top of page

 

 

Un

Simple Commentaire

sur l'épître

aux

Galates

par

Rénald Leroux Jr.

PAGE D'INFORMATION

 

 

Un simple commentaire sur l'épître aux Galates © Copyright 2022 par Rénald Leroux Jr.

 

Vous pouvez utiliser ce commentaire pour usage personnel ou comme outil pour l'enseignement, en autant que vous ne changiez pas le texte et que vous donniez crédit à l'auteur pour cette œuvre. Vous pouvez copier ou photocopier ce texte, mais vous ne pouvez le vendre. Ce commentaire vous est offert gratuitement.
 

Le texte de l'épître aux Galates provient de la traduction Louis Segond (1910), ainsi que les autres versets utilisés dans ce commentaire; sauf quand cela est indiqué.

 

Remercîments a mon équipe qui sont mes co-ouvriers en Christ: Donna Monroe-Leroux, Zachariah Kenney et Monique Desrosiers.

table-contents-galatians

Table des Matières

 

 

a. Page frontispice ............................................................................. p. a

b. Page info ....................................................................................... p. b

c. Table des matières ....................................................................... p. c

d. Bibliographie ................................................................................. p. d

 

 

Table des Matières pour le texte

 

 

1. Introduction Générale ................................................................... p. 001

2. Introduction de la lettre (1.1-5) ..................................................... p. 002

3. L'abandon de l'évangile (1:6-10) .................................................... p. 010

4. L'appel de Paul (1:11-17) ……………………………………………………......... p. 019

5. Paul et son premier voyage à Jérusalem *1 (1:18-24) ………………... p. 028

6. Paul et son deuxième voyage à Jérusalem *2 (2:1-5) …………………. p. 035

7. Paul et la main d'association (2:6-10) ………………………………............ p. 045

8. Paul s'oppose à Pierre (2:11-14) ……………………………………………...... p. 053

9. A la recherche de la justification (2:15-21) …………………………………. p. 061

10. Les Galates insensés (3:1-9) ……………………………………………………… p. 070

11. La malédiction de la Loi (3:10-14) …………………………………………..... p. 080

12. La promesse ou la loi ? (3:15-20) …………………………………………….... p. 087

13. La Loi qui conduit à Christ (3:21-25) ………………………………….......... p. 095

14. Les fils de Dieu (3:26-29) ……………………………………………………........ p. 102

15. Le temps choisi (4:1-7) …………………………………………………………...... p. 109

16. Paul est-il l'ennemi ? (4:8-16) ……………………………………………......... p. 120

17. "Ces gens" (4:17-20) ……………………………………………………….............. p. 127

18. Que dit la Loi ? (4:21-31) ………………………………………...................... p. 132

19. La liberté en Christ (5:1-6) ……………………………………………………….... p. 139

20. La course Chrétienne (5:7-15) ……………………………………………........ p. 146

21. Les fruits de la chair (5:16-21) ………………………………………….......... p. 155

22. Les fruits de l'Esprit (5:22-26) …………………………………………........... p. 162

23. Si quelqu'un (6:1-6) ………………………………………………………………….. p. 170

24. Ne vous y trompez pas (6:7-10) ……………………………………………..... p. 178

25. Derniers mots (6:11-18) ……………………………………………………........ p. 184

Bibliographie

 

Adam Clark Commentary (On Line)

 

Albert Barnes’ Notes on the Bible (On Line)

 

Arno Gaebelein’s Annotated Bible (On Line)

 

Commentary Critical and Explanatory on the Whole Bible (On Line)

 

Complete Word Study N-T by Spiros Zodhiates Editor (AMG Publishers, Chattanooga, Tennessee, U.S.A.)

 

Calvin’s Commentary on the Bible (On Line)

 

Expository Dictionary of N-T Words by W.E. Vine (Thomas Nelson Publishers, Nashville, Tennessee, U.S.A.)

 

Expository notes of Dr. Thomas Constable (On Line)

 

Interlinear Hebrew/Greek English Bible by Jay Green (Associated Pub. and authors, Lafayette, Indiana, U.S.A.)

 

John Gill’s exposition of the whole Bible (On Line)

 

Matthew Henry’s Complete Commentary on the Bible (On Line)

 

Strong’s exhaustive concordance of the Bible (Abingdon Pub., Nashville, Tennessee, U.S.A.)

 

Thomas Coke Commentary on the Holy Bible (On Line)

 

Word Studies in the N-T by Marvin R. Vincent (Eerdmans Pub., Grand Rapids, Michigan, U.S.A.)

 

Word Study Concordance (Tyndale House Publishers, Wheaton, Illinois, U.S.A.)

 

Word study New Testament (Tyndale House Publishers, Wheaton, Illinois, U.S.A.)

01 - Introduction générale

 

1. Auteur.

 

L'auteur est l'apôtre Paul. Des preuves externes et internes le démontrent.

 

2. Destination.

 

Les églises qui vivaient dans la région de Galatie qui était une région provinciale romaine.

 

3. Date écrite.

 

Nous ne pouvons pas donner une date définitive de la lettre de Paul (probablement écrite à Antioche) aux Galates, mais il est fortement admis qu'elle a été écrite à une date antérieure telle que 49-50 après JC.

 

4. Objet de la lettre.

 

C'est l'effort de Paul pour contre-attaquer les judaïsants qui ont enseigné que la loi de Moïse doit être suivie pour que quelqu'un soit sauvé. Plaçant ainsi la grâce trouvée dans le sacrifice de Jésus-Christ en second lieu à la suite de la Loi.

retour au menu

01-galatians

02 - Introduction de la lettre

Galates 1:1-5

1 Paul, apôtre, non de la part des hommes, ni par un homme, mais par Jésus-Christ et Dieu le Père, qui l'a ressuscité des morts,

2 et tous les frères qui sont avec moi, aux Églises de la Galatie:

3 que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu le Père et de notre Seigneur Jésus-Christ,

4 qui s'est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père,

5 à qui soit la gloire aux siècles des siècles! Amen!

(LSG)

Dans sa lettre aux Galates, Paul n'écrit pas à une église spécifique car la Galatie n'est pas une ville mais une région d'Asie Centrale Mineure. Cette région est devenue une province romaine en 25 av. Il semble que cette lettre devait être lue dans les églises que Paul avait établies à Antioche, Iconium, Lystre et Derbe (Actes 13 :14 – 14 :23). Il semble que les faux enseignants judaïsaient les gens dans ces églises et prenaient de l'ampleur. Ils enseignaient que pour être vraiment sauvé, il fallait être circoncis et suivre la loi de Moïse. Comme nous le verrons, ce faux enseignement est encore enseigné aujourd'hui et l'urgence de défendre la foi est tout aussi importante aujourd'hui qu'elle l'était à l'époque. Paul a écrit cette lettre afin de défendre la justification par la foi en Jésus-Christ seul.

1 Paul, apôtre, non de la part des hommes, ni par un homme, mais par Jésus-Christ et Dieu le Père, qui l'a ressuscité des morts,

Ce que nous voyons, c'est que Paul établit d'abord son autorité, il est un apôtre (APOSTOLOS) ce qui signifie : un délégué, envoyer. Nous savons que Paul n'était pas l'un des 12 premiers apôtres et certains se demandent comment Paul a pu se considérer comme un apôtre. Son apostolat a même été contesté par les gens qui l'entouraient ! Alors, comment cela fonctionne-t-il ? The International Standard Bible Encyclopedia nous dit ceci:

Le fait même que le nom « apôtre » signifie ce qu'il signifie indiquerait l'impossibilité de l'enfermer dans les limites des Douze. (Les « douze apôtres » de Ré 21 : 14 sont évidemment symboliques ; comparez dans Ré 7 : 3 à la restriction des serviteurs scellés de Dieu aux douze tribus.) comme un insigne d'honneur et de privilège propre à ce cercle intérieur (comparer Ac 1:25). Si une telle tendance existait, Paul l'a effectivement brisée en faisant valoir pour lui-même le droit au nom. Sa revendication apparaît dans sa prise du titre apostolique dans les premiers mots de la plupart de ses épîtres. Et quand son droit à cela a été contesté, il a défendu ce droit avec passion, et particulièrement pour ces motifs : qu'il avait vu Jésus, et qu'il était donc qualifié pour témoigner de sa résurrection (1Co 9 : 1 ; comparer Ac 22 : 6 et suiv. ); qu'il avait reçu un appel au travail d'apôtre (Rm 1:1 ; 1Co 1:1, etc. ; Ga 2:7 ; comparer Ac 13:2 ss ; Ac 22:21) ; mais, surtout, qu'il pouvait indiquer les signes et les sceaux de son apostolat fournis par ses travaux missionnaires et leurs fruits (1Co 9:2; 2Co 12:12; Ga 2:8). C'est par ce dernier motif d'appel que Paul a convaincu les premiers apôtres de la justesse de sa prétention. Il n'avait pas été disciple de Jésus du temps de sa chair ; sa prétention d'avoir vu le Seigneur ressuscité et d'avoir reçu de Lui une commission personnelle n'était pas de celles qui pouvaient être prouvées aux autres ; mais il ne pouvait y avoir aucun doute quant aux sceaux de son apostolat. Il était tout à fait clair que "celui qui travaillait pour Pierre à l'apostolat de la circoncision travaillait aussi pour (Paul) les Gentils" (Ga 2:8). Et percevant ainsi la grâce qui lui avait été donnée, Pierre et Jean, avec Jacques de Jérusalem, reconnurent Paul comme apôtre des Gentils et lui donnèrent la main droite de la communion (Ga 2:9). Traduction libre.

 

Paul établit qu'il est un apôtre et la principale raison en est qu'il va écrire avec une autorité que les gens devront respecter. Dans notre premier verset, Paul décrit d'où vient son autorité en tant qu'apôtre – et c'est très important. Était-il un apôtre autoproclamé, un apôtre créé par l'homme ou un représentant envoyé par Dieu ? Il le dit très clairement tout de suite "non envoyé par les hommes ni par l'intermédiaire de l'homme". La succession apostolique n'existe pas dans la Bible. Aucun homme ne peut jamais transmettre à un autre le droit d'être appelé apôtre. Tout comme aucun homme ne peut jamais transmettre un don spirituel qu'il a reçu de Dieu - l'Esprit. C'est le Saint-Esprit qui distribue les dons spirituels comme il le désire (1 Cor. 12:1-11)

 

1 Corinthiens 12

11 Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut.

(LSG)

 

Paul n'a donc pas pris sur lui d'être appelé apôtre. Le même verset nous dit aussi qu'aucun homme ne lui a jamais accordé l'apostolat. Son appel n'était pas passé par "l'intermédiaire de l'homme". Alors, où en sommes-nous? Cela nous laisse avec une seule autre source d'apostolat – Dieu l'avait appelé à être son propre ambassadeur spécial. Lorsque Dieu envoya Ananias à Saul pour qu'il recouvre la vue, Ananias hésita et se rappela tout ce que Saul avait fait contre le peuple de Dieu. C'est à ce moment que Dieu établit Paul comme un envoyé très spécial (APOSTOLOS).

Actes 9

15 Mais le Seigneur lui dit: Va, car cet homme est un instrument que j'ai choisi, pour porter mon nom devant les nations, devant les rois, et devant les fils d'Israël;

16 et je lui montrerai tout ce qu'il doit souffrir pour mon nom.

(LSG)

Il fallait rappeler aux Galates qui était Paul et quelle autorité avait Paul. Bien qu'il ait établi des églises en Galatie, il semble qu'il ait dû rétablir son autorité. Comme nous le verrons, les faux enseignants avaient travaillé à détruire la réputation et les enseignements de Paul. Cela a dû être émotionnellement difficile pour Paul de devoir rappeler aux croyants de Galates qui il était. Néanmoins, il le fait sans mots durs. Cela ne devrait-il pas nous donner une bonne leçon spirituelle ? Lorsque nous sommes oubliés ou que notre nom est diminué par des étrangers (ou même des initiés), nous devons réagir avec gentillesse, en reflétant la façon dont Christ a réagi à ses accusateurs (Luc 23 : 34).

2 et tous les frères qui sont avec moi, aux Églises de la Galatie:

Dans le titre de son introduction, Paul inclut les « frères qui sont avec moi », mais d'où Paul écrit-il ? Ce n'est pas certain, mais la pensée d'Antioche vers 50 après JC est le lieu et l'époque sur lesquels la plupart des théologiens conservateurs s'accordent. Ainsi, les « frères qui sont avec moi » sont les croyants chrétiens qui étaient très probablement à Antioche avec Paul. Donc cette lettre est de Paul mais il inclut les frères à côté de lui dans son introduction. Nous voyons la gentillesse de Paul en faisant cela. Quand on y pense, ils n'avaient vraiment rien à voir avec la lettre à proprement parler. Nous voyons que Paul est une personne « inclusive » et nous devrions avoir la même vision à l'égard de nos frères et sœurs. Après tout, ne sommes-nous pas tous membres de la même famille ? N'avons-nous pas tous le même Frère et Père spirituel ? C'est la seule lettre que Paul a écrite qui n'est pas destinée à une église spécifique (à l'exception de celles qui ont été écrites pour une personne spécifique). Comme je l'ai écrit plus tôt, la Galatie n'est pas une ville mais plutôt une province de l'Empire romain. Il est situé en plein centre de la Turquie. Les enseignements contre lesquels Paul écrira se sont propagés d'une église à l'autre. Cette fausse doctrine est comme une infection qui ne cesse de croître et qui doit être combattue rapidement et agressivement. Puis-je rappeler à mes lecteurs que tous les faux enseignements ou tous les péchés doivent être pris très au sérieux et confrontés avec autant de vigueur que Paul l'a fait dans son épître aux Galates.

 

3 que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu le Père et de notre Seigneur Jésus-Christ,

Les trois premiers mots « grâce à vous » peuvent être considérés comme un dénominateur commun dans toutes les lettres que Paul a écrites aux églises. Quelque part écrit dans chacune de ses épîtres, vous pouvez trouver ces trois mots. La grâce est si importante, parce que tout dépend et est basé sur la grâce de Dieu. Votre vie entière balance entre les mains du Tout-Puissant. C'est par la grâce de Dieu que vous ÊTES, que vous existez ! Chaque souffle que vous prenez et chaque battement de cœur est par la grâce de Dieu.

Actes 17

28 car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l'être. C'est ce qu'ont dit aussi quelques-uns de vos poètes: De lui nous sommes la race

(LSG)

Paul a également écrit que c'était la grâce de Dieu qui avait fait de lui la personne qu'il était devenu (1 Cor. 15:10). Si Paul souhaitait que la grâce de Dieu repose sur les frères et sœurs de Galatie, je crois qu'en tant qu'enfant de Dieu, nous devrions tous avoir le même désir. Voulant que la grâce de Dieu repose sur tous ceux que nous connaissons. Non seulement les chrétiens, mais aussi ceux qui sont encore en dehors de la famille de Dieu. Jésus a exprimé cette pensée dans son Sermon sur la montagne :

Matthieu 5

43 Vous avez appris qu'il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi.

44 Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent,

45 afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.

(LSG)

Ai-je récemment demandé à Dieu de répandre sa grâce sur quelqu'un ? Est-ce que je prie pour que Dieu déverse ses bénédictions sur les gens ? Est-ce que je me soucie suffisamment de mes ennemis pour prendre du temps dans la prière pour eux, intercédant et suppliant Dieu d'ouvrir leurs yeux et de voir la beauté de la croix de Christ ? « Grace to you » devrait être dans nos cœurs et sur nos lèvres. Puissions-nous devenir des dispensateurs de la grâce de Dieu envers les autres !

La paix est l'autre bénédiction que Paul demande à Dieu de donner aux Galates. La nécessité de la paix n'est pas un euphémisme. Le monde croule sous la haine, l'animosité, l'inimitié et l'amertume. C'est comme si les nations brûlaient sous le feu de ces conflits. La paix est une denrée très rare et sa source vient de Dieu. Il n'y a qu'une seule paix qui puisse satisfaire l'âme. Une paix qui peut calmer nos cœurs fragiles. Une paix qui peut arroser le sol stérile dans lequel les enfants d'Adam sont plantés – et c'est la paix que seul Christ peut donner à l'âme née de nouveau !

 

Jean 14

27 Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s'alarme point.

(LSG)

Dans ses paroles suivantes, Paul rappellera aux Galates la source de la grâce et de la paix qu'il leur souhaite - "de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ". Vous pouvez chercher dans tous les coins de la terre, explorer les fonds mêmes des océans et voler aussi haut que les oiseaux et ne trouverez jamais la grâce et la paix – JAMAIS ! Et pourquoi est-ce que? Simplement parce que la grâce et la paix ne viennent que de Dieu. Votre argent ne peut pas l'acheter, vos mains ne peuvent pas travailler pour cela, votre famille ne peut pas le laisser en héritage et vos gouvernements ne peuvent pas le fournir. Cela me montre que je peux être un imbécile en pensant que je peux trouver la grâce et la paix en dehors du Seigneur. Combien d'enfants de Dieu l'insultent en lui tournant le dos et en cherchant la grâce et la paix ailleurs ?

 

4 qui s'est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père,

(LSG)

La manière dont la grâce et la paix de Dieu sont arrivées est expliquée dans les versets quatre et cinq. Ce point est extrêmement important. Cela fait la différence entre le vrai christianisme et tout le reste. Paul exprime hardiment ce que certains Galates oubliaient. Christ devait faire quelque chose pour que le Père douche ceux qui placeraient leur foi complète dans le Fils. Jésus « s'est donné pour nos péchés ». Dieu – le Fils a dû intervenir personnellement dans l'histoire de l'humanité. Il a fait quelque chose qui réparerait ce qui avait été fait. Il s'est « donné », il est allé à la croix, il est devenu un sacrifice vivant. En d'autres termes, il a fait ce que je ne pourrais jamais faire – vivre une vie parfaite, sainte et juste devant Dieu – le Père. Il est devenu un sacrifice accepté pour le Père à cause de « nos péchés ». Jésus a porté le châtiment de mes péchés à la croix (nous verrons cela plus en détail plus tard).

 

Pourquoi le Fils de Dieu voudrait-il faire cela pour moi ? La réponse est la suivante : « afin qu'Il puisse nous sauver de ce présent siècle mauvais ». Jésus était en mission de sauvetage. D'innombrables âmes devaient être sauvées ! Ici, Paul précise que Jésus a sauvé tous les croyants ‘de ce présent siècle mauvais’. Cet âge (AION) qui donne l'idée d'une « temporalité » d'où ce monde dans lequel nous vivons. Le Christ nous a sauvés de cet âge qui est qualifié de mauvais (PONEROTEROS). Ce mot vient du mot PONEROS qui signifie : blessant, ou mal. Mais Paul appelle ce monde PONEROTEROS ce qui donne l'idée de plus mal et de plus blessant. Comme si ce monde (et il l'est) est terriblement mauvais, horriblement sombre et contre tout ce que Dieu représente. Puisque le croyant est sauvé de « cet âge présent du mal », il a échappé au jugement à venir de ce monde et de tout ce pour quoi il vit ! Ne devrions-nous pas être éternellement reconnaissants à notre Seigneur d'avoir fait cela ?

 

Je me souviens quand j'avais environ 11 ou 12 ans. J'ai sauvé un garçon un peu plus jeune que moi de la noyade dans une piscine. Quand j'ai sorti le garçon des eaux, le père était tellement captivé par le malheur de son fils qu'il a totalement oublié de dire "merci" ! Il a emmené son fils loin de la piscine avec les autres personnes qui l'entouraient – ​​ne me laissant pas un iota de toute manifestation de gratitude. A l'époque j'étais très surpris et je le suis encore aujourd'hui ! Comment quelqu'un peut-il se soucier si peu de celui qui vient de sauver son enfant ? Malheureusement, je crois que de nombreux chrétiens réagissent de la même manière à Jésus qui "nous a sauvés de cet âge mauvais actuel". Combien de temps consacrez-vous à remercier le Seigneur d'avoir sauvé votre âme des tourments éternels à venir ? Si vous avez confessé que Christ est votre Sauveur, pourquoi si peu d'attention et de souci pour son royaume ? Puis-je vous encourager à réfléchir à la valeur et au prix de votre salut. Au verset quatre, Paul parle également de qui voulait que vous soyez sauvé. Qui a initié le processus de salut ? En d'autres termes, qui a ouvert la porte pour que vous puissiez entrer dans la famille de Dieu ?

 

v.4 ... selon la volonté de notre Dieu et Père

Même avant que les temps ne commencent (Eph. 1:1-14), c'est le Père qui a initié ce sauvetage salutaire. C'est la volonté du Père que le Fils devienne le Sauveur des âmes perdues de ce monde. Nous ne devons jamais croire que Dieu ne se soucie pas ou ne se soucie pas de notre âme. Bien sûr qu'il l'est, car il a voulu que son Fils meure pour me sauver. Paul l'écrit si joliment dans Romains.

Romains 5

8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.

(LSG)

Remarquez au verset 4 que Paul a appelé Dieu « Père ». Grâce au sacrifice de Christ qui nous rend justes devant lui, nous pouvons maintenant honnêtement et légalement appeler Dieu notre Père ! Les croyants sont entrés dans une relation Père-Enfant avec le Tout-Puissant ! Je ne crois pas que nous connaîtrons jamais la profondeur de cette grâce qui est tombée sur les rachetés. Que nos cœurs se réjouissent et que nos langues chantent les louanges de Celui qui a voulu que le Fils sauve les grands pécheurs dont je suis le premier !

5 à qui soit la gloire aux siècles des siècles! Amen!

Paul termine son introduction en désignant Dieu. A Dieu soit la gloire – écrit-il ! Si je suis un vrai croyant, je dois faire de même pour ceux qui m'entourent. Je devrais pointer vers Dieu, manifestant mon immense gratitude et reconnaissance. Le salut et les bienfaits du salut sont le plus grand cadeau que vous puissiez recevoir. Alors rendez gloire à Dieu et vivez pour lui.

retour au menu

02-galatians

03 - L'abandon de l'évangile

Galates 1:6-10

 

Galates 1

6 Je m'étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile.

7 Non pas qu'il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l'Évangile de Christ.

8 Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu'il soit anathème!

9 Nous l'avons dit précédemment, et je le répète à cette heure: si quelqu'un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème!

10 Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ.

(LSG)

Si Paul est étonné de quelque chose qui se passe avec les églises de Galates, je suis étonné de l'attitude « droit au but » que Paul a. C'est comme un boxeur qui donne un coup de poing à son adversaire pour le mettre KO tout de suite ! Je vois que Paul ne tourne pas autour du pot avec ces chrétiens. Lorsque nous lisons le verset six, nous comprenons instantanément pourquoi. Si vous lisez ses lettres, vous constaterez que chaque église avait des préoccupations spécifiques, certaines bien plus importantes que d'autres. Mais nous ne voyons jamais un problème spirituel aussi alarmant que celui que nous voyons dans Galates. Certains problèmes sont de chair, mais ici, nous voyons un problème théologique profond – le faux enseignement que Christ n'est pas suffisant !

6 Je m'étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile.

« Je m'étonne » (THAUMAZO) donne l'idée de regarder avec émerveillement. Comme si Paul regardait ce qui se passe dans ces églises de Galatie et disait : « Que se passe-t-il ici ! » Il n'écrit pas à cause de la satisfaction ou de l'approbation envers les croyants, mais plutôt avec de la désapprobation. Pourquoi Paul était-il dans un tel tumulte ? Que se passait-il qui lui déplaisait autant ? C'est ainsi que Paul le décrit : " vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile. " La question de passer de la foi chrétienne orthodoxe à un autre « type » de compréhension chrétienne est encore une question contemporaine dans nos églises aujourd'hui. Ils sont nombreux à quitter leurs églises pour les églises super contemporaine. Ce qui est à la mode, c'est ce que beaucoup trop veulent vivre. Ils le font sans vraiment se demandés ce que la Parole dit à-propos de ce style d'églises. Si elles plaisent à Dieu ou non.

Paul écrit « vous détourniez si promptement ». L'idée derrière le mot promptement (TACHEOS) signifie rapidement, rapidement, soudainement ou à la hâte. C'est comme s'ils avaient changé d'avis en un claquement de doigt – de la grâce aux œuvres. Paul parle de désertion. Quand on pense à un déserteur, on a l'image d'un soldat quittant son camp et ne voulant plus y être. Ou il peut s'agir de quelqu'un qui fuit un appel pour s'enrôler dans l'armée. Certains, pour des raisons de conscience, quittaient un pays pour un autre afin de ne pas entrer en guerre. Paul précise qu'en Galatie certains se détournait (METATITHEMI) donnant l'idée de : changer de camp. Ces chrétiens allaient en fait d'une « équipe » à une autre et, ce faisant, ils étaient maintenant devenus des adversaires. Je voudrais que vous remarquiez que ceux qui ont abandonné leur foi pour en embrasser une autre ont abandonné non pas une religion ou une philosophie de vie, mais plutôt Jésus. Paul insiste sur le fait que c'est la personne de Christ qu'ils ont mise de côté et tourné le dos. C'est une affaire très personnelle – Christ était mort pour eux et désormais, ils le rejettent et l'ignorent pour un ensemble de règles censées les rendre justes devant Dieu ! Le vrai christianisme n'est pas une question de « faire et ne pas faire » selon des règles très strictes ! C'est Dieu qui aime l'humanité et fait ce qu'il faut pour que nous soyons à nouveau en harmonie avec lui. Ce que faisaient les Galates est probablement la plus grande insulte qu'ils pouvaient faire à Dieu.

