par la grâce, PERSONNE ne peut jamais prétendre avoir eu quoi que ce soit à voir avec le fait de devenir un enfant de Dieu. Rappelez-vous, Dieu résiste à ceux qui sont orgueilleux (Jacques 4 :6 ; 1 Pierre 5 :5). N'oublions jamais que nous sommes l'œuvre de Dieu.

10 Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions.

 

Une fois de plus, nous voyons que Dieu est à l'œuvre; Dieu fait de nous quelque chose de beau. Paul écrit : « Car nous sommes son ouvrage ». Nous sommes Sa création dans les deux sens : premièrement, parce qu'Il est le Créateur et nous sommes les créatures; et deuxièmement, parce qu'à tous Ses enfants, Il a donné une seconde vie - un réveil spirituel pour devenir une nouvelle créature en Christ (2 Cor. 5 :17; Gal. 6 :15).

 

Comme nous l'avons vu, pour pouvoir le faire, Dieu devait :

 

- Nous faire vivre – en Christ

- Nous ressusciter – avec le Christ

- Nous faire asseoir dans les lieux célestes - en Christ

 

Et tout cela n'a rien à voir avec ce que nous avons ou aurions pu faire, car nous étions morts dans nos péchés et nos offenses (2 :1).

 

Le salut s’obtient :

- Par Sa grâce (v.8)

- Par la foi en Christ (v.8)

- Non pas par les œuvres (v.9)

Le salut est :

- Un don de Dieu (v.8)

 

Alors, en réaction à ce que Dieu a pourvu pour les vrais croyants, que doivent-ils faire ? La réponse à cela se trouve dans le verset suivant :

v.10 … ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions.

 

C’est ce que les croyants doivent faire - des « bonnes œuvres ». Notez que les « bonnes œuvres » se pratiquent après le salut et pas avant ! Puisqu'elles sont mises en œuvre après, cela signifie qu'elles ne sont jamais attendues avant. Maintenant que la personne est née de nouveau, maintenant qu'elle a l'Esprit de Dieu vivant en elle, maintenant que son cœur est changé - elle peut commencer à travailler pour le Royaume de Dieu ! Ce qui est beau, c'est que ces œuvres, Dieu les a « préparées d'avance ». Dieu a déjà préparé plusieurs choses à faire pour Son enfant. Tout ce que celui-ci doit faire, c'est avoir des oreilles attentives et un cœur ouvert, et le Seigneur lui parlera.

retour au menu

07-ephesians

L’épître aux Éphésiens

07 – Le sang du Christ

 

Éphésiens 2

11 C'est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés incirconcis par ceux qu'on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l'homme, (2:12) souvenez-vous

12 que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde.

13 Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ.

(LSG)

 

Nous pourrions également appeler cette section "Souvenez-vous". L'apôtre Paul veut que les chrétiens d'Éphèse se souviennent de leur vie et de leur relation avec Dieu. Il semble qu'avec le temps, les croyants d'Éphèse aient peut-être oublié l'un des aspects les plus importants de leur vie : leur lien avec Dieu. Comme avec un couple plus âgé où les choses sont devenues pareilles, jour après jour, les Chrétiens peuvent aussi tomber dans ce piège ! Cette même tendance existe encore aujourd'hui. Nous pouvons souvent oublier ce qu'il faut garder à l'esprit.

 

Quelles sont les choses que Paul désire que les croyants gardent à l'esprit ? C’est simplement se souvenir d'où vous venez. Le mot « souvenez » (MNEMONEUO) signifie : exercer la mémoire, suggérant que tous les enfants de Dieu ont besoin de prendre un temps personnel pour penser à leur passé. Dans ce contexte, les croyants doivent se rappeler qui ils étaient autrefois « des païens ». Si nous étions « autrefois » une personne quelconque, cela signifie que nous ne sommes plus qui nous étions avant. Il semble que Paul désire que les Éphésiens réfléchissent à ce qui leur est arrivé, où ils en étaient dans leur vie, et où ils sont actuellement; ou mieux encore, "qui ils étaient", et "qui ils sont devenus". La première chose se trouve au v.11, et se lit comme suit :

v.11 … vous autrefois païens dans la chair

 

« Païens dans la chair » parle de la lignée de nos ancêtres. Dans ce cas, ils étaient des « païens dans la chair ». Cela signifie qu'ils n'étaient pas d'origine juive. La Bible divise la population humaine en deux : ceux qui sont enfants de Dieu, et ceux qui ne le sont pas. Jusqu'à l’œuvre de Christ sur la croix, il y avait des Gentils et des Juifs. Mais maintenant, en Christ, Dieu s'est fait un nouveau peuple qui comprend à la fois des Gentils et des Juifs (Gal. 6 :15). En raison de leur lignage, les Gentils n'appartenaient pas automatiquement au peuple de Dieu. Paul expliquera la profondeur de cela au v.12. Comme je l'ai dit, pour les Juifs, il n'y avait que deux sortes de personnes : les Juifs et tous les autres. Dans la Nouvelle Alliance, il n'y a encore que deux types de personnes : les personnes qui sont sauvées par le sang du Christ et les personnes qui ne le sont pas. En disant qu'ils étaient des « païens dans la chair », cela signifiait qu'ils n'étaient en aucune façon participants dans l’alliance avec Dieu. C'est exactement la même chose pour nous aujourd'hui. Nous ne sommes pas le peuple de Dieu, tant que nous ne devenons pas enfants de Dieu par la nouvelle naissance.

 

Une deuxième chose qu'il fallait garder à l'esprit était qu'ils étaient aussi :

v.11 … appelés incirconcis par ceux qu'on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l'homme,

 

La circoncision était le signe physique de l’appartenance à Dieu, par l'alliance qu'Il avait faite avec Abraham.

Genèse 17

10 C'est ici mon alliance, que vous garderez entre moi et vous, et ta postérité après toi: tout mâle parmi vous sera circoncis.

 

Chaque enfant mâle devait être circoncis à l'âge de huit jours. Tous ceux qui n'étaient pas circoncis n'étaient pas considérés comme Juifs, même si leurs deux parents l'étaient ! Lorsque les Juifs appelaient les Gentils "incirconcis", c'était pour les insulter. Ils voyaient les Gentils comme étant "inférieurs" à ce qu'ils étaient. Ils pensaient que Dieu ne les considérait pas, puisqu'ils étaient en dehors de l'alliance d'Abraham. Paul rappelle aux païens d'Éphèse devenus Chrétiens, qu'ils n'étaient pas non plus de l'alliance d'Abraham. Paul appelle ces Juifs « circoncis et qui le sont en la chair par la main de l'homme ». Ils n'étaient pas de la vraie circoncision, parce qu'ils n'avaient pas été circoncis dans leurs cœurs par l'Esprit.

Romains 2

28 Le Juif, ce n'est pas celui qui en a les dehors; et la circoncision, ce n'est pas celle qui est visible dans la chair.

29 Mais le Juif, c'est celui qui l'est intérieurement; et la circoncision, c'est celle du coeur, selon l'esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu.

 

Au verset douze, Paul expliquera ce que signifie réellement être « païens dans la chair ».

12 que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde.

 

Il y a cinq choses que Paul veut leur expliquer ainsi qu'à nous – elles sont toutes au verset douze.

 

  1. Sans Christ

 

Le mot « sans » (CHORIS) signifie : par lui-même, sans, détaché, rendant quelque chose invalide ou valide. Cela signifiait qu'il n'y avait aucune relation avec Jésus-Christ. Qu'il y avait une division claire entre Christ et eux. Ils étaient sans Christ. Ils n'avaient pas de Messie, pas de Souverain Sacrificateur et pas de Roi. Ils étaient totalement éloignés de Dieu, car Christ est saint – et ils ne l'étaient pas. Cela signifiait aussi que tout ce qui se trouvait en Christ (élection, prédestination, adoption, etc.) n'était pas pour eux. En d'autres termes, ils n'étaient pas des enfants de Dieu, et n'étaient pas favorisés par lui. Cela me rappelle ces paroles du Christ :

Matthieu 7

21 Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.

22 Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom?

23 Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité.

 

2. Privés du droit de cité en Israël

 

Le mot « privés » (APALLOTRIOO) signifie : éloigner, un non-participant. Les mots « du droit » (POLITEIA) signifient : citoyenneté, communauté. Dieu s'est fait un peuple distinct. Avec le temps, ce sont les douze tribus qui ont formé la nation d'Israël. Ce pays appartenait à Dieu, était gouverné par Dieu et dirigé par Dieu – c'était une théocratie. Dieu a protégé ce pays, Il l'a rendu comme un "jardin d'Éden". Les gens du pays d'Israël ont profité des bienfaits de leur séjour dans ce pays. Mais ce n'était pas le cas pour les Gentils, ceux qui étaient de "l'extérieur". Les Gentils n'étaient pas des citoyens d'Israël, tout comme les non-croyants ne font pas partie de la nouvelle famille de Dieu, qui est formée de tous ceux qui se repentent à Christ pour le salut. Tout comme les personnes vivant à l'extérieur du Canada (mon pays) n'ont pas les avantages de la citoyenneté canadienne, les non-croyants sont privés de leur citoyenneté céleste (Ép. 2 :19).

 

3. Étrangers aux alliances de la promesse

 

Le mot « étrangers » (XENOS) signifie : un étranger. Non seulement ils étaient privés de la citoyenneté, mais aussi des « alliances de la promesse ». Le mot « alliances » (DIATHEKE) signifie : une disposition, un contrat. Une fois de plus, on voit qu'ils étaient des « étrangers »; donc que ce n'était pas pour eux. Ils ont été exclus de l'alliance de la promesse. Toutes les promesses de Dieu pour Son peuple n'étaient pas pour eux – puisqu'ils ne faisaient pas partie de Son peuple. Les promesses pour des choses telles que : conseils spirituels, protection, aide, victoire, connaissance, sagesse, domination et tout ce qui se trouve dans l'AT n'étaient pas pour eux. C'est comme un enfant qui se trouve à l'extérieur d'un magasin de bonbons; il voit toutes ces friandises par la vitrine, mais il sait que seuls les "enfants riches" peuvent entrer et les acheter. Le ciel (la merveilleuse vie après la mort) n'était pas une alliance avec les Gentils, mais avec les Juifs. Ainsi, les Gentils n'avaient pas grand-chose à attendre, à moins qu'ils ne deviennent participants de l'Alliance de Dieu.

 

4. Sans espérance

 

La situation qu'ils vivaient était désespérée. Être en dehors de l'Alliance, séparé du Christ, exclu de la communauté – où était l'espoir pour leur avenir ? Le mot « espérance » (ELPIS) signifie : anticiper, bonne attente, espérer. C'était un peu comme être très malade et savoir qu'il n'y a pas d'aide qui puisse être fournie, pas de remède pour vous. Pouvez-vous imaginer une vie où il n'y a absolument aucun espoir d'un meilleur avenir ? L'espoir est la flamme qui maintient les hommes et les femmes déterminés à aller de l'avant. Paul déclare que leur avenir était sombre. Ils n'avaient personne vers qui se tourner vraiment, personne pour venir à leurs côtés. Personne pour écouter leurs cris. Ne pas avoir d'espoir doit être une chose terrible. Ce que Paul écrit est toujours valable aujourd'hui. Les hommes et les femmes n'ont aucun espoir pour l'au-delà. Ils ne savent pas où ils vont. Ils ne savent pas ce qui va leur arriver. Ils ne savent pas comment se mettre "en règle" avec Dieu. Leur conscience est préoccupée, mais il n'y a pas de solution pour eux puisqu'ils ont rejeté le Christ comme Seigneur et Sauveur. Ils sont sans espoir ! Paul parle des désespérés dans une autre de ses lettres :

 

1 Thessaloniciens 4

13 Nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l'ignorance au sujet de ceux qui dorment, afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n'ont point d'espérance.

 

5. Sans Dieu dans le monde

 

Cela semble résumer tout ce qui a été dit auparavant, lorsque vous êtes :

 

- Séparé du Christ

- Privé du droit de cité en Israël

- Étranger aux alliances de la promesse

- Sans espoir

 

Cela signifie vraiment que vous êtes sans Dieu dans le monde, ce qui est une chose terrifiante. Si Dieu n'est pas dans votre monde, alors il n'y a absolument personne pour vous aider, rien en quoi vous pouvez espérer. C'est ce que Paul veut que les Éphésiens se souviennent - ce qu'ils étaient avant. Si vous êtes un enfant de Dieu, vous devez également vous rappeler qui vous étiez AVANT de venir à la croix. Nous devons tous rester humbles devant notre Seigneur Dieu.

13 Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ.

 

Les croyants peuvent remercier le Seigneur que le verset treize commence par le mot « MAIS ». Quel mot merveilleux, et on le trouve aussi au verset quatre. Ce petit mot de quatre lettres vaut son pesant d'or. Sans cette parole, nous n'aurions pas accès au plan de rédemption de Dieu !

 

C'est le tournant de cette section. Vous étiez : « en dehors de Christ, privés du droit de cité, étrangers aux alliances, sans espoir et sans Dieu dans le monde » – « MAIS » !

 

Au verset treize, le Christ apparaît soudainement dans l'histoire de leur vie. « Vous qui étiez jadis éloignés » (avant Christ) – « vous avez été rapprochés » (après Christ). Ce que Christ a fait, c'est qu'Il a pris les Éphésiens qui étaient si éloignés de Dieu le Père, et Il les a emmenés dans le royaume de Son Père. Pour les Éphésiens et tous ceux qui croiraient après eux, voici ce qu’ils sont devenus :

 

- Nous ne sommes plus des Gentils / nous sommes maintenant des descendants d'Abraham.

- Nous ne sommes plus incirconcis / nous sommes maintenant circoncis dans nos cœurs par l'Esprit.

- Nous ne sommes plus séparés / nous sommes devenus une partie du corps de Christ.

- Nous ne sommes plus exclus de la cité d'Israël / nous sommes devenus une nation sainte, le peuple de Dieu.

 

Vous n’êtes plus :

- Des étrangers – nous sommes devenus enfants de Dieu

- Sans espoir - Christ est ressuscité des morts

- Sans Dieu dans le monde – car Dieu vit en nous !

 

Tout cela « par le sang de Christ ». Une fois de plus, nous voyons que Dieu fait ce que nous ne pouvons pas faire. Puissions-nous nous rappeler qui nous étions autrefois et qui nous sommes devenus, à cause du sang du Christ versé sur la croix. Que le peuple de Dieu devienne éternellement reconnaissant de son appel à participer au Dîner de l'Agneau.

Apocalypse 19

9 Et l'ange me dit: Écris: Heureux ceux qui sont appelés au festin de noces de l'agneau! Et il me dit: Ces paroles sont les véritables paroles de Dieu.

retour au menu

08-ephesians

L’épître aux Éphésiens

08 – La paix du Christ

Éphésiens 2

14 Car il est notre paix, lui qui des deux n'en a fait qu'un, et qui a renversé le mur de séparation,

15 (2:14) l'inimitié, (2:15) ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix,

16 et de les réconcilier, l'un et l'autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l'inimitié.

17 Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près;

18 car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit.

(LSG)

 

Dans cette section, l'apôtre Paul parlera de la paix que nous avons maintenant avec Dieu et comment cela s'est produit. Encore une fois, c'est fondamental, car cela sépare les vraies églises des fausses. Toutes les religions disent qu'elles peuvent amener leurs fidèles à avoir la paix avec Dieu, mais la Bible est très claire à ce sujet. Seul Christ a le pouvoir de le faire. Tout ce que la religion enseigne, c'est que vous pouvez satisfaire la justice de Dieu par votre chair; les choses que vous faites, que vous vous abstenez de faire, ou par la privation des désirs de la chair. Tout cela n'a rien à voir avec la vraie spiritualité, cela satisfait plutôt les désirs religieux de la chair.

Colossiens 2

21 Ne prends pas! ne goûte pas! ne touche pas!

22 préceptes qui tous deviennent pernicieux par l'abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes?

23 Ils ont, à la vérité, une apparence de sagesse, en ce qu'ils indiquent un culte volontaire, de l'humilité, et le mépris du corps, mais ils sont sans aucun mérite et contribuent à la satisfaction de la chair.

 

Paul commence par une affirmation audacieuse : « car il est notre paix », pas les synagogues, pas les chefs spirituels de son époque, pas les dirigeants religieux, pas même suivre la loi de Dieu ! Rien ne peut apporter une vraie paix entre Dieu et le pécheur perdu sans l'intervention de Jésus-Christ. Donc, notre paix est une personne - Jésus-Christ ! Rappelez-vous des paroles prononcées par Jésus aux chefs spirituels de Son époque :

Jean 5

39 Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle: ce sont elles qui rendent témoignage de moi.

40 Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie!

 

Maintenant, Christ, en tant que notre paix, a fait deux choses qui étaient nécessaires pour apporter cette paix éternelle.

v.14 …lui qui des deux n'en a fait qu'un

 

  1. « Des deux n’en a fait qu’un »

 

Ces deux groupes ont été mentionnés dans les versets onze à treize - les circoncis et non circoncis - les Juifs et les Païens. Nous avons vu qu'ils étaient deux groupes très différents et séparés qui n'avaient rien en commun. Pour faire la paix, Jésus a dû prendre ces deux groupes et en faire quelque chose de nouveau afin qu'ils puissent en devenir un. Il a accompli cela à la croix et les deux groupes qui croiraient en lui, sont devenus Son "Corps", également appelé Son "épouse" ou "l’Église".

1 Corinthiens 12

12 Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il de Christ.

13 Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d'un seul Esprit.

 

Les croyants ne peuvent plus parler "d’eux" mais plutôt de "nous". Qui que nous soyons, où que nous vivions, quel que soit notre statut social, la couleur de notre peau, notre groupe d'âge ou notre sexe - TOUS les vrais croyants sont UN en Christ. Nous sommes tous frères et sœurs. Nous avons tous le même Sauveur et Père spirituel – le Saint d'Israël !

 
2. « Il a renversé le mur de séparation »

 

Cela pourrait représenter le « mur de séparation » entre les saints et le Saint des saints de l’Ancien Testament. C'est là que le grand prêtre venait une fois par an avec le sang de l'agneau immolé lors de la fête de la Pâque. Il aspergeait le sang sur le couvercle de l'arc de l'alliance. Personne ne devait traverser ce « mur de séparation » (le voile), car la mort s'ensuivait si l'on osait le faire ! Le souverain sacrificateur n'était autorisé à le faire, qu’une fois par an, étant le représentant désigné par Dieu pour Son peuple. Il entrait, et répandait le sang sur le propitiatoire, pour que le peuple soit pardonné. L'apôtre Paul écrit que c'est le sang du Christ qui apporte l'expiation (Romains 3 :23-25). Il y a plusieurs choses qui se sont produites lorsque Christ est mort sur la croix. L'une des moins connues concerne « le mur de séparation ».

Marc 15

37 Mais Jésus, ayant poussé un grand cri, expira.

38 Le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas.

 

En raison du sacrifice parfait de Christ sur la croix, Dieu a déclaré qu'il n'y avait plus de raison d’être séparé de Son peuple. Sa justice avait maintenant été satisfaite et tous pouvaient venir à lui par l'Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde (Jean 1 :29,36).

 

Le « mur de séparation » pourrait également représenter le mur qui faisait une barrière entre Dieu et l'homme (à cause du péché), comme mentionné dans Ésaïe.

Ésaïe 59

1 Non, la main de l'Éternel n'est pas trop courte pour sauver, Ni son oreille trop dure pour entendre.

2 Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation Entre vous et votre Dieu; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face Et l'empêchent de vous écouter.

 

Quelle que soit notre vision des choses, Christ a détruit ce mur (spirituel et/ou matériel) en payant la rédemption de l'homme sur la croix. Quoi qu'il en soit, Christ a démoli la barrière qui existait. Le rideau qui bloquait le chemin vers le Père a été arraché. Le sacrifice parfait a été offert par le Messie. Toutes les barrières ont été brisées ! Le Christ est maintenant devenu la porte qui ouvre le chemin vers le Père. Si vous n'êtes pas déjà entré par cette porte, qu'est-ce qui vous en empêche ? N'attendez pas un instant de plus ! Venez à Christ pour votre salut.

Jean 10

7 Jésus leur dit encore: En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis.

8 Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands; mais les brebis ne les ont point écoutés.

9 Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.

 

Maintenant que Paul a écrit que le mur de séparation a été abattu, il expliquera comment cela a été fait.

 

1. « L'inimitié », dans sa chair (v.14)

v.14 …et qui a renversé le mur de séparation, l'inimitié,

 

Pour briser la barrière, le Christ devait d'abord abolir quelque chose – l'inimitié entre Dieu et l'humanité. « Inimitié » (ECHTHRA) signifie : hostilité, opposition. L'inimitié ou l'hostilité de l'homme envers Dieu devait être résolue. L'humanité était en guerre ouverte contre le Seigneur Dieu depuis qu'elle a péché dans le jardin d'Éden. Ainsi, l'opposition de l'homme envers Dieu devait être prise en compte. La paix devait être faite, la justice devait être satisfaite et le pardon offert par Dieu. Cette hostilité devait être abolie et l'homme ne pouvait rien faire par lui-même, à cause de son état de pécheur. Le péché devait être expié par une victime parfaite et une seule existait dans tout l'univers – le Fils de Dieu. C'était « dans sa chair » que le péché devait être expié et c'est pourquoi le Christ s'est fait homme – a vécu dans la chair et s'est offert pour faire la paix éternelle. Il est écrit que Christ a porté notre réconciliation dans Sa chair.

Colossiens 1

21 Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises oeuvres, il vous a maintenant réconciliés

22 (1:21) par sa mort dans le corps de sa chair, (1:22) pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche,

 

Premièrement, l'inimitié ou l'hostilité a été vaincue par la croix. Paul dit que cela a été fait par :

v.15 ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions

 

D'une certaine manière, c'est la loi de Dieu qui nous a fait devenir Ses ennemis, parce que nous étions incapables de suivre Ses ordonnances. La loi est sainte et parfaite – mais nous ne le sommes pas. Alors, nous avons continué à "frapper un mur " (la sainteté de la loi), incapable de le traverser en dessous ou au-dessus. C'est pourquoi Jésus dit qu'il est venu accomplir la loi !

Matthieu 5

17 Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.

 

La loi a été accomplie par Christ et, ce faisant, elle a perdu son pouvoir de condamnation sur tous ceux qui croiraient vraiment. Le disciple du Christ a maintenant une paix parfaite avec Dieu. Quelles paroles belles et encourageantes nous trouvons dans le livre de Romains :

Romains 8

1 Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.

2 En effet, la loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort.

3 Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché,

 

 

2. L'inimitié, "dans sa chair" (v.14)

 

La deuxième chose que Christ devait faire pour apporter la paix entre Dieu et l'homme était de faire "l'Unité" avec deux groupes distincts : les Juifs et les Gentils.

v.15 …afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix,

 

Nous en avons parlé plus tôt, alors je vais continuer.

 

3. En apportant la "réconciliation" (v.16)

 

Christ devait réconcilier les deux différents groupes de personnes. Il y avait des frictions, de la haine, de la jalousie, de la colère entre Juifs et Gentils. Christ a apporté la réconciliation en prenant les deux groupes pour en faire un nouveau groupe.

16 et de les réconcilier, l'un et l'autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l'inimitié.

 

Encore une fois, nous voyons les mots « par la croix ». C'est donc par Son sacrifice sur la croix que la réconciliation s'est opérée. En dehors de Christ, il n'y a PAS de réconciliation. Pensez aux millions de personnes qui, par la religion, la philosophie ou tout autre moyen, essaient de se réconcilier avec Dieu. Tous leurs efforts sont vains, car ils rejettent Christ comme le SEUL sacrifice pour expier leurs péchés. Il faut se méfier des fausses religions et même des fausses dénominations chrétiennes, qui disent que le Christ est leur seul Rédempteur; mais qui, dans la pratique, enseignent aussi que le salut passe par de bonnes œuvres, la pratique de sacrifices, de l'argent donné, des pèlerinages, ou la prière pour les morts ou les "saints" au ciel. Ils ressemblent à des chrétiens, mais ils nient la puissance du Christ (Tite 1 :16).

 

Comment pouvez-vous dire que la réconciliation est un acte accompli ? Comment savez-vous que cette réconciliation durera pour toujours ? Nous voyons la réponse au verset seize où Paul écrit : « en détruisant par elle l'inimitié ». Le mot « détruisant » » (APOKTEINO) signifie : (tuer); tuer sur‑le‑champ; au sens figuré, détruire : mettre à mort, tuer. Le mot « inimitié » (ECHTHROS) signifie : un ennemi; quelqu'un ouvertement hostile (à l'inimitié), animé d'une haine profonde. Jésus a absolument effacé tous les péchés qui faisaient de nous des ennemis de Dieu. Il n'y a pas une seule trace de péché qui puisse entraver l’accès à notre salut ! L'inimitié a été détruite – elle n'existe plus. Ceci est confirmé deux fois dans le livre aux Hébreux, la preuve en est confirmée par Dieu – le Père :

Hébreux 8

12 Parce que je pardonnerai leurs iniquités, Et que je ne me souviendrai plus de leurs péchés.

 

Hébreux 10

16 Voici l'alliance que je ferai avec eux, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leurs coeurs, Et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute:

17 Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités.

 

La mort de Jésus allait profiter aux Juifs et aux Gentils, comme il est écrit :

17 Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près;

 

Jésus « est venu annoncer la paix » à ceux qui étaient loin - (Gentils). Et aussi, à ceux qui étaient proches - (Juifs). Maintenant que le mur de séparation a été abattu, nous avons maintenant accès (v.18) au Père.

18 car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit.

 

L'auteur de l’épître aux Hébreux avait la même chose à l'esprit lorsqu'il écrivait :

Hébreux 4

16 Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

 

Paul termine avec le thème de l'unification ou être UN avec : « car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit. » Ce n'est pas dans et par notre chair que nous trouvons la paix, parce que nous serons toujours ce que nous sommes (des pécheurs), que ce soient des Juifs ou des Gentils, mais c'est dans l'Esprit. Nous pouvons être éternellement reconnaissants au Christ d'avoir aboli l'inimitié entre le Père et les pécheurs, et de nous avoir fait UN dans l'Esprit.

retour au menu

09-ephesians

L’épître aux Éphésiens

09 – Christ la pierre angulaire

 

Éphésiens 2

19 Ainsi donc, vous n'êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu.

20 Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire.