Ce que les Galates faisaient était aussi ce qui suit :

v.6 ... de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile .

En abandonnant Christ, ils abandonnaient aussi la grâce que Christ leur avait offerte. Comme était sombre le voile qui avait couvert leurs yeux ! Cela me rappelle ce que Paul a écrit concernant le peuple juif d'autrefois et comment ils avaient aussi un voile qui les aveuglait.

2 Corinthiens 3

14 Mais ils sont devenus durs d'entendement. Car jusqu'à ce jour le même voile demeure quand, ils font la lecture de l'Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c'est en Christ qu'il disparaît.

15 Jusqu'à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs coeurs;

16 mais lorsque les coeurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté.

(LSG)

Le livre de Romains a beaucoup de choses à dire sur la grâce. Si les Galates rejettent Christ, ils rejettent automatiquement la grâce de Christ qui apporte :

- La justification (Rom. 3:24)

- La vraie foi (Rom. 4:16)

- L'espérance et la gloire de Dieu (Rom. 5:2)

- Le don gratuit du salut (Rom. 5:15)

- Le don de justice (Rom. 5:17)

- Le règne de la grâce dans votre vie (Rom. 5:21)

- La rupture du pouvoir du péché sur vous (Rom. 6:14)

- L'élection que la grâce donne (Rom. 11:5)

- Dons spirituels (Rom. 12:6)

On peut rejeter ou tourner le dos à quelque chose pour quelque chose de mieux – et cela se comprend. Mais les Galates abandonnaient Jésus « pour un autre évangile ». Le mot " autre " (HETEROS) ne signifie pas différent pour le même type, comme acheter un contenant de savon à lessive de taille différente : c'est le même savon, mais nous en achetons plus. Ici, le mot " autre " signifie : différent. Ils ont abandonné la foi orthodoxe que Paul leur avait transmise. Pour être certain que nous nous comprenons, le mot orthodoxe que j'utilise n'est pas pour une dénomination d'église, mais plutôt le suivant : Orthodoxe est composé de deux mots grecs "ORTHO" qui signifie correct, droit et "DOXA" qui signifie adoration ou gloire .

Ce que Paul dit aux Galates, c'est qu'en abandonnant l'évangile de Christ, ils changent la façon dont ils s'approchent de Dieu, et cette façon qui est modifiée - n'est pas acceptable pour Dieu. Je me demande si, en tant que chrétiens, nous réalisons que la manière dont nous approchons de lui fait une différence ! Nous vivons à une époque où beaucoup pensent à tort que "tout va bien" ou que "cela n'a pas vraiment d'importance", que nous sommes sous la grâce et que nous pouvons donc faire à peu près tout ce que nous voulons. C'est tellement loin de la vérité. C'est un signe que les gens en général manquent de compréhension sur le vrai caractère de Dieu. Beaucoup seront surpris quand ils verront le Christ face à face. Croyant qu'ils seront bien reçus, ils entendront malheureusement ce qui suit venant de sa bouche :

Matthieu 7

21 Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.

22 Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom?

23 Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité.

(LSG)

 

En changeant l'évangile, vous changez le message même de Dieu et ce faisant, vous devenez un faux prophète. Ce fut la principale bataille de Christ durant son ministère. Il était également en conflit constant avec les chefs religieux qui présentaient un " évangile différent " - un évangile des œuvres et de la tradition. Vous voyez donc que nous sommes au cœur même de la foi chrétienne. Si vous remplacez la grâce par autre chose, alors le véritable évangile n'existe plus et ce qui est enseigné n'est qu'une religion faite par l'homme.

7 Non pas qu'il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l'Évangile de Christ.

Paul met tout de suite les pendules à l'heure – il n'y a pas d'autre vrai évangile ! La seule chose que l'on trouve, c'est " des gens qui vous troublent ". Comme nous le verrons plus tard, il y avait des gens qui s'étaient infiltrés dans les congrégations de Galatie et avaient apporté avec eux une doctrine différente. Le résultat naturel a été des perturbations dans l'église. Lorsque Paul écrit que ces hommes « vous troublent » (TARASSO), il voulait dire qu'ils apportaient de l'agitation et provoquaient des troubles. En d'autres termes, leur "autre évangile" apporte tension, inquiétude et détresse. Je peux comprendre cela parce que je l'ai vécu en tant que pasteur. Un dimanche matin, des gens ont commencé à venir me voir au sujet d'un couple qui visitait l'église. Ils avaient été membres dans le passé, mais n'avaient apporté que de graves troubles qui avaient profondément dévasté l'église. Certains m'ont même demandé de protéger l'église d'eux. Je suis allé les voir tout de suite, leur ai dit ce que j'avais entendu et les ai prévenus que je n'accepterais pas un seul « lapsus » de leur part. Au cours de cette même semaine, j'ai appris qu'ils avaient commencé à parler aux gens contre moi et qu'ils distribuaient même des "tracts" contre moi ! Quand ils sont revenus le dimanche suivant, je suis allé directement vers eux et je leur ai dit qu'ils n'étaient plus les bienvenus ici parce qu'ils avaient bavardé et dérangé l'église – alors, ils sont partis et nous ne les avons plus jamais revus.

La perturbation qu'ils ont apportée était fondée sur la "déformation" qu'ils ont arborée concernant l'évangile de Christ. Déjà Paul a déclaré que leur évangile était « différent », ce qui signifie altéré (v.6) maintenant, il dit qu'ils veulent le « déformer » (METASTREPHO) ! Cela signifie le corrompre, pervertir, tourner à l'envers. Le point de vue des théologiens conservateurs est que Paul a écrit cette lettre vers 50 après JC. Si cela est vrai, cela montre à quelle vitesse la corruption s'infiltrait dans l'évangile du Christ, car Jésus était mort environ 15 ans plus tôt. Comme vous pouvez voir, notre ennemi spirituel ne perd pas de temps. Il enseigne également que nous devons être très diligents concernant l'enseignement que nous recevons. Ce n'est pas parce que vous lisez ce livre que cela signifie que tout est correct. Vous devez lire d'autres livres et étudier principalement les Écritures pour vous assurer que ce que j'écris est correct.

8 Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu'il soit anathème!

9 Nous l'avons dit précédemment, et je le répète à cette heure: si quelqu'un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème!

Il y a eu une hémorragie spirituelle concernant la vérité à-propos de la grâce. Paul a dû utiliser une mesure drastique pour l'empêcher de continuer. Alors, il fait une déclaration solennelle, une qui est rarement vue nulle part dans les épîtres. Il déclare « anathème » (ANATHEMA) qui veut dire : séparé ; mettre à part quiconque apporte un évangile différent. Il appelle Dieu à les maudire ! Ça, mon ami, c'est terrifiant. Rappelez-vous ce que l'auteur des Hébreux a écrit :

Hébreux 10

31 C'est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant.

(LSG)

Rappelez-vous aussi ce que Christ a dit au sujet de la crainte du Seigneur Dieu :

Luc 12

4 Je vous dis, à vous qui êtes mes amis: Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui, après cela, ne peuvent rien faire de plus.

5 Je vous montrerai qui vous devez craindre. Craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la géhenne; oui, je vous le dis, c'est lui que vous devez craindre.

(LSG)

Paul dit de ne pas croire quiconque apporte un évangile différent. Nous devrions écouter très attentivement ce que les Écritures nous disent. Si un homme, une femme et même un enfant apporte un évangile différent de celui qui est donné dans le Nouveau Testament, il ou elle doit être maudit, ce qui signifie que la colère de Dieu soit sur lui. Paul va même plus loin, même si un ange – un être céleste offre un évangile différent, cette créature doit aussi recevoir la colère de Dieu. Prenez le temps de réfléchir à toutes les nouvelles (et anciennes) religions ou tendances spirituelles qui ont à leur source un messager angélique. Pensez à tous ceux qui parlent pour les esprits, pensez à ceux qui reçoivent des messages de « l'autre côté ». Amis, le monde est littéralement infesté d'êtres angéliques qui apportent leur propre message. Méfiez-vous des hommes et des esprits qui sont de faux enseignants, qui apportent un autre évangile.

1 Timothée 4

1 Mais l'Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s'attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons,

(LSG)

 

Quelle que soit cette personne, peu importe l'organisation qu'elle représente, peu importe le nombre de disciples qu'elle a - si son évangile est différent - alors lui et ses disciples sont maudits par Dieu. Ainsi n'ayez pas peur d'eux et FERMEZ LA PORTE à leurs enseignements. Ce que ces gens font (1 Tim. 4:1) est d'écouter les esprits trompeurs et d'accepter les doctrines des démons. Il n'y a jamais rien de divin qui puisse être trouvé dans un évangile différent. Donc, ce que nous voyons, c'est que cet évangile différent est condamné et que les messagers sont également condamnés.Paul place une responsabilité sur les épaules des Galates. C'est leur devoir et leur obligation devant Dieu de reconnaître ces faux messagers et de rejeter leur évangile. Il y a deux raisons à cela. La première est qu'elle déshonore le Seigneur Dieu. En acceptant un autre évangile, nous manifestons que ce que Dieu a dit est un mensonge. En acceptant un autre évangile, nous attaquons directement le caractère de Dieu. Nous faisons exactement la même chose que le diable a fait dans le jardin d'Éden quand il a parlé à Ève.

Genèse 3

4 Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point;

5 mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.

(LSG)

Il a changé les paroles de Dieu de « tu mourras sûrement » (2 : 17) à « Tu ne mourras certainement pas » (3 : 4). Nous savons que le diable a été maudit par Dieu pour avoir agi ainsi, car il y a du feu, du soufre et des tourments préparés pour lui pour toute l'éternité (Apoc. 20:10). Ainsi, ne recevons ni participons en aucune façon à des enseignements qui sont d'un évangile différent de celui donné par Jésus-Christ à ses disciples.

10 Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ.

Le verset dix exprime l'un des fondements dont un homme a absolument besoin pour devenir un bon berger du peuple de Dieu. Elle doit aussi être reçue par tous les Disciples du Christ, mais je veux surtout m'adresser aux pasteurs ou ministres qui sont à la tête d'une église locale. Je vois un parallèle entre ce que Paul fait envers les églises de Galatie et ce que les pasteurs, les anciens, les ministres ou autres devraient faire dans leur ministère. En tant que ministres de la Parole de Dieu, nous devons craindre Dieu et non plaire aux hommes ! Paul met le pied à terre et dit aux Galates « arrêtez ce que vous faites, vous avez définitivement tort et revenez à ce que vous faisiez ». Il faut du courage, mais aussi de la soumission à Dieu. Paul touche le point sensible de beaucoup de pasteurs – à qui voulez-vous plaire, à Dieu ou aux hommes ? Ou de qui vous souciez-vous vraiment, Dieu ou les hommes ? De nombreux pasteurs ont beaucoup de mal à dire la vérité telle qu'elle est. Ils ont tellement peur de déplaire à la congrégation qu'ils s'abstiennent de discipliner, d'exhorter ou d'insister pour que les gens vivent des vies qui glorifient le Seigneur.

Paul dit " Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ". S'efforcer (ZETEO) signifie, rechercher, viser, s'efforcer d'atteindre. Son désir ultime était de plaire à Dieu, de vivre une vie qui lui plaisait. Ou comme il l'écrira plus tard aux Romains comme étant un sacrifice vivant (12:1,2) en ne se conformant pas à ce monde. Malheureusement, de nombreux dirigeants se conforment à ce monde en faisant plaisir aux hommes au lieu de plaire à Dieu. Donc, que vous soyez un leader, que vous ayez un ministère ou que vous fassiez quelque chose au nom du Seigneur, faites-le pour plaire à Dieu. Maintenant, si cela déplaît aux gens autour de vous, alors laissez cela entre les mains du Seigneur. Qu'il s'en occupe, c'est son église de toute façon !

Paul écrit ce qui suit : « Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ. ». Ce que dit Paul, c'est qu'on ne peut pas plaire à Dieu et plaire aux hommes en même temps, c'est l'un OU l'autre.

Paul a cessé d'essayer de plaire aux hommes, remarquez " Si je plaisais encore aux hommes ". Quand Paul essayait-il de plaire aux hommes ? Je crois que c'est ce qu'il faisait quand il était encore Saul, quand il n'était pas encore converti au Christ. Voici ce qu'il dit de lui-même avant sa nouvelle naissance :

Actes 22

3 je suis Juif, né à Tarse en Cilicie; mais j'ai été élevé dans cette ville-ci, et instruit aux pieds de Gamaliel dans la connaissance exacte de la loi de nos pères, étant plein de zèle pour Dieu, comme vous l'êtes tous aujourd'hui. (LSG)

Actes 26

5 Ils savent depuis longtemps, s'ils veulent le déclarer, que j'ai vécu pharisien, selon la secte la plus rigide de notre religion.

(LSG)

 

Saül voulait plaire aux hommes en gardant les traditions des hommes, « la loi de nos pères » et aussi « la secte la plus rigide ». Ainsi, Saul a vécu comme un pharisien et nous savons tous qu'ils ont soutenu les traditions et les enseignements de leurs ancêtres. Paul enseigne que personne ne peut faire cela : plaire aux hommes et plaire à Dieu. Ce n'est que lorsqu'il est né de nouveau sur la route de Damas qu'il est passé des ténèbres à la lumière. De ministre du mensonge à ministre de la vie. Aucun de nous ne peut être « serviteur du Christ » si nous choisissons de plaire aux hommes au lieu de plaire à Dieu. Alors, qu'est-ce que ce sera ? Pour qui vivez-vous ? À qui cherchez-vous à plaire lorsqu'une décision importante doit être prise ? Puissions-nous tous être comme Paul et chercher d'abord à plaire à Dieu.

retour au menu

03-galatians

04 - L'appel de Paul

Galates 1:11-17

Galates 1

11 Je vous déclare, frères, que l'Évangile qui a été annoncé par moi n'est pas de l'homme;

12 car je ne l'ai ni reçu ni appris d'un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ.

13 Vous avez su, en effet, quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais à outrance et ravageais l'Église de Dieu,

14 et comment j'étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation, étant animé d'un zèle excessif pour les traditions de mes pères.

15 Mais, lorsqu'il plut à celui qui m'avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m'a appelé par sa grâce,

16 de révéler en moi son Fils, afin que je l'annonçasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai ni la chair ni le sang,

17 et je ne montai point à Jérusalem vers ceux qui furent apôtres avant moi, mais je partis pour l'Arabie. Puis je revins encore à Damas.

(LSG)

 

Nous savons que Paul avait établi des églises dans le sud de la Galatie. Nous pouvons donc supposer qu'ils savaient qui était Paul non seulement en tant qu'apôtre mais aussi en tant qu'homme. Quand nous lisons cette section, on peut se demander pourquoi Paul dit aux chrétiens de Galatie des choses qu'ils connaissent probablement très bien. Ce n'était pas un secret dans la communauté chrétienne qui Paul avait été dans le passé. Ils connaissaient Paul même lorsqu'il s'appelait Saul (Actes 7:58) ! Alors pourquoi Paul rappellerait-il à ses lecteurs son passé ? Une des raisons pourrait être que Paul voulait se servir d'exemple par rapport à ce qu'il venait d'écrire concernant un nouvel évangile présenté par de faux docteurs.

11 Je vous déclare, frères, que l'Évangile qui a été annoncé par moi n'est pas de l'homme;

Nous avons lu dans le dernier chapitre que Paul a donné un avertissement extrêmement sévère concernant ceux qui viennent avec un évangile différent de celui qu'ils avaient reçu à l'origine. Je crois que Paul donne maintenant un exemple de ce à quoi ressemblaient un véritable enseignant et son évangile. " Je vous déclare, frères ". Il y a un sens de la famille et aussi de fraternité dans cette première phrase. En tant que Disciples du Christ, nous sommes tous de la même famille. La Parole de Dieu enseigne expressément cette vérité.

Jean 1

12 Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu,

(LSG)

Nous sommes devenus des fils et des filles adoptifs de Dieu. Dans cinq endroits différents, Paul déclare que Dieu a adopté un peuple (Rom. 8:15,23; 9:4; Gal. 4:5; Eph. 1:5). En tant que croyant, j'ai besoin de me voir comme faisant partie d'une grande famille. Les gens avec qui je me rassemble sont vraiment mes frères et sœurs en Christ. Si cela est vrai (et c'est le cas), cela signifie que mon affection pour eux doit être réelle et tangible. On me dit maintes et maintes fois dans les Écritures que je dois penser à eux avant de penser à moi-même (Jean 13 : 34 ; 15 : 12, 13, 17). Paul interpelle les Galates en leur rappelant qu'ils sont une famille et que leur Père est Dieu lui-même.

Maintenant, qu'est-ce que Paul veut que les Galates sachent ? Le verset onze nous dit : " que l'Évangile qui a été annoncé par moi n'est pas de l'homme. " C’est là que Paul commence à expliquer D’OÙ vient le véritable évangile. Il dit d'abord aux Galates que la source de l'évangile qu'il partage n'est pas selon l'homme. Il ne provient pas de l'esprit, du cœur et de l'âme d'aucun homme. Ceci est en opposition directe avec le nouvel évangile déformé que certains avaient répandu. Paul confirme que son évangile n'est pas selon l'homme par ce qui suit :

12 car je ne l'ai ni reçu ni appris d'un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ.

L'évangile de Paul n'est pas selon l'homme - il ne l'a pas " appris d'un homme. " Bien que Paul se soit assis aux pieds de Gamaliel (Actes 22:3), il a désavoué tout ce qu'il avait appris de lui ! Cette proclamation de ne pas recevoir de l'homme est une déclaration très forte, car elle nous enseigne que tout ce que nous apprenons des hommes, même Gamaliel qui était le pharisien le plus important et le plus influent de l'époque de Paul, peut être un évangile tordu. Donc, Paul n'a pas reçu ou appris l'évangile des hommes. Je crois que cela fait de lui une personne tout à fait unique (comme pour les douze apôtres) enseignée non pas par des hommes, mais par qui ? Il écrit : « mais par une révélation de Jésus-Christ ». Le mot révélation (APOKALUPSIS) signifie divulgation de la vérité. Donne l'image de quelque chose qui n'a pas été bien compris et qui surgit soudainement dans son esprit. Il y avait un voile qui recouvrait le cœur de Paul (2 Cor. 3:15) qui l'empêchait de connaître et de comprendre l'évangile. Il était spirituellement aveugle, enseignant un évangile des œuvres et de la tradition, jusqu'à ce que quelque chose se produise, jusqu'à ce qu'il reçoive une révélation personnelle de Christ sur le chemin de Damas ! C'est sur cette route (Actes 9) qu'il a eu une rencontre personnelle avec le Christ. Cela a conduit à son salut et à la transformation totale de son esprit. Paul était vraiment né de nouveau.

13 Vous avez su, en effet, quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais à outrance et ravageais l'Église de Dieu,

14 et comment j'étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation, étant animé d'un zèle excessif pour les traditions de mes pères.

 

Le verset treize confirme ce que j'ai écrit par rapport à la vie que Paul a eue avant de devenir disciple de Christ. Paul énoncera quatre faits concernant sa vie de pharisien.Le premier était  « ma conduite dans le judaïsme ». Le judaïsme est la religion d'Israël qui a commencé avec l'exil babylonien. À cause de cet exil, les Juifs ont été forcés de changer les façons de pratiquer leur religion qui avait été établies par le Seigneur Dieu. Il y avait une rupture nette quant à la manière dont ils communiaient avec Dieu puisqu'il n'y avait plus de Temple, de fêtes, d'offrandes sacrificielles et ainsi de suite. À cause de cela, les Juifs ne se sont pas rapprochés de Dieu parce qu'ils ont commencé à suivre une nouvelle direction religieuse qui n'a pas été donnée par Dieu.La seconde est " comment je persécutais à outrance et ravageais l'Église de Dieu." Cela parle de ses persécutions contre les premiers chrétiens. Il semble que cela ait commencé avec la lapidation d'Etienne (Actes 7). Saul s'est déchaîné, étant possédé par un esprit obsessionnel. Cela me rappelle l'autre Saül - le premier roi d'Israël et comment il était aussi obsédé en essayant de tuer David. Les deux Saül ont tourné toutes les pierres qu'ils pouvaient pour essayer d'anéantir ceux qu'ils considéraient comme leurs ennemis. Paul témoigne que son attitude était à " l'outrance " (HUPERBOLE) ce qui signifie : un jet au-delà des autres. Ses persécutions sont allées bien au-dessus de toutes les autres qui ont persécuté les Disciples du Christ. Saul voulait littéralement se débarrasser (par l'emprisonnement ou la mort) de chaque personne qui croyait que Jésus était le Messie tant attendu.Le troisième se trouve au verset quatorze : « comment j'étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation ». Il y avait une motivation personnelle qui habitait Saül. Il voulait être le meilleur possible et il a fait tout ce qu'il fallait pour atteindre son objectif. Dire qu'il valait mieux que " beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation " n'est pas à prendre à la légère. Il y en avait sûrement d'autres à son époque qui étaient doués d'une intelligence incomparable, mais cela n'empêchait pas Saül de vouloir leur être supérieur. C'est comme s'il y avait un feu qui brûlait à l'intérieur, un zèle incontrôlable qui l'habitait.Le quatrième est : « étant animé d'un zèle excessif pour les traditions de mes pères ». Pouvez-vous imaginer l'intensité de la vie de Saul ? Écoutez ces mots : zèle excessif ! Comment peut-on être comme Saul l'était ? Il voulait être plus que les autres, cela devrait suffire – mais non ! Il avait un zèle excessif– cela semble même fou quand on y pense. Mais encore une fois, cela n'a pas suffi. Il était un fanatique passionné, fervent, obsessionnel. Un homme très, très dangereux en effet. À quoi son zèle visait-il – « les traditions de mes pères ». Ce point est crucial pour nous de comprendre et cela identifie qui était Saül. Son amour était pour les traditions ancestrales, ce qui avait été enseigné d'une génération à l'autre, chaque génération ajoutant à ce qui avait été enseigné, cela était au-delà de toute description.C'est une image parfaite de ce que pourrait être un faux prophète ou un faux enseignant. Tout ce que Saul était devenu, tout ce pour quoi il respirait et vivait. Tout ce sur quoi sa vie était centrée, il l'avait "reçu de l'homme" (v.12). Paul déclare qu'avant de connaître Christ, il était comme eux qui enseignaient un évangile différent. Il affirme qu'il avait tort, totalement tort, parce qu'il croyait ce que les hommes enseignaient et non ce que Dieu enseignait. Ne sommes-nous pas dans la même situation aujourd'hui ? N'y a-t-il pas aujourd'hui une grande multitude d'hommes et de femmes qui enseignent et communiquent des préceptes spirituels basés sur la pensée humaine ? Ils sont partout pour être vus, lus et entendus. Ils affectent et infectent d'innombrables vies avec leur vision de ce qu'est le christianisme. Rappelez-vous ce que Paul a écrit aux Colossiens :

Colossiens 2

8 Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.

(LSG)

Cher ami, soyez très prudent. Il y a des gens qui sont des loups spirituels qui ne demandent qu'à vous dévorer. Ils veulent profiter de vous et vous tromper en portant un faux évangile. Jésus a parlé de ces personnes et a averti ses disciples de garder les yeux ouverts pour eux.

Matthieu 7

15 Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.

(LSG)

Dieu merci, l'histoire de Paul ne s'arrête pas là. Dans sa grâce souveraine, Dieu est intervenu directement dans la vie de Saül pour lui donner une nouvelle vie et aussi un nouveau nom.

15 Mais, lorsqu'il plut à celui qui m'avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m'a appelé par sa grâce,

16 de révéler en moi son Fils, afin que je l'annonçasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai ni la chair ni le sang,

17 et je ne montai point à Jérusalem vers ceux qui furent apôtres avant moi, mais je partis pour l'Arabie. Puis je revins encore à Damas.

Le verset quinze est un verset puissant qui traite du sujet de la prédestination et de l'élection. D'une manière ou d'une autre, Paul savait très bien que Dieu l'avait personnellement destiné à être ce qu'il était devenu. Beaucoup de gens se détournent de ce sujet théologique – que Dieu prédestinant les gens à sa gloire. C'est peut-être difficile (et ça l'est) à comprendre, je l'accorde.

Mais dire que la prédestination n'existe pas est faux et je ne suis pas d'accord avec cette conclusion. L'élection et la prédestination peuvent être vues partout dans la Bible. Voici quelques exemples très faciles à comprendre en ce qui concerne l'élection :

- Noé a été choisi parmi toute l'humanité pour perpétuer la postérité d'Adam.

- Abram a été choisi pour devenir le père d'une grande nation.

- Isaac a été choisi (et non Ismaël) pour être le fils de la promesse

- Jacob a été choisi et non son frère aîné Ésaü.

- Israël a été choisi pour devenir le peuple de Dieu.

- Moïse a été choisi pour devenir le prophète de Dieu et conduire son peuple hors d'Égypte.- David a été choisi pour devenir roi en remplacement de Saül

Quant à la prédestination, voici quelques versets qui enseignent cette vérité.

- Nous sommes prédestinés à être conformes à l'image du Fils (Rom. 8:29)

- Nous sommes appelés, justifiés et glorifiés à cause de la prédestination (Rom. 8:30)

- Nous sommes prédestinés à devenir enfants adoptifs de Dieu (Eph. 1:5)

La question n'est vraiment pas si Dieu prédestine les gens, mais plutôt POURQUOI il les prédestine ? Pourquoi met-il certaines personnes à part ? La réponse est donnée par les versets suivants.

Ephésiens 1

11 En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d'après le conseil de sa volonté,

12 afin que nous servions à la louange de sa gloire, nous qui d'avance avons espéré en Christ.

 

Ce que Dieu nous a permis de savoir est ceci : Il prédestine certaines personnes :

- Selon son dessein

- Selon sa volonté

- Pour sa louange et sa gloire

Nous pouvons ou non être dotés d'une plus grande connaissance des mystères de la volonté de Dieu une fois que nous serons avec le Seigneur. D'ici-la ce que nous devons faire, c'est simplement lui faire confiance. Ce qu'on nous enseigne au verset quinze, c'est que le Seigneur Dieu avait un plan spécial pour Paul avant même sa naissance « dès le sein de ma mère ». Si vous êtes un enfant de Dieu, savez-vous que le Seigneur a fait la même chose pour vous et qu'il a un plan pour votre vie ! Je dois vous encourager à rechercher ce qu'est ce plan et à vous humilier lorsque vous le comprendrez. Beaucoup trop de chrétiens gaspillent leur vie, comme s'ils étaient des sans-abri spirituels errants.

L'appel de Saul à devenir Paul s'est fait par la grâce (v.15). On ne soulignera jamais assez ce point. Saul n'a rien fait pour devenir Paul, bien au contraire. Saul a fait le contraire absolu de faire quelque chose pour recevoir la faveur de Dieu sur sa vie. Comme nous l'avons vu, c'était un homme terrible qui se plaisait à tuer des chrétiens ! Mais à un certain moment, Dieu est intervenu et a mis Saul sur ses genoux et il s'est prosterné devant la Seigneurie de Jésus. Il a soudainement (et assez radicalement) compris que Jésus était vraiment le Messie.

16 ...de révéler en moi son Fils, afin que je l'annonçasse parmi les païens,

Il a plu au Seigneur Dieu de révéler (APOKALUPTO) d'enlever la couverture, de lui révéler son Fils bien-aimé. Saul était absolument et complètement incapable de voir la vérité, car il était spirituellement mort (Eph. 2:1,5). Dans son plan éternel, le moment était enfin venu pour Dieu de donner une nouvelle naissance à Saül. Qui était Saul et qu'avait-il fait ? Saül était un homme rempli de haine pour tous ceux qui ne voyaient pas les choses comme lui. Saül était un blasphémateur, car il se moquait du nom de Jésus-Christ. Saul était un terroriste spirituel qui allait de village en village, cherchant à emprisonner tous ceux qu'il considérait comme des apostats. Saul était un meurtrier, de sang-froid. Si Dieu, par le sacrifice de son Fils, a pu pardonner à Saül et lui accorder de devenir juste devant lui, ne peut-il pas le faire aussi pour vous ? Nombreux sont ceux qui croient qu'ils sont « allés trop loin » pour être pardonnés. Ils croient que leurs péchés sont trop nombreux, trop laids ou trop répétitifs. Ils croient que le salut n'est plus pour eux. Mon ami, si c'est le cas, regarde Saul : qui il était et ce qu'il avait fait. Il a plu à Dieu d'apporter le pardon et vous aussi pouvez être pardonné si vous vous repentez sincèrement de vos péchés et demandez à Christ de devenir votre Sauveur.

Le plan de Dieu pour Saul était de devenir le Paul que nous connaissons – « afin que je l'annonçasse parmi les païens ». Et c'est ce qu'il a fait. Le zèle ardent qui avait porté Saül pendant toutes ces années était maintenant devenu le zèle qui le porterait tout au long de sa vie. Paul a prêché partout, aux rois et aux pauvres.

Actes 9

15 Mais le Seigneur lui dit: Va, car cet homme est un instrument que j'ai choisi, pour porter mon nom devant les nations, devant les rois, et devant les fils d'Israël;

16 et je lui montrerai tout ce qu'il doit souffrir pour mon nom.

(LSG)

 

Puissions-nous tous devenir comme Paul, comprenant la grâce que nous avons reçue d'être appelée enfants de Dieu et travaillant pour sa gloire. Faire ce que nous pouvons pour faire avancer son royaume en marchant quotidiennement dans sa grâce et en étant un reflet de Jésus aux yeux de tous.

v.16 ... je ne consultai ni la chair ni le sang,

17 et je ne montai point à Jérusalem vers ceux qui furent apôtres avant moi, mais je partis pour l'Arabie. Puis je revins encore à Damas.

Aux versets seize et dix-sept, Paul dit aux Galates qu'en vérité, il n'a pas reçu l'évangile d'un homme, car il a dit que : " je ne consultai ni la chair ni le sang ". Lorsque Saul, qui est maintenant devenu Paul, a reçu le salut et son appel, il n'a pas demeuré avec des chrétiens, ni allé voir les apôtres à Jérusalem, " je ne montai point à Jérusalem " pour être enseigné par eux. Pour une raison qui n'est pas expliquée, Paul quitta la Palestine et partit pour l'Arabie. Il n'y a aucune spéculation sur l'endroit où Paul est allé en Arabie. Le livre des Actes est muet sur ces années comme il est muet sur la vie de nombreux apôtres ou sur des événements importants qui se sont produits. Le Saint-Esprit n'a tout simplement pas guidé Luc pour qu'il écrive ces choses.

Tout ce que nous savons, c'est qu'une fois que Paul sortit d'Arabie, il retourna à Damas « Puis je revins encore à Damas » (v. 17). Paul est revenu à l'endroit où il avait été appelé par Dieu pour le représenter devant l'humanité.

Si vous êtes un enfant de Dieu, avez-vous déjà pensé à votre appel ? Savez-vous ce que Dieu veut que vous fassiez pour sa gloire ? Si oui, est-ce que vous le faites ? Si vous avez négligé votre appel, vous devrez peut-être revenir là où vous êtes né de nouveau. Pas l'endroit, mais dans votre cœur. Pensez à ce jour et rappelez-vous ce qui s'était passé. Remettez-vous devant le Père, demandez pardon d'avoir déserté le chemin étroit et revenez à Lui.

 

1 Pierre 5

5 De même, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d'humilité; car Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.

6 Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève au temps convenable;

(LSG)

retour au menu

04-galatians

05 - Paul et son premier voyage à Jérusalem

Galates 1:18-24

 

Galates 1

18 Trois ans plus tard, je montai à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas, et je demeurai quinze jours chez lui.

19 Mais je ne vis aucun autre des apôtres, si ce n'est Jacques, le frère du Seigneur.

20 Dans ce que je vous écris, voici, devant Dieu, je ne mens point.

21 J'allai ensuite dans les contrées de la Syrie et de la Cilicie.

22 Or, j'étais inconnu de visage aux Églises de Judée qui sont en Christ;

23 seulement, elles avaient entendu dire: Celui qui autrefois nous persécutait annonce maintenant la foi qu'il s'efforçait alors de détruire.

24 Et elles glorifiaient Dieu à mon sujet.

(LSG)

Paul continue de donner son témoignage aux chrétiens de la Galatie. Donner son témoignage était important parce qu'il montrait comment il avait reçu la rédemption par Jésus-Christ. Cela manifeste également comment Dieu a œuvré dans sa vie dès le début. N'oubliez pas que Paul écrit pour montrer que l'évangile qu'il partage lui a été donné personnellement par Dieu et non par un homme. Je connais beaucoup de gens qui sont timides pour évangéliser parce qu'ils ne savent tout simplement pas quoi dire. Si vous êtes une telle personne, permettez-moi de vous encourager en disant que tout ce dont vous avez besoin est votre propre témoignage. Lorsque Dieu a ouvert une porte pour évangéliser, dites-leur simplement comment Dieu vous a sauvé – racontez-leur VOTRE histoire. Cela suffira - vous serez surpris ! Je dois vous demander si vous avez un témoignage à donner. Je demande parfois à une personne (qui s'identifie comme chrétienne) de me révéler comment elle est devenue chrétienne. Quand la personne déclare quelque chose comme : « J'ai toujours été chrétien » ou « J'ai grandi dans une église ». Je sais instantanément que cette personne n'a pas de témoignage. Nous ne sommes pas toujours chrétiens - nous avons tous besoin de naître de nouveau (Jean 3 :7) et même si j’ai grandi dans une église, cela ne fait pas de moi un enfant de Dieu (Jean 1 :12,13). Alors, avez-vous un témoignage ? Quand Christ vous a-t-il sauvé de vos péchés ? Quand vous êtes-vous prosterné devant Jésus et lui avez-vous abandonné votre vie ? À quel moment avez-vous donné votre cœur à celui qui tient l'univers entre ses mains ? Si vous ne vous souvenez de rien de tout cela, n'hésitez pas, tourner vers Dieu et consacrer vous à nouveau ou repentez-vous pour être sauvé.

18 Trois ans plus tard, je montai à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas, et je demeurai quinze jours chez lui.

19 Mais je ne vis aucun autre des apôtres, si ce n'est Jacques, le frère du Seigneur.

Il semble que les « trois ans plus tard » commencent avec le temps de sa conversion sur le chemin de Damas. Nous ne savons rien de ces trois années ; comme je le dis au chapitre trois, la Bible est muette à ce sujet. Je voudrais dire que Dieu est souverain (Actes 4:24) et qu'il fait ce qu'il veut (Ps. 115:3). Il y a des choses qu'il va nous expliquer et d'autres qu'il garde cachées. Gardez toujours à l'esprit qu'il est le potier et nous sommes l'argile (Ésaïe 64:8).

Alors que fit Paul « trois ans plus tard », il est écrit " je montai à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas ". Cette phrase manifeste l'indépendance de Paul par rapport aux autres apôtres. Il lui a fallu trois ans avant d'aller voir l'un d'eux ! Cela manifeste que Paul avait un sens profond de l'appel de Dieu sur lui-même. Il semble que Paul sentait qu'il était responsable devant Dieu avant d'être responsable devant les hommes – et il l'était. Dieu l'avait prédestiné, Dieu lui avait donné l'apostolat, et Dieu l'avait sauvé des ruines du péché et de la religion humaine. Puis-je nous encourager tous à être comme Paul – à nous considérer comme responsables devant Dieu avant tout le monde. N'oubliez jamais qu'un jour, nous devrons tous rendre compte au Seigneur Jésus.

2 Corinthiens 5

10 Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu'il aura fait, étant dans son corps.

(LSG)

Paul est allé à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas (Pierre), je ne peux qu'en déduire que la réputation de Pierre était bien connue dans le monde chrétien. Le mot " connaissance " (EPIMENO) signifie : rester à ou avec, s'attarder encore, demeurer, continuer, rester, donnant ainsi l'idée de faire connaissance avec quelqu'un parce que vous êtes proche de lui depuis un certain temps. Ce qu'ils ont dit ou ce qu'ils ont fait, nous n'en avons aucune idée. Je ne peux qu'imaginer Paul demandant à Pierre comment c'était de suivre Jésus dans la chair et Pierre demandant à Paul son expérience avec le Seigneur sur le chemin de Damas. Je trouve toujours excitant d'entendre d'autres chrétiens parler du Seigneur ou de ce qu'il fait dans leur vie – et vous ? Paul ne resta pas très longtemps à Jérusalem " et je demeurai quinze jours chez lui ". Une visite assez courte, je dirais. Après tout, Pierre était l'un des trois pilliers de l'église de Jérusalem (Gal. 2:9). Il y avait aussi la ville de Jérusalem qui était la ville sainte de Dieu. Un endroit que Paul connaît très bien. L'église de Jérusalem avait des milliers de personnes dispersées dans ses murs. Même s'il y avait tant de choses à faire, Paul n'est resté que quinze jours. L'image que ces mots brossent est celle d'un homme qui "ne perd pas son temps". Il va voir Céphas, fait ce qu'il a à faire et s'en va à ce qu'il est appelé à faire. Cela me frappe de voir combien de temps peut être perdu dans notre vie. Des choses qui peuvent être faites en quinze jours peuvent prendre des mois et des mois ! Je me souviens d'avoir été dans une église où il y avait un projet pour changer la scène où se trouvaient la chaire et l'équipe de louange. Un an plus tard, il n'y avait pas une seule chose qui avait été faite à cause du temps perdu : des gens qui n'étaient pas prêts, des gens qui négligeaient de faire ce qui était demandé ou qui avaient toujours une excuse pour ne pas être occupés à faire l'œuvre de Dieu. Le temps est une chose que nous ne pourrons jamais racheter. Une fois que c'est parti - c'est parti !

19 Mais je ne vis aucun autre des apôtres, si ce n'est Jacques, le frère du Seigneur.

Deux choses que je voudrais vous rappeler ici. La première est que Paul n’a vu aucun autre apôtre que Jacques. J'ai toujours pensé que les apôtres et les disciples seraient ensemble et se verraient quotidiennement. J'avais cette idée de proximité et d'attachement, une sorte de proximité quotidienne. Mais ce ne fut pas le cas ! Paul a passé quinze jours à Jérusalem et il n'a pu voir que Céphas et Jacques ! Où étaient les autres ? La visite de Paul n'était-elle pas assez importante pour que les autres viennent lui rendre hommage fraternellement ? Encore une fois, la Bible ne nous laisse aucun indice, mais ce qu'elle nous donne, c'est une image fidèle de la vie des premiers chrétiens. Parfois, nous pouvons embellir ou avoir ce qu'on appelle un « vœu pieux » concernant la vie dans le Nouveau Testament. J'ai été déçu quand j'ai lu et réfléchi à cette section du livre de Galates. Je pensais que Paul aurait fait "toute une entrée" - étant ce qu'il était !

La deuxième chose est que Paul a vu ‘Jacques, le frère du Seigneur’. Cela témoigne une fois de plus que Marie a eu plus d'un enfant contrairement à ce qu'enseigne l'Église Catholique Romaine. Les écrits du Nouveau Testament nous enseignent que Jésus avait des frères et sœurs, certains sont même nommés !

Matthieu 13

55 N'est-ce pas le fils du charpentier? n'est-ce pas Marie qui est sa mère? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères?

56 et ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous? D'où lui viennent donc toutes ces choses?

 

Dans tous les aspects de la religion chrétienne, notre fondement absolu et définitif est la Sainte Bible. Si quelque chose contredit ses enseignements, alors il doit être mis de côté ! Si votre pasteur, église locale, évangéliste, a la télévision, dénomination de l'église, ancien ou toute autre personne en autorité déclare quelque chose qui va à l'encontre des enseignements de la Bible, alors ils ont tort, ne les écoutez pas.

20 Dans ce que je vous écris, voici, devant Dieu, je ne mens point.

C'est une déclaration grave en soi. Cela donne presque l'idée que Paul est à la barre des témoins et rend témoignage de ce qu'il a fait après ces trois années en Arabie. On peut se demander s'il y avait eu des accusations ou des commérages à son sujet. Peut-être que cela concernait sa vie en tant que « Saul » ? Probablement certains ne croyaient toujours pas à sa conversion et pensaient que c'était une tactique pour infiltrer les églises. Ce que nous savons, c'est que Paul prend Dieu comme témoin de ce qu'il dit. Le mot « devant » (ENOPION) signifie : en face de ou en présence de, Paul parle comme si Dieu lui-même se tenait à ses côtés - ce qui signifie qu'il dit la vérité, toute la vérité et rien que la vérité. Quel rappel pour nous tous – d'affirmer la vérité comme si Dieu était juste à côté de nous.

21 J'allai ensuite dans les contrées de la Syrie et de la Cilicie.

22 Or, j'étais inconnu de visage aux Églises de Judée qui sont en Christ;

23 seulement, elles avaient entendu dire: Celui qui autrefois nous persécutait annonce maintenant la foi qu'il s'efforçait alors de détruire.

24 Et elles glorifiaient Dieu à mon sujet.

Ici, nous voyons que Paul rend clairement compte de ce qu'il a fait après avoir quitté Jérusalem. Il se peut que puisque Paul ne se soit placé sous aucune autre autorité que Dieu, certains se demandaient en fait « qui est-il ? », « d'où vient-il » ou « qu'a-t-il fait pendant ces trois années ? » . Je ne peux que deviner qu'il était difficile de surgir et de dire "Salut, je suis Paul" et de croire que tout le monde serait satisfait de cela. Il poursuit donc son histoire.

21 J'allai ensuite dans les contrées de la Syrie et de la Cilicie.

Paul est resté dans cette région pendant quelques années et a travaillé avec une église locale et a évangélisé la région. Il est écrit (Actes 11:22-26) qu'il y eut une sorte de réveil dans la région d'Antioche et que Barnabas fut envoyé de l'église de Jérusalem pour s'y rendre et voir ce qui se passait. Barnabas voyant ce qui se passait est allé à Tarse pour chercher Paul. Maintenant, Tarse est la ville natale de Paul et se trouve dans la région de Cilicie.

22 Or, j'étais inconnu de visage aux Églises de Judée qui sont en Christ;

Je ne peux qu'imaginer que la visite de Paul à Jérusalem, qui n'a duré que quinze jours, ne lui avait pas donné l'occasion de visiter, de prêcher, d'évangéliser et de se faire connaître des frères de Jérusalem. Nous venons de lire (au verset 21) que Paul avait vécu à Tarse qui est dans la région de Cilicie. Cette région n'est pas en Judée et c'est pourquoi il n'était pas connu du grand public chrétien. Avec le système routier moderne d'aujourd'hui, la distance entre Tarse et Jérusalem est de 572 km (ou 355 miles). Imaginez à quelle distance cela aurait été à l'époque de Paul et combien de temps, il faudrait pour voyager entre les deux villes. Paul dit que « j'étais inconnu de visage », ce qui donne à penser que certains avaient entendu parler de lui, mais n'avaient pas eu l'occasion de le voir en chair et en os. C'était l'église de Judée qui ne l'avait pas vu comparé aux églises de la région de Cilicie qui le connaissaient face à face.

23 seulement, elles avaient entendu dire: Celui qui autrefois nous persécutait annonce maintenant la foi qu'il s'efforçait alors de détruire.

Ils entendaient parler de ce Saul de Tarse « Celui qui autrefois nous persécutait ». La réputation de Saül parmi les chrétiens n'était pas la meilleure, loin de là. C'était quelqu'un qu'il fallait absolument éviter ! Il a « persécuté » (DIOKO) ce qui signifie : persécuter ou faire souffrir. Il a fait beaucoup souffrir les « Nous » (les chrétiens). Nous savons qu'il a consenti à ce qu'Etienne soit lapidé (Actes 8), nous savons qu'il a persécuté et emprisonné des croyants.

Actes 8

1 Saul avait approuvé le meurtre d'Étienne. Il y eut, ce jour-là, une grande persécution contre l'Église de Jérusalem; et tous, excepté les apôtres, se dispersèrent dans les contrées de la Judée et de la Samarie.

2 Des hommes pieux ensevelirent Étienne, et le pleurèrent à grand bruit.

3 Saul, de son côté, ravageait l'Église; pénétrant dans les maisons, il en arrachait hommes et femmes, et les faisait jeter en prison.

(LSG)

Mais cet homme appelé Saul avait changé – il était maintenant un homme repenti qui était maintenant un instrument entre les mains de Dieu ! Il faisait désormais des disciples par l'évangile même qu'il détestait autrefois. Paul " annonce maintenant la foi qu'il s'efforçait alors de détruire. » Il était maintenant en train de " prêcher " (EUAGGELIZO) pour annoncer de bonnes nouvelles. Nous savons tous quelle bonne nouvelle qu'il annonçait – la bonne nouvelle du pardon et du salut en Jésus-Christ, le Messie tant attendu !. Si Dieu peut prendre un Saul et le transformer en Paul, ne peut-il pas aussi prendre chacun de nous et nous transformer aussi ? Ne peut-il pas prendre un misérable et en faire un fils d'adoption, simplement parce qu'il veut que cela arrive ! Dieu peut vous prendre, vous et quelle que soit la situation dans laquelle vous vous trouvez, et en faire quelque chose de merveilleux. Dieu change encore des vies aujourd'hui comme il l'a fait à l'époque – Amen ! Saul voulait ‘détruire’ (PORTHEO) pour ravager ou détruire, mais Dieu est intervenu et a dit NON ! Il n'y a rien que la vie puisse apporter que Dieu ne puisse dominer. Saul n'aurait jamais pu détruire la foi simplement parce que Jésus est le maître bâtisseur.

Nous arrivons à la fin du premier chapitre. Nous voyons ici le résultat de la conversion de Paul.

24 Et elles glorifiaient Dieu à mon sujet.

Le premier résultat fut que le cœur des croyants en fut touché. Avez-vous déjà pensé que les choses que vous faites pour l'amour du Christ ont parfois un impact direct non seulement sur ceux qui vous entourent, mais aussi sur ceux de la foi qui sont au loin ? En voici un exemple. Paul répand la bonne nouvelle, les frères qui entendent cela se réjouissent de ce qu'ils entendent. Je me demande si les gens se réjouissent à cause de ce que je fais dans la vie. Je me demande si j'ai un effet sur la vie des autres. En tant que pasteur, j'ai malheureusement vu plus d'effets négatifs entre chrétiens que bénéfiques. Que Dieu change nos cœurs !Le deuxième résultat touche Dieu lui-même. Vous voyez, les chrétiens « glorifiaient Dieu à mon sujet. » Dieu a été glorifié à cause de ce que Paul avait fait. Il a été glorifié par ses enfants. C'est merveilleux d'être reconnaissant envers Dieu à cause de ce que fait l'un de ses enfants. Dieu nous a appelés, en tant que nation de croyants, à être un instrument qui lui apporte la gloire.

Ésaïe 49

3 Et il m'a dit: Tu es mon serviteur, Israël en qui je me glorifierai.

(LSG)

Ce devrait être notre désir quotidien de vivre de manière à toucher le cœur des autres chrétiens et à glorifier Dieu lui-même. Cela me fait penser à un verset que Paul a écrit aux Corinthiens.

1 Corinthiens 10

31 Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu.

(LSG)

retour au menu

05-galatians

06 - Paul et son deuxième voyage a Jérusalem

Galates 2:1-5

 

Galates 2

1 Quatorze ans après, je montai de nouveau à Jérusalem avec Barnabas, ayant aussi pris Tite avec moi;

2 et ce fut d'après une révélation que j'y montai. Je leur exposai l'Évangile que je prêche parmi les païens, je l'exposai en particulier à ceux qui sont les plus considérés, afin de ne pas courir ou avoir couru en vain.

3 Mais Tite, qui était avec moi, et qui était Grec, ne fut pas même contraint de se faire circoncire.

4 Et cela, à cause des faux frères qui s'étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus-Christ, avec l'intention de nous asservir.

5 Nous ne leur cédâmes pas un instant et nous résistâmes à leurs exigences, afin que la vérité de l'Évangile fût maintenue parmi vous.

(LSG)

Paul continue de peindre la tapisserie de sa vie chrétienne. Dans notre dernier chapitre, nous avons vu que Paul va à Jérusalem pendant quinze jours et c'est ainsi que son histoire se déroule.

1 Quatorze ans après, je montai de nouveau à Jérusalem avec Barnabas, ayant aussi pris Tite avec moi;

Quatorze ans plus tard ! Paul laisse quatorze ans de sa vie comme un espace vide dans l'esprit des Galates. C'est une bonne chose que nous ayons le livre des Actes qui remplit certains des événements de sa vie. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ? Quand on y pense, cela aurait pu représenter vingt à vingt-cinq pour cent de sa vie qui est simplement écartée. Si nous gardons dans le contexte le sujet de toute la lettre (les faux enseignants et leur évangile déformé), nous pouvons comprendre où Paul se dirige. Il y a deux personnes qui sont mentionnées par Paul, les deux étaient des collaborateurs dans le Seigneur. L'un est juif et l'autre est grec. Quant à Barnabas, c'est ainsi qu'il a été introduit dans le livre des Actes.

Actes 4

34 Car il n'y avait parmi eux aucun indigent: tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, apportaient le prix de ce qu'ils avaient vendu,

35 et le déposaient aux pieds des apôtres; et l'on faisait des distributions à chacun selon qu'il en avait besoin.

36 Joseph, surnommé par les apôtres Barnabas, ce qui signifie fils d'exhortation, Lévite, originaire de Chypre,

37 vendit un champ qu'il possédait, apporta l'argent, et le déposa aux pieds des apôtres.

(LSG)

Comme vous pouvez le voir, Barnabas remonte jusqu'au début de l'église de Jérusalem. Il fait partie des nombreuses âmes qui ont formé le Corps original du Christ. Quelle période passionnante cela a dû être. Ce que nous constatons, c'est que Barnabas (comme Saul et Céphas) a changé de nom. Il était connu sous le nom de Joseph (v.36) ce nom signifiait : Ressuscité ou qui pardonne. Mais pour une raison quelconque, il a été changé en Barnabas qui signifie : fils d'encouragement. Le mot encouragement (PARAKLESIS) signifie : réconfort, consolation, apaisement. Je ne peux qu'imaginer que Barnabas était rempli de ces attributs divins. Il était connu comme quelqu'un qui venait à côtés et apportait des encouragements. N'est-ce pas merveilleux d'être connu pour réconforter les autres ? Je me demande pourquoi nous sommes connus ou ce que notre réputation parle de nous ? Si on demandait aux gens de nous décrire en seulement deux ou trois mots, que diraient-ils ?