21 En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur.

22 En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit.

(LSG)

 

Dans cette section, l'apôtre Paul utilisera des métaphores pour continuer à expliquer aux Éphésiens qui ils sont devenus en Jésus. Ces métaphores seront divisées en deux sections distinctes : l'une parlera du chrétien individuel tandis que l'autre parlera des chrétiens en tant que groupe.

 

Que sont devenus ces hommes et ces femmes à Éphèse ? En tant qu'individus, vous remarquerez des mots tels que : non plus des étrangers ou des gens du dehors, mais plutôt des concitoyens, des saints, gens de la maison de Dieu. En tant que groupe, des mots tels que : édifice, temple saint, habitation de Dieu sont utilisés. Alors, regardons cela.

 

Tout d'abord, l'apôtre Paul conclut cette section.

 

Il avait introduit de nombreuses vérités théologiques et spirituelles, dont beaucoup sont encore difficiles à comprendre pour nous. Paul a parlé de :

 

- Bénédictions en Christ

- Élection

- Prédestination

- Adoption

- Le plaisir et la bonne volonté du Père

- Rédemption en Christ

- Pardon du péché

- La sagesse et la compréhension de Dieu

- Le mystère de Dieu envers nous

- Son but pour nous

- Notre héritage

- Notre espérance en Christ

- Le sceau du Saint-Esprit

- L'esprit de sagesse

- L'appel de Dieu

- Les richesses de Sa gloire

- La grandeur incomparable de Sa puissance

- Christ ressuscité

- La pleine autorité du Christ

- Être mort dans le péché

- La miséricorde de Dieu

- Notre résurrection en Christ

- Être assis avec le Christ

- Faire partie de la communauté de Dieu

- Christ notre paix

- L'effondrement du mur de l'inimitié

- L'établissement de la paix éternelle

 

C'est ce que l'on trouve dans les chapitres un et deux. Tout cela est amené à une conclusion, en utilisant le terme « Ainsi donc ». Tout ce qui a été dit aboutit à une conclusion qui est :

19 Ainsi donc, vous n'êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu.

 

Ils étaient des « étrangers » (XENOS) signifiant : étrange, apatride. Mais de quoi étaient-ils « étrangers » ? Rappelez-vous ce que Paul a écrit :

Éphésiens 2

12 que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde.

 

- Pas de citoyenneté

- Aucune promesse d'alliance

- Sans espoir

- Sans Dieu

 

C'est ce que Paul veut dire par être des étrangers. Ces hommes et ces femmes étaient comme des âmes errantes dans un monde stérile, sans aucun endroit où se reposer. Ils étaient des « étrangers », ce qui en grec voudrait dire : être un habitant. Un peu comme si vous possédiez une maison, mais pas à l’endroit où vous vous trouvez actuellement - mais ailleurs.

 

C'est une image assez misérable quand on y pense. Ne pas être sauvés les a amenés à vivre ailleurs, mais pas dans la maison de Dieu. Nous étions aussi comme des passants, des étrangers. Notre maison était ailleurs, certainement pas dans le royaume de Dieu. Nous étions une sorte de "clochard" spirituel si vous voulez; errant juste à l'extérieur des portes du paradis, marchant vers notre destination finale – l'enfer !

v.19 … mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu.

 

Encore une fois, nous voyons l'un des plus beaux mots de cette épître « MAIS » ! Paul rappelle aux croyants d'Éphèse qui ils étaient. Il attire leur attention sur leur état avant le salut. Dans le livre du Deutéronome, juste avant que le peuple n'entre dans la Terre Promise, Moïse rappelle qui était le peuple, et ce que le Seigneur Dieu avait fait pour lui. À quatorze reprises, l’idée de se souvenir est évoqué. Ceci en est un exemple :

Deutéronome 15

15 Tu te souviendras que tu as été esclave au pays d'Égypte, et que l'Éternel, ton Dieu, t'a racheté; c'est pourquoi je te donne aujourd'hui ce commandement.

 

Prenez le temps de vous rappeler aussi qui vous étiez, avant que le Seigneur Dieu n'intervienne dans votre vie. Rappelez-vous les grandes choses qu'Il a faites, et comment Il vous a porté contre vents et marées. Une fois que Paul a fini de dire aux Éphésiens qui ils étaient, il en vient maintenant à leur dire qui ils sont devenus; le bon côté de sa conclusion. Oui, ils étaient des étrangers, mais l'histoire ne s'arrête pas là ! D'étrangers, ils sont devenus concitoyens :

 

- Pas de citoyenneté

- Aucune promesse d'alliance

- Sans espoir

- Sans Dieu

 

Ils (ainsi que tous les vrais croyants) sont devenus des « concitoyens des saints ». Ils avaient maintenant une nouvelle nationalité. Leur "passeport céleste" avait été estampillé par le sang du Christ, et leurs noms inscrits dans le Livre de vie. C'était ainsi pour les compagnons de Paul et de Clément, son collaborateur bien-aimé.

Philippiens 4

3 Et toi aussi, fidèle collègue, oui, je te prie de les aider, elles qui ont combattu pour l'Évangile avec moi, et avec Clément et mes autres compagnons d'oeuvre, dont les noms sont dans le livre de vie.

 

Comme Paul l'expliquera plus tard dans sa lettre, avec tous les vrais croyants, nous avons également été scellés par le Saint-Esprit pour le jour de la rédemption.

Éphésiens 4

30 N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.

 

Quant à moi, humainement parlant, je suis un citoyen canadien et spirituellement parlant, ma citoyenneté est dans le royaume de Dieu. Avant, j'étais un étranger – un vagabond spirituel, ayant une maison, mais ailleurs, certainement pas avec Dieu. Maintenant, à cause du Christ, je suis : « gens de la maison de Dieu » (OIKEIOS), ce qui signifie : un parent, une maison.

v.19 … gens de la maison de Dieu.

 

Je suis maintenant un membre de la maison de Dieu, je suis apparenté - Son fils ou Sa fille par adoption (Rom. 8 :15; Gal. 4 :5; Ép. 1 :5). Je suis enfin chez moi; j'ai arrêté d'errer, je peux me reposer. Souvenez-vous des paroles du Christ :

Matthieu 11

28 Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.

29 Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.

 

Nous tous, qui avons placé notre confiance en Christ, pour suffire à notre salut, nous sommes arrivés à la maison et, le moment venu, Il nous conduira dans notre demeure céleste (Jean 14 :1-4). Jusque-là, reposons-nous entre les mains de Jésus.

 

Paul va maintenant parler de cette maisonnée.

20 Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire.

 

Nous tous (cette maisonnée) avons été « édifiés » (EPOIKODOMEO) signifiant : construire dessus. Toutes les structures sont construites sur quelque chose. En fait, ce sur quoi une structure est construite est probablement l'un des aspects les plus importants de l'ensemble de la pièce. Le mot « fondement » (THEMELIOS) signifie : quelque chose posé, fondation. Si cette « fondation » est défectueuse, alors un jour la structure s'effondrera; comme Jésus nous le dit dans Sa parabole des deux maisons et de la tempête (Matt. 7 :24-27).

 

Le fondement sur lequel Paul écrit est basé sur les enseignements des apôtres et des prophètes. C'est ce que vous faites aujourd'hui. Vous regardez les instructions laissées par les apôtres. Cela me rappelle ce que faisaient les premiers chrétiens :

Actes 2

42 Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières.

 

Notre "édification" doit provenir de ce qui est enseigné dans la Bible. Tout le reste n'a aucune valeur éternelle. Seule la Parole de Dieu passera de ce côté (terrestre) à l’autre côté (céleste) (Ps. 119 :89). On peut dire : "Comment Paul peut-il enseigner que nous devons être fondés sur les enseignements des apôtres et des prophètes ? " La réponse se trouve dans la ligne suivante :

v.20 … Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire.

 

Nous pouvons compter sur ces enseignements parce que le Christ est la « pierre angulaire » de tout cela. Il est ce sur quoi tout repose. Tous les enseignements de notre Seigneur ont été transmis par le Saint-Esprit aux apôtres et aux prophètes.

Jean 16

13 Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.

14 Il me glorifiera, parce qu'il prendra de ce qui est à moi, et vous l'annoncera.

15 Tout ce que le Père a est à moi; c'est pourquoi j'ai dit qu'il prend de ce qui est à moi, et qu'il vous l'annoncera.

 

Remarquez que la Trinité est à l'œuvre dans la transmission de la doctrine. Le Saint-Esprit guide les croyants dans « toute la vérité ». Ensuite, nous voyons que l'Esprit prend de Jésus : « parce qu'il prendra de ce qui est à moi, et vous l'annoncera ». Enfin, nous voyons que le Père prend aussi du Fils : « qu'il vous l'annoncera ». Grâce à cela, nous pouvons être rassurés et bâtir notre vie sur le fondement des Écritures. N'oubliez pas que tout ce qui vous est enseigné doit être fondé sur les Écritures (dans son contexte) et sur rien d'autre.

 

Maintenant, qu'arrive-t-il à la maisonnée de Dieu ?

21 En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur.

 

Le Seigneur est actuellement occupé à oeuvrer en nous et à travers nous. En tant que membre de Sa famille, nous sommes tous (l'ensemble du bâtiment) actuellement réunis ensemble (nous formons UN corps). Or le terme « bien coordonné » (SUNARMOLOGEO) signifie : rendre étroitement uni, organiser. Le Seigneur s'assure que, comme pour un corps physique, toutes les différentes parties de Son corps spirituel sont toutes étroitement liées les unes aux autres. Parce que les croyants sont étroitement unis, ils sont capables de s’élever « pour être un temple saint ». Comme il est important de comprendre cela, car lorsque nous ne sommes pas « bien coordonnés », nous ne pouvons pas grandir ! Beaucoup trop de gens ne voient pas l'importance de l'Église, pourtant, c'est le terrain fertile où chaque croyant est capable de grandir dans le Seigneur. Dans la maison de Dieu, il y a une place et une fonction spécifiques pour chacun de Ses enfants. Et ce n'est que lorsque nous grandirons dans la connaissance et dans le service, que nous trouverons notre véritable place dans le royaume de Dieu. Dieu nous a donné de nombreux talents naturels et dons spirituels. Lorsque nous les utilisons et que nous travaillons tous ensemble, avançons ensemble et grandissons ensemble, c'est alors que nous serons vraiment "unis".

 

Ce bâtiment ou cette maison est « un temple saint dans le Seigneur ». Ici, nous voyons les deux côtés d'une maisonnée saine :

 

- Elle grandit

- Elle est sainte

 

Je crois que je peux vérifier ma santé spirituelle simplement par ces deux éléments. Suis-je en train de grandir en Christ, de devenir plus mature ? Et est-ce que je deviens de plus en plus saint et semblable à Christ ? Les ténèbres sont-elles mises de côté dans ma vie ? Comme si Paul comprenait que les croyants ont parfois du mal (y compris nous-mêmes) à saisir ce qui est écrit, il poursuit en disant :

22 En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit.

 

Ceci est pour nous tous : nous sommes aussi « édifiés pour être une habitation de Dieu ». Dieu n'en a pas fini avec nous, Il ne nous abandonnera pas, il continuera à travailler en nous. Et Sa volonté s'oppose même parfois à nous, lorsque nous nous mettons en travers de Son chemin. Tout cela pour nous rendre simplement de plus en plus comme Son Fils. Tout cela n’est pas dans la chair - mais par l'Esprit de Dieu.

retour au menu

10-ephesians

L’épître aux Éphésiens

10 – Le mystère révélé

Éphésiens 3

1 A cause de cela, moi Paul, le prisonnier de Christ pour vous païens...

2 si du moins vous avez appris quelle est la dispensation de la grâce de Dieu, qui m'a été donnée pour vous.

3 C'est par révélation que j'ai eu connaissance du mystère sur lequel je viens d'écrire en peu de mots.

4 En les lisant, vous pouvez vous représenter l'intelligence que j'ai du mystère de Christ.

5 Il n'a pas été manifesté aux fils des hommes dans les autres générations, comme il a été révélé maintenant par l'Esprit aux saints apôtres et prophètes de Christ.

6 Ce mystère, c'est que les païens sont cohéritiers, forment un même corps, et participent à la même promesse en Jésus-Christ par l'Évangile,

(LSG)

 

L'apôtre Paul va maintenant écrire à propos du mystère que Dieu lui a donné. L'apôtre Paul commence par une déclaration très audacieuse et solennelle, qui devrait nous faire penser à nous-mêmes, en relation avec nos frères et sœurs.

1 A cause de cela, moi Paul, le prisonnier de Christ pour vous païens...

 

Il s'appelle lui-même le « prisonnier de Christ ». Le mot « prisonnier » (DESMIOS) signifie : un captif, être enchaîné, un prisonnier. Un prisonnier est quelqu'un qui ne se possède plus. On dit au prisonnier quoi faire et quand le faire. Un prisonnier est lié par les instructions du directeur de la prison. Un détenu n'a plus de libertés personnelles. Paul se considérait comme un prisonnier de Christ – c'est cette vision de lui-même qui a dicté toute sa vie. Comment est-ce que je me vois ? Suis-je toujours mon propre maître ? Est‑ce que je prends les décisions ? Ma vie est-elle dictée par mes désirs ? La façon dont vous vous voyez déterminera la façon dont vous vivez votre vie.

 

La raison pour laquelle il était prisonnier du Christ concernait également les personnes qui l'entouraient. Paul est devenu prisonnier, non pas à cause de péchés passés qui auraient mérité la prison comme punition légitime; au contraire, il est devenu prisonnier de Christ pour le bien des païens !

v.1 … le prisonnier de Christ pour vous païens

 

Il était prisonnier – ses privilèges lui ont été retirés en tant qu'homme libre – pour le bien d’autrui ! Quelle attitude remarquable - être prêt à tout abandonner juste pour être en mesure d'être une aide spirituelle dans la vie d’autrui. Le mot « pour » (HUPER) signifie : pour le bien de, au lieu de… Si seulement nous abandonnions notre droit d'avoir des droits – afin que les autres puissent être édifiés et encouragés par nos vies – cela ferait toute la différence dans le monde. Souvenez-vous de la parole du Christ :

Jean 15

12 C'est ici mon commandement: Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés.

13 Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.

 

Ainsi que :

Marc 9

35 Alors il s'assit, appela les douze, et leur dit: Si quelqu'un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous.

 

Puis Paul continue en écrivant :

2 si du moins vous avez appris quelle est la dispensation de la grâce de Dieu, qui m'a été donnée pour vous.

 

Le fait que Paul était prisonnier du Christ semblait être bien connu dans les églises. Cela signifie que son travail et son dévouement étaient évidents pour tous ceux qui voulaient voir. Il ne se vantait pas de ce qu'il faisait – mais il n'en était pas moins connu. Vous devez vous rappeler que Paul n'est pas libre de faire ce qu'il veut. Il est confiné chez lui et probablement enchaîné à un soldat romain. Pourtant, cela ne l'a pas dissuadé à œuvrer pour Dieu. Je me demande quels événements de la vie nous empêchent d'être actifs pour le Seigneur ? Il semble qu'il en faut très peu, en ces temps modernes, pour empêcher les croyants de se donner pleinement. Je me demande si NOS œuvres sont également bien connues de ceux de notre église, et même débordent sur les autres, non pas pour notre gloire - bien sûr - mais pour la louange de Christ qui nous a rachetés du jugement à venir. Nous devrions, comme Paul, travailler de manière à être prisonniers de Christ et vivre pour nos frères.

 

Remarquez que Paul mentionne « la grâce de Dieu, qui m'a été donnée pour vous. » En d'autres termes, Paul avait reçu la grâce de Dieu pour faire ce qu'il faisait. Nous pouvons voir cela de deux manières. La première pensée est que la grâce de Dieu était suffisante pour son travail avec les Gentils (ce qui est vrai). La deuxième pensée est que Paul a reçu la grâce de Dieu en devenant un serviteur des Gentils en prison (ce qui est aussi vrai). Je me demande si nous voyons cela de la même manière dans notre vie ? Le voyons-nous comme la « grâce de Dieu » de servir les autres ? Je crois que nous pouvons souvent grogner et nous plaindre au lieu de remercier le Seigneur pour l'opportunité de servir.

 

Maintenant, la première mention du mystère est la suivante :

3 C'est par révélation que j'ai eu connaissance du mystère sur lequel je viens d'écrire en peu de mots.

 

Dieu lui-même a révélé ce mystère à Paul. Le mot « révélation » (APOKALUPSIS) signifie : manifestation, divulgation. Ici, nous voyons qu'il a eu une révélation personnelle de Dieu. Il y avait un « mystère » (MUSTERION) signifiant : fermer la bouche, un secret; qui a été révélé. Dieu se révèle à Ses enfants, et j'espère qu'Il s'est révélé à vous comme à moi. N'est-ce pas la révélation de Dieu de lui-même à la croix qui vous a mis à genoux dans la repentance ? N'est-ce pas cette révélation qui vous a fait demander pardon et qui a changé votre vie ?

 

Pour Paul, ce fut une révélation très spéciale ! C'était une toute nouvelle façon de voir qui est Dieu. La révélation de Dieu à Paul a apporté quelque chose dans sa vie. Cela a touché son cœur et son esprit et a bouleversé sa vie. Quand Dieu se révèle, il ne peut en être autrement, car Il est si majestueux, si pur et si saint, que cela doit nous impacter. Alors pourquoi ne sommes-nous pas TOUJOURS touchés lorsque nous nous approchons du Seigneur ? Pourquoi prions-nous et lisons-nous la Bible sans que nous ne soyons touchés ? Parfois, je ferme ma Bible et je ne me souviens même pas de ce que je viens de lire ! Est-ce la majesté, la pureté et la sainteté de Dieu qui cause cela, ou plutôt mon manque de réponse à Son égard ? C'est la dureté de mon cœur, les péchés que je garde, mon esprit occasionnellement impitoyable, ma petitesse et ainsi de suite qui endurcissent mon cœur envers Dieu.

 

Maintenant, le « mystère » dont Paul parle, a été révélé aux croyants d'Éphèse, car il écrit : « lequel je viens d'écrire en peu de mots ». Paul a reçu une révélation, mais il ne l'a pas gardée pour lui-même. Il l'a également révélée aux frères. En d'autres termes, il a partagé ce qu'il avait appris du Seigneur Dieu. C'est ce qu'on appelle l'édification, et tous les vrais croyants sont appelés à faire de même – édifier ceux qui ont la foi avec ce qu'ils ont appris du Seigneur Dieu.

 

Paul écrit alors :

4 En les lisant, vous pouvez vous représenter l'intelligence que j'ai du mystère de Christ.

 

Nous voyons ici le but de son désir de révéler ce qu'il avait reçu du Seigneur – « En les lisant, vous pouvez vous représenter l'intelligence que j'ai du mystère de Christ ». Il écrivit dans l'espoir d'approfondir la compréhension des frères dans le mystère du Christ. Il s'attendait à ce que les croyants d'Éphèse lisent ce qu'il avait écrit. Si Paul était avec nous aujourd'hui, il s'attendrait également à ce que nous lisions ce qui est devenu le canon des Saintes Écritures. Combien de temps est-ce que je passe à lire et à étudier la Parole de Dieu ? Je me demande quelle est la profondeur de notre compréhension du mystère du Christ ? Que savons-nous de Christ, de ce qu'Il désire ou de Ses plans pour nous ? Quelle est la profondeur et notre niveau de la connaissance de Christ ? Est-ce que notre source s'est tarie avec le temps ? Notre réservoir de connaissance de Christ a-t-il quelques pieds de profondeur ou plonge-t-il des centaines de pieds dans la terre ? Alors, quelle est la profondeur de notre relation avec le Seigneur ? A-t-elle un impact sur notre vie ?

 

Cela a certainement eu un impact sur la vie de Paul – écoutez ce qu'il dit :

2 Corinthiens 11

23 Sont-ils ministres de Christ? -Je parle en homme qui extravague. -Je le suis plus encore: par les travaux, bien plus; par les coups, bien plus; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort,

24 cinq fois j'ai reçu des Juifs quarante coups moins un,

25 trois fois j'ai été battu de verges, une fois j'ai été lapidé, trois fois j'ai fait naufrage, j'ai passé un jour et une nuit dans l'abîme.

26 Fréquemment en voyage, j'ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères.

27 J'ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité.

28 Et, sans parler d'autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Églises.

29 Qui est faible, que je ne sois faible? Qui vient à tomber, que je ne brûle?

30 S'il faut se glorifier, c'est de ma faiblesse que je me glorifierai!

31 Dieu, qui est le Père du Seigneur Jésus, et qui est béni éternellement, sait que je ne mens point!...

32 A Damas, le gouverneur du roi Arétas faisait garder la ville des Damascéniens, pour se saisir de moi;

33 mais on me descendit par une fenêtre, dans une corbeille, le long de la muraille, et j'échappai de leurs mains.

 

Maintenant, au verset cinq, Paul parle de la grâce que Dieu a donnée à l'humanité - une grâce que d'autres n'avaient pas connu avant.

5 Il n'a pas été manifesté aux fils des hommes dans les autres générations, comme il a été révélé maintenant par l'Esprit aux saints apôtres et prophètes de Christ.

 

Le mystère n'avait pas été révélé auparavant, car il nous était caché. Les générations qui ont précédé Paul ont été maintenues dans l'ignorance. Ils savaient un peu, juste un peu de ce que Paul écrivait maintenant. Mais désormais, le moment était venu – le mystère était révélé ! Il y a un temps pour tout sous le soleil (Ecc. 3 :1-8), et le temps était venu pour les « saints apôtres et prophètes » de recevoir cette connaissance cachée. Cette nouvelle révélation donnée aux apôtres et aux prophètes n'est pas sortie d'eux-mêmes ! Ils ne l'ont pas soudainement compris par eux-mêmes.

v.5 … révélé maintenant par l'Esprit aux saints apôtres et prophètes de Christ

 

Dieu – le Saint-Esprit leur a enseigné cela et une fois de plus, nous voyons la grâce de Dieu. L'humanité aurait pu rester "dans le noir" pendant des générations et des générations. Le secret aurait pu rester jusqu'à la fin des temps, mais ce n'était pas le plan de Dieu. Ce mystère est révélé en trois sections – regardez le verset six :

6 Ce mystère, c'est que les païens sont cohéritiers, forment un même corps, et participent à la même promesse en Jésus-Christ par l'Évangile,

 

Le mystère dévoilé est le suivant :

 

- Les Païens sont cohéritiers

- Ils forment un même corps

- Ils participent à la même promesse en Jésus-Christ

 

Pouvez-vous voir le mot qui relie ces trois déclarations ? - COHÉRITIERS! Cela parle d'une nouvelle unité entre les Juifs croyants et les Païens croyants. Je me demande si nous avons aussi compris ce mystère dans le sens du mot « cohéritiers » ? Il existe différents "types" de vrais croyants et nous devrions tous les accueillir comme le Seigneur Dieu nous a accueillis dans Sa famille.

 

Le mystère est que nous, les Gentils :

 

- Sommes cohéritiers

- Formons

- Et participons

 

À la promesse de la venue du Messie ENSEMBLE avec les Juifs – et tout cela à cause de ce que Christ a fait pour nous. Soyons toujours reconnaissants du fait que nous ayons été greffés sur l’olivier !

Romains 11

17 Mais si quelques-unes des branches ont été retranchées, et si toi, qui étais un olivier sauvage, tu as été enté à leur place, et rendu participant de la racine et de la graisse de l'olivier,

18 ne te glorifie pas aux dépens de ces branches. Si tu te glorifies, sache que ce n'est pas toi qui portes la racine, mais que c'est la racine qui te porte.

retour au menu

11-ephesians

L’épître aux Éphésiens

11 – Le but du mystère

 

Éphésiens 3

7 dont j'ai été fait ministre selon le don de la grâce de Dieu, qui m'a été accordée par l'efficacité de sa puissance.

8 A moi, qui suis le moindre de tous les saints, cette grâce a été accordée d'annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ,

9 et de mettre en lumière quelle est la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu qui a créé toutes choses,

10 afin que les dominations et les autorités dans les lieux célestes connaissent aujourd'hui par l'Église la sagesse infiniment variée de Dieu,

11 selon le dessein éternel qu'il a mis à exécution par Jésus-Christ notre Seigneur,

12 en qui nous avons, par la foi en lui, la liberté de nous approcher de Dieu avec confiance.

13 Aussi je vous demande de ne pas perdre courage à cause de mes tribulations pour vous: elles sont votre gloire.

(LSG)

 

Chaque histoire a un début et il en est de même avec la nouvelle vie de Paul.

7 dont j'ai été fait ministre selon le don de la grâce de Dieu, qui m'a été accordée par l'efficacité de sa puissance.

 

Le mot « ministre » (DIAKONOS) signifie : courir aux tables. Paul se considérait comme un serviteur au service de Dieu. Il était disposé à faire les courses, le travail et tout ce que le Seigneur lui demandait de faire. C'est le même mot grec dont nous tirons notre mot "diacre". Malheureusement, de nombreux "diacres" ont oublié ce qu'ils étaient vraiment censés faire et être dans leur église locale – un simple serviteur. Paul était ravi d'être au service du Seigneur, et tous les croyants aussi. Beaucoup de chrétiens ne comprennent pas que servir le Seigneur n'est pas un fardeau qui nous est confié. Bien au contraire !

 

Paul dit : « selon le don de la grâce de Dieu qui m'a été accordée ». Nous avons déjà vu dans notre dernière section, que Paul considérait comme une grâce de Dieu d'être en prison et de servir les frères à travers ses écrits. Ici, nous voyons que Paul considère aussi comme une grâce de Dieu d'être devenu un simple serviteur. Il dit que c'est un « don de la grâce de Dieu ». Le mot « don » (DOREA) signifie : une gratification, un don. Combien d'entre nous considéreraient que c'est un don de Dieu de servir les autres ? Ne préférerions-nous pas faire autre chose pour Dieu que de servir les autres ! Servir le Seigneur est un don qui nous est fait – c'est un grand privilège. Avez‑vous déjà pensé que seule une fraction de l'ensemble de la race humaine a reçu ce privilège ? Servir est un don, et ce don est offert par la grâce de Dieu.

 

La grâce que les vrais croyants reçoivent n'est pas seulement d'être sauvé du jugement à venir (Jean 3 :36), mais d'être au service du Seigneur Tout‑Puissant. En refusant de servir Dieu, nous rejetons en fait la grâce qu'Il nous donne !

v.7 … par l'efficacité de sa puissance

 

Maintenant, ce don de grâce se fait par « l'efficacité de sa puissance ». Le mot « puissance » (ENERGIA) signifie : travail efficace, fort. C'est très encourageant, car la Bible déclare que tout ce que Dieu fait en vous, pour vous permettre de le servir ainsi que les frères, Il le fait avec une puissance efficace. Rien ne peut entraver l'œuvre de Dieu en vous. La puissance de Dieu en vous ne faillira jamais. Imaginez la puissance de Dieu qui agit réellement en vous ou à travers vous. Parfois, nous nous sentons impuissants, incapables d'accomplir le travail qui nous attend - mais nous ne devrions pas.

Philippiens 4

13 Je puis tout par celui qui me fortifie.

 

Comment est-il possible que je puisse tout faire ce que Dieu me demande ? Tout simplement parce que la puissance de Dieu permet à Ses enfants de le servir par Sa grâce. Ce n'est pas MA puissance, mais la puissance de Dieu ! Pas MA grâce, mais la grâce de Dieu; ce n'est pas MON travail, mais Dieu qui travaille - en moi ! Je crois que le verset huit est la recette parfaite qui nous permet de faire ce que nous pensons être impossible.

8 A moi, qui suis le moindre de tous les saints, cette grâce a été accordée d'annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ,

 

C'est la façon dont nous nous voyons qui déterminera jusqu'où Dieu nous amènera dans Son service. Paul se considérait comme « le moindre de tous les saints ». Le mot « moindre » (ELACHRISTOTEROS) signifie : moins que le moins. Cela me rappelle ce qu'il écrira plus tard à Timothée :

1 Timothée 1

15 C'est une parole certaine et entièrement digne d'être reçue, que Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier.

 

En d'autres termes, il voyait tous les autres plus grands que lui, plus importants et plus précieux.

 

Lorsque nous avons cette vision de nous-mêmes, nous sommes prêts à servir les autres, avant de servir ou de penser à nous-mêmes ! Remarquez qu'une fois de plus, il voit son statut : « le moindre de tous les saints » comme une grâce de Dieu, car il écrit : « cette grâce a été accordée ». Il semble que plus vous vous humiliez, plus la grâce de Dieu est sur vous (Jacques 4 :6; 1 Pierre 5 :5) ! Lorsque nous avons cette vision, la puissance et la grâce de Dieu reposent sur nous. Mais quand on ne se voit pas comme le moindre de tous, notre cœur se gonfle et on en vient à croire que l'attention d’autrui doit être sur nous, et que NOUS devons être servis ! Paul va maintenant expliquer ce que la grâce de Dieu lui réservait.

v.8 … d'annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ

 

Paul a été poussé, par la grâce et la puissance du Tout-Puissant, à le représenter auprès de ceux qui ne le connaissaient pas. Le moyen de représenter Dieu était « d’annoncer ». Le mot « annoncer » (EUAGGELIZO) signifie : annoncer une bonne nouvelle. Les choses n'ont pas changé ! À notre manière et à notre mesure, nous aussi sommes appelés à représenter Dieu en parlant de lui.

 

2 Corinthiens 5

19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.

20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu!

21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.

 

Paul a été appelé à prêcher « les richesses incompréhensibles de Christ ». Le sujet que Paul devait prêcher était Christ. Je me demande si Paul a perdu son temps avec des bavardages inutile sur la météo et les derniers enjeux sportifs ? Combien de temps perdons-nous avec des propos frivoles ? Paul a dit à Timothée de ne pas perdre de temps à parler de certains sujets.

1 Timothée 1

3 Je te rappelle l'exhortation que je te fis, à mon départ pour la Macédoine, lorsque je t'engageai à rester à Éphèse, afin de recommander à certaines personnes de ne pas enseigner d'autres doctrines,

4 et de ne pas s'attacher à des fables et à des généalogies sans fin, qui produisent des discussions plutôt qu'elles n'avancent l'oeuvre de Dieu dans la foi.

 

Il a également déclaré à Tite ce qui suit :

Tite 3

9 Mais évite les discussions folles, les généalogies, les querelles, les disputes relatives à la loi; car elles sont inutiles et vaines.

 

C’était « les richesses incompréhensibles de Christ » - qui était son sujet. Le mot : « incompréhensibles » (ANEXICHNIATOS) signifie : non suivi, introuvable. On ne peut jamais cesser de trouver l'excellence en la personne du Christ; Christ - le magnifique, Christ - le Roi, Christ - le Rédempteur, et ainsi de suite. Paul parle des « richesses du Christ ». Le mot « richesses » (PLETHUNO) signifie : augmenter, abonder, multiplier. Gloire, honneur, magnificence, splendeur et grandeur, tout cela et bien plus sont les richesses incompréhensibles du Christ. C’est ce que Paul a été appelé à témoigner. Paul a-t-il fait cela en parlant de manière mystérieuse ? Parlait-il avec une langue mystique ? N'était-ce qu'une élite ou un groupe initié de personnes capables de le comprendre ?

9 et de mettre en lumière quelle est la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu qui a créé toutes choses,

 

Non, Paul a parlé d'une manière claire, d'une manière compréhensible et d'une manière que les gens en général pouvaient comprendre. En fait, les mots « en lumière » (PHOTIZO) signifient : répandre des rayons, éclairer. Le désir de Paul était d'éclairer tout le monde - Grecs, Juifs, étrangers ou proches. Personne n'était négligé : aucun nécessiteux, aucun noble, aucun pécheur, aucune personne pieuse. Tout le monde méritait d'entendre la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Je crois que nous devrions aussi parler d'une manière qui puisse être franchement comprise par nos auditeurs, pour qu’ils soient éclairés.

v.9 … la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu qui a créé toutes choses,

 

L'idée derrière « la dispensation du mystère » est l'impact quotidien que ce mystère, maintenant révélé, a sur nos vies. Le mot « dispensation » (KOINONIA) signifie : partenariat, participation. Cette révélation ne vise pas notre intellect simplement comme une chose à savoir. C'est plutôt une chose à savoir qui amènera la personne à participer au mystère. Le vrai christianisme est une vie changée par la nouvelle naissance donnée par le Saint-Esprit. La vie chrétienne doit être comme un fleuve qui coule continuellement, et non comme un lac qui stagne ! Cette grande vérité (la Bonne Nouvelle) devrait changer chaque aspect de notre être. Dieu devrait être au centre même de notre vie quotidienne et dans les divers aspects de nos interactions.

 

Pourquoi Paul insère-t-il « qui a créé toutes choses » à la fin de sa phrase ? Il peut simplement être placé là pour rappeler à ses lecteurs QUI est ce Dieu. Il est le Créateur et le Soutien de toutes choses, et nos cœurs devraient se tourner vers lui. Cela est d'autant plus vrai qu'Il est cette Bonne Nouvelle pour l'humanité. Paul va maintenant parler de l'intention de Dieu en relation avec la prédication de l'évangile, et l'impact que cela devrait avoir.

10 afin que les dominations et les autorités dans les lieux célestes connaissent aujourd'hui par l'Église la sagesse infiniment variée de Dieu,

 

Cela laisse entrevoir le mystère de l'église sur lequel nous reviendrons tout à l'heure. Paul commence à parler de la « sagesse infiniment variée de Dieu ».

 

- Ps. 104 :24 dit que c'est avec sagesse que Dieu a créé tout ce qui est sur la terre.

- Ps. 136 :5 déclare que les cieux ont été créés par Sa sagesse.

- Pr. 3 :19 dit que le Seigneur a fondé la terre par Sa sagesse

- Pr. 16 :16 dit que la sagesse de Dieu vaut mieux que l'or

 

La sagesse et la puissance de Dieu peuvent être vues à l'œil nu (Rom. 1 :20). Tout ce qui nous entoure est la manifestation de la sagesse de Dieu. Mais l'Église est quelque chose qui est à part de tout le reste. Les croyants, hommes, femmes et enfants forment le Corps mystique du Fils Vivant de Dieu, qui manifeste véritablement la « sagesse infiniment variée de Dieu ». Dieu a prévu un rôle spécial pour l'Église. Il a quelque chose en tête qui touche chacun d'entre nous qui formons l'Église. Dieu a conçu l'Église de telle manière qu'elle manifestera Sa sagesse. L'Église (tous les vrais croyants) est appelée à manifester la sagesse de Dieu. Ce qui est incroyable, c'est que le Seigneur l’utilise pour manifester Sa sagesse aux « dominations » et aux « autorités dans les lieux célestes » ! D'une certaine manière, il nous est difficile de comprendre, que L'ÉGLISE est présentée aux « dominations » (ARCHE) signifiant : chef, magistrat et aux « autorités » (EXOUSIA) signifiant : juridiction, force, capacités; qui sont « dans les lieux célestes ». Le mot « célestes » (EPOURANIOS) signifie : au-dessus du ciel, céleste. En d'autres termes, l'ÉGLISE est la manifestation de l'incroyable sagesse de Dieu aux êtres célestes ! D'une manière qui dépasse notre compréhension, nous (l'Église) manifestons la sagesse de Dieu devant les anges, les archanges, les chérubins et toutes les autres armées angéliques, bonnes ou mauvaises ! Maintenant, quelle est la signification de ce mystère pour moi. Certaines choses ne peuvent pas être vraiment expliquées. La manière dont Dieu a pu prendre de misérables pécheurs, blasphémateurs et ennemis, et les transformer pour devenir le "Corps de Christ", afin de manifester Sa glorieuse sagesse à travers eux est pure grâce ! Regardez ce que Paul a écrit sur la sagesse de Dieu :

1 Corinthiens 1

25 Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes.

26 Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n'y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles.

27 Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes;

28 et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu'on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont,

29 afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu.

30 Or, c'est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption,

31 afin, comme il est écrit, Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur.

 

Comment pouvons-nous participer à cela ? Comment les croyants peuvent‑ils rendre le Seigneur fier de nous avoir appelés à manifester Sa sagesse non seulement aux êtres célestes, mais aussi à tous les hommes ? Je crois que si nous nous voyons comme Paul (moins que le moindre de tous - au verset huit), et faisons l'œuvre de Dieu par Sa puissance et Sa grâce (verset sept), alors Dieu sera glorifié et honoré - à travers Ses serviteurs ! La sagesse était d'utiliser ce qui est faible pour lui donner la gloire ! Comment Dieu le Père peut être satisfait de l'Église et l'utiliser pour instruire les êtres célestes, cela me dépasse !

 

Et tout cela est :

11 selon le dessein éternel qu'il a mis à exécution par Jésus-Christ notre Seigneur,

 

Le but de l'Église n'est pas seulement d'amener les âmes dans le royaume de Dieu. C'est principalement pour manifester la grande sagesse de Dieu devant les anges ! Je crois que plus nous ressemblons à notre Père céleste (son caractère, sa sagesse et sa vision), plus nous manifesterons l’immensurable sagesse de notre Créateur. C'est exactement ce que Christ a fait.

Jean 14

8 Philippe lui dit: Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit.

9 Jésus lui dit: Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe! Celui qui m'a vu a vu le Père; comment dis-tu: Montre-nous le Père?

10 Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même; et le Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait les oeuvres.

 

Les gens peuvent-ils dire la même chose de nous ? Voient-ils Dieu vivant à travers nous ? C'est le but éternel de l'Église; que nous manifestions l’immense sagesse de Dieu. Maintenant, tout cela ne peut être accompli que d'une seule manière :

v.11 … qu'il a mis à exécution par Jésus-Christ notre Seigneur

 

Seuls, nous ne sommes pas capables d'accomplir quoi que ce soit pour Dieu. Nous ne pouvons personnellement pas lui apporter la gloire. Dieu ne peut pas manifester Sa sagesse à travers nous; À MOINS QUE nous ne soyons d'abord EN Jésus-Christ. C'est son but éternel; NOUS en CHRIST, manifestant la sagesse et la gloire de Dieu. J'aimerais aussi que vous remarquiez que le « dessein éternel » de Dieu A DÉJÀ été accompli ! Il est écrit : « qu'il a mis à exécution ». L'œuvre de Dieu est déjà accomplie. Il est actuellement glorifié par le Corps de Jésus-Christ, Son Église. Puissions-nous tous faire notre petite part pour rendre gloire à Dieu à travers notre vie quotidienne.

12 en qui nous avons, par la foi en lui, la liberté de nous approcher de Dieu avec confiance.

13 Aussi je vous demande de ne pas perdre courage à cause de mes tribulations pour vous: elles sont votre gloire.

 

Paul termine cette section par un mot d'encouragement. Il parle de la relation du croyant avec Dieu – le Père. C'est nouveau et différent, c'est quelque chose qui n'a jamais été vécu auparavant, sauf dans l'Ancien Testament; néanmoins très peu. Paul parle de quelque chose que les croyants ont maintenant à cause de Christ. La première est la « liberté » (PARRHESIA) signifiant : franc-parler, franchise, assurance. Dans l'alliance mosaïque, les gens étaient terrifiés par le Seigneur Dieu. Ils ne voulaient pas venir devant lui parce qu'ils avaient peur de mourir. Il faut noter que le Seigneur Dieu s'est manifesté avec une force indescriptible (comme Il l'a fait lorsqu'Il a donné la Loi à Moïse). C'était pour manifester Sa sainteté. Mais maintenant, par la Nouvelle Alliance - à travers Christ, nous pouvons nous approcher de lui avec assurance, tout comme l'auteur de l’épître aux Hébreux le déclare :

Hébreux 4

14 Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons.

15 Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché.

16 Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

 

Les croyants peuvent maintenant « s’approcher » de Dieu. Le mot « approcher » (PROSAGOGE) signifie : admission, accès. Le chemin vers Dieu est maintenant ouvert grâce au sacrifice parfait et éternel de Jésus sur la croix. On peut maintenant s'approcher du Père n'importe quand, n'importe où, par une simple prière. Il est devenu leur Père et ils sont devenus Ses enfants par adoption.

 

Deuxièmement, les croyants peuvent maintenant s'approcher de Dieu avec « confiance » (PEPOITHESIS), ce qui signifie : confiance, assurance, dépendance. Les croyants n'ont plus besoin de se demander si Dieu a entendu leur prière. Nous savons que Dieu a des oreilles disposées à écouter Son enfant qui crie à lui, comme Jésus nous le dit :

Matthieu 7

9 Lequel de vous donnera une pierre à son fils, s'il lui demande du pain?

10 Ou, s'il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent?

11 Si donc, méchants comme vous l'êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent.

 

Parce que les vrais croyants ont maintenant accès à Dieu avec liberté et confiance, l'apôtre Paul arrive à cette conclusion :

13 Aussi je vous demande de ne pas perdre courage à cause de mes tribulations pour vous: elles sont votre gloire.

 

Ne soyez pas « découragés » (EKKAKEO) signifiant : être mauvais ou faible ou échouer dans le cœur. Il dit aux croyants d'Éphèse d'être forts et de se tenir debout. Ils ne devraient pas avoir peur ou s'inquiéter dans leur vie à cause des « tribulations » personnelles de Paul (THLIPSIS) signifiant : pression, affligé, angoisse. Ils ont peut-être été contrariés par le tournant dans la vie de Paul. N'oubliez pas qu'il avait passé quelques années parmi eux, enseignant et prêchant en homme libre. Mais maintenant, il était prisonnier à cause de sa foi en Christ. Paul voulait calmer leurs cœurs. C'est comme s'il disait : "Ne vous inquiétez pas de ce qui m'arrive, gardez les yeux sur le Christ", car ce qui m’arrive est « votre gloire »". C'est difficile à comprendre, néanmoins ce que Paul traversait apportait un sens de « gloire » (DOXA) : gloire, dignité, honneur ou louange; aux croyants d’Éphèse.

retour au menu

12-ephesians

L’épître aux Éphésiens

12 – La prière de Paul

Éphésiens 3

14 À cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père,

15 duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre,

16 afin qu'il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur,

17 en sorte que Christ habite dans vos coeurs par la foi; afin qu'étant enracinés et fondés dans l'amour,

18 vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur,

19 et connaître l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu.

20 Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons,

21 à lui soit la gloire dans l'Église et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles! Amen!

(LSG)

 

Dans cette section, que j'ai intitulée "La prière de Paul", nous voyons deux divisions naturelles :

 

- La première est "la demande de sa prière" (14-19)

- La seconde est "la victoire de la prière" (20,21)

 

 
  1. La demande de sa prière (v. 14-19)

 

Paul écrit :

14 À cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père,

 

Pourquoi Paul parle-t-il de la prière ? Je crois que c'est en rapport avec leur découragement (v.13) dû à l'emprisonnement de Paul. C'est peut-être simplement que les Éphésiens se demandaient ce qui leur arriverait, ou si cela en valait la peine. Si ce grand homme de Dieu pouvait être asservi et jeté en prison, que leur arriverait-il ! Souvent, la vie peut apporter des situations très difficiles, et notre esprit peut faillir et nous faire perdre nos capacités. Paul le savait, car il faisait fréquemment face à des situations désespérées (2 Cor. 11 :23-33), mais dans chaque situation, Paul savait quoi faire :

2 Corinthiens 4

16 C'est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour.

17 Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au-delà de toute mesure, (4:18) un poids éternel de gloire,

18 parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles.

 

Revenons à notre texte. Nous voyons que les prières de Paul sont adressées au Père et les nôtres devraient l'être aussi ! Notre Sauveur nous enseigne que nos prières doivent être adressées à notre Père céleste. Lorsque les disciples ont demandé au Christ de leur apprendre à prier, voici sa réponse :

Luc 11

1 Jésus priait un jour en un certain lieu. Lorsqu'il eut achevé, un de ses disciples lui dit: Seigneur, enseigne-nous à prier, comme Jean l'a enseigné à ses disciples.

2 Il leur dit: Quand vous priez, dites: Père! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne.

 

Je ne crois pas que nous voyons une seule prière faite à Jésus ou au Saint‑Esprit. Tous les croyants doivent suivre les enseignements du Christ et il est très clair que nos prières doivent être adressées à notre Père céleste. Dans ses prières, voici ce que Paul fait : « Je fléchis les genoux ». C'était un signe d’humilité devant le Seigneur Dieu. Plier le genou devant quelqu'un, c'est comme "abandonner nos armes" devant un conquérant. Beaucoup de ceux qui ont rencontré Christ ont fléchi le genou devant lui (Matt. 17 :14; Marc 1 :40; 10 :17; Luc 5 :8). Un jour, tous les êtres vivants de l'univers entier "plieront les genoux" devant le Christ Jésus :

Philippiens 2

9 C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom,

10 afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre,

 

Trouvez-vous que c’est quelque chose de facile et même réconfortant de vous agenouiller devant le Seigneur Dieu ? Vous êtes-vous placé entièrement devant lui et avez-vous abandonné votre vie entre Ses mains ? Prier à genoux est certainement l'une des meilleures façons de le faire.

 

Paul encourage les Éphésiens en disant que :

15 duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre,

 

Ici, nous voyons qui est la source de « toute famille » sous le soleil, non seulement sa famille, mais toutes les familles à travers le monde. Dieu est le Créateur de chaque nation, tribu et famille que l'on peut trouver. Paul donne un aperçu du Dieu vivant qu'il prie. Je crois que le Seigneur Dieu est content d'avoir donné Son nom à Ses enfants adoptifs. Saviez-vous qu'un jour, lorsque les vrais croyants en Jésus seront reçus dans les cieux, Christ leur donnera un nouveau nom !

Apocalypse 2

17 Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises: A celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n'est celui qui le reçoit.

 

Paul va maintenant parler des requêtes de prière qu'il a pour eux.

16 afin qu'il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur,

 

C'est la cinquième fois que Paul écrit sur les « richesses » de Dieu ! Le mot « richesses » (PLETHUNO) signifie : augmenter, abonder, multiplier. En tout, Paul écrira six fois sur les « richesses » de Dieu. Voici une liste des richesses du Seigneur :

 

- Ép. 1 :7, les richesses de Sa grâce

- Ép. 1 :18, les richesses de Son héritage pour les saints

- Ép. 2 :7, les richesses de Sa bonté

- Ép. 3 :8, les richesses en Christ

- Ép. 3 :16, les richesses de Sa gloire

- Ph. 4 :19, les richesses de Sa provision

 

 

Ils avaient besoin d'être affermis; "il peut vous fortifier" et nous aussi. Le mot « fortifiés » (KRATAIOO) signifie : habiliter, augmenter en vigueur. Trop souvent, nous nous sentons incapables, impuissants, incompétents, et ainsi de suite. Lorsque cela se produit, nous n’encourageons nullement notre croissance spirituelle. NOUS restons sur place, immobilisés comme si nous avions les pieds dans le béton. Nous avons besoin d'être fortifiés, j'ai besoin d'être fortifié, c'est parfaitement normal. Nous ne devrions pas avoir honte d'avouer que nous avons besoin d'être encouragés dans la vie. Le Psalmiste a écrit ce qui suit :

Psaumes 35

16 Avec les impies, les parasites moqueurs, Ils grincent des dents contre moi.

17 Seigneur! Jusques à quand le verras-tu? Protège mon âme contre leurs embûches, Ma vie contre les lionceaux!

18 Je te louerai dans la grande assemblée, Je te célébrerai au milieu d'un peuple nombreux.

 

La force de Dieu est : vivifié

v.16 …d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur

 

Remarquez que c'est le Seigneur Dieu qui fortifie Ses enfants. Aucune quantité de conférences, de livres, de musique ou de sermons ne vous fortifiera comme seul le Seigneur peut le faire. Lorsque vous êtes touché par Sa présence, toute votre vie peut soudainement être changée. Regardez vers le Seigneur, invoquez son nom et demandez à être fortifié. Attendez ensuite patiemment, en vous humiliant. Sa puissance se manifeste lorsque nous comptons simplement sur la force du Saint-Esprit. Quand nous croyons que Dieu nous "affranchira" à travers tout cela, nous voyons que Sa puissance travaille DÉJÀ en nous !

 

Le mot « puissamment » (DUNAMIS) signifiant : la force, le pouvoir miraculeux; est donné à Ses enfants dans leur « homme intérieur ». La force du Seigneur est versée dans Son enfant. Le mot « intérieur » (ESO) signifie : intérieur, l’élément intérieur, et le mot « être » (ANTHROPOS) signifie : homme, face, un être humain. Quand on a soif, on verse de l'eau dans un verre et on boit. En ce qui concerne la puissance de Dieu, Il la verse dans Son enfant qui devient le récipient ! Le Seigneur Dieu fortifie, édifie et encourage. Tous les grands prophètes du passé avaient besoin d’être fortifiés et chaque enfant de Dieu en a également besoin.

17 en sorte que Christ habite dans vos coeurs par la foi; afin qu'étant enracinés et fondés dans l'amour,

 

Le renforcement dont nous avons besoin est : « que Christ habite dans vos cœurs ». C'est le secret d'une vie chrétienne puissante. La puissance du Père dans Son enfant par le Saint-Esprit, c'est vivre Christ qui est en nous ! Plus Christ vit en moi, plus Sa puissance se manifeste. En d'autres termes : moins VOUS êtes et plus IL est; plus vous deviendrez fort ! Comme il est insensé de croire que le pouvoir de Dieu est donné par une incantation ou une cérémonie mystique ! Vous souvenez-vous de Simon qui était autrefois un magicien ? Lorsqu'il a vu Pierre imposer les mains aux nouveaux croyants et que le Saint-Esprit descendait sur eux, il a voulu donner de l'argent à Pierre afin qu'il puisse aussi faire de même ? Pierre a été offensé et a dit à Simon qu'en réalité, il n'avait rien à voir avec eux et qu'il devait se repentir (Actes 8 :9-24). La puissance de Dieu ne s'achète ni ne se donne d'un homme à un autre. Elle est donnée par Dieu, lorsqu'un disciple vit comme il se doit. Ainsi, plus vous réfléchissez Sa lumière, plus vous devenez puissant, pour pouvoir faire ce que Dieu place devant vous.

 

Paul ajoute : « afin qu'étant enracinés et fondés dans l'amour, ». On ne peut jamais expérimenter la puissance de Dieu qui fortifie, si on n'est pas enraciné et fondé dans l'amour. L'amour est le lien de la perfection (1 Jean 2 :5; 4 :12,17). Quand je lis le mot « enracinés », je vois un arbre dont les racines s'enfoncent profondément dans le sol. Cela le nourrit et le solidifie en cas d'orage. Notre amour pour le Seigneur et les frères doit être « enraciné » en nous. Ceci n'est pas quelque chose de superficiel. C'est l’amour vrai et honnête. Le test pour mesurer la puissance de Dieu en moi est la profondeur de mon amour pour Dieu et les autres ! Réussissez-vous le test ?

 

Sa deuxième prière concerne la compréhension de la vie spirituelle.

18 vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur,

 

Il existe de nombreuses façons d'interpréter la « largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur » de l’amour du Seigneur Dieu, et ce qu'Il fait pour Ses enfants. L'une des explications que je préfère est la suivante :

 

"La largeur implique l’amour mondial du Christ embrassant tous les hommes; la longueur - de ses extensions à travers tous les âges (Ép. 3 :21); la profondeur - de Sa sagesse infinie, qu'aucune créature ne peut comprendre (Rom. 11 :33; la hauteur - d’être en dehors de la portée de tout ennemi (Ép.4 :8)"- Bengel. (Traduction Libre)

19 et connaître l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu.

 

La plus grande connaissance ne se trouve pas dans la structure moléculaire de la vie, la nanotechnologie, l'astronomie ou la physique quantique ! La plus grande connaissance est de connaître l'amour du Christ – cela surpasse tout. Puis-je encourager tous mes lecteurs à comprendre qu'il n'y a rien de plus important à connaître, comprendre et vivre que "l'amour du Christ". Parce que Jésus est la VIE (Jean 1 :4; 11 :25; 14 :6) et le vrai PAIN DE VIE (Jean 6 :35,48). Et quand nous aurons cette connaissance de l'amour de Christ pour nous, nous serons :

v.19 … en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu.