L'autre collègue est Tite. Il vous est peut-être plus familier parce que Paul lui a écrit une lettre que nous trouvons dans notre Bible appelée l'Épître de Paul à Tite. Il n'était pas juif, mais d'origine grecque et ce fait est extrêmement important dans le contexte des faux docteurs venant avec un faux évangile. Le nom Tite signifie : agréable. Bien qu'une épître entière lui ait été écrite et qu'il ait été un collaborateur bien connu de Paul, on en sait très peu sur lui. Il n'est jamais mentionné dans le livre des Actes et aucun autre auteur du Nouveau Testament n'en parle non plus. Paul ne décrit pas comment ils se sont rencontrés ni comment ils ont commencé à travailler ensemble pour le Seigneur. Chronologiquement, c'est la première fois que Tite est mentionné par Paul. Ce que nous savons, c'est que Paul le tenait en haute estime et cela devrait nous suffire. Cela devrait nous inciter à accueillir simplement des ouvriers chrétiens de bonne réputation, même si nous ne savons pas tout d'eux.

2 et ce fut d'après une révélation que j'y montai. Je leur exposai l'Évangile que je prêche parmi les païens, je l'exposai en particulier à ceux qui sont les plus considérés, afin de ne pas courir ou avoir couru en vain.

Au verset 2, Paul explique pourquoi il est monté à Jérusalem - " ce fut d'après une révélation ". Nous savons que parfois Paul planifiait ses voyages et désirait aller ici et là, mais ce n'est pas le cas de Jérusalem. Ce n'est pas comme chez les Romains quand il écrit :

Romains 1

11 Car je désire vous voir, pour vous communiquer quelque don spirituel, afin que vous soyez affermis,

(LSG)

Ici, nous voyons que Paul aspirait à voir les Romains, mais il n'y avait pas ce désir avec Jérusalem, mais plutôt une révélation (APOKALUPSIS) une révélation ou une apparition. Nous ne savons pas si le Seigneur lui a juste dit d'aller ou lui est apparu et lui a dit, mais ce que nous savons, c'est qu'il lui a été révélé qu'il devait aller voir les frères à Jérusalem - et c'est ce qu'il a fait. J'aime la façon dont Paul fait simplement ce qu'on lui demande de faire - comme un enfant avec un parent. Son cœur était certainement ouvert à l'écoute de son Père céleste et prêt à lui plaire. Avons-nous cette simple qualité spirituelle d'être comme un enfant et de faire docilement ce qui est demandé ?

v.2 ... Je leur exposai l'Évangile que je prêche parmi les païens

Il semble que le but que Paul avait en se rendant à Jérusalem était : « Je leur exposai l'Évangile que je prêche ». Le mot " exposai " (ANATITHEMI) signifie communiquer, déclarer. En d'autres termes, il a prêché l'évangile aux frères de Jérusalem (pas qu'ils avaient besoin d'être sauvés) de la même manière qu'il prêche aux Gentils. Nous étions à une époque où les églises juives et non juives se développaient. Nous savons qu'une fois que Paul reçut le salut, il partit pour l'Arabie, et le seul temps qu'il passa avec les apôtres fut à peine quinze jours où il n'avait vu que Pierre et Jacques. Nous ne savons pas pourquoi Paul leur a communiqué l'évangile. Les dirigeants de l'église de Jérusalem lui ont-ils demandé de le faire ? Se demandaient-ils si le message de l'évangile de Paul était différent du leur ? Quelqu'un avait-il annoncé que Paul était devenu un voyou ? Où était-ce le Seigneur qui avait dit à Paul de les visiter et aussi de leur montrer l'évangile qu'il répandait dans le monde des Gentils ? Nous ne savons tout simplement pas. Je voudrais également mentionner que parfois l'idée derrière le mot « évangile » n'est pas seulement la « bonne nouvelle de Jésus-Christ », mais comme l'écrit l'Easton Bible Dictionary :

Il dénote (1) "l'intelligence bienvenue du salut de l'homme telle que prêchée par notre Seigneur et ses disciples. (2.) Il a ensuite été appliqué de manière transitive à chacune des quatre histoires de la vie de notre Seigneur, publiées par ceux qui sont donc appelés " Évangélistes", écrivains de l'histoire de l'évangile (l'évangélisation). (3.) Le terme est souvent utilisé pour exprimer collectivement les doctrines de l'évangile ; et " prêcher l'évangile " est souvent utilisé pour inclure non seulement la proclamation de la bonne nouvelle. , mais les hommes enseignants comment se prévaloir de l'offre du salut, la déclaration de toutes les vérités, préceptes, promesses et menaces du christianisme." Il est appelé "l'évangile de la grâce de Dieu" (Ac 20:24), "l'évangile du royaume" (Mt 4:23), "l'évangile de Christ" (Rm 1:16), "l'évangile de paix (Eph 6:15), "l'évangile glorieux", "l'évangile éternel", "l'évangile du salut" (Eph 1:13). - Traduction Libre

Il se pourrait aussi que l'apôtre Paul leur ait déclaré différentes doctrines qui se trouvaient dans le message général du salut simplement pour encourager le peuple de Dieu à Jérusalem.

v.2 ... je l'exposai en particulier à ceux qui sont les plus considérés, afin de ne pas courir ou avoir couru en vain.

Il semble que l'exposition des doctrines trouvées dans l'évangile que Paul prêchait aux Gentils n'ait pas été donnée à toute l'assemblée des frères trouvés à Jérusalem. Paul a enseigné en privé " je l'exposai en particulier ", ce qui signifie que quelques-uns ont été choisis pour cette occasion. Cette exposition n'était pas à la portée de toutes les oreilles ! Mais pour qui était-ce ? On voit ici que c'était « à ceux qui sont les plus considérés » (DOKEO) signifiant : penser, être de bonne réputation, évaluation. Paul n'a pas enseigné à tous mais à un groupe limité de personnes de bonne réputation. Ces disciples avaient prouvé leur valeur en soumettant leur vie à Christ et avaient prouvé dans le passé leur véritable allégeance au Seigneur Jésus. Mais pourquoi en était-il ainsi ?

v.2 ... afin de ne pas courir ou avoir couru en vain.

En d'autres termes, Paul ne voulait pas perdre son temps à proclamer les mystères du message de l'évangile à des gens qui ne le recevraient pas comme il se doit – un trésor de richesse ! Si vous êtes sérieux concernant votre foi, je suis certain que vous avez remarqué qu'il y a des chrétiens qui ne sont pas aussi touchés par les vérités révélées dans la Bible que d'autres. Certains entendent un message et sont propulsés vers l'avant, d'autres avec le même message s'endorment presque. En l'occurrence notre prédicateur qui a "couru en vain" pour certains (ceux qui ont failli s'endormir) et impacté d'autres (ceux qui ont été propulsés vers l'avant). Rappelez-vous la parabole des quatre sols différents (Mat. 13) la même semence est tombée sur les quatre sols, mais un seul a réagi et a donné du fruit. Paul voulait s'assurer que les « sols » dont il allait parler étaient de bons sols !

3 Mais Tite, qui était avec moi, et qui était Grec, ne fut pas même contraint de se faire circoncire.

Paul mettra en contraste ce que la direction de l'église de Jérusalem enseignait par rapport à certains "faux frères". Ce sera l'un des principaux sujets que Paul abordera plus tard dans son épître. Nous verrons qu'il sous-entend que ses enseignements ont la faveur apostolique. Il raconte l'histoire de Tite, le fait qu'il était grec. Étant un païen maintenant dans la foi, il n'était pas circoncis (il n'était pas juif). Depuis qu'il est devenu croyant en Christ, a-t-il eu besoin d'être circoncis comme s'il était devenu un prosélyte de la foi mosaïque ? En d'autres termes, Tite devait-il suivre la loi de Moïse et être circoncis ? Ici, nous voyons que la réponse est NON.

Mais Tite.... ne fut pas même contraint de se faire circoncire.

Ce païen devenu chrétien n'a pas été contraint (ANNAGKAZO) signifiant : nécessite, contraint d'être circoncis. Dans le Nouveau Testament, aucun chrétien de souche païenne n'a jamais été contraint d'être circoncis pour devenir un disciple à part entière du Christ. Il n'y a qu'une seule classe de croyants.

Colossiens 3

11 Il n'y a ici ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre; mais Christ est tout et en tous.

(LSG)

Les Colossiens avaient un problème similaire concernant le respect de la « loi de Moïse » et la circoncision. Et Paul écrit que tous les croyants sont les mêmes devant Dieu : Grecs, Juifs, circoncis, incirconcis, barbares, Scythes, esclaves ou libres. Parce qu'ils sont tous UN en Jésus-Christ !

4 Et cela, à cause des faux frères qui s'étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus-Christ, avec l'intention de nous asservir.

5 Nous ne leur cédâmes pas un instant et nous résistâmes à leurs exigences, afin que la vérité de l'Évangile fût maintenue parmi vous.

Nous sommes arrivés au point central du témoignage de Paul concernant ses deux visites à Jérusalem. Ces deux versets nous relient au débat théologique qui va nous être présenté. En un mot, c'est de cela qu'il s'agit. Prenons donc le temps de comprendre ce débat. Jusqu'ici, nous avons vu que Paul se rend à Jérusalem avec Barnabas et Tite, l'un est Juif et l'autre Grec. Nous savons que les Juifs et les non-Juifs ne se mélangeaient pas très bien, mais qu'en Jésus, nous avons été transformés en une seule nouvelle création. Les dirigeants de l'église de Jérusalem ont accepté Timothée sans lui imposer aucun fardeau (v.3). Et ainsi se termine notre histoire - n'est-ce pas ? - NON ! Cela continue au fur et à mesure que l'intrigue avance. Ici, nous verrons de nouveaux acteurs.

4 Et cela, à cause des faux frères qui s'étaient furtivement introduits et glissés parmi nous,

Paul prépare le terrain en faisant un lien entre les faux frères de Jérusalem et les faux frères de Galatie. « Faux frères » (PSEUDADELPHOS) signifie : prétendu associer, faux frère. C'étaient de faux croyants, de faux chrétiens et de faux disciples ! Ils semblent avoir l'apparence, mais ce n'était qu'un mirage. Jésus a parlé d'eux.

Matthieu 7

15 Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.

(LSG)

Comme nous le verrons, le Christ n'était pas le seul à avertir les rachetés de ces personnes qui viendront dans les congrégations et apporteront des troubles et du désordre. Les apôtres ont également donné de graves avertissements à leur sujet.

Paul avertit les croyants :

Actes 20

29 Je sais qu'il s'introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n'épargneront pas le troupeau,

(LSG)

Pierre a averti les chrétiens à leur sujet :

2 Pierre 2

1 Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine.

(LSG)

 

Jean en parlait aussi:

1 Jean 4

1 Bien-aimés, n'ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s'ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde.

(LSG)

Ces faux frères infestaient les églises du Nouveau Testament. Leurs enseignements étaient venimeux qui infectaient le cœur et l'âme des croyants. Si vous êtes assez prudent pour avoir un esprit vigilant, vous avez également remarqué que nos églises modernes sont également infestées par le même genre de trompeurs. Et tout comme le Seigneur a dit à ses disciples d'être très prudents, nous devons faire de même, nous qui portons son nom aujourd'hui.

v.4 ... furtivement introduits et glissés parmi nous,

Ces faux frères n'ont pas enseigné leur évangile déformé en soufflant dans leurs trompettes et en faisant un grand spectacle. Ils ont plutôt « furtivement introduits » (PAREISAKTOS) ce qui signifie : introduits secrètement ou subrepticement. Cela s'est fait à huis clos, dans le dos de la direction. Je suis pasteur depuis 1980 et je n'ai jamais vu un faux enseignant venir à l'église et répandre très ouvertement ses idées déformées. Ils sont toujours très subtils, faisant les choses discrètement et la plupart du temps à huis clos. Jésus a parlé en public, devant de grandes foules, et a dit à ses disciples de dire aux autres ce qu'ils avaient entendu de lui (Actes 1:8). Il n'y avait rien de secret dans l'évangile que Jésus enseignait. Ces faux disciples ont non seulement apporté secrètement de faux enseignements, mais ils ont aussi :

v.4 ... pour épier la liberté que nous avons en Jésus-Christ, avec l'intention de nous asservir.

Ils se sont « glissés » (PAREISERCHOMAI) signifiant : venir à côté. Vous savez ce que fait une personne sournoise ? Il fait croire qu'il fait partie du groupe, il essaie de se mélanger avec les gens tout en ayant de fausses intentions. Comme un acteur, il connaît très bien son rôle ! C'est ce qu'ils ont fait, ils se sont faufilés dans la congrégation. Ils faisaient croire qu'ils faisaient partie des vrais croyants. Ils étaient comme des caméléons vivants prenant les différentes couleurs du vrai christianisme. Mais pourquoi les gens voudraient-ils faire ça ? C'était « pour épier la liberté ». C'étaient des espions, pas de vrais disciples du Christ ! Et quel était l'objet de leur quête - espionner " la liberté que nous avons en Jésus-Christ ". L'un des trésors les plus précieux que les croyants ont reçus en héritage de Christ est notre nouvelle « liberté ». Le Christ nous a donné une « liberté » (ELEUTHERIA) signifiant : liberté de faire ou d'omettre des choses sans rapport avec le salut. C'est ce que ces faux frères essayaient de voler - la liberté donnée en Christ.

Romains 7

6 Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli.

(LSG)

 

Comme nous le verrons, ces faux frères voulaient ramener les croyants sous la Loi dont Christ les avait délivrés.

v.4 ... avec l'intention de nous asservir.

Maintenant, nous voyons où ils s'en allaient, c'était leur stratégie. Leur plan n'était pas d'encourager la liberté en Christ, mais plutôt de ramener les gens à l'esclavage de la Loi. Aujourd'hui, nous appellerions ces personnes des " légalistes ", des personnes qui croient que nous plaisons à Dieu en "faisant des choses" plutôt qu'en "recevant sa grâce en Christ". Ils voulaient asservir complètement les croyants à Jérusalem. Cela me rappelle les Juifs, quand ils ont été libérés de l'esclavage d'Égypte et après trois jours dans le désert, voici ce qu'ils disaient :

Exode 16

2 Et toute l'assemblée des enfants d'Israël murmura dans le désert contre Moïse et Aaron.

3 Les enfants d'Israël leur dirent: Que ne sommes-nous morts par la main de l'Éternel dans le pays d'Égypte, quand nous étions assis près des pots de viande, quand nous mangions du pain à satiété? car vous nous avez menés dans ce désert pour faire mourir de faim toute cette multitude.

(LSG)

Ils souhaitaient être de retour en esclavage même en disant que c'était mieux que d'être libéré par le Seigneur ! Ceci est un reflet parfait de ces faux enseignants. Ils disaient aussi : Revenons à notre ancien maître d'esclaves, c'était tellement mieux avec lui ! Alors, que fait-on lorsqu'on est confronté à de faux enseignants ?

5 Nous ne leur cédâmes pas un instant et nous résistâmes à leurs exigences, afin que la vérité de l'Évangile fût maintenue parmi vous.

Il y a des moments où nous devons être comme des colombes, mais il y a aussi des moments où nous devons être comme des serpents (Matthieu 10 :16). Si vous lisez la lettre que Paul a écrite à Tite, vous remarquerez que ces faux docteurs étaient partout. Voici les instructions de Paul à leur sujet :

Tite 1

13 Ce témoignage est vrai. C'est pourquoi reprends-les sévèrement, afin qu'ils aient une foi saine,

14 et qu'ils ne s'attachent pas à des fables judaïques et à des commandements d'hommes qui se détournent de la vérité.

15 Tout est pur pour ceux qui sont purs; mais rien n'est pur pour ceux qui sont souillés et incrédules, leur intelligence et leur conscience sont souillées.

16 Ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renient par leurs oeuvres, étant abominables, rebelles, et incapables d'aucune bonne oeuvre.

Tite 2

1 Pour toi, dis les choses qui sont conformes à la saine doctrine.

(LSG)

Ce qu'ils avaient à faire, c'était de les réprimander sévèrement, de ne pas prêter attention aux fables juives et de dire les choses qui conviennent à la saine doctrine. Cela ressemble exactement à ce que Paul a fait lorsqu'il a été confronté aux faux docteurs à Jérusalem. Il ne leur a pas cédé et il a laissé la lumière de la vérité de l'évangile briller avec éclat. Il pourrait y avoir de faux enseignants dans nos églises. Certains prêchent contre l'évangile de la grâce et de la liberté. Certains essaient encore d'étouffer la liberté du croyant avec des lois et des règlements qui ne sont plus valides puisque Christ les a tous accomplis parfaitement (Héb. 10:10-14). Il est de mon devoir et de votre devoir de leur tenir tête afin que notre liberté donnée par Dieu ne nous soit pas enlevée ! L'important est que la vérité de l'évangile demeure parmi vous. Nous pouvons en fait perdre l'évangile et nous l'avons vu tout au long de l'histoire. Nous pouvons identifier certaines dénominations qui étaient très évangéliques, tenant haut dans les airs la bannière de la vérité biblique. Ils ont marché en avant en se séparant de l'erreur et en revenant à la vérité de l'évangile. Un grand nombre de leurs dirigeants et même de simples croyants ont payé un grand prix pour leur amour du Christ. Il est triste de voir que ces églises qui étaient autrefois la lumière du monde sont devenues si sombres, n'ayant plus d'huile dans leurs lampes (Mat. 25:1-13).

retour au menu

06-galatians

07 - Paul et la main d'association

Galates 2:6-10

 

Galates 2

6 Ceux qui sont les plus considérés-quels qu'ils aient été jadis, cela ne m'importe pas: Dieu ne fait point acception de personnes, -ceux qui sont les plus considérés cela ne m'importe pas.

7 Au contraire, voyant que l'Évangile m'avait été confié pour les incirconcis, comme à Pierre pour les circoncis, -

8 car celui qui a fait de Pierre l'apôtre des circoncis a aussi fait de moi l'apôtre des païens, -

9 et ayant reconnu la grâce qui m'avait été accordée, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main d'association, afin que nous allassions, nous vers les païens, et eux vers les circoncis.

10 Ils nous recommandèrent seulement de nous souvenir des pauvres, ce que j'ai bien eu soin de faire.

(LSG)

Paul continue de parler de sa deuxième visite à Jérusalem. Quand je lis le verset six, je trouve que cela peut être très dur ou sec comme commentaire envers les dirigeants de l'église de Jérusalem. On peut croire que Paul était aussi froid que la glace, n'ayant aucune affection envers eux. Lorsque nous lisons des phrases telles que : « cela ne m'importe pas » ou « ne m'importe pas », cela peut donner l'impression que Paul avait une trop haute impression de lui-même. Si tel était le cas, cela irait à l'encontre de ce que Paul était vraiment. (Si vous lisez mon commentaire sur Philippiens, vous comprendrez pourquoi). Alors regardons notre section et passons à autre chose.

6 Ceux qui sont les plus considérés-quels qu'ils aient été jadis, cela ne m'importe pas: Dieu ne fait point acception de personnes, -ceux qui sont les plus considérés ne m'imposèrent rien.

Il y a deux choses que Paul veut faire passer au verset six. Le premier traite de la façon dont Paul voyait les frères en général. Paul parle de " Ceux qui sont les plus considérés ". Je dois me demander qui ils étaient. Le terme « plus considérés » (DOKEO) signifiant : penser ou être de bonne réputation, est le même terme que Paul utilise au verset deux où nous voyons Paul parler à un groupe spécial concernant l'évangile qu'il partage avec les Gentils. Je crois que c'est le même groupe d'hommes auquel Paul fait référence au verset six. Nous avons donc affaire aux dirigeants de l'église de Jérusalem, ceux qui tenaient des rôles clés. Ce que nous voyons d'abord, c'est que Paul considère ces hommes comme des frères, comme tous les autres.

C'est très important pour nous de comprendre. Je crains que dans certains cercles des plus grands « Églises chrétiennes » cela ait été oublié depuis longtemps - Dieu ne montre aucune partialité ! Le fait que ces hommes étaient soit des apôtres ou d'autres travailleurs clés n'a pas affecté la façon dont Paul les voyait simplement comme des êtres humains sauvés par la grâce de Dieu. Il n'y avait pas de hiérarchie d'être plus « béni » ou « important » dans l'église aux yeux de Paul. Tous les membres du corps de Christ étaient tout aussi importants devant Dieu. La raison est simple « Dieu ne fait point acception de personnes ».

Il y a certains versets qui nous enseignent que qui que nous soyons et quelles que soient les capacités que nous avons, cela a été reçues de Dieu.

Ephésiens 2

10 Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions.

(LSG)

Les croyants en Christ sont l'ouvrage de Dieu (POIEMA) ce qui signifie : un produit ou une chose qui est faite. Ici, nous voyons que nous sommes le produit de Dieu travaillant en nous afin que nous puissions faire les bonnes œuvres qu'il a préparés.

1 Corinthiens 12

23 et ceux que nous estimons être les moins honorables du corps, nous les entourons d'un plus grand honneur. Ainsi nos membres les moins honnêtes reçoivent le plus d'honneur,

24 tandis que ceux qui sont honnêtes n'en ont pas besoin. Dieu a disposé le corps de manière à donner plus d'honneur à ce qui en manquait,

25 afin qu'il n'y ait pas de division dans le corps, mais que les membres aient également soin les uns des autres. (LSG)

 

À ceux qui ont moins d'honneur, on en donne plus, et à ceux qui en ont plus on en donne moins, car ils n'en ont pas besoin. Encore une fois, nous voyons que Dieu a composé le corps de Christ et tous reçoivent l'honneur nécessaire afin qu'il n'y ait pas de schisme et tous recevront les mêmes considérations.

1 Corinthiens 4

7 Car qui est-ce qui te distingue? Qu'as-tu que tu n'aies reçu? Et si tu l'as reçu, pourquoi te glorifies-tu, comme si tu ne l'avais pas reçu?

(LSG)

Ici, Paul réprimande les Corinthiens parce que certains se considéraient comme meilleurs ou plus importants. Paul pose la question : " Qu'as-tu que tu n'aies reçu (de Dieu naturellement) ". Et continu par : « ? Et si tu l'as reçu, pourquoi te glorifies-tu, comme si tu ne l'avais pas reçu ? » En tant que chrétiens, nous devons comprendre que tout ce que nous sommes et tout ce que nous avons vient de Dieu. Il n'y a absolument aucune vantardise devant le Seigneur. Si cela est vrai, et c'est le cas, alors nous devons également comprendre qu'il n'est pas du tout nécessaire de considérer certaines personnes comme étant « plus élevées » dans une sorte de hiérarchie spirituelle.

En revenant à Galates 2 : 6, nous ne voyons pas Paul réprimander les dirigeants de l'église, mais plutôt rappeler à ses lecteurs que même les dirigeants de Jérusalem sont sauvés par la même grâce et doivent être considérés comme bien-aimés en Christ, mais pas plus. Nous ne fléchissons pas le genou devant les hommes quels qu'ils soient !

Quant à la deuxième partie du verset :

v.6 ... ceux qui sont les plus considérés ne m'imposèrent rien.

Ce que Paul dit, c'est que ceux de réputation "ne m'imposèrent " (PROSANATITHEMI) : à déposer en plus ou simplement ajouté, rien de plus. L'idée n'est pas que son évangile était meilleur que leur évangile, mais plutôt qu'ils n'ont rien ajouté à ce qu'il a dit. Ce qui signifie qu'ils étaient en accord avec ce qu'ils avaient entendu de Paul. N'oublions pas que seuls Pierre et Jacques (ceux de réputation) l'avaient vu et c'était quatorze ans plus tard. Ils avaient besoin d'entendre de Paul ce qu'il prêchait.

 

7 Au contraire, voyant que l'Évangile m'avait été confié pour les incirconcis, comme à Pierre pour les circoncis, -

8 car celui qui a fait de Pierre l'apôtre des circoncis a aussi fait de moi l'apôtre des païens, -

9 et ayant reconnu la grâce qui m'avait été accordée, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main d'association, afin que nous allassions, nous vers les païens, et eux vers les circoncis.

Le verset sept confirme ce qui a été dit à propos du verset six. Ceux à qui Paul a pris le temps de partager son évangile ont vite compris qu'il avait été « confié » (PISTEUO) : s'engager ou confier pour répandre l'évangile. Paul écrit que tout comme Pierre s'était vu confier l'évangile aux circoncis (les Juifs), il lui avait été confié de partager l'évangile aux Gentils (les non-Juifs). Mais qui a engagé Pierre et Paul comme hérauts de l'évangile ? Était-ce un homme ou une église ou même des anges ? Non, c'était Dieu.

8 car celui qui a fait de Pierre l'apôtre des circoncis a aussi fait de moi l'apôtre des païens,

Qui est celui qui a travaillé dans la personne de Pierre ? Qui est celui qui a travaillé chez Paul ? Je ne connais personne d'autres que le Seigneur Dieu. Ce que j'aimerais que vous remarquiez, c'est comment Dieu a agi en Pierre et Paul - « a fait » (ENERGO) : être actif, efficace, être puissant. Les œuvres de Dieu en Pierre et en Paul étaient puissantes. Dans ses écrits, nous voyons que Paul présente le Père, le Fils et l'Esprit travaillant puissamment chez les chrétiens. Dans 1 Cor. 12:6, c'est le Père qui agit puissamment en tous. En 2 Cor. 1:5,6 ce sont les souffrances de Christ qui agissent en nous. Enfin dans 1 Cor. 12:11, c'est le Saint-Esprit qui travaille dans le croyant. N'est-il pas merveilleux de réaliser que le Dieu qui a travaillé si puissamment en Pierre et Paul travaille aussi dans ses autres enfants ! Vous vous demandez peut-être pourquoi il y a une telle différence entre la vie de Paul et la vôtre. Il y a deux principales raisons. La première est que le Seigneur à des plans différents pour la vie de ses enfants.