 

Être remplis de la plénitude de Dieu ne veut pas dire que nous allons "marcher sur l'eau" ou avoir la capacité de faire des "miracles" ou même de "connaître chaque verset de la Bible". C’est d’être rempli de Jésus-Christ. C’est le plan de Dieu pour Son enfant adopté - qu’il soit « rempli jusqu'à toute la plénitude de Dieu » qui est le Christ Jésus. Vous cherchez à être rempli au maximum ? Si c'est le cas, laissez Christ vivre vraiment en vous, à travers le Saint-Esprit.

 
2. La victoire de la prière (v. 20,21)

 

Pensez-vous que lorsque nous nous considérons comme des serviteurs de tous, et que nous sommes prêts à souffrir pour les frères – même si cela signifiait la prison - nos prières ne seraient d'aucune utilité ? En d'autres termes, les prières de Paul pour les Éphésiens sont-elles retenues de quelque manière que ce soit, parce qu'il est emprisonné ? Absolument pas – Paul dit que Dieu :

20 Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons,

 

Bien sûr, nos prières seront victorieuses, car Dieu peut faire plus que nous ne pouvons l'imaginer ! La puissance de Dieu est « infinie ». Il n'est peut-être pas sage pour les chrétiens d'essayer de prouver l'existence de Dieu par la science, parce qu'avec la science tout est mesuré, tandis que la puissance de Dieu agit « infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons » ! Puisque Dieu est incommensurable, nos prières et nos pensées limitées ne peuvent jamais sonder Sa personne.

Ésaïe 55

8 Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l'Éternel.

9 Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées.

 

Les prières de Paul (et les nôtres) ne sont pas limitées, en autant qu'elles soient adressées :

v.20 … par la puissance qui agit en nous

 

Je crois que plus nous considérons Dieu comme étant ce qu'Il est vraiment et au‑delà, nous désirons le voir travailler en nous – plus Sa puissance se manifestera ! Ce verset m'enseigne également que seules les prières exprimées selon la volonté de Dieu seront exaucées. Paul termine sa prière par une petite doxologie - un mot qui élève et glorifie le Seigneur Dieu.

21 à lui soit la gloire dans l'Église et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles! Amen!

 

Le désir de Paul est que Dieu soit glorifié à travers chacun de Ses enfants et à travers toute son Église. C'est parce que Paul a compris que connaître le Christ était la plus grande de toutes les choses, et qu'il était prêt à souffrir pour le bien de ses frères et sœurs. Il ne se souciait pas de la prison, à cause de toute la gloire que cela apportait à Dieu. Encore aujourd'hui, près de deux mille ans plus tard, nous louons encore le Seigneur, et voyons Sa gloire si nous avons l'attitude de Paul alors qu'il était en prison.

 

Pouvons-nous comprendre :

 

- Notre besoin de prier

- La victoire de la prière

- Le pouvoir d'expérimenter Jésus-Christ

retour au menu

13-ephesians

L’épître aux Éphésiens

13 – Marcher dans l’unité

Éphésiens 4

1 Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d'une manière digne de la vocation qui vous a été adressée,

2 en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité,

3 vous efforçant de conserver l'unité de l'esprit par le lien de la paix.

4 Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation;

5 il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême,

6 un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous.

(LSG)

 

Comme pour toutes ses lettres écrites aux églises, celle aux Éphésiens est également divisée en deux segments. Le premier est l'aspect théologique et le second l'aspect pratique. Dans Éphésiens, l'aspect théologique se trouve dans les trois premiers chapitres, et dans les trois suivants, Paul appliquera la théologie à la vie pratique de tous les jours. Une fois de plus (comme il l'a fait dans 3 :1), l'apôtre Paul permettra à ses lecteurs de voir qui il est vraiment – un prisonnier !

1 Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur

 

Paul était vraiment un prisonnier – il a été emprisonné à cause de son témoignage pour le Seigneur Jésus. Nous avons vu que cela ne dérangeait pas Paul d'être en prison, si c'était pour la gloire du Seigneur et aussi pour aider les frères. Paul voulait communiquer aux Éphésiens des choses qui étaient dans son esprit. La première se trouve au verset un.

v.1 … à marcher d'une manière digne de la vocation qui vous a été adressée,

 

C’était la vie des Éphésiens – non pas matérielle, mais spirituelle, qui était dans ses pensées. Il avait un sentiment d'urgence, quelque chose de pressant, quelque chose de très important à leur dire. Le mot « exhorte » (PARAKALEO) signifie : appeler près de, implorer. Paul n'utilise pas son autorité, mais plutôt ses émotions en tant que serviteur du Seigneur. Il répand son cœur dans cette lettre. Paul voulait faire connaître aux Éphésiens combien leur conduite était importante pour le Seigneur.

v.1 … à marcher d'une manière digne

 

Il voulait qu'ils vivent une vie qui a de la valeur devant Dieu. Le mot « marcher » (PERIPATEO) signifie : Je me promène dans un endroit, je vis parmi. La vie dont il parlera ne doit pas être vécue lors d'occasions spéciales, dans leurs réunions ou lors de fêtes religieuses. C'est vivre d’une manière digne au quotidien, et partout où ils se trouvent. Toute leur vie devait être vécue d'une « manière digne ». Le mot « digne » (AXIOS) signifie : digne de, méritant, comparable, convenable. Pierre a eu les mêmes pensées quand il a écrit :

1 Pierre 1

13 C'est pourquoi, ceignez les reins de votre entendement, soyez sobres, et ayez une entière espérance dans la grâce qui vous sera apportée, lorsque Jésus-Christ apparaîtra.

14 Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l'ignorance.

15 Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite,

16 (1:15) selon qu'il est écrit: (1:16) Vous serez saints, car je suis saint.

 

Combien de personnes gaspillent leur vie, parfois même sans le savoir ! Le temps passe comme un fleuve qui se jette dans l’océan et un jour, ils réalisent que la vie est presque finie. Quelle est la valeur d'une vie ? Qu'est‑ce qu'une vie qui a un vrai sens ?

v.1 … de la vocation qui vous a été adressée,

 

C'est une vie « digne de la vocation qui vous a été adressée ». Le mot « vocation » (KLESIS) signifie : une invitation, un appel ou une vocation. Dieu, par notre salut en Jésus-Christ, a donné à nos vies une nouvelle orientation, une nouvelle direction, et un nouveau sens. Nous ne servons plus le monde et les passions de ce monde. Nous ne marchons plus dans les ténèbres. Les croyants sont désormais appelés à vivre une vie de valeur, une vie aussi noble que notre vocation. Paul écrit également : « qui vous a été adressée ». Ici, le mot « adressée » (KALEO) signifie : appeler d'un endroit à un autre, convoquer. Le Seigneur Dieu a personnellement appelé les noms de Ses enfants, comme un père appelle son enfant. Cet appel est un appel universel – il s'adresse à tous ceux qui appartiennent à Christ. Personne ne doit être oublié, mis de côté, ou rejeté. L'appel dans lequel nous devons marcher est une vie de valeur devant le Seigneur Dieu. À quoi ressemble ce digne appel dans la vie ? Que signifie marcher ainsi ? Le verset deux répond à cette question.

2 en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité,

 

La première chose que je veux que vous remarquiez est le mot « toute ». La plupart d'entre nous peuvent être humbles, doux et patients; capables de se supporter, au moins de temps en temps. Il semble que la question sous‑entend plus l'étendue ou la profondeur dans la manière d’appliquer ces fruits ! Notre appel doit être vécu pleinement plutôt que partiellement.

 

Tout d'abord, les croyants sont appelés à vivre une vie « d'humilité » (TAPEINOPHROSUNE) signifiant : humiliation de l'esprit, pudeur. Paul en parle dans sa lettre aux Romains :

Romains 12

3 Par la grâce qui m'a été donnée, je dis à chacun de vous de n'avoir pas de lui-même une trop haute opinion, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun.

 

Cela parle de notre attitude intérieure. Paul était un homme humble. Il se considérait donc comme le serviteur des autres et le prisonnier du Seigneur. Jésus aussi était un homme humble, car Il a dit qu'Il n'était pas venu pour être servi, mais pour servir (Marc 10 :45) ! Si les vrais croyants doivent se servir les uns les autres, ils doivent tous avoir une attitude humble et se voir tels qu'ils sont vraiment – des serviteurs du Seigneur.

 

Deuxièmement, nous sommes appelés à être remplis de « douceur » - qui parle de la façon dont les gens nous voient. Le mot « douceur » » (PRAIOTES) signifie : douceur, qui est humble en l'action. Suis-je humble en pensée ET en action ? Si je crois que je suis humble de cœur, mais que mes actions sont en contradiction avec cela, alors je me trompe. Quelle est ma réputation ? Comment sont mes gestes et actions ? Suis-je doux de cœur ? Est-ce ma norme ? Être doux ne signifie pas que nous sommes faibles d'esprit ! Jésus était doux, mais il était aussi ferme qu'un chêne. Avec la femme adultère, il était indulgent et bon (Jean 8), mais avec les hypocrites religieux, il était inébranlable (Matt. 23).

 

Nous sommes également appelés à être remplis de « patience » (MAKROTHUMIA) signifiant : patience, indulgence, longanimité. Cela parle de mes réactions quand je suis offensé d'une manière ou d'une autre. Si quelqu'un m'énerve, comment est-ce que je réagis ? Suis-je comme un volcan qui éclate chaque fois que les choses ne vont pas dans mon sens ? Est‑ce que je laisse les autres se tromper ? Est-ce que je m'attends à ce que tout soit parfait tout le temps ? La patience donne l'idée d'être très, très patient. Cela représente-t-il généralement mon attitude ? Paul en a parlé aux Thessaloniciens :

1 Thessaloniciens 5

14 Nous vous en prions aussi, frères, avertissez ceux qui vivent dans le désordre, consolez ceux qui sont abattus, supportez les faibles, usez de patience envers tous.

15 Prenez garde que personne ne rende à autrui le mal pour le mal; mais poursuivez toujours le bien, soit entre vous, soit envers tous.

 

Être humble, doux et patient se manifeste lorsque les chrétiens :

3 vous efforçant de conserver l'unité de l'esprit par le lien de la paix.

 

Marcher dans notre appel ne viendra pas naturellement ou instantanément, ou sans aucun combat; car cela va à l'encontre de notre vieil homme dans la chair. Les croyants sont appelés : « efforçant de conserver l'unité ». Cela demande des efforts, de la détermination, de la volonté et de la volition. Paul parle de la nécessité de « conserver l'unité ». C'est une chose d'être d'accord, mais c'en est une autre de garder « l'unité ». Avoir l'unité n'est pas une chose ponctuelle comme signer un traité de paix. Garder l'unité signifie qu'on fait tout pour que l'unité continue d'exister. Il doit y avoir un vrai désir dans nos cœurs de marcher dans la voie que notre Père céleste attend de nous; cela, dans l'unité. Comme vous le savez, il y a un combat, une guerre, une lutte entre notre chair et notre esprit. Le champ de bataille est ma marche quotidienne dans la vie. Pécher contre les frères ne demande aucun effort, mais marcher dans la lumière et garder l'unité, oui !

v.3 … l'unité de l'esprit par le lien de la paix.

 

Notre effort est de garder un lien de paix avec les autres autour de nous. Le mot « lien » (SUNDESMOS) signifie : un principe unificateur, un lien commun. Le fil conducteur qui permettra à « l'unité de l'Esprit » de bien s'établir et d’être maintenue vivante, c'est la « paix » entre tous les frères et sœurs dans le Seigneur. C'est pourquoi les croyants doivent faire tout ce qu'ils peuvent pour s'assurer que la paix est présente quand ils sont ensemble. S'il y a quelqu'un qui n'est pas en paix avec vous, vous devez tout faire pour apporter un remède à cette situation.

 

Puisque Paul parle de notre unité avec les autres, il nous donnera "sept unités spirituelles" sur lesquelles réfléchir.

4 Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation;

5 il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême,

6 un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous.

 

- Un corps et c'est le Corps de Jésus-Christ.

- Un Esprit qui mène ce Corps spirituel (l'Église)

- Un espoir, qui est le retour de notre Sauveur Jésus

- Un Seigneur, que nous écoutons - Jésus

- Une foi, qui est dans l'œuvre accomplie de Jésus sur la croix.

- Un baptême, soit de l'esprit ou de l'eau.

- Un Dieu - le Père, duquel nous tirons notre nom (3 :15)

 

Notre vocation est de vivre une vie digne en faisant tout ce qui est possible pour maintenir la paix avec ceux qui nous entourent. Que cela soit l'un des buts de notre vie chrétienne.

retour au menu

14-ephesians

L’épître aux Éphésiens

14 – L’édification du corps du Christ

 

Éphésiens 4

7 Mais à chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ.

8 C'est pourquoi il est dit: Étant monté en haut, il a emmené des captifs, Et il a fait des dons aux hommes.

9 Or, que signifie: Il est monté, sinon qu'il est aussi descendu dans les régions inférieures de la terre?

10 Celui qui est descendu, c'est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux, afin de remplir toutes choses.

(LSG)

 

Le titre de cette section est "L'édification du corps de Christ" - parce qu'en réalité, c'est de cela que Paul parle. Notez que cette section commence par la notion de « chacun » au verset sept. Le mot « chacun » (HEKASTOS) en grec veut dire : chacun ou tous, tout, les deux, chacun (un), chaque (homme, un, femme), en particulier. Il est indéniable que chaque personne apporte une importante contribution dans le Corps ! Il y a une chose, que « chacun de nous », qui sommes sauvés par la rédemption trouvée en Christ, a reçu :

7 Mais à chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ.

 

Les croyants ont reçu la grâce nécessaire pour accomplir leur propre part, pour faire ce qu'ils ont été appelés à faire dans le Corps de Christ. Personne ne peut dire qu'il n'est pas capable de faire sa part dans le Corps, car le Seigneur Dieu lui a donné la grâce « selon la mesure du don de Christ ». Le mot « mesure » (METRON) signifie : une portion limitée, une mesure, qu'elle soit linéaire ou cubique, une tige de mesure. Ce que nous voyons, c'est que les frères et les sœurs ont tous reçu une mesure, une portion d'un don spirituel juste pour eux. Ceci, bien sûr, est pour le bénéfice du Corps de Christ.

Notez que la « mesure du don » peut être différente d’une personne à une autre. Nous ne sommes pas tous appelés à être un missionnaire comme Paul, et à établir des églises ici et là. Paul explique ceci :

Romains 12

6 Puisque nous avons des dons différents, selon la grâce qui nous a été accordée, que celui qui a le don de prophétie l'exerce selon l'analogie de la foi;

7 que celui qui est appelé au ministère s'attache à son ministère; que celui qui enseigne s'attache à son enseignement,

8 et celui qui exhorte à l'exhortation. Que celui qui donne le fasse avec libéralité; que celui qui préside le fasse avec zèle; que celui qui pratique la miséricorde le fasse avec joie.

 

Puisque Paul écrit « à chacun », cela confirme que TOUS les enfants de Dieu ont reçu cette grâce. Ne pas savoir quel don est le nôtre ne signifie pas que nous n'en avons pas; cela signifie simplement qu'il n'a pas encore été découvert. Dieu nous appelle à être actifs, Il nous équipe aussi pour pouvoir être actifs. Ce qu'il faut, c'est notre DÉTERMINATION à utiliser ce don. Cette grâce a été donnée :

v.7 … selon la mesure du don de Christ.

 

Ici, nous voyons que le Christ est le donateur de cette grâce, Il est le pourvoyeur de la grâce dont nous avons besoin pour servir dans Son Corps. Le mot « don » (DOREA) signifie : comme un don gratuit, sans paiement, librement. Il n'y a rien que nous puissions faire pour obtenir tel ou tel don. Souvenez-vous d’un certain Simon, et comment il a voulu payer pour avoir un certain don spirituel.

Actes 8

17 Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit.

18 Lorsque Simon vit que le Saint-Esprit était donné par l'imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l'argent,

19 en disant: Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j'imposerai les mains reçoive le Saint-Esprit.

20 Mais Pierre lui dit: Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s'acquérait à prix d'argent!

21 Il n'y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car ton coeur n'est pas droit devant Dieu.

22 Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton coeur te soit pardonnée, s'il est possible;

 

Nous sommes appelés à désirer ardemment certains dons pour édifier le Corps du Christ, mais c'est le Seigneur qui a la décision finale dans la distribution de ceux-ci.

1 Corinthiens 12

28 Et Dieu a établi dans l'Église premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues.

29 Tous sont-ils apôtres? Tous sont-ils prophètes? Tous sont-ils docteurs? (12:30) Tous ont-ils le don des miracles?

30 Tous ont-ils le don des guérisons? Tous parlent-ils en langues? Tous interprètent-ils?

31 Aspirez aux dons les meilleurs. Et je vais encore vous montrer une voie par excellence.

 

Comme nous avons vu, certains reçoivent différentes grâces pour pouvoir faire différentes choses ou ministères (si vous préférez) à l'intérieur et à l'extérieur du Corps de Christ. Bien que les croyants soient tous appelés à être actifs dans le Corps de Christ, ils ne sont pas tous appelés à faire les mêmes choses.

8 C'est pourquoi il est dit: Étant monté en haut, il a emmené des captifs, Et il a fait des dons aux hommes.

9 Or, que signifie: Il est monté, sinon qu'il est aussi descendu dans les régions inférieures de la terre?

10 Celui qui est descendu, c'est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux, afin de remplir toutes choses.

 

Le verset huit est une citation du Psaume 68 :18, et il semble que Paul donne à ce verset un point de vue christologique. Parlant du Christ qui a été vainqueur et a fait des dons à Son peuple.

9 Or, que signifie: Il est monté, sinon qu'il est aussi descendu dans les régions inférieures de la terre?

 

Si « Il est monté » signifie que le Christ est monté aux cieux (Ép. 1 :20) et est assis à la droite du Père, que signifie : « Il est aussi descendu dans les régions inférieures de la terre » ? Il semble que Paul oppose les cieux et la terre. Si Christ est monté au point le plus élevé, il est également descendu au point le plus bas de la terre – prenant chair et vivant comme un homme. Il s'est abaissé à la condition la plus humble, comme nous le dit ce Psaume :

Psaumes 139

15 Mon corps n'était point caché devant toi, Lorsque j'ai été fait dans un lieu secret, Tissé dans les profondeurs de la terre.

 

Au verset dix, Paul donne à ses lecteurs une explication de l'humiliation et de l'exaltation de Christ.

10 Celui qui est descendu, c'est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux, afin de remplir toutes choses.

 

Il y a une raison pour laquelle Christ est descendu sur terre en s’humiliant et en prenant la chair d’un homme; c'est « afin de remplir toutes choses » (Ép. 1 :10,22; 3 :9). Le Christ est Créateur et Soutien de toutes choses. Il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois. Il remplit donc « toutes choses ». Ceci était le Plan du Père pour lui, et Jésus a pleinement accepter de l’accomplir.

Jean 4

34 Jésus leur dit: Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d'accomplir son oeuvre.

retour au menu

15-ephesians

L’épître aux Éphésiens

15 – L’édification du Corps du Christ*2

 

Éphésiens 4

11 Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs,

12 pour le perfectionnement des saints en vue de l'oeuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ,

13 jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ,

14 afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction,

15 mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ.

16 C'est de lui, et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s'édifie lui-même dans la charité.

(LSG)

 

Au verset onze, Paul donne plus de détails sur certains dons qui ont été accordés.

11 Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs,

 

Il n'en nomme que quelques-uns, mais ils ont tous quelque chose en commun - ils ont tous à voir avec l'édification du Corps de Christ. Veuillez noter que :

v.11 Et il a donné…

 

Nous voyons tout d'abord que Jésus est le dispensateur de la grâce et qu'Il détermine qui fera quoi dans Son Corps – l'Église. Jésus donne les ministères au sein de Son Corps et nous voyons aussi que dans 1 Corinthiens 12 :14, c'est le Saint-Esprit qui dispense le "don spirituel" au sein du Corps. Il semble qu’il y a une coopération entre le Fils et le St-Esprit dans ce domaine. Paul parlera de quatre ministères qui sont le fondement d'une église saine.

 

1. Apôtres : Ce sont ceux qui ont été choisis comme témoins spéciaux de la vie et de la résurrection de Jésus-Christ; il y en avait originalement douze, et quand Judas s'est pendu, il a été remplacé par Matthias (Actes 1 :26). Paul ne faisait pas partie des premiers apôtres, bien qu'il ait reçu le mandat d'apôtre des Gentils (Gal. 2 :9).

 

2. Prophètes : Ces disciples parlaient au nom de Dieu, recevant de lui ce qu'ils devaient dire ou enseigner. On les entendait souvent dans les églises, encourageant les frères à marcher dans le Seigneur.

 

3. Évangélistes : Ces personnes étaient spécialement équipées pour apporter la "Bonne Nouvelle" aux autres. Ils avaient un ardent désir de voir les âmes venir à la croix. Philippe en était un bon exemple (Actes 21 :8).

 

4. Pasteurs et docteurs : En grec, ce ne sont pas deux personnes différentes (pasteurs ET docteurs), mais plutôt un pasteur-docteur. Ces hommes dirigeaient la congrégation et expliquaient la Parole de Dieu, enseignant qui est Dieu, et ce qu'Il attend de Ses enfants.

 

Ce sont les ministères de base qui sont nécessaires pour établir des églises saines. Aujourd'hui, nous n'avons plus d'apôtres, car pour en être un, il fallait non seulement avoir vu le Christ dans la chair, mais aussi avoir été avec lui depuis Son baptême jusqu'à Sa résurrection (Actes 1 :21,22) Aujourd'hui, nous avons des prophètes en ce sens où certains sont spécialement appelés à être les "hérauts" ou les "proclamateurs" du message de Dieu (ex : Luther, Calvin, Spurgeon, etc.). Malheureusement, beaucoup croient qu'un prophète est une personne qui prédit l'avenir. C'est parfois vrai, mais une étude de la Bible révélera que beaucoup de prophètes, envoyés par le Seigneur, étaient des hommes qui avertissaient surtout les gens et leur rappelaient ce que Dieu avait déjà dit. Tout le monde n'est pas un Daniel ou un Jean "le Baptiste", loin de là ! Nous avons certainement des évangélistes aujourd'hui, certains sont bien connus comme : Billy Graham, Dwight Moody et Hudson Taylor. D'autres ne sont pas connus, mais évangélisent ouvertement dans leur vie quotidienne. Et enfin, il y a les pasteurs-docteurs, qui enseignent et s'occupent d’un groupe de croyants dans une église locale. Quel que soit le ministère que nous ayons reçu, une chose est certaine : nous avons aussi reçu la grâce de pouvoir agir et de bien agir !

 

Nous arrivons maintenant à la question "POURQUOI" - pourquoi Dieu a-t-il établi des apôtres, des prophètes, des évangélistes ainsi que des pasteurs‑docteurs ?

12 pour le perfectionnement des saints en vue de l'oeuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ,

 

Les prophètes proclament la volonté de Dieu, les évangélistes proclament le salut de Dieu et les pasteurs-docteurs proclament l'appel de Dieu pour Ses enfants. En d'autres termes, et en particulier pour le ministère d'un pasteur‑docteur, les gens reçoivent ces dons spirituels non pas pour répondre aux besoins du peuple de Dieu (bien qu'ils devraient s'occuper d'eux), ni pour gagner un concours de popularité (bien que ce soit merveilleux d'être aimé par d'autres). Le pasteur-docteur enseigne au peuple de Dieu la Parole de Dieu, afin qu’ils fassent la volonté de Dieu (ou ‛travaillent’ si vous préférez). Encore une fois, nous devons nous poser la question "POURQUOI" - pourquoi enseigner le peuple de Dieu ?

 

Premièrement : « pour le perfectionnement des saints ». C'est leur devoir sacré d'équiper ceux qui ont invoqué le nom de Jésus pour être sauvés du jugement à venir. Le mot « perfectionnement » (KATARTISMOS) signifie : amener à un état de forme physique, perfectionner., perfectionnement. Le travail n'est pas terminé tant que le disciple n'a pas été pleinement éduqué dans les choses du Seigneur. L'enseignement est primordial dans la vie du disciple. Personne ne peut dire "j'en ai assez appris" !

 

Deuxièmement : « en vue de l'œuvre du ministère ». Surcharger les disciples de connaissances bibliques n'est pas l'objectif, il y a un autre aspect à considérer. Une fois la connaissance reçue, le disciple doit travailler dans le ministère pour lequel il a été équipé. Le mot « œuvre » (ERGON) signifie : travailler, peiner, un effort. Le disciple doit sortir et se mettre au travail. Beaucoup ont une bonne connaissance du Seigneur, mais moins sont ceux qui font réellement ce qu'ils savent devoir faire.

 

Troisièmement : « et de l'édification du corps de Christ ». Le mot « édification » (OIKODOME) signifie : une structure, un édifice ou édifiant. Le troisième aspect des dons donnés est pour l'amélioration et l’édification de l'église locale. Un bâtiment a toujours besoin de réparations pour conserver sa beauté et sa fonction. Il en va de même pour le Corps de Christ. Tous les croyants ont besoin d'être édifiés et encouragés, car s'ils ne le sont pas, ils ne pourront pas servir comme ils le devraient.

 

Lorsque les croyants font des « œuvres du ministère », quelque chose se produit, qui ne se produirait pas si on les omettait; c’est-à-dire que le Corps s’édifie ! En d'autres termes, lorsque nous faisons l'œuvre de Dieu, cela encourage les gens, les renforce. Ça nous procure quelque chose de merveilleux; le plus on donne pour l’œuvre, le plus on reçoit de l’œuvre.

 

Quand nous sommes actifs pour le Seigneur, nous ne sommes pas les seuls à être édifiés – les personnes que nous aidons le sont aussi. Ils sont encouragés, car ils voient que Dieu fournit de l'aide à travers les frères et les sœurs. C'est une situation "gagnant-gagnant". Que vous fassiez les œuvres ou que vous les receviez, vous êtes édifié par le Seigneur. Ces œuvres de service (ministères) que Dieu a préparées pour nous - cette édification du Corps de Christ a quatre facettes qui se trouvent toutes au verset treize.

13 jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ,

 

La première est :

v.13 jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi

 

Quand nous prenons soin les uns les autres, quand nous sommes présents les uns pour les autres, quand nous prenons du temps les uns pour les autres, cela nous unira dans la foi. Il n'y a pas de meilleur moyen d'être unis que par des actes tangibles de gentillesse les uns envers les autres. Cette unité nous rapprochera non seulement en tant qu'êtres humains, mais surtout dans notre foi commune. Nous glorifierons le Seigneur, pour ceux qui ont pensé à nous et pris soin de nous dans les moments difficiles. Savoir que quelqu'un a à cœur votre meilleur intérêt encourage certainement votre foi.

 

La seconde est :

v.13 … et de la connaissance du Fils de Dieu

 

Nous pouvons acquérir des connaissances par les études bibliques et les lectures personnelles, mais quelle meilleure façon de "voir" Jésus qu’à travers les actions de nos frères et sœurs ! Nous pouvons alors être témoins de la grâce, de la patience, de l'indulgence et de la providence de Dieu dans leur vie.

 

La troisième est :

v.13 … à l'état d'homme fait

 

Nous ne serons plus des enfants attendant que tout vienne à nous. Nous ne serons plus nourris à la cuillère. Lorsque nous accomplissons des œuvres de service, nous devenons ceux qui prennent soin des gens et, ce faisant, nous GRANDISSONS en Christ. Nous devenons matures lorsque nous donnons au lieu de prendre. Être mature est un équilibre entre la connaissance ET l’action dans le Seigneur. Rappelez-vous ce que Jacques a écrit :

Jacques 1

22 Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l'écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements.

23 Car, si quelqu'un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel,

24 et qui, après s'être regardé, s'en va, et oublie aussitôt quel il était.

25 Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n'étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l'oeuvre, celui-là sera heureux dans son activité.

 

 
La quatrième est :

v.13 … à la mesure de la stature parfaite de Christ,

 

C'est le but de tous les croyants - grandir en Christ, devenant ainsi un disciple mature. Nous ne sommes pas appelés à rester des bébés en Christ, mais à grandir.

Hébreux 5

12 Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu'on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d'une nourriture solide.

13 Or, quiconque en est au lait n'a pas l'expérience de la parole de justice; car il est un enfant.

14 Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal.

 

Au verset quatorze, Paul parlera de l'IMPORTANCE DE LA MATURITÉ.

14 afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction,

 

Et une fois de plus, Paul donne quatre raisons concernant l'importance d'être mature en Christ. Toutes les quatre se trouvent au verset quatorze.

 
La première raison est :

14 afin que nous ne soyons plus des enfants

 

Un bébé est "mignon", mais aucun parent ne souhaite que son enfant reste un bébé. Christ ne veut pas que nous restions comme un enfant dans notre foi et notre service. Il ne veut pas que nous soyons toujours les bénéficiaires. Comme nous l'avons vu auparavant, la MATURITÉ, c'est quand nous cessons d'être comme des enfants, et agissons comme des disciples adultes.

 
La seconde est :

v.14 … flottants et emportés à tout vent de doctrine

 

Cela suggère de ne pas rester ancrés dans nos vies et dans notre foi. Nous devrions être capables de nous lever et de faire face à tout ce que la vie ou l’ennemi nous balance. Les disciples doivent être forts et s’appuyer fermement sur le Christ, qui est le fondement de notre foi. Nous ne devrions pas être bousculés et abattus par chaque adversité qui se présente. Cette maturité se manifeste dans le domaine spirituel. La maturité nous rend capables de discerner quelles doctrines sont bonnes ou mauvaises, quels enseignements viennent de Dieu ou de l'ennemi !

Romains 12

2 Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.

 

Nous ne devrions pas être « emportés à tout vent », simplement parce que quelqu'un dit quelque chose de nouveau ou de différent.

 
Le troisième est :

v.14 … par la tromperie des hommes

 

La maturité se manifeste maintenant dans la sagesse en ce qui concerne les schémas des hommes. Nous ne devrions plus être piégés par les plans rusés, et trompeurs de gens qui sont nos ennemis spirituels.

 

Une fois de plus, Paul parle d'avoir "grandi" en Christ.

15 mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ.

 

Donc, notre norme de maturité est CHRIST. La maturité se manifeste aussi à travers notre façon de parler. C'est une chose de dire la vérité sur le Christ, mais c'en est une autre de le faire "dans l'amour" ! Aux Colossiens, Paul a écrit :

Colossiens 4

6 Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun.

 

Paul termine avec une image de ce que le Corps entier devient en Christ.

16 C'est de lui, et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s'édifie lui-même dans la charité.

 

- Un corps mature est bien coordonné

- Un corps mature forme un solide assemblage

- Un corps mature tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties

- Un corps mature s’édifie lui-même dans la charité

 

Que tous les disciples de Jésus réalisent qu'ils font partie du Corps du Christ (l'Église); que chacun recherche son don spirituel et fasse les œuvres que le Seigneur a préparées pour lui. Quand tous feront cela, l'Église sera en bonne santé et portera du fruit pour le Seigneur.

retour au menu

16-ephesians

L’Épître aux Éphésiens

16 – L’homme nouveau

Éphésiens 4

17 Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c'est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées.

18 Ils ont l'intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l'ignorance qui est en eux, à cause de l'endurcissement de leur coeur.

19 Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d'impureté jointe à la cupidité.

20 Mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris Christ,

21 si du moins vous l'avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c'est en lui que vous avez été instruits

22 (4:21) à vous dépouiller, (4:22) eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses,

23 à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence,

24 et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.

(LSG)

 

Paul nous a déjà enseigné : "vivre d'une manière digne de l'appel dont vous avez été appelés" (4 :1). Je dois admettre que je ne me vois pas souvent comme ayant reçu un appel de Dieu lui-même. Je me vois comme mes yeux physiques me voient; avec toutes mes faiblesses, mes péchés et mes échecs. Mais je suis appelé à me regarder avec mes yeux spirituels et à me voir comme le Seigneur lui-même me voit. Ma vie devrait être transformée à cause de mon appel céleste. Dans cette section, nous apprendrons ce que signifie réellement cet appel céleste dans notre vie quotidienne.

17 Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c'est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées.

18 Ils ont l'intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l'ignorance qui est en eux, à cause de l'endurcissement de leur coeur.

19 Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d'impureté jointe à la cupidité.

 

Paul commence par un mot d'insistance et ce faisant, il manifeste la plus haute importance de ce qu'il va écrire. Deux mots sont utilisés pour manifester la gravité de la question. Le premier est le mot « dis » (LEGO) qui signifie : exposer un discours, ou un discours défini. Ce n'est pas une sorte de pensées aléatoires et balbutiantes qu'il met sur papier, mais des mots sérieux. Ils sont si graves que le deuxième mot qu'il utilise est « déclare » (MARTUROMAI) qui signifie : être témoin, témoigner. Il témoigne « dans le Seigneur ». Non seulement le Seigneur est un témoin de ce qui sera dit, mais Paul est en fait un témoin du Seigneur pour les Éphésiens ! C'est comme si Paul rendait témoignage de Dieu dans une cour céleste. En lisant ce passage, vous devenez un témoin du témoignage de Paul sur ce qui doit maintenant arriver aussi dans votre vie. C'est le témoignage du Seigneur donné à Paul pour TOUS les croyants, non seulement les Éphésiens, mais tous ceux qui viendraient à la foi salvatrice.

v.17 … c'est que vous ne devez plus marcher comme les païens,

 

Notre « marche » (PERIPATEO) signifie : marcher tout autour, marcher en général; doit changer ! Nous sommes appelés à ne plus faire certaines choses ou les mettre de côté, et nous sommes appelés à abandonner totalement d'autres choses. Ce que les croyants sont appelés à abandonner, c’est la façon dont vivent les païens. Dans ce cas, par païens (ETHNOS), Paul fait référence à ceux qui ne sont pas parvenus à la connaissance salvatrice de Jésus-Christ. Les Éphésiens étaient devenus enfants de Dieu et devaient vivre comme tels.

 

Nos parents nous ont tous appris à ne pas vivre d'une certaine manière, à ne pas se tenir avec certaines personnes, ou à ne pas faire des choses. Notre Père céleste, qui nous aime abondamment, nous dit de ne pas vivre comme les païens, et de ne plus faire des choses comme eux. Notre mode de vie est différent de ce que nous voyons à la télévision, de ce que nous lisons dans les magazines, ou de ce que nous voyons sur Internet. Notre manière de vivre ne peut être comparée à celle de nos voisins, de nos amis au travail ou de notre famille non croyante.

 

Paul donnera sept raisons pour lesquelles nos vies ne devraient pas ressembler à celles des païens, et elles se trouvent dans les versets dix-sept et dix-huit.

 
  1. Nous ne pouvons pas être comme les païens « qui marchent selon la vanité de leurs pensées » (v.17)

 

Le mot « vanité » (MATAIOTES) signifie : inutilité, dépravation ou vanité. La vie du croyant ne devrait pas être comme la vie des païens parce que leurs vies sont vides et n'ont aucun profit en elles-mêmes. Leur façon de penser n'apporte rien, ne donne rien, et ne profite en rien dans la vie spirituelle ! Combien de personnes connaissons-nous, qui marchent sans Christ, et ont une vie vraiment satisfaisante ? C'est leur manière de penser (qui s'oppose à Dieu) qui porte ce fruit de vacuité et d'inutilité. Ce n'est pas le cas pour le vrai croyant parce que nous avons la pensée de Christ !

1 Corinthiens 2

14 Mais l'homme animal ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c'est spirituellement qu'on en juge.

15 L'homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n'est lui-même jugé par personne.

16 Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l'instruire? Or nous, nous avons la pensée de Christ.

 
2. Nous ne pouvons pas être comme les païens, parce qu'ils ont "une compréhension obscurcie" (v.18)

 

Nos vies ne devraient pas être comme celles des païens, car « Ils ont l'intelligence obscurcie »

 

18 Ils ont l'intelligence obscurcie

 

Le mot « obscurci » (SKOTIZO) signifie : obscurcir, assombrir, ténèbres, physiques ou morales; et le mot « intelligence » (DIANONIA) signifie : pensées profondes ou faculté de l'esprit. Une personne aveugle peut avoir un esprit correct même si ses yeux ne voient que l'obscurité. Mais une personne non croyante a un esprit ténébreux et ne peut produire que des reflets sombres et vides, même si elle peut voir avec ses yeux ! Son esprit n’est pas seulement vide et sans profit pour elle. Son esprit (sa capacité à penser) est obscur et totalement dans les ténèbres. Son raisonnement ne peut jamais être juste, honorable et crédible devant Dieu; tout comme un aveugle ne peut décrire les couleurs des feuilles d'un érable en automne ! Il n'en est pas ainsi pour le croyant, car son esprit est passé des ténèbres à la lumière. Comme pour l'aveugle à qui le Christ a rendu la vue, nous pouvons aussi dire spirituellement :

Jean 9

25 Il répondit: S'il est un pécheur, je ne sais; je sais une chose, c'est que j'étais aveugle et que maintenant je vois.

 

Nous pouvons maintenant raisonner, car nous sommes dans la lumière du Christ.

 
3. Nous ne pouvons pas être comme les païens parce qu'ils sont « étrangers à la vie de Dieu » (v.18)

 

Nos vies ne devraient pas être comme celles des païens parce que nous sommes vivants en Christ, alors qu'eux vivent encore dans la mort spirituelle.

v.18 … ils sont étrangers à la vie de Dieu

 

Le mot « étrangers » (APALLOTRIOO) signifie : s'éloigner, ne pas participer. Ils n'ont aucune unité avec Dieu, ils n'ont aucune communion avec lui, ils ne peuvent pas s'approcher de lui, ils sont ennemis de Dieu (Rom. 5 :10; Ph. 3:18). Ils ne voient pas Dieu, ne goûtent pas Dieu ou ne sentent pas Dieu. Ils sont comme des bébés mort-nés - sans un souffle de vie en eux. Comment pouvons-nous vouloir être comme eux quand nous avons en nous celui qui donne la vie ? Comment pouvons-nous faire comme eux, alors que nous sommes nés de nouveau ? Nous nous sommes approchés de Dieu, nous portons maintenant Son nom et sommes Ses enfants ! Nous sommes unis à Dieu, à cause de Jésus-Christ.

Galates 4

4 mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi,

5 afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l'adoption.

6 Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père!

7 Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu.

 
4. Nous ne pouvons pas être comme les païens à cause de l'ignorance qui est en eux (v.18)

 

Ils peuvent savoir beaucoup de choses, ils peuvent être plus intelligents que nous. Mais il leur manque la plus grande connaissance de toutes – le mystère qui réside en Jésus-Christ !

v.18 … à cause de l'ignorance qui est en eux,

 

Ils sont remplis « d’ignorance » (AGNOIA), ce qui signifie : ne pas savoir en grec. C'est soit par manque d'information, soit par manque d'intelligence. Ils croient qu'ils peuvent vivre des vies significatives et intelligentes, mais il leur manque ce qui a vraiment une valeur éternelle. Ce n'est pas le cas pour nous, parce que nous n'ignorons pas les plans et les mystères de Dieu, car ils ont été révélés dans Sa Parole, et aussi par le Saint-Esprit. Nous avons une connaissance spirituelle qui leur manque grandement, et qui fait toute la différence dans la vie. Les croyants sont appelés à ne pas ignorer les vérités spirituelles (Rom. 11 :25; 1 Cor. 12 :1; 2 Cor. 2 :11; 1 Thess. 4 :13).

 
5. Nous ne pouvons pas être comme les païens à cause de leur « cœur endurci » (v.18)

 

Une autre raison que Paul donne aux Éphésiens pour qu'ils ne marchent plus comme les païens, c'est à cause de l'état de leur cœur.

v.18 … à cause de l'endurcissement de leur coeur.

 

Le mot « endurcissement » (POROSIS) signifie : stupidité ou aveuglement. En d'autres termes, leur cœur est aveugle ou endurci devant les vérités spirituelles. Leur cœur est comme un rocher que l'eau ne peut pénétrer. Même si leur cœur baignait dans les eaux vives pendant des années et des années, cela ne changerait rien, car il est trop dur. Les graines de l'Évangile ne peuvent pas prendre racine, la terre (leur cœur) est trop dure. Rappelez‑vous ce que Jésus a dit dans Sa parabole des quatre motifs :

Matthieu 13

18 Vous donc, écoutez ce que signifie la parabole du semeur.

19 Lorsqu'un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son coeur: cet homme est celui qui a reçu la semence le long du chemin.

20 Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c'est celui qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie;

21 mais il n'a pas de racines en lui-même, il manque de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, il y trouve une occasion de chute.

22 Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c'est celui qui entend la parole, mais en qui les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse.

23 Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c'est celui qui entend la parole et la comprend; il porte du fruit, et un grain en donne cent, un autre soixante, un autre trente.

 

Les non-croyants ont un coeur qui ressemble à des « endroits pierreux » (v.20). Ce n'est plus le cas des croyants. Notre cœur a été changé; mais bien plus, nous avons reçu un nouveau cœur (Éz. 36 :26) – qui accueille tout ce qui vient de Dieu.

 
6. Nous ne pouvons pas être comme les païens, parce qu'ils ont perdu toute sensibilité (v.19)

19 Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d'impureté jointe à la cupidité.

 

Les mots « perdu tout sentiment » (APALGEO) signifient : devenir apathique. Les païens sont indifférents aux vraies choses spirituelles. Ils n’ont aucun désir pour cela. Ils sont spirituellement engourdis à l'intérieur, glacials, intouchables, incapables de détecter en eux-mêmes de réels sentiments à propos de Dieu. Ils ont des sentiments, mais pas pour les choses de Dieu, car ils désirent et ont soif des choses ténébreuses.

Psaumes 16

9 Aussi mon coeur est dans la joie, mon esprit dans l'allégresse, Et mon corps repose en sécurité.

10 Car tu ne livreras pas mon âme au séjour des morts, Tu ne permettras pas que ton bien-aimé voie la corruption.

11 Tu me feras connaître le sentier de la vie; Il y a d'abondantes joies devant ta face, Des délices éternelles à ta droite.

 

Mais ce n'est pas le cas avec nous, nous sommes ressuscités, nous pouvons maintenant vraiment ressentir ce que nous étions censés ressentir pour le Seigneur. Nous désirons être avec lui et le servir.

 
7. Enfin, nous ne pouvons pas être comme les païens, parce qu'ils se sont adonnés à la sensualité (v.19)

v.19 … ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d'impureté jointe à la cupidité.

 

Remarquez que les païens « se sont livrés » à ce style de vie. Il semble qu'ils aient peu de honte ou d'embarras face à leur style de vie pécheur. Leur cœur sombre aime la « dissolution » (ASELGEIA) signifiant : souillure, dévergondage. Ils sont comme des porcs qui aiment se rouler dans la boue. Ils ne peuvent se retenir, ils aiment toute « impureté » (AKATHARSIA) signifiant : impureté physique ou morale.

 

Les païens désirent les choses appartenant aux ténèbres. C'est dans leur sang, dans leur esprit, dans leur cœur et ils ne sont jamais satisfaits - ils en veulent toujours plus. Ce n'est pas le cas des vrais croyants – ils peuvent se retenir, se maîtriser; ils peuvent dire non à la saleté de ce monde. Et quand ils tombent, ils viennent à la croix pour le pardon, et recommencent à marcher sur le bon chemin.

 

Ce sont les sept raisons pour lesquelles les Éphésiens sont appelés à ne plus vivre comme les païens. Nous pourrons également le faire si nous suivons ce que l'apôtre Paul rappelle aux Éphésiens dans les versets vingt à vingt-quatre.

20 Mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris Christ,

21 si du moins vous l'avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c'est en lui que vous avez été instruits

22 (4:21) à vous dépouiller, (4:22) eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses,

23 à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence,

24 et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.

 

Ceci est le point tournant de notre section. Paul a enseigné pourquoi nous ne pouvons plus vivre en tant que païens; maintenant, il enseignera comment ce changement fondamental se produit.

20 Mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris Christ,

21 si du moins vous l'avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c'est en lui que vous avez été instruits

 

Paul commence par le processus d'apprentissage. Tous les disciples sont appelés à apprendre. Grandir en tant que disciple du Christ est un processus qui dure toute la vie, et qui s'appelle la sanctification. Lorsque nous sommes nés de nouveau, nous ne sommes pas instantanément remplis de toutes les connaissances et de la sagesse nécessaires pour refléter parfaitement le Fils bien-aimé. Nous grandissons en Christ au fur et à mesure que nous apprenons de lui. Lorsque Paul écrit : « Mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris Christ », il fait référence à la manière dont vivent les païens. Le mot « appris » (MANTHANO) signifie : comprendre, apprendre de quelque manière que ce soit. Tout d’abord, nous avons appris à vivre selon les termes de notre famille, nos amis et la société; mais maintenant, nous apprenons d'une personne différente - Christ. Quand Paul écrit : « si du moins, vous l'avez entendu », cela nous donne la possibilité de croire que Paul ne tenait pas pour acquis que tous ceux qui entendraient ou liraient sa lettre étaient automatiquement des enfants de Dieu. À l'époque, comme c'est le cas aujourd'hui, tous les gens présents dans nos rassemblements ne sont pas nécessairement de vrais chrétiens. Ne puissions-nous jamais tenir pour acquis que quelqu'un est né de nouveau, simplement parce qu'il le dit ! N'oubliez jamais que Jésus a dit :

Matthieu 7

16 Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons?

17 Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.

18 Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.

 

Un dernier point à noter est : « c'est en lui que vous avez été instruits ». Ici, nous voyons que les disciples du Christ sont personnellement enseignés par le Seigneur. Nous savons aussi que le Saint-Esprit enseigne et guide dans la vérité (Jean 16 :13). Voyons comment notre conduite passe de la voie des païens à la voie du Seigneur.

22 (4:21) à vous dépouiller, (4:22) eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses,

23 à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence,

24 et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.

 

Il y a trois faits que Paul souligne.

 
  1. Nous ne devons pas vivre comme des païens, mais nous devons nous dépouiller du vieil homme (v.22)

 

Nous devons participer à ce processus, Dieu nous donne la grâce d'avoir la victoire, mais nous devons la saisir. Nous devons tout d'abord être déterminés à enlever le vieil homme.

22 (4:21) à vous dépouiller, (4:22) eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses,

 

En d'autres termes, il faut enlever (comme on enlève un manteau) le vieil homme. Le « vieil homme » est une image que Paul utilise lorsqu'il parle de notre ancienne vie, ou des anciennes façons de vivre avant que nous ne soyons sauvés. Le « vieil homme » représente notre ancien "moi" non régénéré, et les désirs charnels qui nous contrôlaient. Paul écrit que le croyant doit « enlever » ce « vieil homme ». Paul explique, dans sa lettre aux Romains, que nous pouvons le faire :

Romains 6

6 sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché;

 

Nous devons comprendre ce qui s'est passé à la croix, mettre de côté ce que nous étions, et fermer la porte derrière nous. Nous devons reconnaître qu'il est possible d'enlever le vieil homme et d'arrêter de dire "Je ne peux tout simplement pas changer". Le péché n'a aucune compassion, même pour la personne qu'il utilise pour se manifester. Regardez ce que dit Paul : « notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit ». Le péché n'apporte que la destruction, la dévastation et la ruine. Son plaisir est de courte durée, et il laisse le pécheur plus profondément dans le regret et le désespoir. En enlevant le « vieil homme », nous ne vivrons plus en tant que païens.

 
2. Nous pourrons ne pas vivre comme des païens, lorsque nous aurons une nouvelle attitude d'esprit (v.23)

 

Le champ de bataille de l'ennemi est votre esprit ! C'est là qu'il vous attaque, c'est là qu'il cherche à vous blesser.

23 à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence,

 

Votre esprit est l'endroit où le « vieil homme » désire vous garder esclave par de fausses croyances. Celui qui a votre esprit vous possède. C'est pourquoi le Seigneur a dit que vous devez aimer votre Dieu de tout votre cœur, âme et ESPRIT (Matt. 22 :37), car c'est le plus grand de tous les commandements. Notre ennemi spirituel désire également posséder votre esprit par de mauvaises œuvres (Col. 1 :21). On nous dit aussi de ne pas fixer notre esprit sur les choses de ce monde, mais sur les choses d'en haut (Col. 3 :2). Cette nouvelle attitude de l'esprit découle de la Parole de Dieu. Croire la Parole de Dieu et la pratiquer effacera notre ancienne attitude. Notre nouvelle attitude est de dire : "Oui Seigneur, je peux le faire si tu le demande !" Remarquez que le mot « renouvelés » (ANADEIXIS) signifie : l'acte de montrer. Lorsque les croyants sont « renouvelés dans l'esprit de votre intelligence », cela veut dire qu'il ne s'agit pas seulement d'une nouvelle façon de penser, mais d'une nouvelle façon de penser ET de vivre. Nous ne sommes jamais appelés à simplement recueillir de l’information, mais plutôt à vivre ce que nous avons recueilli !

3. Enfin, nous cesserons de vivre comme des païens, lorsque nous revêtirons l'homme nouveau (v.24)

 

Une fois que nous avons enlevé le vieil homme et que nous avons changé l'attitude de notre esprit, la dernière étape consiste à revêtir le nouveau "moi".

24 et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.

 

En d'autres termes, Dieu veut que nous portions quelque chose de nouveau (puisque nous avons enlevé le vieil homme). Encore une fois, nous voyons qu'il est de la responsabilité du croyant de « revêtir l'homme nouveau ». Dieu ne fera pas cela pour nous. N'oublions pas qu'Il a doté tous Ses enfants de la capacité de marcher en nouveauté de vie par Son Saint-Esprit qui nous donne la force nécessaire pour le faire (Ps. 18 :32,39). Mais à quoi ressemble cette nouvelle personne ? Elle est créée pour ressembler au Fils.

2 Corinthiens 3

18 Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l'Esprit.

 

Cette nouvelle personne a trois principaux traits de caractère. Le premier est la « justice » » (DIKAIOSUNE) signifiant : équité de caractère ou d'acte. L'homme nouveau fait bien les choses, il pense bien et aime la justice. Il est vertueux et moralement juste. Le second trait de caractère est la « sainteté » (HOSIOTES) signifiant : pureté de caractère, pieux, saint. Il a la pensée de Christ et agit en conséquence. Il est honnête et vrai. Il a un niveau de vie élevé et ne s'en détournera pas. C'est une personne pieuse, quelqu'un qui brille dans la foule. Enfin, le dernier trait de caractère de cet « homme nouveau » est la « vérité » (ALETHESIS) signifiant : vérité, ce qui est vrai. Il dit la vérité et vit la vérité. Il ne peut pas être corrompu ou être influencé pour ne pas être véridique.

 

Voici à quoi ressemble le « nouvel homme » – cela vous ressemble-t-il ?

retour au menu

17-ephesians

L’épître aux Éphésiens

17 – Attrister le Saint-Esprit

Ephésiens 4

25 C'est pourquoi, renoncez au mensonge, et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain; car nous sommes membres les uns des autres.

26 Si vous vous mettez en colère, ne péchez point; que le soleil ne se couche pas sur votre colère,

27 et ne donnez pas accès au diable.

28 Que celui qui dérobait ne dérobe plus; mais plutôt qu'il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin.

29 Qu'il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s'il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l'édification et communique une grâce à ceux qui l'entendent.

30 N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.

31 Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous.

32 Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ.

(LSG)

 

Dans cette section, l'apôtre Paul divisera les choses en deux catégories, les choses qui devraient, et les choses qui ne devraient pas être faites dans notre vie quotidienne. C'est la suite de notre dernière section. Puisque le "vieil homme" a été enlevé, voici ce que le "nouvel homme" devrait et ne devrait pas faire. Saviez-vous que tout ce que nous faisons finira par avoir un effet sur notre relation avec le Saint-Esprit, que le Seigneur Dieu nous a donné pour nous guider ? Dieu est très intéressé par notre conduite – la façon dont nous vivons. Nous avons vu dans Éphésiens 4 :1 que nous devons nous conduire selon notre appel céleste. Dans Éphésiens 4 :17, nous voyons aussi que Dieu ne veut pas que nous vivions comme font les païens. Dans cette section, Paul donnera des leçons simples sur les choses à faire et à ne pas faire dans la vie quotidienne en tant que disciple du Christ. Il sera avantageux pour chaque vrai croyant de faire une "liste de contrôle" au fur et à mesure; simplement pour voir si nous sommes à la hauteur de l’appel de Dieu ! Paul commence d'abord par une liste des choses à ne pas faire.