1 Corinthiens 12

15 Si le pied disait: Parce que je ne suis pas une main, je ne suis pas du corps ne serait-il pas du corps pour cela?

16 Et si l'oreille disait: Parce que je ne suis pas un oeil, je ne suis pas du corps ne serait-elle pas du corps pour cela?

17 Si tout le corps était oeil, où serait l'ouïe? S'il était tout ouïe, où serait l'odorat?

18 Maintenant Dieu a placé chacun des membres dans le corps comme il a voulu.

(LSG)

Ici, nous voyons que Dieu a fait certains pour être une main, d'autres un œil, d'autres comme des oreilles et enfin d'autres encore comme un nez. Ils sont tous différents en tant qu'organes et ils ont tous des fonctions différentes. Mais ils ont tous été créés par le même Dieu. Paul écrit que Dieu les place dans le corps de Christ comme il lui plaît. Le ministère de Pierre auprès des Juifs était différent de celui de Paul auprès des Gentils. C'est Dieu qui a décidé qu'il en serait ainsi. Il se peut que votre vie soit différente de celle de Paul simplement parce que Dieu vous a donné autre chose à faire.

La deuxième raison, qui je crois est la raison principale, est que la plupart des chrétiens ne sont pas ouverts à la direction du Saint-Esprit dans leur vie. Ils ont oublié ou même renoncé à ce que Christ avait dit qu'ils devraient faire :

Matthieu 6

33 Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.

(LSG)

En ne recherchant pas D'ABORD le royaume de Dieu et sa justice, ils échoueront à expérimenter une vie dirigée par l'Esprit. Vous devez vous demander si Dieu vous utilise pour sa gloire. Si ce n'est pas le cas, alors vous devez vous repentir et permettre à Dieu d'agir à travers vous. Lorsque vous faites cela, vous serez fasciné de voir ce que Dieu peut faire à travers vous. Après que Paul a exposé son évangile aux dirigeants de l'église de Jérusalem, que s'est-il passé ?

9 et ayant reconnu la grâce qui m'avait été accordée, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main d'association, afin que nous allassions, nous vers les païens, et eux vers les circoncis.

 

Ils " ont reconnu la grâce qui m’avait été donnée ". D'une certaine manière, nous pouvons percevoir que l'évangile de Paul a été mis à l'épreuve ici. Ils voulaient entendre ou témoigner quel était le contenu du message de Paul aux Gentils. La controverse a toujours fait partie du message de l'évangile et Paul a eu sa part de controverse. Nous voyons au verset neuf que les dirigeants de l'église de Jérusalem étaient satisfaits de ce qu'ils avaient entendu ! Ils en sont venus à « reconnaître » (GINOSKO) ce qui signifie : savoir, être conscient ou comprendre, que l'évangile de Paul était aussi leur évangile. Ils ont également vu que Dieu travaillait activement avec Paul " la grâce qui m'avait été accordée ". Comme nous l'avons dit auparavant, c'est le même Dieu qui a donné la grâce à ceux de Jérusalem qui a pareillement donné la grâce à ceux qui ne faisaient pas partie de l'église de Jérusalem.

Comme j'aimerais que nous puissions comprendre cela et le cacher profondément dans nos cœurs. La manière dont Paul avait son ministère n'était pas du tout de la même manière que Pierre, ou Jean ou Jacques. Ils travaillaient différemment, mais comprenaient que Dieu travaillait dans les deux types de ministères (Juif et Gentil). Quant à nous, il existe de nombreux types d'églises, d'évangélisation, de ministères, etc. Malheureusement pour certains chrétiens, si les choses ne sont pas faites comme ils l'entendent, ils mettent de côté ceux qui ne leur ressemblent pas. Nous pouvons avoir le même évangile que Paul et Pierre MAIS contrairement aux dirigeants de l'église de Jérusalem, il y a très peu d'acceptation. Comme cela doit attrister le Seigneur de voir une telle froideur que certains de ses enfants ont envers les autres croyants !

v.9 ... Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main d'association, afin que nous allassions, nous vers les païens, et eux vers les circoncis.

Veuillez noter que Paul écrit que Jacques, Céphas et Jean « sont regardés comme des colonnes ». Certains croient que Pierre et seulement Pierre était le chef de l'Église de Jérusalem, mais ce n'était pas le cas. Ici, nous voyons qu'au moins ces trois apôtres étaient considérés comme des piliers. Pierre est mentionné en deuxième place avec Jacques en premier et Jean en troisième. Cette théorie selon laquelle Pierre était « l'apôtre » régnant est tout simplement fausse. Encore moins qu'il ait eu un successeur ! Nous voyons plutôt que les apôtres travaillaient main dans la main pour la gloire de Dieu.

Paul et Barnabas ont reçu « la main d'association ». Veuillez noter que ce sont Jacques, Céphas et Jean qui ont pris l'initiative de donner à Paul et Barnabas ce signe d'accord avec eux. Ce faisant, ils manifestaient publiquement qu'ils approuvaient l'évangile ainsi que le ministère de Paul et de Barnabas auprès des Gentils. Nous savons que Paul n'avait pas besoin d'être approuvé par l'église de Jérusalem puisque Dieu lui-même avait sanctionné le ministère de Paul. Ce qu'il faut remarquer, c'est que Paul a accepté de faire inspecter son message évangélique par ceux de Jérusalem. Il a volontairement accepté d'être contrôlé même s'il n'y était pas obligé. Encore une fois, nous voyons le caractère de Paul qui a profondément compris qu'il faisait partie du Corps de Christ. Certains voient Paul comme étant un peu un voyou, un solitaire, qui " a fait selon sa volonté ", mais ce n'était vraiment pas le cas. Il a été appelé par Dieu pour avoir un ministère différent et il a fait du bon travail. Pour terminer le verset neuf, nous voyons qu'il était parfaitement entendu où se trouvaient les apôtres et Paul. Paul est allé vers les Gentils et les apôtres sont allés vers les Juifs. Cela ne signifiait pas qu'ils ne pouvaient pas évangéliser le "groupe" de l'autre. Cela signifiait simplement que les deux groupes étaient connus pour travailler particulièrement avec leurs propres peuples. Je trouve que c'est tout à fait correct de le faire. Se spécialiser à un groupe particulier de personnes tout en étant ouvert à évangéliser tout ce qui vient à vous peut être très efficace. Certains travaillent avec des jeunes, d'autres travaillent avec des immigrés, d'autres avec des gens dans la rue, d'autres avec des couples, encore d'autres avec des enfants ou des motards. Puissions-nous tous comprendre leur appel et prier pour eux et faire tout notre possible pour encourager nos frères et sœurs.

10 Ils nous recommandèrent seulement de nous souvenir des pauvres, ce que j'ai bien eu soin de faire.

La seule chose qui a été demandée à Paul, Barnabas et Tite était de se « souvenir des pauvres ». C'est aussi un rappel pour nous tous qui portons le nom de « chrétien » - nous devons nous souvenir des pauvres. Lorsque Jean-Baptiste était en prison, il envoya quelques-uns de ses disciples demander à Jésus s'il était vraiment celui qu'ils attendaient et voici sa réponse :

Matthieu 11

5 les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres.

(LSG)

Jésus a parlé à des aveugles, des boiteux, des lépreux et des sourds. Ce n'étaient pas les riches ou les nobles de la société, loin de là ! C'étaient les pauvres, les démunis, les nécessiteux. Si les yeux du Christ étaient principalement tournés vers les pauvres, comment pouvons-nous nous détourner d'eux ? Le chrétien d'aujourd'hui doit se souvenir de ses racines en Christ et aider les pauvres en fait partie. Il se peut que nous ne soyons pas en mesure d'aider avec nos mains. Mais nous pouvons certainement aider avec nos biens et notre argent. Pourquoi ne pas vous impliquer dans différents ministères qui apportent de l'aide et partagent le message de l'Évangile ? Nous devons être actifs dans notre société et ne pas nous cacher dans nos placards chrétiens.

retour au menu

07-galatians

08 - Paul s'oppose à Pierre

Galates 2:11-14

 

Galates 2

11 Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu'il était répréhensible.

12 En effet, avant l'arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens; et, quand elles furent venues, il s'esquiva et se tint à l'écart, par crainte des circoncis.

13 Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie.

14 Voyant qu'ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l'Évangile, je dis à Céphas, en présence de tous: Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser?

(LSG)

Nous avons terminé notre dernière section avec Jacques, Pierre et Jean donnant la main d'association à Paul et Barnabas ; tous s'accordant à dire que l'œuvre de Paul avec les Gentils venait de Dieu, tout comme l'était aussi l'œuvre de Pierre avec les Juifs. Cette main d'association était la preuve la plus solide de l'unité, l'harmonie et de l'accord entre les dirigeants de l'église de Jérusalem et Paul. Un certain temps s'est écoulé entre la deuxième visite de Paul à Jérusalem et le moment où Pierre est venu à Antioche - nous ne savons tout simplement pas combien de temps. La raison pour laquelle Pierre est venu à Antioche est également inconnue. Était-ce une visite surprise ? Pierre était-il en route pour ailleurs et s'est-il arrêté ? A-t-il été appelé par les chrétiens d'Antioche ? Comme nous le verrons, quelle que soit la raison pour laquelle Pierre (aussi connu sous le nom de Céphas) est arrivé, cela a fait toute une histoire.

11 Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu'il était répréhensible.

L'épisode que nous allons regarder nous montre une fois de plus l'indépendance de Paul vis-à-vis les apôtres. Son appel, son évangile, sa mission et son autorité – tout cela, il l'avait reçu de Dieu et non de l'homme. Ceci est probablement unique dans le Nouveau Testament – ​​un apôtre s'opposant à un autre ! Il est écrit " je lui résistai en face ". Le mot résistai (ANTHISTEMI) signifie : s'opposer. Pierre a fait quelque chose dont Paul savait qu'il n'était pas bien, alors qu'a-t-il fait ? Si Paul avait été comme une bonne partie des dirigeants chrétiens aujourd'hui, il l'aurait ignoré, n'en aurait rien fait, l'aurait laissé passer ou aurait peut-être simplement murmuré à l'intérieur. Mais Paul a fait ce qui était juste - il s'est dressé contre Pierre parce qu'il ne se tenait pas dans la vérité. En voyant cela, nous pouvons apprécier la liberté que Paul avait. Il s'est dressé contre Pierre qui était l'un des trois piliers de l'église de Jérusalem, Pierre qui était l'un des douze premiers, et le même Pierre qui marchait sur l'eau. Tout cela n'avait pas d'importance pour Paul parce qu'il y avait quelque chose de bien plus grand en jeu, la vérité de l'évangile !

Dans Jean 8:44, nous voyons que le diable « ne se tient pas dans la vérité ».

Jean 8

44 Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge.

(LSG)

Si les chefs religieux avaient le diable pour père alors qu'ils n'étaient pas dans la vérité, qu'en est-il de Pierre ? S'ils avaient les désirs du diable, qu'en est-il de Pierre quand il était un hypocrite ? En d'autres termes, y a-t-il une différence entre ne pas "se tenir dans la vérité" si vous êtes croyant ou non-croyant ? Était-il permis à Pierre de faire ce qu'il a fait parce qu'il était « né de l'Esprit »? Et qu'en est-il de nous lorsque nous sommes des hypocrites et que nous ne nous tenons pas dans la vérité, est-il acceptable que nous le fassions ? Dans 1 Cor. 13:6 on nous dit que l'amour ne se réjouit pas dans l'iniquité, mais se réjouit dans la vérité. Je pense que nous pouvons tous convenir que Peter était en décalage avec le fait d'être dans la vérité et d'y marcher. Cela m'avertit que je dois aussi faire très attention, si Pierre peut tomber, moi aussi !

v.11 ... je lui résistai en face, parce qu'il était répréhensible.

Il n'y avait pas moyen de s'en sortir, quel que soit l'angle sous lequel vous le regardiez – Pierre avait tort et péchait ! J'ai remarqué combien de fois les gens ont du mal à dire que le péché est un péché. Combien de fois, j'entends des chrétiens donner des excuses pour eux-mêmes ou pour les autres concernant ce qui est clairement une vie de péché. Ami, cela ne devrait pas être ainsi ! En tant qu'enfants de Dieu, nous devons suivre son exemple.

Dieu a ouvertement dit :

- A Adam de ne pas manger du fruit de l'arbre de la connaissance

- A Caïn que le péché était à ses pieds et qu'il devait faire attention

- A Abraham que Sarah se moquait de lui

- A David que ce qu'il a fait avec Beth-Shéba était un péché grave

- A Israël encore et encore à se repentir de ses péchés

- A dit à Pierre qu'il allait le nier

- A Ananias et Saphira qu'ils avaient menti

Dieu nous dit aussi très ouvertement que nous sommes tous des pécheurs (Rom. 3:23) et que nous devons nous repentir (Mat. 4:17) car il y a un jugement qui vient (Rom. 2:2-5). L'œuvre du Saint-Esprit (Jean 16:8-11) est de convaincre les hommes de péché, de justice et de jugement. Donc, Pierre était totalement hors de propos quand il a fait ce qu'il a fait – mais qu'a-t-il fait exactement ?

12 En effet, avant l'arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens; et, quand elles furent venues, il s'esquiva et se tint à l'écart, par crainte des circoncis.

Ce que nous voyons, c'est que Pierre a agi hypocritement. Ce mot donne l'idée d'être un acteur ou de jouer un rôle. En d'autres termes, Pierre agissait d'une manière, puis a changé et a agi d'une autre manière.

12 En effet, avant l'arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens

La partie « avant » est expliquée. Pierre marchait dans la lumière et mangeait avec les païens (les non-Juifs). Nous savons que les Juifs n'avaient pas de bonnes relations avec les non-Juifs. Ils ont tout fait pour se tenir à l'écart d'eux. Cette ségrégation était si forte que Dieu lui-même a dû intervenir dans la vie de Pierre (Actes 10 :10-20). Comment Pierre pourrait-il être un reflet de la lumière s'il ne brillait pas parmi les païens ? Dieu voulait bénir toutes les nations et Pierre avait besoin d'apprendre que les païens avaient besoin de Christ tout comme les Juifs. Ainsi, par un rêve, Dieu a parlé à Pierre et il semble que Pierre ait compris parce que lorsque des gens de la maison de Corneille sont venus chercher Pierre, il est allé tout de suite avec eux. Pierre faisait ce qu'il savait être la volonté de Dieu et il mangeait et communiait avec les païens devenus chrétiens à Antioche.

La "partie après" est la suivante. " quelques personnes envoyées par Jacques " sont venus et cela a tout changé.

v.12 ... et, quand elles furent venues, il s'esquiva et se tint à l'écart, par crainte des circoncis.

Soudain, quelque chose s'est produit lorsque ces hommes sont arrivés - Pierre a changé ! Ces hommes, qui ne sont pas nommés, étaient des chrétiens juifs de Jérusalem. La raison pour laquelle ils sont venus n'est pas connue, tout comme la raison pour laquelle Pierre est venu à Antioche n'est pas connue non plus. Ils étaient chrétiens parce qu'ils étaient des « personnes envoyées par Jacques ». Pour une raison qui n'est pas dite, Pierre semblait avoir peur de ce qu'ils penseraient ou diraient s'ils le voyaient avec des païens devenu chrétiens. Cela semble être un défaut de caractère chez Pierre. Lorsque Jésus a été fait prisonnier, Pierre a nié trois fois le connaître. Il est évident qu'il avait peur de ce que les dirigeants juifs lui feraient. Gardez à l'esprit que Jean est entré avec Jésus et que rien ne lui est arrivé ! Humainement parlant, on peut comprendre que Pierre avait peur d'être condamné en tant que disciple du Christ et même d'être tué comme l'a été Jean-Baptiste. Mais ici, à Antioche, c'est une toute autre histoire. Il n'y avait aucun danger à manger avec des frères et sœurs de la foi – même s'ils n'étaient pas juifs, car Dieu le lui avait révélé dans le passé. Ce n'était donc pas un péché de le faire (cela ne l'avait jamais été de toute façon) et Pierre ne pouvait pas être condamné pour cela.

Pierre " s'esquiva et se tint à l'écart ". Il s'est retiré des chrétiens non Juifs. S'esquiva (HUPOSTELLO) signifie se rétracter ou reculer. Cela donne l'idée que Pierre est soudainement devenu un lâche, il a tremblé et a commencé à rétrécir. Quand il a vu les gens de Jacques, il a eu peur d'eux ! J'ai toujours eu cette image en tête que Pierre était courageux et solide, toujours prêt à être franc. Ce Pierre à qui Jésus avait donné les « clefs du royaume des cieux » (Mat. 16 :19) était maintenant devenu un petit garçon effrayé – incroyable, n'est-ce pas ? N'avons-nous pas tous eu peur à un moment ou à un autre de défendre ce qui est juste et vrai devant le Seigneur ? N'avons-nous pas cédé devant nos amis ou notre famille non sauvés ? N'avons-nous pas tremblé à l'idée de nous démarquer au bureau, au club ou à l'école ? Si nous sommes honnêtes, nous devrions tous dire que nous ne nous sommes pas présentés d'une manière ou d'une autre comme nous aurions dû le faire. Mais il y a une chose qui me dérange vraiment - Pierre était un pilier de l'église de Jérusalem et si un pilier ne tient pas debout, le bâtiment s'effondrera ! Pierre n'avait vraiment aucune excuse pour faire ce qu'il avait fait, surtout étant qui il était – un apôtre ! Il est écrit « par crainte des circoncis. » Pierre avait peur des croyants juifs qui étaient venus.

Ce que l'on peut en déduire, c'est qu'il y avait des chrétiens à Jérusalem qui n'avaient pas encore compris ou refusaient de comprendre que les Juifs et les païens étaient " UN " en Christ (Eph. 3:5,6). Jésus leur avait dit dès le début que leur mission s'adressait à la fois aux Juifs et aux païens (Actes 1:8), il n'y avait donc aucune excuse pour eux de refuser les païens comme étant vraiment aimés et rachetés tels qu'ils étaient. Avez-vous remarqué que certains chrétiens sont têtus et pour des raisons connues d'eux seuls, ils refusent obstinément de faire ce qui leur est ouvertement demandé par Dieu ? On leur à enseigner, mais ils disent « NON ». C'est, je crois, ce qui arrivait à ces hommes de Jacques. Le verset suivant nous enseigne la gravité de leur vision de la ségrégation.

13 Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie.

Lorsque nous péchons ouvertement au sein de la congrégation, comme l'a fait Pierre, ce qui se passe, c'est que d'autres se joignent à nous dans notre péché, " les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation ". Le péché qui n'est pas traité grandira toujours et infectera les autres. Pensez simplement à ce qui suit dans le cadre d'une église :

- Potins entre frères

- La paresse spirituelle

- Ségrégation ou constitution de « clans »

- Manque d'engagement- Retenir nos offrandes

- Etc.

Si le péché n'est pas traité immédiatement, il détruit TOUJOURS le corps de Christ. C'est exactement ce que nous voyons se produire à Antioche. Premièrement, les gens entrent dans une congrégation avec un faux enseignement en ce qui concerne la ségrégation, les autres qui ne sont pas exactement comme ils sont (ne pas être circoncis). Deuxièmement, un chef d'église (Pierre) a peur d'eux et recule comme un chien avec sa queue entre ses jambes. Troisièmement, d'autres voient cela et imitent leur chef et se retirent également des croyants non-Juifs. Quatrièmement, même un autre chrétien bien connu est entraîné dans leur mensonge (Barnabas). Alors Pierre était un hypocrite, puis d'autres l'ont suivi et finalement même Barnabé est tombé dans ce piège ! Comme je l'ai dit, si le péché n'est pas pris en charge, il infectera les autres et continuera de croître.

14 Voyant qu'ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l'Évangile, je dis à Céphas, en présence de tous: Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser?

Dieu merci pour ceux qui se lèvent et ne reculent pas. Paul n'était pas sur le point de "fermer les yeux" sur ce que faisait Pierre.

14 Voyant qu'ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l'Évangile...

La première chose que je veux que vous remarquiez est le motif de Paul pour tenir tête à Pierre - " ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l'Évangile ". Paul se référait aux : les gens de Jacques, Pierre, le reste des Juifs et même Barnabas. Donc, Paul fait face à de nombreuses personnes, pas seulement à quelques-unes, et certaines d'entre elles étaient des personnes très importantes telles que Pierre et Barnabas. Il faut du courage pour faire face à un groupe de personnes et les confronter à-propos de leurs péchés, surtout quand ils sont dans la foi. Et leur péché était qu'ils " ne marchaient pas droit selon la vérité de l'Évangile ". Paul va leur résister non pas à cause d'un caprice personnel, mais parce qu'ils ne marchaient pas dans la vérité de l'évangile. Ils vivaient une ségrégation entre frères en Christ et cela allait totalement à l'encontre de tout ce pour quoi Jésus avait vécu et est mort ! Vous souvenez-vous de ce que Jacques a écrit à ce sujet ?

Jacques 2

8 Si vous accomplissez la loi royale, selon l'Écriture: Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien.

9 Mais si vous faites acception de personnes, vous commettez un péché, vous êtes condamnés par la loi comme des transgresseurs.

10 Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous.

(LSG)

 

Il y avait des gens qui pratiquaient la ségrégation dans la congrégation. Lorsqu'une personne riche arrivait, on lui donnait les « sièges avant » tandis que le pauvre frère devait simplement se tenir sur les lignes de côté. Il y avait une préférence ouverte pour les riches, ils étaient considérés comme étant plus importants ou meilleurs que les pauvres croyants ! C'est exactement ce que faisait le groupe de personnes à qui Paul résistait. Ils pratiquaient également la ségrégation non pas entre les riches et les pauvres, mais entre les nationalités – juifs et non juifs.

v.14 ... je dis à Céphas, en présence de tous: Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser?

Avez-vous déjà pensé pourquoi Paul se tenait face à face avec Céphas (Pierre) et non avec les hommes de Jacques, ou l'autre groupe de Juifs qui les a rejoints, ou même Barnabas son collaborateur ? Cela n'est pas expliqué, mais je crois que c'était à cause de la position que Pierre avait dans l'église de Jérusalem. N'oubliez pas qu'il était un "pilier de l'église". D'autres pourraient penser : « Si Pierre a pu faire cela, je le peux certainement » ou « Si Pierre ne voit pas cela comme une offense à Dieu, alors je peux le faire aussi. J'aime ce que Paul a fait " je dis à Céphas, en présence de tous ". Il y a des moments où il faut prendre une personne à part et lui parler seul, comme ce qui est enseigné dans Matthieu :

Matthieu 18

15 Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et lui seul. S'il t'écoute, tu as gagné ton frère.

(LSG)

Quand quelqu'un pèche contre vous, vous lui parlez seul. Mais ce n'était pas le cas ici. Ce que Pierre avait fait était d'enseigner, par l'exemple et ouvertement devant toute la congrégation, que la ségrégation à cause de la nationalité était permise. Ce qu'il avait fait était au grand jour, donc la confrontation de son péché devait également être faite au grand jour pour que tous puissent le voir.

v.14 ... Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser?

Paul a confronté Pierre avec la façon dont il était un hypocrite. D'une part, Pierre vivait comme un païen dans le sens où il agissait avec eux comme n'importe quel autre non-Juif le ferait. Nous avons vu qu'il communiait avec eux et qu'il mangeait avec eux. Il agissait comme un non-Juif parce qu'il vivait comme si les barrières de la nationalité avaient été abattues. D'un autre côté, lorsque les « hommes de Jacques » sont arrivés, il a changé la vérité de l'évangile qui dit que tous sont un en Christ pour revenir aux anciennes voies - ignorant les païens comme s'ils étaient inférieurs, moins aimés et moins acceptés devant Dieu, même quand ils étaient frères dans la foi !

Je crois que les enfants de Dieu ne devraient pas hésiter à défier d'autres chrétiens qui vivent une « double vie » ou enseignent en opposition directe à l'évangile du Christ. Parfois cela se fait en privé et d'autres fois, il faut le faire devant tous. Ce qui est important n'est pas "comment la personne se sentira" ou "si cela la fera quitter l'église". L'important est "d'être franc sur la vérité de l'évangile". La vérité concernant l'évangile de Christ doit être gardée pure afin que d'autres suivent joyeusement sa lumière.

retour au menu

08-galatians

09 - A la recherche de la justification

Galates 2:15-21

 

Galates 2

15 Nous, nous sommes Juifs de naissance, et non pécheurs d'entre les païens.

16 Néanmoins, sachant que ce n'est pas par les oeuvres de la loi que l'homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d'être justifiés par la foi en Christ et non par les oeuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les oeuvres de la loi.

17 Mais, tandis que nous cherchons à être justifiés par Christ, si nous étions aussi nous-mêmes trouvés pécheurs, Christ serait-il un ministre du péché? Loin de là!

18 Car, si je rebâtis les choses que j'ai détruites, je me constitue moi-même un transgresseur,

19 car c'est par la loi que je suis mort à la loi, afin de vivre pour Dieu.