25 C'est pourquoi, renoncez au mensonge, et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain; car nous sommes membres les uns des autres.

 

Le premier NE PAS commence par la langue.

Ce petit membre cause tant d'ennuis et de douleur, qu'il n'est pas étonnant que Paul commence par lui ! Vous souvenez-vous de ce que Jacques a écrit à propos de ce membre ?

Jacques 3

5 De même, la langue est un petit membre, et elle se vante de grandes choses. Voici, comme un petit feu peut embraser une grande forêt!

6 La langue aussi est un feu; c'est le monde de l'iniquité. La langue est placée parmi nos membres, souillant tout le corps, et enflammant le cours de la vie, étant elle-même enflammée par la géhenne.

 

Tout comme on nous a dit de "rejeter" le vieil homme, on nous dit maintenant : « renoncez au mensonge » - tous les mensonges. Le mot « mensonge » (PSEUDOS) signifie : mensonge, un mensonge, une fausseté, une contrevérité. N'utilisez pas le mensonge (parler selon la vérité est le sens positif). On demande aux croyants de ne pas mentir, d'étirer la vérité, d'embellir ou d'exagérer les choses quand nous nous parlons. On nous dit : « que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain ». La vérité fait souvent mal et c'est pourquoi nous nous abstenons parfois de la déclarer. Nous ne voulons pas blesser les sentiments de la personne. Ou nous pouvons vouloir nous intégrer dans un groupe, et acceptons ce que les autres disent. Nous pouvons vouloir bien paraître en exagérant des événements ou des faits. Quelle qu'en soit la raison, ce n'est pas acceptable devant le Seigneur. Les chrétiens sont simplement appelés à cesser de mentir « car nous sommes membres les uns des autres ». Le mot « membres » (MELOS) signifie : un membre, une partie du corps. Ils sont le Corps du Christ et nous devons les respecter et les estimer. D'une manière spirituelle, quand nous mentons aux frères, nous mentons au Christ !

 
Le deuxième NE PAS FAIRE est : « si vous vous mettez en colère, ne péchez pas ».

26 Si vous vous mettez en colère, ne péchez point; que le soleil ne se couche pas sur votre colère,

 

Le mot « colère » (ORGIZO) signifie : provoquer, être enragé, s'exaspérer. Parfois, nous pouvons devenir exaspérés par les gens et c'est alors que notre langue peut dire des choses qu’elle ne devrait pas. Cela peut aussi être un moment où nous agissons d'une manière qui déshonore le Seigneur. Que ce soit en paroles ou en actes, on dit aux croyants « ne péchez point ». Le mot « péchez » (HAMARTANO) signifie : rater le but, se tromper, offenser. Si nous ne devons pas pécher, cela signifie que nous avons besoin de la maîtrise de soi, d'avoir notre esprit sous contrôle ainsi que nos émotions. Cela signifie principalement que nous permettons au Saint-Esprit DE PRENDRE LE CONTRÔLE de tout notre être. Nous savons que la colère est une émotion normale qui survient lorsque nous avons été attaqués (sous quelque forme ou façon que ce soit). Le problème n'est pas la colère, mais le fruit de la colère dans nos cœurs. Si votre colère vous fait pécher, alors ce n'est pas la colère de Dieu. Mais si votre colère vous fait faire quelque chose de positif qui glorifie le Seigneur, alors c'est une colère juste.

 

Nous avons également un mot d'avertissement : « que le soleil ne se couche pas sur votre colère ». Il y a une raison pour cela :

Hébreux 12

14 Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur.

15 Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu; à ce qu'aucune racine d'amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n'en soient infectés;

 

Lorsque nous ne recherchons pas la paix et la sainteté avec les gens et gardons la colère dans nos cœurs, elle ne s'en va pas. Elle peut devenir calme, mais quand le bon moment arrive, elle jaillira et rugira comme un lion. L'auteur aux Hébreux parle de toute « racine d'amertume ». Cette amertume en vous sera la cause du péché. Ces mauvaises herbes de la colère empoisonneront votre vie. Cela veut dire qu'il faut régler ou gérer les "moments de colère" tout de suite !

 
Le troisième NE PAS FAIRE parle du diable.

27 et ne donnez pas accès au diable.

 

Quand on laisse le soleil se coucher sur notre colère, cela ouvre une porte qui devient difficile à refermer ! Le mot « accès » (TOPOS) signifie : un lieu, un espace ou un emplacement. Être en colère et ne pas régler le problème crée un "espace" dans notre cœur et le diable comblera automatiquement ce vide. Quand la sainteté s'en va, les ténèbres se précipitent pour prendre sa place. Nous ne devons pas donnez accès au « diable » (DIABOLOS) qui signifie : faux accusateur, calomniateur. Il est appelé l'accusateur (Apoc. 12 :10), un meurtrier et le père de tous les mensonges (Jean 8 :44). Le diable utilisera cette situation pour envahir votre cœur, vous faire pécher et détruire votre relation avec le Seigneur Dieu ainsi qu'avec les autres.

 
Un quatrième NE PAS FAIRE est : « celui qui dérobait ne dérobe plus; »

28 Que celui qui dérobait ne dérobe plus; mais plutôt qu'il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin.

 

C'est assez facile à comprendre - arrêtez de voler ! Le mot « dérobe » (KLEPTO) signifie : dérober, voler. Paul dit d'arrêter de faire ce que vous faites – fini le vol. Remarquez qu'il ne dit pas sauf si vous avez faim ou si vous êtes très pauvre. Ne pas voler est l'un des dix commandements :

Exode 20

15 Tu ne déroberas point.

 

Et il n'y a aucune exception à cette règle. C'est rebuter le "vieil homme". Au lieu de voler, Paul dit :

 

v.28 … mais plutôt qu'il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin.

Ici, la personne qui a volé a une nouvelle vision de ce qu'il doit faire. Il devrait « travailler » (KOPIAO) signifiant : travailler dur, peiner, être fatigué. C'est le contraire de voler. Lorsque vous revêtez "l'homme nouveau", vous devenez productif pour la société, même un membre honorable de celle-ci ! Notez qu'une définition de ce mot signifie travailler dur et non se tuer au travail ! C’est-à-dire : donner une bonne journée de travail pour recevoir une bonne journée de salaire. Cela me rappelle ce que Paul a écrit aux Thessaloniciens :

2 Thessalonicien 3

10 Car, lorsque nous étions chez vous, nous vous disions expressément: Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus.

 

Alors, que faites-vous de l'argent que vous avez gagné, une fois que vous arrêtez de voler ?

v.28 … pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin.

 

Vous donnez aux nécessiteux, ce qui est aussi le contraire de voler. Le mot « donner » (METADIDOMI) signifie : donner, partager ou transmettre. Vous donnez à ceux qui sont dans le besoin, aux pauvres, à la veuve ou aux orphelins, aux sans-abris ou aux malades.

 
Le cinquième, NE PAS FAIRE, parle à nouveau de l'utilisation d'un langage malsain.

29 Qu'il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s'il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l'édification et communique une grâce à ceux qui l'entendent.

 

Paul va plus loin que simplement dire : "vous devez dire la vérité". Cette fois, il parle de langage malsain ! Le mot « mauvaise » (SAPROS) signifie : sans valeur, mauvais ou corrompu. Paul parle du contenu de nos conversations. Le contenu doit être sain - il doit être « bon » (AGATHOS) signifiant : bon, bénéfique et bien. Cela devrait être la nature même de nos conversations, ce qui signifie deux choses.

 

Cela doit être bon pour « l'édification » des frères. Le mot « édification » (OIKODOME) signifie : une structure, un bâtiment, édifier. Ce qui est dit devrait être utilisé pour encourager, fortifier et renforcer ceux qui nous entourent, au lieu de bavarder sur les gens et ce qu'ils font. Notre parole doit être « bonne » pour « communiquer une grâce à ceux qui l'entendent. » Que donnent nos conversations à ceux qui nous écoutent ? Sont-ils plus heureux dans le Seigneur ou deviennent-ils découragés ? Nous devons tous faire très attention à la manière dont nous choisissons nos mots et nos sujets.

 
Le sixième, NE PAS FAIRE, traite de ne pas « attrister le Saint-Esprit »

30 N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.

 

« N’attristez » pas le Saint-Esprit. Le mot « attristez » (LUPEO) signifie : détresse, être triste et faire du chagrin. Ne rendez pas le Saint-Esprit malheureux à cause de vous, ne soyez pas désagréable avec lui, ne le repoussez pas. Le Père a donné à chaque croyant le Saint-Esprit, pour vivre en lui et le guider jusqu'au jour de la rédemption. On dit que les croyants sont « scellés » par le Saint-Esprit. Le mot « scellés » (SPHRAGIZO) signifie : tamponnés pour la sécurité ou la conservation. Le Saint-Esprit dans le croyant le préservera jusqu'à ce que le temps de la rédemption soit finalement arrivé, selon la première éventualité, soit votre passage dans l'éternité par la mort ou par l'enlèvement de l'Église. Lorsque les croyants attristent le Saint-Esprit, c'est comme être méchant avec un gardien qui vous aide affectueusement et vous protège jour après jour. Cela n'a tout simplement aucun sens de le faire !

 

Maintenant, Paul donne une liste de choses à faire aux versets trente-et-un et trente-deux :

31 Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous.

 

Voici la liste de toutes les choses à se débarrasser :

 

1- « l’amertume » (PIKRIA) signifiant : poison, amertume. L'amertume est un poison qui peut habiter en vous. Souvenez-vous de l'histoire de Caïn et d'Abel, et de l'amertume de Caïn. Parce que son offrande a été refusée par le Seigneur, l'amertume l'a tellement consumé qu'il a finalement tué son frère Abel (Genèse 4 :8).

 

2- « l’animosité » (ORGE) signifiant : passion violente, indignation. Cela manifeste la perte de contrôle de ses émotions et l’on devient violent. Cela me rappelle le propre témoignage de Paul dans Actes 26 :11, où il déclare qu'il avait tellement « d’animosité » envers les chrétiens qu'il les a persécutés.

 

3- « la colère » (THUMOS) signifiant : férocité, colère brûlante. Un exemple est donné quand, à la suite du discours de Démétrius contre Paul et ses compagnons, les Éphésiens sont devenus remplis de « colère » (Actes 19 :28), et se sont mis à capturer les chrétiens.

 

4- « la clameur » (KRAUGE) signifiant : tollé, tumulte. C'est un mot onomatopéique qui imite le cri du corbeau. Ce mot est utilisé lorsque les Sadducéens et les Pharisiens se sont affrontés concernant l'existence de la résurrection des morts (Actes 23 :9). C’est tout comme protester à haute voix.

 

5- « la calomnie » (BLASPHÉMIE) signifiant : la diffamation contre Dieu, injurier de manière générale. Jésus enseigne à Ses disciples que le "langage abusif" (les blasphèmes) sort du cœur (Matt. 15 :9).

 

6- « la méchanceté » (KAKIA) signifiant : méchanceté, dépravation, malignité. Lorsque Simon, le sorcier, a demandé à Pierre de lui donner le pouvoir de donner le Saint-Esprit (Actes 8 :14-25), Pierre lui a répondu en lui disant de se repentir de sa « méchanceté ».

 

Ce sont les six choses que tous les vrais croyants sont appelés à faire disparaître. Y a-t-il encore du travail à faire dans votre vie ? Certaines de ces six choses sont-elles encore bien vivantes dans votre cœur ?

 
Voici la liste des bonnes choses à faire- ayez-les abondamment dans votre vie :

 

32 Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ.

 

1- « soyez bons » (CHRESTOS) signifiant : facile, meilleur, bon et agréable. Dans Luc 6 :35, Jésus dit de faire le bien en aimant ses ennemis. Cela parle de l'attitude intérieure envers les autres, même s'ils ne sont pas bons ou gentils envers vous. Être « bons », c'est faire un effort supplémentaire avec quelqu'un qui vous oblige à faire cet effort (Matt. 5 :41).

 

2- « compatissants » (EUSPLAGEHNOS) signifiant : sympathisant, tendre. Quelle meilleure histoire pour illustrer la compassion que l'histoire du "Bon Samaritain" (Luc 10 :33). Il s'est bien occupé d'un parfait inconnu, qui a été abandonné et laissé pour mort sur le bord de la route.

 

3- « pardonnant » (CHARIZOMAI) signifiant : accorder comme une faveur, pardonner, sauver. Quand quelqu'un pèche contre nous (quel qu'il soit), nous devons lui pardonner. Notre norme est le pardon que nous avons reçu de Dieu, à cause du sacrifice de Christ. Autrement dit : "Si Dieu t'a pardonné tout ce que tu as fait contre lui, tu es aussi appelé à pardonner tout ce que les autres font contre toi" ! C'est ce que Jésus enseigne dans Sa parabole du serviteur qui n'a pas voulu pardonner à son ami (Matt. 18 :21‑35).

 

En toutes choses, notre modèle est le Christ. En mettant de côté le "vieil homme" et en laissant vivre le "nouvel homme", nous deviendrons semblables à Christ. De plus, n'oubliez jamais que votre conduite affectera votre relation avec le Saint-Esprit, alors ne l'attristez pas.

retour au menu

18-ephesians

L’épître aux Éphésiens

18 – Marcher en amour

Éphésiens 5

1 Devenez donc les imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés;

2 et marchez dans la charité, à l'exemple de Christ, qui nous a aimés, et qui s'est livré lui-même à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur.

3 Que l'impudicité, qu'aucune espèce d'impureté, et que la cupidité, ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu'il convient à des saints.

4 Qu'on n'entende ni paroles déshonnêtes, ni propos insensés, ni plaisanteries, choses qui sont contraires à la bienséance; qu'on entende plutôt des actions de grâces.

5 Car, sachez-le bien, aucun impudique, ou impur, ou cupide, c'est-à-dire, idolâtre, n'a d'héritage dans le royaume de Christ et de Dieu.

6 Que personne ne vous séduise par de vains discours; car c'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion.

(LSG)

 

Avez-vous remarqué que nous sommes tous des imitateurs ? Nous avons tous idolâtré quelqu'un dans le passé, voulant lui ressembler ou souhaitant pouvoir être lui ! Je me souviens quand les "Beatles" ont fait leur apparition en 1963 et qu’ils ont foulé le plateau du Ed Sullivan Show. Je vivais à New York à cette époque et les jeunes en sont devenus fous ! Je voulais les imiter (je n'avais que 9 ans !). C'était la "Beatlemania" !

 

- Les coupes de cheveux des Beatles

- Les bottes des Beatles

- Les manteaux des Beatles

- Le style des Beatles

 

Non seulement moi, mais mes amis les ont également imités. Nous étions hypnotisés, fascinés et captivés; et le groupe des "Fab Four" sont un bon exemple de comment vouloir imiter quelqu'un. Mais maintenant que "l'homme nouveau" s'est présenté - c'est une autre histoire, et l'apôtre Paul appelle les Éphésiens à devenir des « imitateurs de Dieu ».

1 Devenez donc les imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés;

 

Le mot « imitateurs » (MIMITES) signifie : imiter, suivre. Nous ne devons plus imiter ou désirer ressembler à quelqu'un d'autre que le Seigneur Dieu ! Comment les disciples doivent-ils faire cela, puisque Dieu est invisible et que nous ne pouvons pas le voir ? Comment alors pouvons-nous l'imiter ? L'auteur du livre aux Hébreux a la réponse :

Hébreux 1

1 Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, (1:2) Dieu,

2 dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde,

3 et qui, étant le reflet de sa gloire et l'empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s'est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts,

 

Pour imiter le Père, il suffit de regarder le Fils. Car Jésus est « le reflet de sa gloire et l'empreinte de sa personne ». En étudiant le Fils et en apprenant Ses voies, Ses disciples pourront imiter le Père. Les vrais croyants doivent être comme un miroir, qui reflète l'image qu'il voit; à l’exemple du caméléon qui imite l'arrière-plan dans lequel il se trouve. Nous sommes appelés à briller et à manifester qui est le Père ! Paul leur rappelle "POURQUOI" ils devraient être des imitateurs de Dieu.

v.1 … comme des enfants bien-aimés

 

C'est à cause du tendre amour de Dieu pour nous, que nous devons désirer être transformés à Son image. Les croyants ne sont pas seulement les enfants de Dieu - nous sommes Ses enfants « bien-aimés » ! Le mot « bien-aimés » (AGAPETOS) signifie : chèrement ou bien-aimé. Ceux qui ont placé leur foi en Christ sont extrêmement aimés du Père. Le regard de Dieu s’est posé sur eux et ils sont gardés dans son cœur.

2 et marchez dans la charité, à l'exemple de Christ, qui nous a aimés, et qui s'est livré lui-même à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur.

 

Imiter Dieu signifie que nous devons « marcher dans la charité ». Le mot « marchez » (PERIPATEO) signifie : marcher partout, marcher en liberté. En d'autres termes, l'imitation de Dieu devrait se manifester dans tous les aspects de notre vie ! Chaque matin, notre prière devrait être "Oh Père, aide‑moi aujourd'hui à vivre une vie d'amour envers toi et ceux qui m'entourent." La principale caractéristique de cette vie devrait être « l'amour » (AGAPE) qui signifie : amour, affection, bienveillance, charité. Rappelez-vous ce que Jésus a dit :

Jean 13

34 Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.

35 A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres.

 

Tout le monde parle de vivre une vie remplie d'amour, mais qu’est-ce que Dieu dit que cela signifie vraiment ?

v.2 … qui nous a aimés, et qui s'est livré lui-même à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur.

 

  1. Tout comme Christ nous a aimés

 

Notre modèle est Jésus. Si nous imitons Jésus, si nous reflétons Jésus, si nous marchons avec Jésus – alors notre vie sera une vie d'amour.

 

- Comment Jésus a-t-il agi avec la femme surprise en adultère ?

Il lui a pardonné

- Comment Jésus a-t-il agi avec les malades ?

Il les a guéris

- Comment Jésus a-t-il agi avec ceux qui avaient faim ?

Il les a nourris

 

Mais la plus grande manifestation de Son amour pour le Père et Ses disciples est qu’Il « s'est livré lui-même à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur. » En tant que disciples du Christ, notre obligation est de savoir comment Jésus a agi, et de l'imiter en aimant les autres comme lui. Paul enseigne comment nous pouvons devenir des imitateurs de l'amour de Christ.

v.2 … et qui s'est livré lui-même à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur

 

Le mot « livré » (PARADIDOMI) signifie : se rendre, céder, livrer. Jésus a dû ABANDONNER Sa vie pour pouvoir aimer les autres. Nous ne mènerons jamais une vie d'amour si la PREMIÈRE personne que nous aimons est NOUS‑MÊME ! Jésus « s'est livré » et c'est exactement ce que nous devons faire. Pour vivre une vie d'amour, nous avons absolument besoin de nous abandonner au Seigneur Dieu. Le Christ s'est livré en « offrande » (PROSPHORA), ce qui signifie : présentation, oblation, offrande. Il s'est aussi donné comme un « sacrifice » (THUSIA) qui signifie : un sacrifice, l'acte ou la victime. En d'autres termes, Jésus s'est totalement offert au Père. Sa vie d'amour s'est terminée en donnant Sa vie sur la croix et en prenant sur lui nos péchés, afin qu'Il soit puni à notre place ! Saviez-vous que tous les vrais croyants sont aussi appelés à s'offrir en sacrifice ? Pas comme un Agneau sacrificiel envers Dieu, mais comme une manifestation de notre attachement à Dieu.

Romains 12

1 Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable.

2 Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.

 

Quand Christ s'est offert, quel effet cela a-t-il eu sur le Père ?

v.2 … un sacrifice de bonne odeur

 

Le Père s’est réjoui de la vie d'amour et du sacrifice de Son fils. Je crois vraiment que le Père aime aussi quand nos vies sont données pour l'amour des autres, comme nous l'enseigne Paul :

2 Corinthiens 2

14 Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui répand par nous en tout lieu l'odeur de sa connaissance!

15 Nous sommes, en effet, pour Dieu la bonne odeur de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent:

 

Maintenant, Paul va décrire ce qu'une vie d'amour odorante N'EST PAS ! Celles-ci sont mentionnées dans les versets trois et quatre.

3 Que l'impudicité, qu'aucune espèce d'impureté, et que la cupidité, ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu'il convient à des saints.

4 Qu'on n'entende ni paroles déshonnêtes, ni propos insensés, ni plaisanteries, choses qui sont contraires à la bienséance; qu'on entende plutôt des actions de grâces.

 

Une vie d'amour n'a même pas le parfum de ce qui suit :

 

Tout d'abord, « l'impudicité » (PORNEIA) signifiant : prostitution, fornication. Une vie remplie du Christ n'a rien à voir avec un style de vie illicite. C'est certainement un dénominateur commun entre les faux prophètes modernes et les guides spirituels. L'enfant de Dieu doit rester célibataire et s'abstenir de toute activité sexuelle ou se marier et avoir une vie sexuelle normale avec son conjoint.

 

Deuxièmement, « l’impureté » (AKATHARSIA) qui signifie : impureté physique ou morale. Cela veut dire être souillé par des péchés d'impureté. Cela pourrait être dans nos pensées ou dans nos actions, ou nos désirs qui portent sur ce qui n'est pas acceptable pour Dieu.

 

Troisièmement, la « cupidité. » (PLEONEXIE) qui signifie : avarice, convoitise et avidité. C'est essentiellement le contraire de l'amour, car l'amour donne (Jean 3 :16) et ne reprend pas !

v.3 … ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu'il convient à des saints.

 

Non seulement ces choses ne doivent pas être faites, mais elles ne doivent même pas être mentionnées ! Le mot « nommées » (ONOMAZO) signifie : nommer, attribuer une appellation. Parler des trois choses ci-dessus ne se fait tout simplement pas au sein de la famille de Dieu.

 

Paul continue sa liste – des choses qu'une vie d'amour n'a pas :

4 Qu'on n'entende ni paroles déshonnêtes, ni propos insensés, ni plaisanteries, choses qui sont contraires à la bienséance; qu'on entende plutôt des actions de grâces.

 

Quatrièmement, les « paroles déshonnêtes » (AISCHROTES) qui signifient : honte, souillure. Cela peut relever de tout ce qui est honteux, du vol et des commérages jusqu'à la débauche sexuelle. Nous ne devrions pas parler de ces choses.

 

Cinquièmement, les « propos insensés » (MOROLOGIS) qui signifient : bavardage idiot, bouffonnerie, bavardage insensé. Il s'agit de choses stupides, de choses qui n'ont aucun sens. Cela ne devrait pas non plus être sur nos lèvres.

 

Sixièmement, les « plaisanteries » (EUTRAPELIA) signifiant : mot d'esprit au sens vulgaire, plaisanteries grossières. Cela peut être composé de certaines blagues grossières en elles-mêmes ou indûment suggestives. Paul dit que ces choses sont « contraires à la bienséance » donc, pas une bonne chose à dire. Puis Paul passe à quelque chose qu'une vie d'amour fait :

v.4 … qu'on entende plutôt des actions de grâces.

 

La bouche, au lieu d'être un distributeur d'ordures, devrait être une fontaine « d'actions de grâces » (EUCHARISTIA) signifiant : gratitude, langage reconnaissant. Rappelez-vous ce que l'apôtre Jacques a écrit :

Jacques 3

8 mais la langue, aucun homme ne peut la dompter; c'est un mal qu'on ne peut réprimer; elle est pleine d'un venin mortel.

9 Par elle nous bénissons le Seigneur notre Père, et par elle nous maudissons les hommes faits à l'image de Dieu.

10 De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu'il en soit ainsi.

11 La source fait-elle jaillir par la même ouverture l'eau douce et l'eau amère?

12 Un figuier, mes frères, peut-il produire des olives, ou une vigne des figues? De l'eau salée ne peut pas non plus produire de l'eau douce.

 

Seul un hypocrite tiendra un double langage ! Paul parle ensuite de la gravité de ces six choses qui ne devraient pas être dans la vie d'un croyant.

5 Car, sachez-le bien, aucun impudique, ou impur, ou cupide, c'est-à-dire, idolâtre, n'a d'héritage dans le royaume de Christ et de Dieu.

6 Que personne ne vous séduise par de vains discours; car c'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion.

 

Ce que Paul est sur le point de dire est dit avec certitude – « sachez-le bien » (GINOSKO) signifiant : connaître, être conscient de, percevoir. Paul ne devine pas que quelque chose pourrait arriver – il en est certain. Ici, il parle de trois types de personnes qui vivent dans certains péchés. Il parle de :

 

La personne sexuellement immorale - « impudique » (PORNOS) signifiant : un débauché, libertin, prostitué. Ce sont des gens qui aiment vivre leurs péchés sexuels. Ils n'ont aucun remords, aucun sens de la moralité ou de ce qui est bien ou mal. Ils attendent avec impatience l'occasion de se livrer à des activités sexuelles illicites. Cette personne sexuellement immorale n’aura pas « d'héritage dans le royaume de Christ et de Dieu ».

 

La personne « impure » (AKATHARTOS) qui signifie : impur, infect. Cette personne vit et pense d'une manière impure. Ce sont peut-être simplement ses lèvres qui ne cessent de parler de certains sujets, ses yeux qui se régalent de matériel immoral ou simplement sa façon d'être qui la rend « impure ». Ces gens qui n'ont aucun regret pour ce qu'ils font, n'auront pas « d'héritage dans le royaume de Christ et de Dieu ».

 

La personne « cupide » (PLEONEKTES) signifie : désirant plus, avide de gain. C’est celle qui aime l'argent ou les choses matérielles; qui ne fait qu'accumuler et accumuler des choses. Elle en veut toujours plus et n’est jamais satisfaite de ce qu’elle a. C’est celle qui n'aide pas les autres parce qu'il lui en coûterait trop ou qu’elle en subirait une perte à le faire. Ces gens n'auront pas « d'héritage dans le royaume de Christ et de Dieu ».

 

Ils n'auront pas « d’héritage » (KLERONOMIA) signifiant : patrimoine, héritage. Ils n'entreront pas dans le « royaume de Christ et de Dieu ». Paul ne parle pas des croyants qui luttent contre le péché, se repentent et marchent à nouveau dans la lumière. Il parle de personnes non régénérées qui croient qu'elles sont acceptables devant Dieu ! Pour les vrais croyants, Jean explique le processus de pécher et de recevoir le pardon :

1 Jean 1

5 La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c'est que Dieu est lumière, et qu'il n'y a point en lui de ténèbres.

6 Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité.

7 Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.

8 Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n'est point en nous.

9 Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.

10 Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous.

 

Soyons reconnaissants que Jésus nous ait sauvés de la condamnation de la pratique de l'immoralité sexuelle, de toute impureté, cupidité, obscénité, propos insensés et plaisanteries grossières. Puissions-nous rester loin d'eux.

6 Que personne ne vous séduise par de vains discours; car c'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion.

 

Ici, Paul nous donne un avertissement – nous avons tous besoin d'avertissements pour notre sécurité spirituelle.

6 Que personne ne vous séduise par de vains discours…

 

Il y a des gens qui nous encouragent à vivre le genre de vie qui vient d'être décrit. Le mot « séduise » (APATAO) signifie : tricher, tromper et séduire. Même dans nos églises chrétiennes, il y a de faux enseignants et prédicateurs qui déforment la Parole de Dieu, et enseignent que les temps ont changé et que nous devons voir les choses différemment maintenant. Ne vous laissez pas tromper par eux. La Parole de Dieu ne change jamais. Ce qui était immoral dans le Nouveau Testament l'est encore aujourd'hui ! Ils essaient de « séduire » avec des « vains discours » ((KENOS) signifiant : vides et vains. Leurs mots n'ont ni poids ni légitimité devant le Seigneur, alors n'ayez pas peur d'eux et n'acceptez pas ce qu'ils enseignent. Ainsi, partout dans notre société, nous sommes poussés à vivre une vie d'inconduite ou de rébellion devant Dieu.

v.6 … car c'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion.

 

Le temps du jugement approche et la « colère » (ORGE) signifiant : colère, passion, châtiment, vengeance, la punition et la colère de Dieu; viendra un jour sur tous ceux qui sont vivants et se sont moqués de Dieu, le Saint d'Israël. Ces gens sont les « fils de la rébellion », ceux qui se rebellent contre le Seigneur Dieu.

retour au menu

19-ephesians

L’épître aux Éphésiens

19 – Marcher comme des enfants de lumière

 

Éphésiens 5

7 N'ayez donc aucune part avec eux.

8 Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière!

9 Car le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité.

10 Examinez ce qui est agréable au Seigneur;

11 et ne prenez point part aux oeuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les.

12 Car il est honteux de dire ce qu'ils font en secret;

13 mais tout ce qui est condamné est manifesté par la lumière, car tout ce qui est manifesté est lumière.

14 C'est pour cela qu'il est dit: Réveille-toi, toi qui dors, Relève-toi d'entre les morts, Et Christ t'éclairera.

(LSG)

 

Dans notre dernière section, nous avons appris par Paul à « marcher dans l’amour ». Nous avons vu que Dieu a versé son amour en nous par Jésus‑Christ :

Éphésiens 2

4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés,

 

Éphésiens 5

2 et marchez dans la charité, à l'exemple de Christ, qui nous a aimés, et qui s'est livré lui-même à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur.

 

Dès que nous « marchons dans l'amour », nous marchons donc automatiquement comme des enfants de lumière; qui est le titre de cette section.

7 N'ayez donc aucune part avec eux.

 

Avant de pouvoir marcher comme des enfants de lumière, il y a une chose qu'un croyant DOIT FAIRE ABSOLUMENT, et cela n'est pas négociable pour le Seigneur Dieu. C’est de n’avoir « aucune part avec eux ». Le mot « part » (SUMMETOCHOS) signifie : être un coparticipant. Nous ne devons plus participer avec eux, à quoi que ce soit qui ne reflète pas le caractère de Dieu. L'apôtre Pierre dit aussi à ses lecteurs que le temps était venu pour eux de ne plus vivre comme les païens.

1 Pierre 4

1 Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché,

2 afin de vivre, non plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu, pendant le temps qui lui reste à vivre dans la chair.

3 C'est assez, en effet, d'avoir dans le temps passé accompli la volonté des païens, en marchant dans la dissolution, les convoitises, l'ivrognerie, les excès du manger et du boire, et les idolâtries criminelles.

4 Aussi trouvent-ils étrange que vous ne vous précipitiez pas avec eux dans le même débordement de débauche, et ils vous calomnient.

5 Ils rendront compte à celui qui est prêt à juger les vivants et les morts.

 

Les Corinthiens avaient aussi des difficultés avec le concept d'être un peuple séparé – mis à part pour Dieu. Ils vivaient dans la chair et s'associaient aux modes de vie des païens. Paul est outré et écrit ce qui suit :

Corinthiens 6

14 Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité? ou qu'y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres?

15 Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle?

16 Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit: J'habiterai et je marcherai au milieu d'eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.

17 C'est pourquoi, Sortez du milieu d'eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.

18 Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant.

 

Que tous les croyants analysent leurs relations avec Dieu et voient s'ils glorifient le Seigneur. N'oubliez jamais que les chrétiens sont appelés à plaire au Seigneur qui les a sauvés du jugement à venir.

8 Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière!

 

Je veux que vous remarquiez le mot « autrefois » et que vous considériez sa signification. Le mot « autrefois » (POTE) signifie : à un certain moment, dans le passé. Cet « autrefois » était l'histoire de la vie de chaque vrai croyant. Mon histoire personnelle commence ainsi : "Il était une fois un homme qui vivait dans les ténèbres, mais maintenant, je suis lumière dans le Seigneur". Ce "il était une fois" n'existe plus, il a été aboli. Les choses ont définitivement changé, car nous sommes passés des ténèbres au Royaume de Son Fils (Col. 1 :13). Comment se peut-il ?

8 Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur.

 

Vous lisez les mots : autrefois (dans le passé) vous étiez « ténèbres » (SKOTOS) signifiant : ombre, obscurité ou ténèbres; mais maintenant (dans le présent) vous êtes « lumière » (PHOS) signifiant : briller, lumineux. Cet éclat est « dans le Seigneur ». Nul ne peut briller s'il n'est pas dans le Seigneur. Ce n'est que lorsque je suis dans la lumière que je peux refléter cette lumière et briller avec éclat. C'est ce que la nouvelle naissance apporte. Un peu comme : "autrefois j'étais dans le ventre de ma mère, mais maintenant je suis dans le monde". Dans la vie naturelle, il y a un "avant" ma naissance et un "après" ma naissance. Dans la vie spirituelle, c'est la même chose. Il y a un avant que je sois né de nouveau et après que je sois né de nouveau. Des exemples de « autrefois vous étiez ténèbres » sont manifestés par des choses telles que : le mensonge, l’hypocrisie, l’égocentrisme, l’idolâtrie, la mondanité et ainsi de suite. Par la grâce de Dieu, les croyants sont devenus lumière, tout comme nous étions auparavant ténèbres. Ma nature même a changé. Mon ADN a été modifié et je suis devenu une nouvelle créature (2 Cor. 5 :17) - une créature de lumière, et c'est un don de Dieu !

Matthieu 5

14 Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée;

15 et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.

16 Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes oeuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.

 

Jésus a dit : « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes », et c'est ce dont Paul parle dans cette section. Avez-vous remarqué à quel point nous nous voyons facilement comme étant "sombres" ? Nous échouons, nous sommes immoraux, nous sommes déficients et nous péchons. Une grande partie de notre état d'esprit consiste à « être dans les ténèbres ».

 

Pourquoi pensez-vous qu'il est si difficile pour les croyants de "changer" leur pensée et de simplement croire ce que la Parole de Dieu dit de nous : « vous êtes la LUMIÈRE du monde »?

 

Paul écrit que nous sommes des lumières dans le monde ici-bas. Je ne peux que deviner que je ne peux être une vraie lumière que si je brille « DANS le Seigneur ». Être une lumière à l'église, dans les conférences, dans les études bibliques, dans nos foyers est une chose. Mais nous sommes appelés à être des lumières DANS le monde. Comme Jésus l'a dit, nous ne pouvons pas être cachés, nous sommes comme une ville qui est située sur une colline (Matt. 5 :14). Essayez d'imaginer cette ville pendant la nuit - elle ne peut pas être cachée, car la lumière en émane - la lumière devrait émaner de nous dans ce monde sombre. Ce que j'étais, je ne le suis plus. J'étais "ténèbres" et je suis maintenant "lumière". Ce que le Christ attend de Ses disciples, c'est d'être ce que nous sommes devenus : des enfants de lumière. C'est pourquoi Paul écrit :

v.8 …Marchez comme des enfants de lumière!

 

Le mot « enfants » (TEKNON) signifie : un enfant. Être un enfant de lumière et vivre comme un enfant de lumière est différent. Vivre comme un enfant de lumière, c'est manifester ce que signifie être un enfant de lumière. Au verset neuf, Paul parlera de trois aspects différents de la vie d'un enfant de lumière.

9 Car le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité.

 

Le premier fruit de la lumière, consiste en la « bonté » (AGATHOSUNE) qui signifie : vertu ou bienfaisance. Vivre comme des enfants de lumière est : être rempli de générosité, de charité, de bienveillance et de gentillesse. Cette vertu (trait de caractère) doit se voir en nous. C'est pour cela que nous devons être connus. Pourquoi les gens me connaissent-ils ? Est-ce ma : générosité, charité, bienveillance, bonté et gentillesse ? Sinon, pour quelle raison suis-je connu ?

 

Le second fruit de la lumière, c'est la « justice » (DIKAIOSUNE) signifiant : équité de caractère, être juste. Avez-vous remarqué que tous ces fruits de lumière ont à voir avec notre caractère ! Suis-je une personne juste ? Les gens peuvent-ils venir me voir en s'attendant à ce que je sois juste, impartial, objectif et sans préjugés ? Suis-je connu pour être honnête dans ce que je fais ? Est-ce que les gens viennent me voir pour des conseils ou de simples avis concernant des questions de vie ?

 

Le troisième fruit de la lumière, c'est la « vérité » (ALETHEIA) signifiant : simplement la vérité. Est-ce que mon oui est "oui" et mon non est "non", comme Jésus nous l'a enseigné dans Son sermon sur la montagne ?

Matthieu 5

37 Que votre parole soit oui, oui, non, non; ce qu'on y ajoute vient du malin.

 

Les gens vous voient-ils comme véridique, honnête, franc et ouvert ? Peuvent-ils se fier à votre parole ? Les informations que vous donnez sont‑elles irréprochables ? Au verset dix, nous avons un commandement direct :

10 Examinez ce qui est agréable au Seigneur;

 

En tant qu'enfants de lumière, l'un de nos devoirs solennels est de découvrir « ce qui est agréable au Seigneur ». Certains peuvent se demander comment nous pouvons faire cela. Le mot « agréable » (EUARESTOS) signifie : tout à fait agréable, acceptable. Pour ma part, j'utilise la méthode R&R : "Read and Reflect" (lire et réfléchir). Je prends en considération ce que je lis dans les Écritures, et je décide de réfléchir à ce qu'elles enseignent. Ensuite, je pense aussi à des versets parallèles sur le même sujet. Une fois cela fait, je pense à nouveau, je raisonne, je réfléchis et je contemple. Je médite, considère et délibère dans mon esprit sur ce qui est devant moi. J'analyse tout cela et c'est ainsi que je découvre « ce qui est agréable au Seigneur ». Ce n'est qu'après cela que je l'applique dans ma vie. Le prophète Ésaïe a adressé ces paroles à ceux qui désiraient vivre une vie agréable au Seigneur Dieu.

Ésaïe 56

4 Car ainsi parle l'Éternel: Aux eunuques qui garderont mes sabbats, Qui choisiront ce qui m'est agréable, Et qui persévéreront dans mon alliance,

5 Je donnerai dans ma maison et dans mes murs une place et un nom Préférables à des fils et à des filles; Je leur donnerai un nom éternel, Qui ne périra pas.

 

Dans tous les aspects de notre vie quotidienne comme enfants de Dieu, nous sommes appelés à vivre comme des enfants de lumière et pour pouvoir le faire, nous devons tous apprendre, ce qui plaît à notre Seigneur et le mettre en pratique.

11 et ne prenez point part aux oeuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les.

12 Car il est honteux de dire ce qu'ils font en secret;

 

Paul continue de dire aux Éphésiens quoi faire, pour pouvoir « vivre comme des enfants de lumière ». Mais il y a quelque chose que je ne dois pas faire.

11 et ne prenez point part aux oeuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les.

 

Au verset sept, il nous a été dit : « N'ayez donc aucune part avec eux. » Il y a des choses que Dieu ne veut absolument pas que Son enfant fasse. Nous en connaissons certaines telles que : voler, bavarder contre, mentir et ainsi de suite. Mais ici, nous voyons quelque chose que nous ne mentionnons pas souvent dans nos conversations - les croyants doivent rester à l'écart des « œuvres infructueuses des ténèbres ». Le mot « infructueuses » (AKARPOS) signifie : stérile, infructueux. Le mot « œuvres. (ERGON) signifie : travail, labeur, acte. Il y a des actes qui sont faits, qui n'ont aucune valeur devant le Seigneur. Pensez au travail de Caïn, lorsqu'il travailla la terre à la sueur de son front; offrant ensuite une partie de sa récolte au Seigneur. Cela a pris du temps et des efforts de sa part, mais, au bout du compte, sans valeur devant le Seigneur :

Genèse 4

3 Au bout de quelque temps, Caïn fit à l'Éternel une offrande des fruits de la terre;

4 et Abel, de son côté, en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L'Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande;

5 mais il ne porta pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande. Caïn fut très irrité, et son visage fut abattu.

 

Abel, de l’autre côté, a offert le premier-né de son troupeau et le Seigneur "a respecté Abel et son offrande" - pourquoi ? Tout simplement parce que les fruits offerts par Caïn n'étaient pas ce que le Seigneur désirait, tandis que ceux d'Abel l'étaient. Un grand nombre de croyants font des choses pour le Seigneur, mais ce n'est pas bien accepté, car ce ne sont pas les fruits de SON choix ! Pour être un enfant de lumière en bonne santé, nous ne pouvons pas nous associer aux « œuvres infructueuses des ténèbres », ou aux personnes dont elles sont issues. Paul dit aux Corinthiens pourquoi cela DOIT ÊTRE :

1 Corinthiens 10

21 Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur, et la coupe des démons; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons.

 

- La coupe du Seigneur ou la coupe des démons

- La table du Seigneur ou la table des démons

 

Ce sont soit des choses de lumière, soit des choses des ténèbres. Jésus a dit :

Matthieu 6

24 Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l'un, et aimera l'autre; ou il s'attachera à l'un, et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon.

 

On peut dire que personne ne peut servir deux maîtres : Ténèbres ou Lumière. Non seulement on nous dit de ne rien avoir à faire avec les ténèbres, mais nous sommes également appelés à :

v.11 … mais plutôt condamnez-les.

 

Il est de notre devoir de parler quand une théologie tordue et des actes pervers se propagent. Le mot « condamnez » (ELEGEHO) signifie : condamner, réprimander et admonester. Nous ne devons pas hésiter ou simplement laisser passer les choses. Trop de gens et de croyants (même sans le savoir) disent des choses qui ne sont tout simplement pas vraies. Il y a un coût à cela. D'un côté, nous ne sommes peut-être pas les bienvenus pour le faire. Les gens, en général, n'aiment pas être corrigés. D'autre part, si cela n'est pas fait, alors l'évangile sera déformé et la vérité sera perdue. Paul donne maintenant une des raisons pour lesquelles nous devrions exposer la fausse doctrine.

12 Car il est honteux de dire ce qu'ils font en secret;

 

Le mot « honteux » (AISCHRON) en grec signifie exactement la même chose qu'en français (une chose honteuse). Ce qui est fait est honteux, déshonorant et choquant. Cela va à l'encontre du fait d'être un « enfant de lumière », à l'encontre de la nature même de notre Dieu. C'est pourquoi Paul dit que ces choses ne devraient même pas être mentionnées dans nos conversations. Ces choses « qu'ils font en secret ». Le mot « secret » (KRUPHE) signifie : en privé, en secret, comme un voleur vole pendant la nuit pour ne pas être vu ! Lorsque nous mentionnons avec désinvolture les choses honteuses de ce monde dans nos conversations, nous glorifions les ténèbres dans lesquelles elles vivent. Alors, soyons prudents avec les sujets que nous choisissons d’aborder. Paul termine maintenant cette section en revenant à son début – comme un cercle qui se complète !

13 mais tout ce qui est condamné est manifesté par la lumière, car tout ce qui est manifesté est lumière.

14 C'est pour cela qu'il est dit: Réveille-toi, toi qui dors, Relève-toi d'entre les morts, Et Christ t'éclairera.

 

Paul revient à la lumière et à ce que fait la lumière. Que se passe-t-il lorsque nous "appuyons sur l'interrupteur" dans une pièce la nuit ? Toutes les choses qui sont dans la pièce sont soudainement apparentes, et rien de ce qui s'y trouve ne peut être caché. Ce qui se passe également, c'est qu'une fois que vous pouvez voir cela dans la pièce, les possibilités de vous blesser en les frappant ont disparu. On s'est tous cognés les orteils sur un meuble dans le noir – et ça fait mal ! Voilà l'importance de "vivre comme des enfants de lumière" et d'exposer les ténèbres - ce faisant, les gens ne seront pas blessés ! Mais, surtout, l'évangile restera pur.

14 C'est pour cela qu'il est dit: Réveille-toi, toi qui dors, Relève-toi d'entre les morts, Et Christ t'éclairera.

 

Le verset que Paul cite est probablement Ésaïe 60 :1, ce que nous voyons, c'est qu'il place le nom de Christ là où le nom de Dieu a été écrit.

Ésaïe 60

1 Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, Et la gloire de l'Éternel se lève sur toi.

2 Voici, les ténèbres couvrent la terre, Et l'obscurité les peuples; Mais sur toi l'Éternel se lève, Sur toi sa gloire apparaît.

retour au menu

20-ephesians

L’épître aux Éphésiens

20 – Marcher dans la sagesse

 

Éphésiens 5

15 Prenez donc garde de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages;

16 rachetez le temps, car les jours sont mauvais.

17 C'est pourquoi ne soyez pas inconsidérés, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur.

18 Ne vous enivrez pas de vin: c'est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l'Esprit;

19 entretenez-vous par des psaumes, par des hymnes, et par des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre coeur les louanges du Seigneur;

20 rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ,

21 vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ.

(LSG)

 

L'apôtre Paul va maintenant parler de la sagesse dont nous avons tous besoin dans nos vies. Jusqu'à présent, il est dit aux croyants de :

 

- vivre une vie digne de notre appel (4 :1-16)

- ne plus vivre comme des païens (4 :17-32)

- d’être des imitateurs de Dieu (5 :1-7)

- vivre comme des enfants de lumière (5 :8-14).

 

Rien de tout cela ne peut être accompli si nous n'avons pas en nous la sagesse céleste. Nous pouvons certainement dire que la sagesse de Dieu est l'un des facteurs importants de notre vie, si notre désir est de l'honorer. Le livre des Proverbes commence par cette déclaration :

Proverbes 1

1 Proverbes de Salomon, fils de David, roi d'Israël,

2 Pour connaître la sagesse et l'instruction, Pour comprendre les paroles de l'intelligence;

3 Pour recevoir des leçons de bon sens, De justice, d'équité et de droiture;

4 Pour donner aux simples du discernement, Au jeune homme de la connaissance et de la réflexion.

5 Que le sage écoute, et il augmentera son savoir, Et celui qui est intelligent acquerra de l'habileté,

6 Pour saisir le sens d'un proverbe ou d'une énigme, Des paroles des sages et de leurs sentences.

7 La crainte de l'Éternel est le commencement de la science; Les insensés méprisent la sagesse et l'instruction.

 

Nous sommes confrontés à la première phrase qui dit :

15 Prenez donc garde de vous conduire avec circonspection,

 

On nous dit : « prenez donc garde ». Le mot « garde » (BLEPO) signifie : regarder, prendre garde, considérer. En d'autres termes, Paul veut que les Éphésiens réfléchissent à leur vie. Réfléchir, non pas inefficacement, mais avec « circonspection » (OUN) qui signifie : en conséquence, en vérité et certainement. Il demande aux chrétiens de faire quelque chose que les gens n'aiment pas nécessairement faire. Réfléchir profondément sur nous-mêmes et nos péchés. Cela nous demande de faire face à nos manquements, ce qui n'est pas agréable.

 

On dit souvent aux gens de réfléchir attentivement avant d’agir, lorsqu'il y a un danger qui se cache pour eux-mêmes ou pour les autres. Nous pouvons être blessés ou même paralysés à vie. On nous dit d'être TRES prudents, comme si "faire attention" ne suffisait pas ! Paul pense à la façon dont vous vivez votre vie spirituelle, qui est le reflet de la quête intérieure. Le mot « conduire » (PERIPATEO) signifie : marcher partout, marcher en liberté. Rien ne doit être négligé, ni oublié, car tout ce que nous sommes doit être examiné et analysé ! Notre façon de vivre est remarquée par Dieu et aussi par les gens qui nous entourent.

v.15 … non comme des insensés, mais comme des sages;

 

Notre façon de vivre (comme nous l'avons vu auparavant) devrait refléter le caractère de Dieu. Paul nous dit qu'il y a deux manières de vivre. La première est « comme des insensés » (ASOPHOS) signifiant : imprudent ou imbécile. Ce verset décrit les imprudents :

Psaumes 14

1 Au chef des chantres. De David. L'insensé dit en son coeur: Il n'y a point de Dieu! Ils se sont corrompus, ils ont commis des actions abominables; Il n'en est aucun qui fasse le bien.

 

Vivre comme des imprudents équivaut à vivre comme le font les païens, à la fois dans leurs cœurs corrompus, et dans leurs œuvres détestables devant le Seigneur. Si cette façon de vivre se trouve dans le cœur du croyant, alors elle doit être mise de côté, jetée, brûlée ou détruite. Voilà la simple raison pour laquelle cela provoque de l'animosité entre vous et le Seigneur.

 

D'autre part, les Éphésiens étaient appelés à être « sages » (SOPHOS) signifiant : sage, savant, cultivé, habile, intelligent. Rappelez-vous ce que Josué a dit aux Israélites :

Josué 24

14 Maintenant, craignez l'Éternel, et servez-le avec intégrité et fidélité. Faites disparaître les dieux qu'ont servis vos pères de l'autre côté du fleuve et en Égypte, et servez l'Éternel.

15 Et si vous ne trouvez pas bon de servir l'Éternel, choisissez aujourd'hui qui vous voulez servir, ou les dieux que servaient vos pères au delà du fleuve, ou les dieux des Amoréens dans le pays desquels vous habitez. Moi et ma maison, nous servirons l'Éternel.

 

D'une certaine manière, les croyants sont tous appelés à faire le même choix que Josué, c’est-à-dire suivre et servir le Seigneur. Il était certainement rempli de la sagesse céleste. Au verset seize, Paul nous dit comment la sagesse doit être vécue.

16 rachetez le temps, car les jours sont mauvais.

 

Des opportunités sont souvent données; on peut les voir si on a des yeux pour voir et un cœur ouvert. On nous ordonne : « rachetez le temps ». L'oisiveté, la paresse et la léthargie ne sont certainement pas des qualités divines ! Il semble que trop de temps est perdu ! Le mot « rachetez » (EXAGORAZO) signifie : racheter, sauver de la perte. C'est le contraire de perdre notre temps. Dieu nous a donné un certain temps pour vivre et nous devons l'utiliser à bon escient. Les croyants doivent tirer le meilleur parti de leur « temps » (KAIROS) signifiant : une occasion, un bon moment, une opportunité. Nous sommes appelés à saisir toutes les opportunités offertes, et à les utiliser pour la gloire du Seigneur. Cela me rappelle quand Marie et Joseph avaient perdu de vue Jésus quand il avait douze ans, et qu'ils étaient allés à Jérusalem. Trois jours plus tard, quand ils le retrouvèrent, voici leur conversation :

Luc 2

48 Quand ses parents le virent, ils furent saisis d'étonnement, et sa mère lui dit: Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous? Voici, ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse.

49 Il leur dit: Pourquoi me cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon Père?

 

Même à l'âge de douze ans, Jésus profitait au maximum du temps qui lui était accordé. Avez-vous déjà pensé qu'en tant que croyant, vous êtes également appelé à ne pas perdre le temps et l'opportunité qui vous sont offerts ? Tout le monde en a, mais malheureusement tout le monde ne les prend pas ! Chaque opportunité doit être saisie, nous ne devons pas perdre notre temps. Paul dit aux Éphésiens pourquoi ils ne devraient pas perdre leur temps.

v.16 … car les jours sont mauvais.

 

Comme les choses sont vraiment différentes de ce que nous pensons ! Nous attendons souvent un "meilleur moment" ou le "moment idéal" pour agir. Nous analysons la situation avec nos esprits limités et concluons que nous devrions attendre une autre occasion. Comme nous sommes insensés de nous en tenir à notre propre pensée, au lieu de simplement tirer le meilleur parti du temps ou de l'occasion qui nous est présentée par le Seigneur. Mais Paul nous dit de saisir toutes les occasions « car les jours sont mauvais » ! Les jours ou les temps dans lesquels nous vivons sont « mauvais » (PONEROS) signifiant : blessant, mauvais, malade et malveillant. TOUS les jours et TOUS les temps sont couverts de ténèbres spirituelles. N'attendons plus le "moment parfait", parce qu'il n'y a pas de "moment parfait" ! Il est maintenant temps d'agir ! Dans le livre aux Hébreux, à trois reprises, l'écrivain dit à ses lecteurs d'agir aujourd'hui et de ne pas attendre à demain (Héb. 3 :7,8; 3 :15; 4 :7). Au verset dix-sept, on nous dit une fois de plus de ne pas être insensés dans la vie.