20 J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi.

21 Je ne rejette pas la grâce de Dieu; car si la justice s'obtient par la loi, Christ est donc mort en vain.

(LSG)

Toute cette section (Paul face à Pierre) est au cœur même de l'évangile. Comme nous l'avons vu, Paul ne laissera pas passer cela. Si nous changeons l'évangile, même légèrement, alors ce n'est plus l'évangile de vérité (2:14). Au moment où j'écris ces lignes, je peux donner une liste de personnes qui se rassemblent et se disent « chrétiennes ». Ils ont abandonné l'évangile original et l'ont transformé en une religion créée par l'homme ; éloignant toujours plus ses membres de Dieu. Jésus a parlé de ces chefs religieux autoproclamés :

Matthieu 15

14 Laissez-les: ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles; si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse.

(LSG)

Dans cette section, nous avons un verset très connu (20). Bien que beaucoup le disent par cœur, rares sont ceux qui comprennent réellement son contexte. J'espère que notre étude vous éclairera.

15 Nous, nous sommes Juifs de naissance, et non pécheurs d'entre les païens.

Veuillez noter que Paul utilise le mot "nous", il parle maintenant d'un groupe entier de personnes et s'y inclut. Dans l'esprit de chaque Israélite, c'est ainsi que la population mondiale était divisée entre les Juifs et les Païens. Paul continue de parler des Juifs qui croyaient au Messie, ce groupe comprenaient Pierre et les hommes qui étaient " venus de Jacques " et aussi ceux qui étaient dans les églises de Galates. La première chose qu'il énonce concerne leur « naissance » (PHUSIS) signifiant : lignage ou descendance.

Les Juifs étaient exceptionnels dans le sens où ils sont devenus une nation par Dieu à travers un homme appelé Abram (qui est devenu plus tard Abraham). Ils étaient une nation, non pas à cause du désir d'un groupe d'hommes de se rassembler pour former un nouveau clan, mais par le plan unique du Très-Haut désirant se faire une nation qui porterait son nom (Nombres 6:27 ; Ésaïe 43:7). Donc « par naissance », ils n'étaient « non-pécheurs d'entre les païens ». Je ne dirais pas que cette phrase est très gentille, mais rappelez-vous que Paul essaie de faire passer un message aux Judaïsants ; ceux qui tentent d'imposer la circoncision et de suivre la loi de Moïse comme condition préalable à l'obtention du salut. Oui, vous n'êtes pas comme eux (les Païens) mais vous (Juifs) et les Païens ne pouvez être sauvés que par le même moyen - le Messie !

16 Néanmoins, sachant que ce n'est pas par les oeuvres de la loi que l'homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d'être justifiés par la foi en Christ et non par les oeuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les oeuvres de la loi.

C'est "l'évangile de la vérité" en quelques mots ! Paul commence par parler de quelque chose qui est connu " sachant " (EIDO) signifiant : voir, savoir, être conscient de. Paul n'exposera pas une vérité cachée ou ne dévoilera pas un secret connu seulement de quelques initiés ! Il parle ouvertement comme Jésus l'a fait :

Jean 18

20 Jésus lui répondit: J'ai parlé ouvertement au monde; j'ai toujours enseigné dans la synagogue et dans le temple, où tous les Juifs s'assemblent, et je n'ai rien dit en secret.

(LSG)

La phrase suivante est probablement la déclaration la plus importante que toute personne doit connaître et accepter : « ce n'est pas par les œuvres de la loi que l'homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ ». Si l'homme n'est pas justifié (devenu juste devant Dieu) par la Loi (tous les 613 commandements de Dieu), pourquoi a-t-elle alors été donnée ? Nous y répondrons dans le chapitre trois. Une chose sur laquelle Paul insiste est que personne ne peut être JUSTIFIÉ par les œuvres de la Loi. Or le mot justifié, comme beaucoup d'autres dans la Bible, ne signifie pas toujours la même chose. Ça dépend du contexte. Dans son commentaire sur Galates, William Hendriksen donne cette définition du mot justification :

Lorsqu'il est utilisé, comme ici dans Gal. 2:15,16, dans le sens médico-légal dominant, la justification peut être définie comme cet acte gracieux de Dieu par lequel, sur la seule base de l'œuvre méditative accomplie du Christ, il déclare le pécheur juste, et ce dernier accepte ce bénéfice avec un cœur croyant. Pour défendre cette définition, voir, outre Gal. 2:15,16,3:8,11,24 ; 5:4 ; ROM. 3:20,24,26,28,30 ; 4:3,5 ; 5:1,9 ; 8h30 ; Tite 3:7. La justification se tient au-dessus et contre la condamnation (Rom. 8:1,33). (Traduction Libre)

Nul ne peut être justifié devant Dieu par les œuvres de la Loi. J'insiste sur le mot "œuvres" parce qu'il y a une différence entre la Loi et les œuvres de la Loi. Nous savons tous que la Loi est le reflet du caractère de Dieu. Par la Loi, Dieu manifeste sa sainteté. Comme nous le verrons plus tard, la Loi n'a jamais été donnée comme moyen de devenir juste devant le Seigneur. Disons simplement (pour l'instant) que la Loi a été donnée pour que l'humanité puisse connaître la personne de Dieu.

v.16 ... mais par la foi en Jésus-Christ

Si la Loi n'offre aucune justification, quoi ou qui le fait ? La réponse est Jésus-Christ ! Ce que l'homme ne peut pas faire par lui-même, le Christ est venu le faire. Ce qui était impossible à l'homme d'atteindre (la justification), Christ l'a fait à sa place. C'était la mission du Christ envers l'humanité.

Jean 10

15 comme le Père me connaît et comme je connais le Père; et je donne ma vie pour mes brebis.

(LSG)

Cela me rappelle l'histoire où on a dit à Abraham de sacrifier son fils Isaac. Au tout dernier moment, Dieu a remplacé le fils d'Abraham par un bélier (Gen. 22:13). Cette substitution était un « type de Christ » qui annonçait la venue du messie et comment il allait mourir en remplacement de tous ceux qui croiraient.

v.16 ... nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d'être justifiés par la foi en Christ et non par les oeuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les oeuvres de la loi.

Paul continue avec le « nous » (étant les Juifs). Il rappelle aux Judaïsants, à Pierre et aux croyants juifs des églises de Galatie qu'ILS devaient aussi faire exactement la même chose que les Païens devaient faire pour recevoir le salut - " nous avons cru en Jésus-Christ, afin d'être justifiés par la foi en Christ ". Pour la deuxième fois, Paul déclare que le salut passe par la personne de Christ. Le salut est donné « non par les œuvres de la loi ». Les hommes de Jacques qui étaient venus à Antioche semblaient avoir oublié cette vérité fondamentale. Puis-je vous demander si vous avez consenti à cette vérité ? Essayez-vous toujours de plaire à Dieu à travers un certain type « d'œuvres » ? Votre christianisme est-il un système de « faire et ne pas faire » ? Jésus-Christ est-il votre SEUL moyen de justification devant Dieu le Père ? Avez-vous abandonné votre vie et demandé à Christ de vous sauver du jugement à venir ? Sinon, ne fermez pas ce livre avant de le faire !

17 Mais, tandis que nous cherchons à être justifiés par Christ, si nous étions aussi nous-mêmes trouvés pécheurs, Christ serait-il un ministre du péché? Loin de là!

Paul apporte un argument qu'il a également écrit dans Romains. Si le salut passe par Jésus-Christ, cela nous donne-t-il une licence pour pécher ? Ou est-ce que Jésus promeut le péché si le salut n'est PAS par les œuvres, mais par son œuvre expiatoire ? Évidemment, la réponse est non !

Romains 6

1 Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde?

2 Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché?

(LSG)

 

Cela aurait été un argument que les judaïsants auraient probablement donné contre la foi uniquement en Christ et aucune œuvre. Cela me fascine que même si deux mille ans se sont écoulés aujourd'hui, il y a encore des gens qui utilisent le même argument contre « la foi en Christ seul ». Le salut en Christ est donné pour nous libérer du pouvoir et de la condamnation du péché et non pour nous donner le pouvoir de pécher !

18 Car, si je rebâtis les choses que j'ai détruites, je me constitue moi-même un transgresseur,

19 car c'est par la loi que je suis mort à la loi, afin de vivre pour Dieu.

Paul poursuit sa réflexion en donnant un exemple de ce que font réellement les Judaïsants. Est-ce qu'ils essayaient de reconstruire qui a été détruit ? C'est dans ce contexte que l'on doit placer le rôle de la Loi. Ils remettaient la Loi dans une fonction pour laquelle elle n'avait jamais été conçue – donner le salut. Voici ce que Jésus avait dit de lui-même concernant la Loi :

Matthieu 5

17 Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.

(LSG)

Paul souligne que les Judaïsants faisaient exactement le contraire de ce qu'ils avaient prévu de faire. En disant que la Loi doit être suivie pour être sauvé, ils détruisaient l'œuvre rédemptrice de Christ. En enseignant à observer la Loi (pour être sauvé), ils disaient alors que Christ n'est pas suffisant, que son œuvre expiatoire sur la croix faillait d'une manière ou d'une autre. En pensant ou en enseignant cela, ils prouvent que « je me constitue moi-même un transgresseur ». Ils sont devenus des transgresseurs devant Dieu en observant la Loi comme moyen de recevoir le pardon de leurs péchés ! Voyez-vous comment le péché peut tordre l'esprit des gens !

Et combien il est important de garder pure la vérité de l'évangile !Au verset dix-neuf, Paul enseigne pourquoi il est impossible d'avoir à la fois la Loi et Christ comme moyen de salut.

19 car c'est par la loi que je suis mort à la loi, afin de vivre pour Dieu.

Un vrai croyant en Jésus-Christ est « mort à la loi ». Il n'est plus dans l'obligation d'en vivre. Amen à cela parce que si la loi était encore en vigueur aujourd'hui - PERSONNE ne serait jamais sauvé puisque la loi n'apporte que la condamnation. La Loi nous montre que nous sommes des pécheurs (Romains 7 :7-9). C'est pourquoi Paul écrit : « Car c'est par la Loi que je suis mort à la Loi ». Être mort à la Loi est nécessaire pour que nous puissions « vivre pour Dieu ». On ne peut pas vivre pour Dieu quand on est encore sous la Loi.

C'est exactement ce que les hommes de Jacques enseignaient. Ils ont enseigné que vous devez observer la loi ainsi que d'avoir Christ comme votre Sauveur afin de plaire à Dieu. Paul dit "tu ne peux pas faire ça". Il dit même que ce n'est pas « la loi » ET « Christ ». Ce ne peut être que Christ puisque la Loi amène la condamnation. Dans Jean 1:17, il est écrit que la loi est venue de Moïse MAIS la grâce est venue par Jésus-Christ. Si vous avez la Loi, vous ne pouvez pas avoir la grâce comme moyen de devenir juste devant Dieu. La seule façon de vivre pour Dieu (et c'est ce que les Judaïsants voulaient faire) est de mourir à la Loi par le Messie. Pour certains, c'est très clair, mais pour d'autres, il est évident qu'il y a un voile devant leurs yeux et ils ne semblent tout simplement pas comprendre que Christ a tout fait pour nous. Cher ami, si vous êtes cette personne pour qui c'est très clair, puis-je vous encourager de vivre pour Dieu.

20 J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi.

Nous sommes arrivés à un verset très connu, il a même été transformé en chanson ! C'est un hymne qui devrait résonner dans le cœur de chaque vrai croyant. Cela pourrait facilement être le « Code de vie des chrétiens ».

« J'ai été crucifié avec Christ » parle de notre mort avec lui. Mais comment ai-je été crucifié avec Christ ? D'une manière que seul Dieu comprend pleinement, il voit tous les rachetés comme étant morts avec le Fils bien-aimé. En Rom. 5:15 Paul enseigne que tous sont morts en Adam, parce qu'Adam a péché. Adam a représenté toute l'humanité en mourant au péché. D'autre part, lorsque nous avons la foi salvatrice en Jésus-Christ, nous mourons maintenant en lui - au péché. Lorsque Christ est mort à cause du péché, nous (en lui) sommes également morts à la peine du péché. Ainsi, être « crucifié avec Christ » nous libère du pouvoir et du châtiment que le péché apporte.

« Ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi » parle de la nouvelle réalité que tout croyant né de nouveau peut s'approprier. Il y a une nouvelle vie qui remplit le croyant. Comme Dieu a insufflé la vie à Adam, Dieu souffle au croyant une nouvelle vie en nous par le Saint-Esprit. L'apôtre Paul l'a écrit ainsi :

2 Corinthiens 5

17 Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

(LSG)

Paul enseigne que parce que nous sommes en Christ, nous sommes une « nouvelle créature »! Dieu ne nous rapièce pas, mais crée un « nouveau nous » en Jésus-Christ. Ce verset est également important car il enseigne que Christ est « en nous ». Si Christ est « en nous », alors la capacité de vivre une vie qui plaît à Dieu le Père est aussi « en nous ». Bien trop souvent, nous nous voyons trop faibles pour vaincre le péché ou incapables de persévérer. Mais ce n'est pas le cas – Christ vit en moi. Ce que je dois faire, c'est puiser dans le Christ la capacité de le faire.

v.20 ... et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi.

Paul dit que c'est possible que " si je vis maintenant dans la chair " que je peux vivre une vie qui plaît à Dieu. Il n'y a aucun aspect mystique à vivre pour le Seigneur ou à lui plaire. Je peux le faire (parce que Christ est en moi). En fait, Dieu a tout fait pour moi afin que je puisse lui plaire. Mais la clé que les judaïsants avaient perdue est « dans la foi au Fils de Dieu ». Ils avaient mis de côté ce que Christ avait fait à la croix et le remplaçaient par des œuvres de la Loi. Il semble aussi qu'ils aient oublié « qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi. » Une fois que nous oublions le fondement du salut - l'amour de Dieu pour le pécheur, il est alors très facile de se glisser dans un système d'œuvres.

21 Je ne rejette pas la grâce de Dieu; car si la justice s'obtient par la loi, Christ est donc mort en vain.

Comme vous le savez peut-être, l'apôtre Paul est très logique dans son approche théologique et son application à la vie quotidienne. Il apporte ici un argument que personne ne peut contredire, pas même les judaïsants ! Il fait tout d'abord une déclaration " Je ne rejette pas la grâce de Dieu ". C'est ce que faisaient les « hommes de Jacques » et les faux docteurs qui s'étaient glissés dans les églises de Galates. Ils enlevaient la puissance et la délivrance de la grâce de Dieu. Ils effaçaient tout l'amour, l'attention, la pitié, la compassion, la bonté et la grâce que Dieu avait déversés sur les croyants à travers Christ. Si on ‘rejette’ (ATHETEO) signifiant : rejetez, réduisez à néant, la grâce de Dieu, que vous reste-t-il – le contraire de la grâce – la Loi ! D'un côté, vous avez la GRACE (un don gratuit et immérité de Dieu) et de l'autre, vous avez la LOI (qui ne fait que condamner). Ces judaïsants choisissaient la LOI qui laissait de côté ou chassait la GRACE. Puis-je dire que toutes les religions rejettent la grâce de Dieu ! Parce qu'une religion est ce qu'un homme peut faire (un système) pour plaire à Dieu et apaiser sa colère. Puisque cela exclut Christ comme étant l'unique voie de salut (Jean 14:6), cela exclut automatiquement la grâce que le Père offre dans le Fils. Puissions-nous ne jamais annuler la grâce de Dieu !

L'argument dont j'ai parlé est le suivant : " car si la justice s'obtient par la loi, Christ est donc mort en vain ". En d'autres termes, si je peux obtenir le salut, le pardon de mes péchés, en observant la Loi, si je peux le faire moi-même, si l'observance des lois et des règlements de Dieu est le chemin vers la justice - alors pourquoi Christ est-il mort ? Plus que cela, sa mort n'aurait aucun sens en soi ! Si le système « A » (la loi) fonctionne, pourquoi introduire le système « B » (la grâce) ? Ce que Paul veut dire, c'est qu'il n'y a pas d'autre « système » de salut – Christ est mort parce que nous sommes totalement incapables de suivre la Loi. Ceux qui ont enseigné (et enseignent encore aujourd'hui) que vous pouvez plaire à Dieu en suivant des « règles définies » oublient à quoi ils ressemblent vraiment aux yeux de Dieu !

Romains 3

10 selon qu'il est écrit: Il n'y a point de juste, Pas même un seul;

11 Nul n'est intelligent, Nul ne cherche Dieu;

12 (3:11) Tous sont égarés, tous sont pervertis; (3:12) Il n'en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul;

13 Leur gosier est un sépulcre ouvert; Ils se servent de leurs langues pour tromper; Ils ont sous leurs lèvres un venin d'aspic;

14 Leur bouche est pleine de malédiction et d'amertume;

15 Ils ont les pieds légers pour répandre le sang;

16 La destruction et le malheur sont sur leur route;

17 Ils ne connaissent pas le chemin de la paix;

18 La crainte de Dieu n'est pas devant leurs yeux.

19 Or, nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu.

(LSG)

Si vous désirez observer la Loi au lieu de faire confiance à Christ, alors vous serez coupable devant Dieu comme le proclame le verset dix-neuf ! Puissions-nous tous nous prosterner et accepter la grâce de Dieu qui se trouve en Jésus-Christ. Puissions-nous tous nous appuyer sur Jésus comme base solide et unique pour notre salut.

retour au menu

09-galatians

10 - Les Galates insensés

Galates 3:1-9

 

Galates 3

1 O Galates, dépourvus de sens! qui vous a fascinés, vous, aux yeux de qui Jésus-Christ a été peint comme crucifié?

2 Voici seulement ce que je veux apprendre de vous: Est-ce par les oeuvres de la loi que vous avez reçu l'Esprit, ou par la prédication de la foi?

3 Êtes-vous tellement dépourvus de sens? Après avoir commencé par l'Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair?

4 Avez-vous tant souffert en vain? si toutefois c'est en vain.

5 Celui qui vous accorde l'Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les oeuvres de la loi, ou par la prédication de la foi?

6 Comme Abraham crut à Dieu, et que cela lui fut imputé à justice,

7 reconnaissez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d'Abraham.

8 Aussi l'Écriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d'avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham: Toutes les nations seront bénies en toi!

9 de sorte que ceux qui croient sont bénis avec Abraham le croyant.

(LSG)

Paul, après avoir déclaré les merveilles de l'évangile de vérité, ainsi que le fondement de notre salut qui se trouve au chapitre deux et verset seize :

Galates 2

16 Néanmoins, sachant que ce n'est pas par les oeuvres de la loi que l'homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d'être justifiés par la foi en Christ et non par les oeuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les oeuvres de la loi.

(LSG)

Après avoir expliqué que les Juifs et les Gentils étaient des pécheurs et qu'ils devaient tous deux être justifiés par le Christ le Messie, en dehors de la Loi, il continue maintenant de les confronter. Il les appelle « dépourvus de sens » (ANOETES) ce qui signifie : inintelligents, imprudents. Ils manquaient de sagesse spirituelle ou de discernement. Ils n'ont pas été en mesure d'identifier les faux enseignants et leurs instructions trompeuses ! Maintes et maintes fois, le Nouveau Testament met en garde les croyants contre les faux enseignants et prophètes et les ravages qu'ils apportent avec eux. Jésus a donné une mise en garde contre ces loups qui apparaîtraient peu après sa mort.

Matthieu 7

15 Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.

(LSG)

Paul dit aussi aux frères :

Actes 20

29 Je sais qu'il s'introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n'épargneront pas le troupeau,

(LSG)

Pierre a mis en garde les disciples du Christ :

2 Pierre 2

1 Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine.

(LSG)

L'apôtre Jean a écrit ce qui suit concernant les faux prophètes :

1 Jean 4

1 Bien-aimés, n'ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s'ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde.

(LSG)

Cela semblait être le problème avec les croyants dans les églises de la Galatie - ils ne pouvaient tout simplement pas identifier les faux enseignements et ils croyaient simplement ce qui leur était dit. Ils n'ont pas mis "à l'épreuve" ces hommes. Ils prenaient facilement pour acquis que ce qu'ils disaient était la vérité – après tout, ne sont-ils pas censés être chrétiens ! L'avertissement de Jean devrait résonner aussi fort aujourd'hui qu'il aurait dû l'être à son époque. Beaucoup trop de gens croient facilement TOUT ce qui leur est présenté. Où est passé l'esprit critique ? Beaucoup laissent leur discernement à la maison lorsqu'ils vont à leur église, ou à un rassemblement, une conférence ou une réunion ! Ne croyez pas tout ce que vous voyez sur le Web. N'acceptez pas tout ce que vous lisez. Tout doit passer le test des Écritures - dans son contexte. Les Galates auraient dû être comme les croyants de Bérée :

Actes 17

10 Aussitôt les frères firent partir de nuit Paul et Silas pour Bérée. Lorsqu'ils furent arrivés, ils entrèrent dans la synagogue des Juifs.

11 Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d'empressement, et ils examinaient chaque jour les Écritures, pour voir si ce qu'on leur disait était exact.

(LSG)

Je me demande pourquoi les Galates avaient baissé leur garde. Pourquoi ils n'identifiaient pas facilement le faux du vrai. Paul dit qu'ils avaient été « fascinés » (BASKAINO) : c'est-à-dire charmer, envoûter. Ce mot n'est utilisé qu'UNE SEULE FOIS dans le Nouveau Testament et, comme vous pouvez le constater, il va droit au but. Les chrétiens avaient littéralement été sous le charme des judaïsants. Ils devaient être de très beaux parleurs pour provoquer une telle tournure concernant la "vérité de l'évangile". Ils ont apporté de nouvelles pensées dans leur esprit sans qu'ils comprennent vraiment l'immense changement que cela apporterait.

v.1 ... aux yeux de qui Jésus-Christ a été peint comme crucifié?

C'était le Christ qu'ils avaient appris à accepter. C'était la voie du salut. C'était le Christ qui avait souffert à leur place. Il était le Sauveur et la croix était l'endroit où le Père rencontrait l'humanité dans le pardon. C'était aussi le Christ que les judaïsants visaient à démolir. Jésus ne suffisait plus, pensaient-ils, l'observance de la Loi était nécessaire en plus du sacrifice à la croix ! Auquel des deux crois-tu ? En qui placez-vous votre confiance pour obtenir votre salut ? Est-ce Christ seul OU Christ et quelque chose (ou quelqu'un) d'autre ? Si vous croyez que vous pouvez contribuer à l'œuvre sacrificielle de Christ, vous avez également été ensorcelés !

Dans les versets 2 à 5, Paul présentera des arguments contre « les œuvres de la Loi » - il parlera du Saint-Esprit et de son œuvre.

2 Voici seulement ce que je veux apprendre de vous: Est-ce par les oeuvres de la loi que vous avez reçu l'Esprit, ou par la prédication de la foi?

3 Êtes-vous tellement dépourvus de sens? Après avoir commencé par l'Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair?

4 Avez-vous tant souffert en vain? si toutefois c'est en vain.

5 Celui qui vous accorde l'Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les oeuvres de la loi, ou par la prédication de la foi?

Son premier argument contre l'observation de la Loi pour obtenir le salut est le don du Saint-Esprit. Comment avaient-ils reçu le Saint-Esprit ? Était-ce un don accordé à la personne qui avait placé sa foi en Jésus-Christ pour être sauvé OU était-ce en appliquant la Loi dans sa vie ? En d'autres termes, « pourquoi Dieu vous a-t-il donné le Saint-Esprit » - à cause de votre foi ou à cause de vos œuvres ? Poser la question, c'est y répondre. Le Saint-Esprit a été donné le jour de la Pentecôte comme une promesse faite à ceux qui croiraient (Jean 7 :39 ; 14 :26 ; Actes 1 :5,8). Et quand cela s'est produit, c'était à cause de la promesse de Dieu qu'il appliquait à ceux qui avaient foi en lui, comme nous le voyons dans Actes 1:4,5 :

Actes 1

4 Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s'éloigner de Jérusalem, mais d'attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il;

5 car Jean a baptisé d'eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit.

(LSG)

Un deuxième argument que Paul fait ressortir concerne un retour à ce que l'on croyait avant la venue de Christ.

3 Êtes-vous tellement dépourvus de sens? Après avoir commencé par l'Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair?

Encore une fois, Paul déclare qu'ils sont insensés (inintelligents, imprudents). Mais pourquoi ont-ils été traités d'imbéciles une seconde fois ? Parce qu'ils avaient commencé par l'Esprit, Paul se réfère au tout début de leur naissance spirituelle. Ils étaient venus à Christ par l'action du Saint-Esprit en eux. Il était l'auteur de leur illumination.

Tite 3

4 Mais, lorsque la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés,

5 il nous a sauvés, non à cause des oeuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit,

6 qu'il a répandu sur nous avec abondance par Jésus-Christ notre Sauveur,

7 afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, en espérance, héritiers de la vie éternelle.

(LSG)

Veuillez noter ce que Paul a écrit à Tite : « non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites ». Mais le salut passe par : « par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit ». C'est ainsi qu'ils avaient commencé leur voyage avec le Seigneur, mais à cause d'un nouvel évangile tordu donné par les judaïsants, ils s'étaient maintenant tournés vers un évangile différent - et en fait assez ancien !

v.3 ... Après avoir commencé par l'Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair?