17 C'est pourquoi ne soyez pas inconsidérés, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur.

 

Parce que les jours sont mauvais et que, d'une certaine manière, le temps est court, on dit aux croyants : « ne soyez pas inconsidérés ». C'est la deuxième fois que Paul parle de folie (v.15 et 17). Remarquez qu'il écrit « ne soyez pas ». Cela donne la preuve qu'une personne spirituelle peut devenir un enfant insensé devant Dieu ! Nous devons être très prudents, car l'ennemi se cache autour de nous (1 Pierre 5 :8). Nous ne devons pas devenir « inconsidérés » (APHRON) signifiant : stupide, manque de sens, folie, impiété, méchanceté. C'est le contraire de ce qu'on nous dit d'être au verset quinze avec le mot « sages ». Paul dit qu'il est possible de simplement perdre notre "bon sens spirituel", et de devenir stupide devant le Seigneur. Pensez à Lot lorsqu'il a choisi où il vivrait, sachant que cela faisait partie du territoire de Sodome et Gomorrhe (Gen. 13 :10); et comment cela a perturbé toute sa vie. Il était inconsidéré et égocentrique, voulant la meilleure terre pour ses moutons au prix d'une vie si proche d'une société immorale. Ne soyons pas dupes, car les temps sont mauvais !

v.17 … mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur.

 

Le mot « comprenez » (SUNIEMI) signifie : intelligent, prudent, sage, compréhensif, perspicace. Encore une fois, on dit aux croyants de réfléchir profondément à ce qu'ils font. Cette fois, il s'agit de savoir ce qu'est « la volonté du Seigneur ». C'est ce que nous devrions reconnaître et identifier – la volonté de Dieu. Il n'y a pas de plus grand but dans la vie d'un disciple que de désirer plaire à son Sauveur, en connaissant et en faisant le désir de son Seigneur. Rappelez-vous ce que Jacques a écrit :

Jacques 1

23 Car, si quelqu'un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel,

24 et qui, après s'être regardé, s'en va, et oublie aussitôt quel il était.

25 Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n'étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l'oeuvre, celui-là sera heureux dans son activité.

 

Le mot « volonté » (THELEMA) signifie : une détermination, un choix, un décret. On peut dire qu'il y a deux « volontés » du Seigneur pour Son disciple. La première est Sa volonté générale qui est donnée pour TOUS Ses disciples. Aimez-vous les uns les autres, ne mentez pas et servez-vous les uns les autres ne sont que quelques-uns de ces "volontés" ou commandements si vous préférez. Il n'y a AUCUN CHOIX pour le disciple, que de les appliquer dans sa vie. Ensuite, il y a la volonté spécifique de Dieu pour vous personnellement. Vous pouvez être appelé à être missionnaire ou professeur dans une école chrétienne. Cette "volonté" spécifique est pour vous et non pour TOUS les croyants. Nous devons savoir ce que Dieu veut de nous en général, mais aussi ce que Dieu veut de nous en particulier. Être sage, c'est savoir ce que Dieu veut de moi. Une des choses importantes que Dieu veut de tous Ses enfants est:

18 Ne vous enivrez pas de vin: c'est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l'Esprit;

 

Être sage, c'est rester loin du fruit de la vigne ou de tout ce qui contient de l'alcool. Le mot « pas » (ME) signifie : un déni absolu. Aucun disciple ne pourra jamais faire cela – jamais ! Il n'y a AUCUNE exception à cela ! Le mot « enivrez » (METHUSKO) signifie : être ivre. Cela donne l'idée que nous sommes sous l'influence ou l'effet de quelque chose, comme si ce quelque chose prenait le contrôle de vous et de la façon dont vous agissez. Ce quelque chose est le « vin » (OINOS) signifiant : vin. C'est la teneur en alcool du vin consommé qui influe sur notre personnalité et ceci N'EST PAS PERMIS. Lorsque cela se produit, il y a « débauche » (ASOTIA) signifiant : débauche, excès, émeute. L'alcool dans le sang d'une personne change souvent son caractère et il devient "une autre personne", et ce n'est pas pour le mieux ou pour la gloire de Dieu ! Saviez-vous que plus de 85 % des crimes sont commis "sous l'influence" de l'alcool ou de la drogue ? L'ivresse ne vient pas de Dieu et ses effets sont terribles. Souvenez-vous des deux fils d’Aaron qui était sous cette influence quand ils ont servi le Seigneur - et ce qui leur est arrivé.

Lévitique 10

1 Les fils d'Aaron, Nadab et Abihu, prirent chacun un brasier, y mirent du feu, et posèrent du parfum dessus; ils apportèrent devant l'Éternel du feu étranger, ce qu'il ne leur avait point ordonné.

2 Alors le feu sortit de devant l'Éternel, et les consuma: ils moururent devant l'Éternel.

 

Qui est suivi par :

Lévitique 10

8 L'Éternel parla à Aaron, et dit:

9 Tu ne boiras ni vin, ni boisson enivrante, toi et tes fils avec toi, lorsque vous entrerez dans la tente d'assignation, de peur que vous ne mouriez: ce sera une loi perpétuelle parmi vos descendants,

10 afin que vous puissiez distinguer ce qui est saint de ce qui est profane, ce qui est impur de ce qui est pur,

 

Nous voyons un lien direct avec le comportement irréfléchi des deux fils d’Aaron et le commandement direct de ne jamais boire ni vin ni boisson enivrante. Simplement parce que l’alcool empêche la personne de « distinguer ce qui est saint de ce qui est profane, ce qui est impur de ce qui est pur ». Alors, que doivent faire les croyants ?

v.18 … Soyez, au contraire, remplis de l'Esprit;

 

Le mot « remplis » (PLEROO) signifie : remplir, compléter la mesure de. Au lieu d'être remplis de vin et d'être contrôlés par sa teneur en alcool, Paul dit aux croyants d'être remplis « de l'Esprit ». Laissez le Saint-Esprit prendre le contrôle de votre vie. Paul donnera une courte liste de ce que produit le fait d'être rempli de l'Esprit.

19 entretenez-vous par des psaumes, par des hymnes, et par des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre coeur les louanges du Seigneur;

 

Paul débute en écrivant « entretenez-vous » (LALEO) qui veut dire : parler, c'est-à-dire "prononcer des mots" : prêcher, dire, prononcer. Ici, nous voyons que cela devrait être naturel pour le vrai croyant d’utiliser sa voix pour glorifier le Seigneur. Paul donne une courte liste des instruments que notre voix peut utiliser pour y parvenir.

 

Premièrement par « des psaumes » (PSALMOS) : un morceau de musique imposé, à savoir une ode sacrée. Nous avons cent cinquante psaumes que nous pouvons utiliser comme ce fut le cas dans l’Ancien Testament, et parfois encore dans nos réunions.

 

Deuxièmement par « des hymnes » (HUMNOS) : un "hymne" ou une ode religieuse, nous appelons cela des cantiques. Nous en avons des milliers qui ont été écrits à travers l’histoire de l’église.

 

Troisièmement par « des cantiques spirituels » (PNEUMATIKOS) : un esprit (concrètement), ou (divinement) surnaturel, régénéré, religieux, spirituel. Ceci peut parler de chansons qui déborde du cœur, inspiré sur le moment. Nous voyons cela de temps en temps, surtout dans l’Ancien Testament où une personne explose en gratitude envers le Seigneur par un chant. (Exemples : Ex. 15 :1-19 et 20,21; Nom. 21 :17; 2 Sam. 22 :1)

v.19 … chantant et célébrant de tout votre coeur les louanges du Seigneur;

 

 

Être remplis du Saint-Esprit se manifestera certainement à travers nos paroles ! La personne qui est contrôlée par le Saint-Esprit peut être trouvée dans une foule – écoutez simplement son discours. Elle parle à tout le monde, elle chante des hymnes et autres chants spirituels. Son discours est rempli de grâce. Tous ces chants et ces cantiques doivent provenir d'une partie spéciale de nous-mêmes ! Paul écrit : « de tout votre cœur »; ceci est la terre fertile qui produit le fruit verbal du Saint-Esprit vivant en vous. Il parle aussi de la personne à qui tout cela est destiné, soit le Seigneur. Les lèvres d'un enfant rempli de l'Esprit ne louent pas n'importe qui, mais elles louent son Seigneur et Sauveur.

20 rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ,

 

Non seulement le croyant rempli de l’Esprit parle d'une manière spirituelle, mais il rend « continuellement grâce » (EUCHARISTEO) signifiant : être reconnaissant, exprimer sa gratitude à Dieu ! En d'autres termes, l'action de grâces – est le sujet de notre débordement envers le Père ! Nous devrions remercier « continuellement » (PANTOTE), ce qui signifie : à tout moment. Apprendre à rendre grâce au Père, même quand les choses nous paraissent difficiles, manifeste un cœur qui aime Dieu pour ce qu'Il est et non pour ce qu'Il fait pour vous. Paul écrit que rendre grâce est quelque chose qui doit être continuel ET « pour toutes choses » (PAS), ce qui signifie : tout, le tout, toutes sortes de. Cela fait référence non seulement aux choses que nous apprécions, mais aussi aux choses que nous ne comprenons pas, et qui nous arrivent. Lorsque Job a perdu tout ce qu'il aimait sauf sa femme, voici ce qui est écrit de lui :

Job 1

20 Alors Job se leva, déchira son manteau, et se rasa la tête; puis, se jetant par terre, il se prosterna,

21 et dit: Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L'Éternel a donné, et l'Éternel a ôté; que le nom de l'Éternel soit béni!

22 En tout cela, Job ne pécha point et n'attribua rien d'injuste à Dieu.

 

Remarquez que l’apôtre Paul écrit que les actions de grâces qui débordent du cœur du croyant doivent se faire « au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, » La louange humaine qui est dirigée vers Dieu, mais qui n’est pas fondée uniquement sur la personne de Christ n’a pas de valeur – Pourquoi ? Simplement parce qu’elle est faite, soit à travers notre chair, soit par l’intermédiaire d’une tierce personne (ange, saint, personnage religieux, etc.)

Ainsi, la sagesse rend grâce au Seigneur (pour tout).

Le dernier acte de sagesse dont Paul parle concerne les personnes qui nous entourent. Voici les autres choses que les croyants peuvent faire avec la sagesse de Dieu.

21 vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ.

 

Le dernier aspect : « vous soumettant les uns aux autres ». Le mot « soumettant ». (HUPOTASSO) signifie : assujettissement, soumission, obéissance. C'est l'attitude générale du croyant envers les autres. Nous ne nous considérons pas comme supérieurs aux autres, mais comme leurs serviteurs. Souvenez-vous de ce que Christ a dit :

Marc 10

42 Jésus les appela, et leur dit: Vous savez que ceux qu'on regarde comme les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands les dominent.

43 Il n'en est pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu'il soit votre serviteur;

44 et quiconque veut être le premier parmi vous, qu'il soit l'esclave de tous.

45 Car le Fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs.

 

Une personne qui dit qu'elle est remplie du Saint-Esprit, et pourtant n'est pas au service des autres ne dit pas la vérité ! Nous devrions être « soumis les uns aux autres », et en voilà la raison : c'est « dans la crainte de Christ ». Le mot « crainte » (PHOBOS) signifie : alarmer, effrayer, avoir peur. Il est Seigneur et donc le Maître, Créateur et Pourvoyeur. Il vous a racheté par Son sang versé à la croix et les croyants lui doivent tout. C'est par profond respect pour le Christ que nous nous servons les uns les autres !

 

Par conséquent, la sagesse de Dieu est manifestée :

 

- en faisant attention à nos actions

- en saisissant toutes les opportunités possibles

- en s’efforçant de comprendre la volonté de Dieu

- en demeurant sobres

- en étant remplis de l'Esprit

- en ayant des chants spirituels dans nos cœurs et sur nos lèvres

- en étant reconnaissants pour tout

- en se soumettant les uns aux autres

Proverbes 1

20 La sagesse crie dans les rues, Elle élève sa voix dans les places:

21 Elle crie à l'entrée des lieux bruyants; Aux portes, dans la ville, elle fait entendre ses paroles:

22 Jusqu'à quand, stupides, aimerez-vous la stupidité? Jusqu'à quand les moqueurs se plairont-ils à la moquerie, Et les insensés haïront-ils la science?

23 Tournez-vous pour écouter mes réprimandes! Voici, je répandrai sur vous mon esprit, Je vous ferai connaître mes paroles...

retour au menu

21-ephesians

L’épître aux Éphésiens

21 – Le mariage *1 (Femmes)

 

Éphésiens 5

22 Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur;

23 car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l'Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur.

24 Or, de même que l'Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses.

(LSG)

 

Les prochaines sections continuent sur le sujet de marcher dans la sagesse "les uns envers les autres". Nous allons débuter en reprenant le dernier verset de la section vingt.

Éphésiens 5

21 vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ.

 

Paul parlera de soumission dans Éphésiens chapitres 5 :22 à 6 :9. La soumission personnelle, qui est volontaire, traite des relations que nous avons, et ces dernières sont probablement l'une des choses les plus difficiles à maintenir en équilibre dans nos vies. Voici les différents types de relations que Paul enseignera aux Éphésiens :

 

- Les femmes envers leur mari 5 :22-24, 33

- Les maris envers leur femme 5 :25-33

- Les enfants envers leurs parents 6 :1-3

- Les pères envers leurs enfants 6 :4

- Les esclaves envers leurs maîtres 6 :5-8

- Les maîtres envers leurs esclaves 6 :9

 

Une chose importante à remarquer dans toutes ces relations de soumission les uns envers les autres, c'est qu'elles sont TOUTES liées d'une manière ou d'une autre au Christ. Remarquez comment Paul les relie à Jésus-Christ.

 

- Pour les femmes c'est - comme pour le Seigneur (5 :22)

- Pour les maris, c'est comme Christ a aimé l'église (5 :25)

- Quant aux enfants, c'est dans le Seigneur (6 :1)

- Pour les pères, c’est la formation et l'instruction du Seigneur (6 :4)

- Pour les esclaves, c'est comme si vous obéissiez à Christ (6 :5)

- Pour les maîtres, car leur Maître et le vôtre est au ciel (6 :9)

 

Qui que nous soyons, il n'y a ni distinction ni favoritisme. Nous sommes tous appelés à nous soumettre les uns aux autres par respect pour le Christ, et pas nécessairement à cause de nos qualités ou de notre personnalité à chacun. C'est important à comprendre; nous le faisons à cause de Christ et de ce qu'il a fait en notre faveur. Notre relation avec notre conjoint, nos enfants, nos maîtres et nos esclaves n'est peut-être pas digne de notre déférence envers eux, mais là n'est pas la question. Nous devons nous soumettre à cause de Jésus, de Sa valeur et de Son amour pour nous.

 

Une autre chose importante à noter est le mot « soumis » que nous trouvons au verset vingt-quatre. Ce mot (HUPOTASSO) signifie : obéir, assujettissement, soumission. C'est une mise volontaire, intentionnelle et délibérée de se placer sous l'autorité de quelqu'un d'autre. Aux versets vingt‑deux à vingt-quatre, ce sont les épouses qui sont priées de se placer volontairement sous l'autorité de leur mari.

22 Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur;

23 car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l'Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur.

24 Or, de même que l'Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses.

 

Pourquoi les femmes devraient-elles se placer volontairement sous la direction de leur mari ? Tout de suite, Paul donne la première raison : « comme au Seigneur ». De la même façon qu’on se soumet et qu’on respecte le Seigneur, il en est ainsi avec les maris. Et je dois répéter que chaque groupe de personnes doit se soumettre A CAUSE DU CHRIST. C'est le désir du Seigneur Dieu et cela devrait suffire. L'univers entier est structuré et régi par les lois de la physique. Tout fonctionne comme il se doit, parce que tout est soumis au modèle sous lequel le Tout-Puissant les a placés. Lorsque le désordre s'en mêle, il apporte le chaos et la destruction. Pour que nos relations soient saines et heureuses, elles doivent également être structurées par le Tout-Puissant. Notre devoir est de reconnaître les lois qui régissent les relations humaines et de les respecter.

 

La deuxième raison pour laquelle les femmes doivent se placer sous la direction de leur mari est :

23 car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l'Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur.

 

Paul parle de l'ordre de la création (homme – femme – enfants). Il ramène les croyants au tout début des relations humaines trouvées avec Adam et Ève et plus tard avec leurs enfants. L'ordre de la société n'est pas quelque chose de nouveau, c'est quelque chose qui a toujours existé depuis que l'homme est apparu sur la terre. C'est un ordre divin qui régit la civilisation humaine, en particulier le noyau familial. Lorsque les femmes se placent sous l'autorité de leur mari, il y a transfert de responsabilité. C'est le mari qui devient responsable des choses qui arrivent. Si cette responsabilité lui est confiée par Dieu, qu'est-ce que cela signifie pour le mari? Cela signifie qu'il devient responsable devant le Seigneur pour toute sa famille.

 

Paul écrit que « le mari est le chef de la femme ». Le mot « chef » (KEPHALE) signifie : la tête, au sens propre ou figuré. Il est le chef, le protecteur et le pourvoyeur. Il devrait être la personne que la femme peut admirer pour son leadership, ses encouragements et son réconfort. Les relations deviennent difficiles lorsque le mari n'est pas le « chef » qu'il devrait être. Quand l’épouse se sent en sécurité et respectée dans une relation, il est facile de suivre un tel chef.

 

Notez également que Paul écrit que les femmes doivent se soumettre à leur propre mari au verset vingt-deux. Il est faux de croire que les femmes doivent se soumettre volontairement à TOUS les hommes. Ce n'est pas le cas et cela ne l'a jamais été ! La même idée est aussi donnée au verset vingt-quatre. La femme est "liée" à son mari comme à aucun autre homme. Les épouses doivent-elles respecter les autres hommes - oui, mais comme elles le feraient avec toute autre personne qu'elles rencontrent. Les autres hommes n’ont aucune autorité sur elles.

v.23 … comme Christ est le chef de l'Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur.

 

Paul rappelle à ses lecteurs ce que signifie être le chef de quelqu'un en donnant l'exemple de Christ qui est le chef de l'Église; c'est le même mot en grec dans les deux cas. Comme l'Église se tourne vers Christ pour Son leadership, les femmes devraient également se tourner vers leur mari pour leur leadership.

 

Remarquez que l’épouse de Christ (l’Église) est « son corps ». Christ aime l’Église et prend un soin particulier d’elle parce qu’Il la voit comme étant Son Corps. L’Église fait partie de lui. Cette même idée est manifestée avec le premier couple que l’on retrouve dans la Bible où il est écrit :

Genèse 2

24 C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.

 

À ce stade, nous devons nous rappeler le rôle de la femme dans la vie de son mari. Si le mari est le chef, cela signifie-t-il qu'elle doive se taire devant lui ? Paul ramène le modèle de la direction au jardin d'Éden, et nous ne devons jamais oublier pourquoi le Seigneur Dieu a donné Ève à Adam.

Genèse 2

20 Et l'homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs; mais, pour l'homme, il ne trouva point d'aide semblable à lui.

21 Alors l'Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l'homme, qui s'endormit; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place.

22 L'Éternel Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena vers l'homme.

23 Et l'homme dit: Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair! on l'appellera femme, parce qu'elle a été prise de l'homme.

24 C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.

25 L'homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n'en avaient point honte.

Adam avait besoin d'une « aide semblable à lui » (Gen. 2 :18). Le mot « aide » (EZER) en hébreu signifie : protéger, aider, secourir. Elle n'est pas son esclave, mais une aide qui lui offre son appui. Adam avait besoin d'aide et le Seigneur Dieu lui a donné Ève pour le compléter et l'encourager dans sa vie. C'est ce que Matthew Henry a écrit concernant Ève dans Gen. 2 :20.

 

"… la femme a été créée d'une côte du côté d'Adam; pas de sa tête pour le dominer, ni de ses pieds pour être piétinée par lui, mais de son côté pour être égale à lui, sous son bras pour être protégée, et près de son cœur pour être aimée" (Traduction Libre)

24 Or, de même que l'Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses.

 

On ne demande jamais à une femme d'être sous l'autorité d'un autre homme que son mari. Dans quel sens devrait-elle être sous sa direction ? Il semble que ce soit « en toutes choses ». Le mot « toutes » (PAS) signifie : tout, le tout, toutes sortes de. Cela signifie-t-il que le mari doive dicter tous les aspects de la vie de sa femme ? Dieu a-t-il décrété que le mari est le dictateur, le tyran et le despote de sa femme - NON ? Alors, qu'est-ce que signifie : « les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses » Cela signifie que lorsqu’il y a désaccord, les épouses doivent laisser le mari avoir l'autorité et par le fait même, assumer la responsabilité du résultat de ce désaccord. Un mari sage reconnaîtra plus tard sa faute et comprendra que sa femme est là pour lui apporter une aide qui se manifeste par ses pensées et ses idées. Le « en toutes choses » » a-t-il une limite ? ABSOLUMENT ! Une femme n'est jamais appelée à se soumettre à son mari, si ce qu'il demande est contraire à la volonté générale de Dieu. Tout ce qui est fait est pour la gloire de Dieu (1 Cor. 10 :31). Un dernier aspect de la relation qu'une femme entretient avec son mari se trouve au verset trente-trois de ce chapitre :

Éphésiens 5

33 …et que la femme respecte son mari.

 

Le mot « respecte » (PHOBEO) signifie : effrayer, s'alarmer, vénérer. Pas étonnant que le Seigneur demande à une femme de « respecter » son mari. Il est bien connu que les études psychologiques humaines arrivent toutes à la même conclusion; l'une des choses les plus désirées qu'un mari attend de sa femme est le respect. Toute femme mariée serait sage de prendre en considération ce que dit le Seigneur et de « respecter » son mari. Quand il prend une mauvaise décision (et il le fera), et que vous vous êtes placée sous son autorité, il serait malheureux de dire : "Je te l'avais dit ! " Cela ne ferait que manifester un manque de respect et de sarcasme.

 

Comment un mari peut-il perdre le respect de sa femme ? Quand…

 

- Il ne tient pas parole

- Il ne subvient pas aux besoins de sa famille

- Il pense toujours à lui en premier

- Il ne passe pas de temps avec la famille

- Il lui fait honte

retour au menu

22-ephesians

L’épître aux Éphésiens

22 – Le mariage*2 (Hommes)

 

Éphésiens 5

25 Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle,

26 afin de la sanctifier par la parole, après l'avoir purifiée par le baptême d'eau,

27 afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible.

28 C'est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.

29 Car jamais personne n'a haï sa propre chair; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l'Église,

30 parce que nous sommes membres de son corps.

31 C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair.

32 Ce mystère est grand; je dis cela par rapport à Christ et à l'Église.

33 Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari.

(LSG)

 

Dans cette section des relations humaines, le Seigneur tourne maintenant son regard vers le mari.

25 Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle,

 

On dit aux maris : « Aimez vos femmes ». Le mot « aimez » (AGAPAO) signifie : aimer dans un sens social ou moral. Cela manifeste aussi l'attitude du Père envers le Fils. Cela signifie qu'un mari doit manifester de l'amour pour sa femme tout comme le Père a manifesté de l'amour pour Son Fils ! Si les maris l’exprimaient de la même manière, cela changerait la face de chaque mariage chrétien sur terre. Qui ne désirerait pas se soumettre volontairement à une personne qui lui manifeste tant d'amour ? Pour tous les maris qui désirent avoir une plus grande harmonie avec leur épouse et se demandent comment cela peut être fait, Paul a la réponse. Aime ta femme comme le Père aime Son Fils !

 

L'exemple donné est « comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle ». Un mari est appelé à avoir Christ comme modèle, car ce dernier est le mari de l'Église (Apoc. 19 :7). Comment l'aimait-Il ? Jusqu'où était-Il prêt à aller pour elle ? En tant que mari, Jésus n'avait AUCUNE LIMITE D'AMOUR pour l'Église. Il s'est même « livré lui-même pour elle ». Il a donné Sa vie et a volontairement souffert pour Son bien. Mari, c'est ce à quoi tu es appelé. Ça, c'est le véritable amour.

 

En avançant avec l'exemple du Christ comme étant le mari parfait, Paul continue de montrer ce qu'un mari doit faire en ce qui concerne sa femme.

26 afin de la sanctifier par la parole, après l'avoir purifiée par le baptême d'eau,

 

Pas comme le Christ l'a fait sur la croix, mais d'une autre manière, il doit faire ce qu'il peut pour la « sanctifier ». Si Christ a fait cela à la croix, comment le mari peut-il le faire de manière pratique ? En…

 

- L’enseignant quand elle pose des questions sur certains versets

- Lisant la Bible avec elle

- Priant avec elle

- Participant à des ministères avec elle

- L'encourageant et l'édifiant dans le Seigneur

 

Le mari doit participer à sa croissance chrétienne. Il doit l’encourager à assister à des conférences bibliques spécialement destinées aux femmes. Il devrait prendre soin des enfants et la laisser participer aux différents ministères de l’église. C'est ainsi que le Christ a aimé son Église, en Se reniant pour qu'elle grandisse. Il y a tellement de choses que le mari peut et doit faire pour l’épanouissement spirituelle de son épouse.

27 afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible.

 

Christ avait un plan pour Son épouse qui est l'Église. C'était pour qu’elle devienne :

 

Premièrement : « glorieuse » (ENDOXOS) signifiant : dans la gloire, c'est‑à‑dire splendide (au sens figuré), noble, magnifique, honorable. Le mari est appelé à reconnaître et manifester qu’elle est un don de Dieu qui est magnifique, et il doit se conduire envers elle en se souvenant de cela.

 

Deuxièmement : « sans tache » (SPILOO) signifiant : tacher ou salir (littéralement ou au sens figuré) - souiller. Le mari doit tout faire pour que la réputation de son épouse soit sans souillure. Rien de ce qui sort de sa bouche ou de ses actions ne doit laisser penser qu'elle soit grossière.

 

Troisièmement : ni « ride » (RHUTIS) signifiant : un pli, c’est-à-dire une ride (surtout sur le visage). Ceci semble parler de la beauté de l’épouse de Christ. Le mari ne doit pas réduire la beauté de son épouse par des soucis, des pleurs ou des troubles dont il l’accablerait.

 

Quatrièmement : ni « rien de semblable » (TIS TOIOUTOS) signifiant : une personne ou un objet quelconque, vraiment ceci, c’est-à-dire de cette sorte. Rien de similaire ne doit être fait qui abimera l’honneur de votre épouse.