Les Galates étaient passés de vivre dans « l'Esprit » et  marcher dans l'Esprit  à finir (EPITELEOS), ce qui signifie : accomplir davantage ou finir « par la chair ». En d'autres termes, ils ont accepté le mensonge selon lequel la chair peut vous rapprocher du Seigneur Dieu. Ils croyaient que vous pouviez plaire à Dieu par la chair. Que la chair était maintenant un meilleur chemin vers une vie en harmonie avec Dieu ! C'était si loin de la vérité comme nous le voyons dans :

Jean 4

23 Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.

24 Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent, l'adorent en esprit et en vérité.

(LSG)

Les Galates avaient oublié les paroles du Christ concernant le vrai culte. Cela devait être fait « en esprit et en vérité » et non « en chair et en vérité ». Ce sont les adorateurs que le Père recherche – ceux qui adorent « en esprit et en vérité ». Les Galates n'adoraient pas le Père dans l'un ou l'autre, parce qu'ils désiraient maintenant adorer le Seigneur Dieu dans la chair et dans l'erreur. Vous ne pouvez pas être rendu parfait par la chair, car c'est à cause de la chair que vous péchez !

Romains 7

5 Car, lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort.

6 Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli.

(LSG)

Nous sommes morts à la chair et avons été délivrés de la Loi, afin que « nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli. ». Les Galates revenaient à « la lettre qui a vieilli » après avoir rejeté le Saint-Esprit. Combien de disciples peuvent avoir cette même tentation ? Croire une fois de plus que ce que vous faites pour Dieu, vos efforts, vos labeurs et votre travail acharné ont du mérite, de la valeur pour PLAIRE à Dieu. S'il vous plaît ne vous méprenez pas ! Ce que nous faisons « en Christ » a du mérite et le Seigneur nous récompensera pour les avoir faits (Mat. 10 :42). Mais ce que nous faisons « dans la chair » est inimitié contre Dieu (Romains 8 : 7).

4 Avez-vous tant souffert en vain? si toutefois c'est en vain.

Un autre argument était leur souffrance. Comme tous les Disciples du Christ, les églises de Galatie avaient souffert à cause de leur témoignage de Jésus comme Seigneur et Sauveur. Pour certains cela signifiait la mort, pour d'autres le bannissement ou l'emprisonnement. Avaient-ils oublié toutes les souffrances qu'ils avaient endurées ? Avaient-ils souffert parce qu'ils « marchaient selon la chair » ou puisqu'ils « marchaient maintenant selon l'Esprit » ? S'ils avaient marché dans la chair (en suivant la Loi de Moïse et les traditions des Anciens), il n'y aurait eu aucun problème, car ils auraient vécu comme les Juifs sous la Loi. C'est la nouvelle liberté que Christ a donnée au croyant qui a causé la souffrance. Vos souffrances ont-elles été vaines, demande Paul ? Avez-vous oublié pourquoi vous avez tant souffert ? Pourquoi alors retournes-tu ? Serait-ce parce que tu ne veux plus souffrir pour le Christ ?

5 Celui qui vous accorde l'Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les oeuvres de la loi, ou par la prédication de la foi?

Paul se tourne maintenant vers Dieu comme argument contre cet évangile tordu. Paul pose aux Galates la question suivante : Pourquoi Dieu « qui vous accorde l'Esprit » et aussi « qui opère des miracles parmi vous » le fait-il ? Pourquoi Dieu se manifeste-t-il par des miracles et aussi par le don du Saint-Esprit ? Fait-il ces choses parce que vous travaillez si dur pour observer la Loi ? Le fait-il parce que vous avez abaissé le sacrifice de Jésus qui est unique ? Était-ce à cause de vos « œuvres de la Loi » ou plutôt « la prédication de la foi » ? Le simple fait de poser la question indique la réponse évidente. C'était à cause de votre foi ! Avant la foi, il n'y avait PAS DE MIRACLES et il n'y avait pas de don du SAINT-ESPRIT. Alors, arrêtez ce que vous êtes en train de faire et réfléchissez-y – comment Dieu voit-il les choses ?

Cette section parle de la foi victorieuse sur les œuvres (la chair). Après avoir parlé de Christ (v.1), du Saint-Esprit (v.2-4) et du Père (v.5), Paul apporte maintenant un argument qui a à voir avec le « père de la foi » - Abraham. En tant que Juif, vous aviez une singulière admiration pour Abraham.

- Le Très-Haut n'a-t-il pas été appelé le Dieu d'Abraham (Gn 28, 13)

- Les Juifs n'étaient-ils pas les descendants d'Abraham (2 Chron. 20:7)

- N'étaient-ils pas aussi appelés la semence d'Abraham (Ps. 105:6)

- Le Christ n'était-il pas aussi appelé le fils d'Abraham (Mat. 1:1)

- Les femmes juives n'étaient-elles pas appelées les filles d'Abraham (Luc 16:13)

- N'étaient-ils pas aussi connus comme fils de la famille d'Abraham (Actes 13:26)

Les Juifs étaient profondément enracinés dans la personne d'Abraham, alors Paul apporte très sagement son dernier argument en amenant Abraham à la barre.

 

6 Comme Abraham crut à Dieu, et que cela lui fut imputé à justice,

7 reconnaissez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d'Abraham.

8 Aussi l'Écriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d'avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham: Toutes les nations seront bénies en toi!

9 de sorte que ceux qui croient sont bénis avec Abraham le croyant.

Au verset six, Paul établit la relation entre Abraham et Dieu et, comme nous le verrons, ce n'était pas par les "œuvres", mais par la foi qu'Abraham l'avait.

6 Comme Abraham crut à Dieu, et que cela lui fut imputé à justice,

Paul utilise ce même argument dans sa lettre aux Romains (Romains 4 : 3) et arrive à la même conclusion, sa foi « lui fut imputé à justice » (Romains 4 : 5). Jacques utilise également le même argument (Jacques 2:23) parlant de la foi d'Abraham qui s'est manifestée en faisant ce que Dieu lui avait demandé de faire, mais pas pour la justice. Paul dit simplement que lorsque Dieu voit une personne qui a une foi réelle en ce qu'il dit, alors il lui applique la justice. Vous voyez qu'en ajoutant des œuvres à ce que Christ avait fait à la croix, ces faux enseignants ne croyaient pas ce que Dieu disait au monde entier.

Jean 3

36 Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.

(LSG)

La justice n'est donnée que sur la base de notre foi en Dieu et non en ajoutant ou en soustrayant quoi que ce soit. Il y a même une malédiction pour ceux qui agissent ainsi (Apoc. 22:18,19).

7 reconnaissez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d'Abraham.

Tous les juifs se croyaient « fils d'Abraham », ils s'en glorifiaient même ! Mais l'argument que Paul apporte montre que tous ne sont pas de vrais fils d'Abraham, mais que seuls ceux qui ont la foi (comme Abraham l'a fait) peuvent vraiment être appelés fils d'Abraham ! Paul a également écrit dans Romains que les vrais circoncis (juifs) n'étaient pas ceux de la chair, mais qui ont le "cœur circoncis" (de l'Esprit).

Romains 2

28 Le Juif, ce n'est pas celui qui en a les dehors; et la circoncision, ce n'est pas celle qui est visible dans la chair.

29 Mais le Juif, c'est celui qui l'est intérieurement; et la circoncision, c'est celle du coeur, selon l'esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu.

(LSG)

Paul va maintenant passer d'une relation Abraham-Juif à une relation Abraham-Gentil.

8 Aussi l'Écriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d'avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham: Toutes les nations seront bénies en toi!

9 de sorte que ceux qui croient sont bénis avec Abraham le croyant.

 

En apportant l'Écriture, Paul utilise un argument que personne ne peut réfuter – pas même les judaïsants ! Paul parle de la façon dont le plan de Dieu incluait à la fois les Juifs ET les Gentils ! Ils deviendraient tous deux justes par le même moyen – la foi en Jésus Christ ! Pour un Juif, cela aurait été difficile à accepter. Non pas parce que Dieu a dit qu'il en serait ainsi, mais à cause de leur orgueil. Les Juifs pensaient que l'amour de Dieu était entièrement pour eux ! Ils avaient oublié ce que Dieu avait dit au père de leur foi " Toutes les nations seront bénies en toi ". TOUTES les nations et pas seulement les Israélites ! Paul conclut ainsi :

9 de sorte que ceux qui croient sont bénis avec Abraham le croyant.

Qui sont les bienheureux – " ceux qui croient ". Comment reçoivent-ils cette bénédiction – à cause de leur foi. Où est la place des œuvres – nulle part ?. Abraham a été sauvé par la foi et tous ceux qui ont la foi sont comme Abraham. Ne laissez personne vous enseigner différemment ! Après tout, le Père, le Fils, le Saint-Esprit et les Écritures ne sont-ils pas suffisants pour témoigner que la justice vient de la foi et non des œuvres de la chair ?

Et toi mon ami ? Où en êtes-vous ? De qui dépend entièrement votre salut ? sur vous-même, Christ ou un mélange des deux ? Le Père, le Fils, le Saint-Esprit et les Écritures donnent tous le même témoignage. Le salut n'est que par Jésus (Jean 14:6). Si vous n'avez pas reçu Christ comme votre Sauveur, pourquoi ne pas incliner la tête maintenant et lui demander par une simple prière honnête.

retour au menu

10-galatians

11 - La malédiction de la loi

Galates 3:10-14

 

Galates 3

10 Car tous ceux qui s'attachent aux oeuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique.

11 Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu'il est dit: Le juste vivra par la foi.

12 Or, la loi ne procède pas de la foi; mais elle dit: Celui qui mettra ces choses en pratique vivra par elles.

13 Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, -

14 afin que la bénédiction d'Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus-Christ, et que nous reçussions par la foi l'Esprit qui avait été promis.

(LSG)

Paul continue de dire aux Galates à quel point ils sont insensés en se tournant vers la Loi au lieu de continuer avec la foi en Christ. Veuillez noter que Paul fait référence à la « loi » à cinq reprises et à la « foi » à trois reprises. Ils seront constamment juxtaposés.

10 Car tous ceux qui s'attachent aux oeuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique.

Le premier commentaire que Paul fait concernant la Loi est l'ABSENCE totale de pardon, de compassion et de tolérance. Paul dit en fait que si une personne se place sous la règle de la Loi, elle s'est automatiquement placée sous une malédiction (KATARA) signifiant : imprécation, exécration. Une malédiction est le contraire d'une bénédiction (Héb. 6:7,8). Paul dit aux Galates qu'en se plaçant sous le règne de la Loi, ils rejettent en fait les bénédictions dont le Seigneur désire les combler ! Le problème avec la Loi est qu'elle exige la perfection. Puisqu'il n'y a pas de pardon, de compassion et de tolérance, rien d'autre que la perfection n'est acceptable ! L'apôtre Jacques a écrit un verset très descriptif concernant la Loi qui ne doit jamais être oublié :

Jacques 2

10 Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous.

(LSG)

Paul dit que « maudit est quiconque ». Il n'y a pas d'exception à la règle ! Si vous enfreignez la loi, même le moindre dérapage, alors vous êtes maudit ! C'est une question d'être juste devant le Seigneur Dieu. Il faut être saint à 100% pour entrer en sa présence. Certains enseignaient que c'était par l'observance de la Loi que l'on devenait juste, d'autres par la foi en Christ qui offre sa justice à ceux qui ont foi en lui (Romains 1 :17 ; 3 :21,22,26 ; 4 :5 ; 5 :17, etc.). Pensez à toutes les personnes aujourd'hui qui croient qu'elles peuvent être avec Dieu PARCE qu'elles ont observé sa Loi ! Ils se trompent tous et se dupent eux-mêmes en croyant qu'ils peuvent observer parfaitement la Loi tout le temps !

Paul poursuit en écrivant « Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique. ». Garder la Loi de Dieu ne signifie pas que vous choisissez ce que vous voulez faire et que vous oubliez le reste ! Cela signifie que vous faites TOUT ce que la Loi dit TOUT le temps sans jamais manquer un aspect infime et si vous ne le faites pas, vous êtes " sous la malédiction ". Un autre aspect de ce verset que j'aimerais que vous considériez est " met pas en pratique ". Nous vivons dans un monde où les vœux pieux sont acceptables. Nous avons plein d'excuses pour ne pas faire ce que nous devrions avoir. « Je n'ai pas eu le temps » ou « J'ai failli le faire » ou « Je le voulais vraiment, mais… ». Avec la loi, ce « je voulais vraiment le faire, mais je ne pouvais tout simplement pas » n'existe pas. La Loi est là et demande à être exécutée. Tout ce qui est inférieur à cela nous attire une malédiction. On se demande pourquoi on voudrait revenir à un système d'observation des Lois après avoir goûté à la grâce de Dieu ! Puissions-nous ne jamais penser que garder la Loi est plus digne que de vivre par la foi.

11 Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu'il est dit: Le juste vivra par la foi.

Un autre aspect de la loi que Paul rappelle aux Galates est que la loi n'a jamais été censée apporter la justification " nul ne soit justifié devant Dieu par la loi ". La loi ne rend jamais la personne juste devant Dieu. Le mot justifié (DIKAIOO) signifie : rendre juste ou innocent. L'innocence perdue dans le jardin d'Éden ne peut jamais être retrouvée en suivant les lois données par Dieu. Tous ont maintenant été infectés par le péché, c'est dans notre nature, le tissu même de notre être. Il est en nous et contrôle nos membres. Même si nous pouvions suivre la Loi parfaitement (et nous ne le pouvons pas), cela n'efface pas nos péchés passés et n'éradique pas notre nature pécheresse. Nous sommes toujours ce que nous sommes – des pécheurs devant Dieu. Puisque la violation d'une loi apporte le jugement (Jacques 2:10) je suis condamné ! La Loi ne justifie jamais, elle condamne seulement. Où est la solution à mon dilemme ?

v.11 ... Le juste vivra par la foi.

Ici, nous voyons à nouveau le choc entre les deux. Ce que la loi ne peut apporter, la foi l'offre ! Ce que la Loi ne peut pas donner (le pardon, la compassion et la tolérance), la foi abonde. Si quelqu'un désire être juste devant Dieu, il n'y a qu'un seul moyen de l'obtenir : la foi en Jésus-Christ. Foi qu'il a parfaitement accompli TOUTE la Loi à votre place. Si cela était évident pour Paul, il semble que ce n'était plus le cas pour de nombreux Galates. Une fois que vous êtes éclairé par le Saint-Esprit, comment pouvez-vous désirer faire demi-tour et vous placer sous l'autorité de la Loi ? Pouvez-vous maintenant voir à quel point ce « nouvel évangile » était tordu ? Cher ami, si vous travaillez toujours pour faire ce que la loi ordonne d'être justifié devant Dieu – ARRÉTEZ ! Tournez-vous vers Christ et laissez-le devenir votre justification !

Romains 5

18 Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s'étend à tous les hommes.

(LSG)

Paul va maintenant présenter le Sauveur dans son argumentation en faveur de la foi. Car notre foi se trouve dans la personne du Christ et du Christ seul.

12 Or, la loi ne procède pas de la foi; mais elle dit: Celui qui mettra ces choses en pratique vivra par elles.

13 Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, -

14 afin que la bénédiction d'Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus-Christ, et que nous reçussions par la foi l'Esprit qui avait été promis.

 

Avez-vous déjà essayé de mélanger de l'eau avec de l'huile ? Vous pouvez secouer le récipient autant que vous voulez en ajoutant de vigueur. Vous pouvez changer le récipient du plastique au verre. Vous pouvez changer la couleur du conteneur. Vous pouvez changer ce que vous portez tout en secouant et même changer de place, le résultat restera toujours le même. L'eau et l'huile ne "deviendront jamais qu'un". Ils se sépareront toujours les uns des autres. L'huile flottera toujours sur l'eau. N'essayez pas de mélanger la loi et la foi, elles ne « deviendront jamais une seule ». Paul le dit : « la Loi n'est pas de la foi ». Quelle que soit la combinaison que vous essayez de faire travailler ensemble, cela n'arrivera jamais. Paul explique pourquoi dans Romains :

Romains 3

27 Où donc est le sujet de se glorifier? Il est exclu. Par quelle loi? Par la loi des oeuvres? Non, mais par la loi de la foi.

28 Car nous pensons que l'homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la loi.

(LSG)

Paul continuera à parler de la « malédiction de la loi ». Nous savons que lorsque nous enfreignons la loi, notre conscience nous dérange. Nous savons que nous devons nous détourner du péché et parfois nous échouons – nous le faisons tous. Si nous ne respectons pas la Loi, alors il y a un jugement sur nous. Alors que dois-je faire ?

13 Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois,

C'est là que Christ intervient - c'est pourquoi il est appelé le Sauveur. Il est venu nous sauver de la « malédiction de la Loi ». Mais comment fait-il cela ? « Christ nous a rachetés de la malédiction de la Loi ». Il nous a « rachetés » (EXAGORAZO) signifiant : par le paiement d'un prix pour se soustraire au pouvoir d'autrui, rançonner, racheter. Il y avait une transaction légale entre le Père et le Fils. Le Fils a fait quelque chose en retour pour lequel le Père ferait aussi quelque chose. Ce que le Fils a fait était de racheter (d'acheter) donc de sauver ceux qui viendraient à lui pour le salut. Le prix de la rédemption (l'achat) était son effusion de sang sur la croix. C'est la mort de Christ qui a payé pour mes péchés. À son tour, le Père accorderait un pardon total à ceux qui mettaient leur foi en Jésus-Christ.

Romains 5

9 A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère.

(LSG)

Colossiens 1

20 il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix.

(LSG)

Ce que Paul enseigne, c'est que Jésus " étant devenu malédiction pour nous ". Le facteur péché dans l'individu a été transféré à Christ et il est devenu péché à notre place. C'est la merveille de la grâce de Dieu !

2 Corinthiens 5

19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.

20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu!

21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.

(LSG)

Quand et où cet acte de transfert de mes péchés sur Jésus a-t-il eu lieu ? Paul écrit : « Maudit est quiconque est pendu au bois » (Deut. 21:22). Quand Jésus a été cloué sur la croix, il est devenu une malédiction à notre place. C'est à ce moment que la colère de Dieu tomba sur lui et que les péchés furent jugés. Vous souvenez-vous des paroles du Christ lorsqu'il était sur la croix ?

Matthieu 27

46 Et vers la neuvième heure, Jésus s'écria d'une voix forte: Éli, Éli, lama sabachthani? c'est-à-dire: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?

(LSG)

Il a été « abandonné » (EGKATALEIPO) signifiant : totalement abandonné, totalement délaissé - par le Père. Le Père détourna son visage de lui. L'harmonie parfaite qu'ils avaient goûtée de toute éternité était rompue. La colère du Père est tombée sur le Fils bien-aimé ! Le Fils a reçu le jugement de tous mes péchés. À la croix, Jésus a été abandonné comme j'aurais dû l'être.

Avez-vous déjà pensé à quel point il a dû être difficile pour le Père de frapper son propre Fils avec vos péchés ? Croyez-vous réellement que le Père a fait cela par plaisir ? Vous souvenez-vous de ce que le Père avait dit au sujet du Fils ?

Matthieu 3

17 Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection.

(LSG)

Cela parle de la relation du Père avec le Fils : « mon Fils bien-aimé » (EUDOKEO) signifiant : bien penser, approuver. Le Père a approuvé tout ce que le Fils a fait, une parfaite harmonie entre eux deux. Quand le Père a frappé le Fils, ce n'était pas à cause de quoi que ce soit que le Fils avait fait, c'était pour sauver votre âme du châtiment éternelle ! Nous voyons au verset quatorze qu'il y a deux raisons pour lesquelles le Fils nous a rachetés de la malédiction de la Loi :

14 afin que la bénédiction d'Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus-Christ, et que nous reçussions par la foi l'Esprit qui avait été promis.

La première est que le croyant recevrait la bénédiction d'Abraham. Il y a deux versets que je voudrais porter à votre attention concernant cette bénédiction d'Abraham.

Genèse 18

18 Abraham deviendra certainement une nation grande et puissante, et en lui seront bénies toutes les nations de la terre. (LSG)

 

C'est la bénédiction originale que le Seigneur Dieu a donnée à Abraham. Il deviendra une nation grande et puissante (les Israélites) et que par lui toutes les nations recevront une bénédiction - grâce à Jésus-Christ le Messie (un descendant d'Abraham - Luc 3: 23-34)

Genèse 22

18 Toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, parce que tu as obéi à ma voix.

(LSG)

La deuxième bénédiction concerne la valeur de la foi active. Ici, nous voyons que la bénédiction que toutes les nations recevront sera donnée À CAUSE de la foi active d'Abraham. Il a cru Dieu et a été béni. Maintenant, ceux qui croiraient plus tard verraient également leur foi imputée à justice (Rom. 4:3-5).

La deuxième raison pour laquelle Christ nous a rachetés de la malédiction de la Loi est que « nous reçussions par la foi l'Esprit qui avait été promis ». L'une des raisons pour lesquelles un croyant reçoit le Saint-Esprit est qu'il est le sceau de notre rédemption.

Ephésiens 4

30 N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.

(LSG)

Le sceau du Saint-Esprit garantit la promesse de Dieu que tu es pardonné et que tu es devenu son enfant. Puissions-nous nous réjouir et être confiant, sachant que notre foi en Christ nous a donné le salut. Puissions-nous être éternellement reconnaissants à Dieu pour son amour qui nous a été manifesté à la croix.

Romains 5

8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.

(LSG)

retour au menu

11-galatians

12 - La promesse ou la loi?

Galates 3: 15-20

 

Galates 3

15 Frères (je parle à la manière des hommes), une disposition en bonne forme, bien que faite par un homme, n'est annulée par personne, et personne n'y ajoute.

16 Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n'est pas dit: et aux postérités, comme s'il s'agissait de plusieurs, mais en tant qu'il s'agit d'une seule: et à ta postérité, c'est-à-dire, à Christ.

17 Voici ce que j'entends: une disposition, que Dieu a confirmée antérieurement, ne peut pas être annulée, et ainsi la promesse rendue vaine, par la loi survenue quatre cent trente ans plus tard.

18 Car si l'héritage venait de la loi, il ne viendrait plus de la promesse; or, c'est par la promesse que Dieu a fait à Abraham ce don de sa grâce.

19 Pourquoi donc la loi? Elle a été donnée ensuite à cause des transgressions, jusqu'à ce que vînt la postérité à qui la promesse avait été faite; elle a été promulguée par des anges, au moyen d'un médiateur.

20 Or, le médiateur n'est pas médiateur d'un seul, tandis que Dieu est un seul.

(LSG)

N'oublions pas que Paul enseigne aux Galates les raisons pour lesquelles ils sont fous de vouloir revenir à la Loi. Il a d'abord enseigné que nous devons chercher la justification en Christ (2:15-21) puis il a parlé d'être justifié par la foi (3:1-9). Il a ensuite écrit sur la malédiction de ceux qui sont sous la Loi (3:10-14) et maintenant, il parlera de la promesse de Dieu à Abraham. En réalité, Paul détruit les arguments que les faux enseignants donnaient à l'appui de la nécessité de suivre la Loi AVEC Christ afin d'être sauvé.

15 Frères (je parle à la manière des hommes), une disposition en bonne forme, bien que faite par un homme, n'est annulée par personne, et personne n'y ajoute.

Il commence à parler des relations humaines, puis s'en servira comme d'un tremplin pour parler des relations divines entre Dieu et l'homme. Dans cette section, nous devons savoir ce qu'est une « alliance » parce que c'est ce sur quoi Paul insiste. Le dictionnaire biblique illustré de Nelson (p. 259) nous donne une définition du mot « Covenant » :

ALLIANCE : Un accord entre deux personnes ou deux groupes qui impliquent des promesses de la part de l'un envers l'autre. Le concept d'alliance entre Dieu et son peuple est l'une des vérités théologiques les plus importantes de la Bible. En concluant une alliance avec Abraham, Dieu a promis de bénir ses descendants et d'en faire son peuple spécial. Abraham, en retour, devait rester fidèle à Dieu et servir de canal par lequel les bénédictions de Dieu pourraient couler vers le reste du monde (Gen. 12:1-3). - Traduction Libre

En d'autres termes, une alliance est une promesse solennelle qui est faite. Dans le cas de Dieu, c'est sa parole solennelle qui est donnée, qu'il agira d'une certaine manière. Au verset quinze, Paul parle d'une « disposition » (DIATHEKE) signifiant : un contrat, une alliance, un testament (notez que la Bible est divisée en deux, l'Ancien et le Nouveau Testament). Que dit Paul à propos du testament (disposition) d'un homme ?

v.15 ... une disposition en bonne forme, bien que faite par un homme, n'est annulée par personne, et personne n'y ajoute.

Lorsqu'un testament est ratifié, il ne peut jamais être modifié. Ce qui donne autorité à un testament, c'est le décès de celui qui l'a rédigé. Un testament ne peut être appliqué avant le décès de son auteur. J'ai personnellement un testament (un testament) et mon épouse ainsi que mes enfants ne peuvent pas hériter avant ma mort. Une fois que je mourrai, ils pourront recevoir ce que je leur ai laissé. Dans le cas de l'alliance que Dieu a faite avec Abraham, une mort devait se produire pour la rendre valide – et une mort s'est produite. Lorsque Dieu a renouvelé son alliance avec Abram, il a demandé à Dieu comment il saurait qu'il recevrait l'héritage promis (Gen. 15:8). Dieu lui a dit ce qui suit :

Genèse 15

8 Abram répondit: Seigneur Éternel, à quoi connaîtrai-je que je le posséderai?

9 Et l'Éternel lui dit: Prends une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et une jeune colombe.

10 Abram prit tous ces animaux, les coupa par le milieu, et mit chaque morceau l'un vis-à-vis de l'autre; mais il ne partagea point les oiseaux.

11 Les oiseaux de proie s'abattirent sur les cadavres; et Abram les chassa.

(LSG)

Comme vous pouvez le voir, du sang a été versé et un décès est survenu. La mort de ces animaux a scellé l'alliance que le Seigneur Dieu a conclue avec Abram. Le Seigneur a fait un pas de plus :

Genèse 15

17 Quand le soleil fut couché, il y eut une obscurité profonde; et voici, ce fut une fournaise fumante, et des flammes passèrent entre les animaux partagés.

18a En ce jour-là, l'Éternel fit alliance avec Abram,...

(LSG)

Le Seigneur lui-même a confirmé son alliance avec Abram en passant par les carcasses divisées. Nous y reviendrons plus tard. Ce que Paul souligne, c'est que lorsqu'une personne meurt, le testament devient valide. Ce qu'il précise également, c'est qu'un testament valide ne peut être ni annulé ni modifié. Examinons ces deux faits intéressants.

Tout d'abord, Paul écrit que l'alliance d'un homme ne peut pas être « annulée ». Ce mot (ATHETEO) signifie : écarter, dés-estimer, neutraliser. En d'autres termes, lorsque vous rédigez un testament, personne ne peut le modifier. Vous êtes la seule personne habilitée à le faire. Si cela est vrai de l'homme, (et il l'est) combien plus du Dieu souverain de l'univers ! En disant cela, Paul explique que peu importe ce que vous entendez, ou ce que les gens disent et font, rien de ce qu'ils enseignent ne change quoi que ce soit, parce qu'ils n'ont aucune autorité sur l'alliance de Dieu !

Deuxième Paul écrit que personne ne peut y « ajoutées ». Ce terme (EPIDIATASSOMAI) parle de : compléter ou ajouter à. Non seulement l'alliance d'un homme ne peut être modifiée par personne d'autre que lui-même, mais personne ne peut ajouter des conditions différentes à ladite alliance. Par exemple, si je vous donne 1 000 dollars une fois que je meurs en héritage, personne ne peut ajouter une condition en disant : « Vous ne pouvez recevoir les 1 000 dollars que si vous renoncez à Internet ! Encore une fois, c'était pour enseigner aux Galates que personne ne peut ajouter à ce que Dieu a écrit dans son alliance avec eux. En d'autres termes, personne ne peut enlever ou ajouter à l'alliance de Dieu. C'est exactement ce que ces faux enseignants essayaient de faire dans les églises de la Galatie.

16 Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n'est pas dit: et aux postérités, comme s'il s'agissait de plusieurs, mais en tant qu'il s'agit d'une seule: et à ta postérité, c'est-à-dire, à Christ.

Les promesses de Dieu (ou l'alliance) envers Abraham (qui ne peuvent jamais être modifiées ou ajoutées) étaient également pour « sa postérité ». Paul parle directement de Christ. Cela signifiait que toutes les promesses de Dieu à Abraham devaient être accomplies par le Christ qui est venu par la lignée d'Abraham (Luc 3). Cela signifiait par ailleurs que seuls ceux « qui sont en Christ » sont éligibles pour participer à l'alliance éternelle de Dieu avec Abraham. C'est pourquoi il est impératif d'être sauvé par Christ afin que nous puissions bénéficier des promesses de Dieu et d'être bénis par Lui. Notez que le mot « postérité » est au singulier, Paul souligne qu'il n'y a qu'UN seul qui puisse remplir les exigences de l'alliance - Jésus de Nazareth.

17 Voici ce que j'entends: une disposition, que Dieu a confirmée antérieurement, ne peut pas être annulée, et ainsi la promesse rendue vaine, par la loi survenue quatre cent trente ans plus tard.

De quelle loi Paul parle-t-il ? La loi qui a été donnée à Moïse, qui s'appelle les Dix Commandements. Non seulement cela, mais aussi toutes les autres lois données par Dieu à Moïse alors qu'ils s'aventuraient dans le désert. En tout, il y a 613 lois que les Juifs ont reçues de Dieu. Mais qu'en est-il de l'alliance (promesse) que Dieu avait faite avec Abraham, a-t-elle été abolie à cause des 613 lois données quatre cent trente ans plus tard ? En d'autres termes, l'alliance de grâce donnée à Abraham a été changée en une alliance d'œuvres (Lois).

v.17 ...ne peut pas être annulée, et ainsi la promesse rendue vaine, par la loi survenue quatre cent trente ans plus tard.

La réponse de Paul est NÉGATIVE ! Le mot « annulée » (AKUROO) signifie : annuler, rendre sans effet. Ainsi, l'alliance de Dieu avec Abraham N'A PAS ÉTÉ annulée par les Lois que Dieu a données à Moïse pour les Israélites 430 ans plus tard. Dieu a tenu sa promesse à Abraham - rappelez-vous qu'il est devenu juste parce qu'il a cru en Dieu.

Romains 4

3 Car que dit l'Écriture? Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice.

(LSG)

Tous les croyants peuvent dire « Amen » à cela. Amen que ce n'est pas par les oeuvres de la Loi mais par la promesse que Dieu a faite.

18 Car si l'héritage venait de la loi, il ne viendrait plus de la promesse; or, c'est par la promesse que Dieu a fait à Abraham ce don de sa grâce.

Paul continue son argumentation en faveur de la première promesse, celle donnée à Abraham. De quel héritage parle Paul ? C'est l'alliance que Dieu a faite avec Abraham. La promesse de l'héritage d'une terre qu'il n'avait jamais vue. Ce que l'on appellera plus tard le pays ou coule le lait et du miel. On lui a également promis des descendants aussi nombreux que les étoiles dans le ciel - tout cela à cause de sa foi en Dieu. Le mot « héritage » (KLERONOMIA) signifie : un patrimoine. Paul témoigne que l'héritage d'Abraham, s'il devait être donné à cause des "œuvres" qu'il ferait ALORS, ce n'était plus une promesse, mais quelque chose qui lui était dû. Paul l'explique bien dans sa lettre aux Romains.

Romains 4

1 Que dirons-nous donc qu'Abraham, notre père, a obtenu selon la chair?

2 Si Abraham a été justifié par les oeuvres, il a sujet de se glorifier, mais non devant Dieu.

3 Car que dit l'Écriture? Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice.

4 Or, à celui qui fait une œuvre, le salaire est imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due;

5 et à celui qui ne fait point d'œuvre, mais qui croit en celui qui justifie l'impie, sa foi lui est imputée à justice.

(LSG)

Le fait est qu'Abraham N'A FAIT AUCUNE ŒUVRE et qu'il a reçu l'héritage PROMIS par Dieu simplement parce qu'il croyait honnêtement en Dieu. En plaçant cela dans la perspective des judaïsants qui étaient en Galatie, nous pouvons comprendre ce qui suit. Les judaïsants enseignaient que les promesses de Dieu n'étaient plus des promesses, mais quelque chose pour laquelle il fallait travailler. Par conséquent, ces faux enseignants annulaient l'alliance de Dieu en ajoutant des œuvres qui devaient être faites pour hériter de Dieu. C'est le fondement de toutes sectes, de toutes religions et de toute philosophie spirituelle : qu'il ne faut pas accepter que tout soit fait par la personne de Jésus-Christ (c'est insuffisant) qu'il faut absolument AJOUTER quelque chose à ce qu'il a fait pour obtenir salut. Alors l'héritage est-il accordé par la promesse ou par la Loi ?

v.18 ... Dieu a fait à Abraham ce don de sa grâce.

Cela met fin à la discussion. Le salut n'était pas, n'est pas et ne sera jamais par la loi, mais il le sera pour toujours par la promesse solennelle que Dieu a faite à Abraham. Et n'oubliez jamais que Dieu ne ment pas !

Hébreux 6

16 Or les hommes jurent par celui qui est plus grand qu'eux, et le serment est une garantie qui met fin à tous leurs différends.

17 C'est pourquoi Dieu, voulant montrer avec plus d'évidence aux héritiers de la promesse l'immutabilité de sa résolution, intervint par un serment,

18 afin que, par deux choses immuables, dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, nous trouvions un puissant encouragement, nous dont le seul refuge a été de saisir l'espérance qui nous était proposée.

(LSG)

N'acceptez jamais les mensonges de tant de personnes autour de vous aujourd'hui. Ils s'approchent de vous sous des vêtements de brebis, mais ce sont des loups ravageurs. Ils peuvent même avoir le même langage et les mêmes termes que vous. Alors comme des vipères, ils vous mordront de leur venin, espérant vous asservir avec leurs doctrines des œuvres.

Il faut répondre à une question logique. Si l'héritage n'est pas donné par la loi, pourquoi Dieu a-t-il donné la loi et dit à son peuple de la suivre ? Quel est ainsi le but légitime de la loi ?

19 Pourquoi donc la loi? Elle a été donnée ensuite à cause des transgressions, jusqu'à ce que vînt la postérité à qui la promesse avait été faite; elle a été promulguée par des anges, au moyen d'un médiateur.

La Loi devait être donnée à cause des transgressions du peuple. Puisqu'il n'y avait pas de loi écrite, les gens pouvaient presque faire ce qu'ils voulaient. Certes, Dieu avait placé ses lois dans le cœur des gens (Romains 2 :13-16), mais parce que le cœur des gens était tordu (Jér. 17 :9), ils ont automatiquement tordu la loi parfaite de Dieu. Ainsi, la Loi a été donnée pour manifester le caractère de Dieu et sa volonté parfaite. Nulle part est-il écrit que la Loi A REMPLACÉ la promesse. En fait, la loi a été donnée pour que nous puissions nous considérer comme des pécheurs et courir vers Christ pour le salut.

Romains 3

20 Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi, puisque c'est par la loi que vient la connaissance du péché.

(LSG)

Paul dit que la loi a été donnée « jusqu'à ce que vînt la postérité à qui la promesse avait été faite ». Nous venons d'apprendre que la promesse avait été faite à Christ, qui était la "semence d'Abraham". Ainsi, la loi a été donnée à cause des nombreuses voies pécheresses de l'homme. Cela n'a pas enlevé la promesse faite à Abraham. La Loi était là jusqu'à ce que Christ vienne. Pourquoi donc ? Pourquoi l'esclavage de la Loi n'a-t-il pas continué APRÈS la venue de Christ ? Simplement parce que le Christ a accompli toutes les exigences de la Loi !

Matthieu 5

17 Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.

(LSG)

Christ est venu accomplir la Loi et il l'a fait ! Vous souvenez-vous de ce que Christ a dit sur la croix ?

Jean 19

30 Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit: Tout est accompli. Et, baissant la tête, il rendit l'esprit. (LSG)

 

Paul termine avec ce verset:

20 Or, le médiateur n'est pas médiateur d'un seul, tandis que Dieu est un seul.

Ceci est en référence avec le médiateur de la loi qu'était Moïse. Aussi grand que fut Moïse, le médiateur de la Nouvelle Alliance est supérieur à tous égards.

Hébreux 3

1 C'est pourquoi, frères saints, qui avez part à la vocation céleste, considérez l'apôtre et le souverain sacrificateur de la foi que nous professons,

2 Jésus, qui a été fidèle à celui qui l'a établi, comme le fut Moïse dans toute sa maison.

3 Car il a été jugé digne d'une gloire d'autant supérieure à celle de Moïse que celui qui a construit une maison a plus d'honneur que la maison même.

4 Chaque maison est construite par quelqu'un, mais celui qui a construit toutes choses, c'est Dieu.

5 Pour Moïse, il a été fidèle dans toute la maison de Dieu, comme serviteur, pour rendre témoignage de ce qui devait être annoncé;

6 mais Christ l'est comme Fils sur sa maison; et sa maison, c'est nous, pourvu que nous retenions jusqu'à la fin la ferme confiance et l'espérance dont nous nous glorifions.

(LSG)

retour au menu

12-galatians

13 - La loi qui conduit a Christ

Galates 3:21-25

 

Galates 3

21 La loi est-elle donc contre les promesses de Dieu? Loin de là! S'il eût été donné une loi qui pût procurer la vie, la justice viendrait réellement de la loi.

22 Mais l'Écriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fût donné par la foi en Jésus-Christ à ceux qui croient.

23 Avant que la foi vînt, nous étions enfermés sous la garde de la loi, en vue de la foi qui devait être révélée.

24 Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi.

25 La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue.

(LSG)

L'apôtre Paul vient de finir d'enseigner que le salut passe par la foi et non par les œuvres. Dieu a fait une promesse solennelle à Abraham qui ne peut être annulée ou changée. La Loi a été donnée à cause du cœur pécheur de l'homme et parce qu'il avait besoin de savoir à quel point il était corrompu et comment cela affectait sa relation avec le Seigneur Dieu. Dans cette section, Paul répondra encore à une autre question concernant la Loi.

21 La loi est-elle donc contre les promesses de Dieu? Loin de là! S'il eût été donné une loi qui pût procurer la vie, la justice viendrait réellement de la loi.

Nous avons vu que d'une certaine manière, la Loi et la foi sont comme l'eau et l'huile - elles ne se mélangent tout simplement pas. Nous pouvons nous demander pourquoi Dieu accorderait tant d'importance à la Loi puisqu'elle n'apporte pas la justice. Pourquoi alors les Juifs ont-ils reçu la Loi ? Y a-t-il des avantages en relation avec l'observation de la Loi ? Comme vous le savez peut-être, le Psaume 119 concerne les commandements de Dieu et nous pouvons y trouver tant d'avantages qu'un vrai croyant peut recevoir. J'en ai écrit quelques-uns :

- Il y a des bénédictions à observer la loi (v.1)

- Elle nous maintient sur le droit chemin (v.3)

- Elle est le fondement de notre vie (v.5)

- Cela nous évite d'avoir honte (v.6)- Nous louerons avec un cœur droit (v.7)

- Dieu ne nous abandonnera pas (v.8)

Il y a cinq bénéfices pour garder la Loi trouvés dans les huit premiers versets et il y en a cent soixante-seize ! Imaginez combien d'avantages, vous trouverez si vous faites une étude approfondie de ce Psaume !D'une certaine manière, la loi qui est observée par un cœur pur, apporte des bénédictions sur le croyant, mais elle n'apporte JAMAIS la justice devant Dieu ! Seul Christ peut faire cela (Galates 2 :21; 3 :6).

2 Corinthiens 5

21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.

(LSG)

Donc, « La loi est-elle donc contre les promesses de Dieu ? » En d'autres termes, la loi va-t-elle à l'encontre les promesses (l'alliance) de Dieu ? La loi est-elle un ennemi de la foi ? C'est très important parce qu'aujourd'hui encore, il y a ceux qui méprisent "la loi" en disant qu'elle est inutile puisque nous sommes "sous la grâce". Je crois qu'ils disent cela puisqu'ils ne comprennent pas le rôle que joue la loi dans le plan de Dieu. Nous avons vu que ce n'est pas le rôle de la Loi d'apporter le salut. Ici, nous verrons à quoi la loi était destinée.

v.21 La loi est-elle donc contre les promesses de Dieu? Loin de là!

Dans certaines traductions plus anciennes, la réponse de Paul est "Dieu nous en préserve", ce qui lui donne un sens très clair. La Loi ne sera jamais, jamais, jamais contraire aux promesses de Dieu ! L'idée d'être « contre » signifie : opposé, à l'encontre. Comme dans un match de boxe, pour certains a loi combat la foi comme si elle était adversaire. Mais ce n'est pas vrai, l'un n'est pas contre l'autre. Ils ont en fait deux rôles différents dans le salut. Il ne faut jamais se confondre – la Loi n'est pas un moyen de salut.

v.21 ... S'il eût été donné une loi qui pût procurer la vie, la justice viendrait réellement de la loi.

Ici, Paul déclare ce que la Loi n'est pas capable de « procurer la vie ». Ce terme (ZOOPOOIEO) signifie : faire vivre, donner la vie, vivifier. C'est ce que la Loi ne peut jamais faire – elle ne peut jamais donner la vraie vie spirituelle. Simplement parce que la Loi active le péché, Paul l'explique dans Romains.

Romains 7

5 Car, lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort.

(LSG)

Romains 7

8 Et le péché, saisissant l'occasion, produisit en moi par le commandement toutes sortes de convoitises; car sans loi le péché est mort.

(LSG)

Romains 7

11 Car le péché saisissant l'occasion, me séduisit par le commandement, et par lui me fit mourir.

(LSG)

La Loi chez l'homme : porte des fruits jusqu'à la mort (7:5), toutes sortes de mauvais désirs (7:8) et cela m'a tué (7:11). Comme vous pouvez le voir, la loi ne donne pas la vie, mais plutôt la mort spirituelle.

22 Mais l'Écriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce qui avait été promis fût donné par la foi en Jésus-Christ à ceux qui croient.

Paul utilise les Écritures comme fondement de ses enseignements – et nous devrions tous en faire autant. Ce n'est jamais ce que je crois qui est juste, mais ce que dit la Bible qui est vrai. Quel est donc le témoignage des Écritures ? l'Écriture a « tout renfermé sous le péché ». Paul dit que le péché enferme (ou inclut) TOUT LE MONDE. Toute l'humanité a été marquée par le péché, il n'y a pas d'exceptions. S'il y a une chose qui unit toute l'humanité, quelle que soit la couleur de sa peau, sa langue, ses traditions et son apparence physique, c'est le PÉCHÉ. Mais pourquoi l'humanité est-elle enfermée sous le péché ?

v.22 ... afin que ce qui avait été promis fût donné par la foi en Jésus-Christ à ceux qui croient.

Ce que Dieu fait, c'est qu'il place tout le monde sous la domination du péché et offre ensuite le salut à ceux qui croient en Christ. Il y a une cause de mort spirituelle et c'est le péché. Il n'y a aussi qu'un seul remède pour nous guérir de notre mort spirituelle et c'est Jésus-Christ. Il n'y a ni confusion ni malentendu. Tous sont pécheurs et tous ont besoin de Christ pour être sauvés (Rom. 3:23). Veuillez noter ce qui est écrit « donné par la foi en Jésus-Christ ». Jésus est un don de Dieu – le Père à tous ceux qui se repentent de leurs péchés. Donné (DIDOMI) signifie : accorder, octroyer, offrir. Par la foi, le Fils est donné au croyant. Si quelqu'un dit qu'il n'est pas un pécheur, alors il ne reçoit pas le Fils comme son Rédempteur, simplement parce qu'il ne croit pas qu'il a besoin de lui ! Mais qu'arrive-t-il à la personne qui rejette le Fils ?

Jean 3

36 Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.

(LSG)

La personne qui n'a pas besoin de Jésus parce qu'elle essaie d'être justifiée par la Loi, reçoit la colère de Dieu ! Ce dont il essaie de se débarrasser par la Loi ne fait que l'amplifier ! Celui qui vit selon la Loi ne verra jamais la vie et la colère de Dieu demeure sur lui ! Combien sont insensés ceux qui sont remplis d'orgueil et mettent Christ de côté ! J'espère, cher ami, que vous n'êtes pas l'un d'entre eux – que vous avez placé votre foi en la personne du Christ pour vous justifier devant le Père.

23 Avant que la foi vînt, nous étions enfermés sous la garde de la loi, en vue de la foi qui devait être révélée.

Paul peint une image de ce à quoi ressemblait une personne avant que la foi ne lui donne une nouvelle vie. Avez-vous déjà vu une photo « avant » et « après » de quelqu'un ? Cela peut être assez révélateur ! Si vous voyiez certaines de mes photos "avant" d'adolescent ou de jeune homme, vous ne croiriez pas que c'était moi. Il y a tellement de différence entre les deux ! Paul parle d'« avant la foi ». À quoi ressemblait une personne, eh bien, il y avait deux choses :

1. Nous étions enfermés par la loi

2. Nous étions sous la garde de la loi

En tant que pécheurs, " nous étions enfermés sous la garde de la loi ". Nous étions en garde à vue (PHROUREO) qui veut dire : monter la garde en sentinelle, garder. Cela donne l'image que nous étions sous l'œil attentif de la Loi. Un peu comme des prisonniers dans la cour de la prison. Il y a des gardes tout autour d'eux qui surveillent tout ce qu'ils font. Et s'ils font quelque chose de mal, instantanément, ils en subissent les conséquences. La loi qui surveille de près les pécheurs déverse instantanément la colère de Dieu sur eux lorsqu'ils la transgressent. La deuxième image est celle d'être "sous la garde de la loi". C'est le même terme que nous avons vu au verset vingt-deux. Cela signifie fermer ensemble, inclure. La raison pour laquelle la loi nous garde en détention àavoir avec la foi. Nous sommes tous ensemble sous le règne de la Loi (en tant que pécheurs) afin que nous puissions également être sous le règne de la foi (en tant que rachetés). Tous sont sous la Loi, mais tous ne sont pas sous la foi. Il faut venir à Jésus pour recevoir la rédemption. Nous sommes invités à venir à Christ et nous devons faire le choix personnel de le faire. Jésus a dit :

Matthieu 11

28 Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.

29 Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.

(LSG)

Jean 5

40 Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie!

(LSG)

Comme vous pouvez le voir, certains ne veulent pas venir à Christ. Ils résistent, ils se battent contre le Saint-Esprit en refusant de se repentir et d'abandonner leur vie à la croix.

Dans la parabole du festin des noces (Mat. 22:1-14) nous voyons que certains qui ont été invités au mariage n'étaient pas disposés à y aller. La plupart des habitants de Jérusalem n'étaient pas disposés à être rassemblés par Christ sous ses ailes (Matthieu 23:37). Résistez-vous toujours à l'appel à la repentance ? Croyez-vous toujours que vous pouvez le faire vous-même ? Êtes-vous toujours sous la garde de la Loi qui n'apporte que la mort ?

24 Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi.

Dans ces deux derniers versets, nous voyons la principale raison pour laquelle la loi a été donnée (en plus de servir de témoignage du caractère de Dieu). La première est que la Loi est « un pédagogue » (PAIDAGOGOS) : un instructeur, maître d'école. Nous avons vu ce que la loi nous enseigne, que nous échouons sans cesse à observer les normes de Dieu. Cela nous enseigne aussi que la colère de Dieu est sur les pécheurs.

Nous avons absolument besoin de la Loi, car elle nous enseigne que nous ne sommes pas comme nous pensons que nous sommes. Personnellement, je ne savais pas que j'étais un tel pécheur jusqu'à ce que la Loi ait été ouverte à ma compréhension par le Saint-Esprit. C'est alors seulement que j'ai vu ma laideur spirituelle ! La loi a mis en lumière tous mes défauts en tant qu'être humain. La Loi est donc une bonne chose parce qu'elle peut nous conduire à Christ. La loi désigne Jésus comme l'unique solution à ma maladie spirituelle. Ce que les faux docteurs indiquaient était exactement le contraire de ce à quoi la Loi était destinée. Ils ont désigné la Loi comme un moyen d'assurer le salut. Alors qu'en vérité cela n'apportait que le jugement ! La preuve que la Loi ne sauve pas est la fin de la phrase :

v.24 ... afin que nous fussions justifiés par la foi.

Justifié par la foi et non par les œuvres de la Loi. Or le mot « justifié » (DIKAIOO) signifie : rendre juste ou innocent, être juste. Je suis rendu juste ou innocent, je deviens juste par la foi en Jésus-Christ. Amen pour ça ! Christ a parfaitement fait tout ce que j'étais appelé à faire, mais que le péché m'a empêché de faire. C'est l'appel de tous les vrais croyants "Le salut par la foi seule". Que Dieu soit béni à jamais ! Quel merveilleux cadeau, il a accordé à tous ceux qui croient. Puissions-nous être éternellement reconnaissants qu'il ait tenu sa promesse faite à Abraham.

25 La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue.

Ce verset explique la conséquence d'avoir foi en Jésus comme votre Sauveur. Bien qu'il y ait beaucoup d'avantages et de bénédictions qui sont donnés à l'enfant de Dieu. Paul parle spécifiquement de celui-ci parce qu'il a à voir avec les faux docteurs qu'il combat. Le vrai croyant n'est plus sous la tutelle de la loi. Rappelez-vous que nous avons vu que la Loi agit comme un tuteur qui pointe vers Christ. Une fois que nous appartenons à Christ par la foi en Lui, le tuteur n'est plus nécessaire. Avez-vous déjà traversé une route en construction ou en réparation ? Des deux côtés de votre voiture, il y a des "cônes" qui vous guident. Mais une fois la construction ou les réparations terminées, les « cônes » disparaissent ! La loi disparaît une fois que vous avez été amenés en toute sécurité à Christ. La loi disparaît parce que vous êtes maintenant arrivé à destination – sain et sauf en Christ. Un appareil dentaire est retirée lorsque vos dents ont été redressées. Un plâtre est retiré lorsque vos os sont réparés. Et la Loi est ôtée puisque Christ est devenu votre Sauveur. Le croyant n'est plus "sous la loi", mais est désormais "sous la grâce". Paul écrit ce qui suit :

Romains 8

1 Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.

2 En effet, la loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort.

3 Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché,

(LSG)

retour au menu

13-galatians

14 - Les fils de Dieu

Galates 3:26-29

 

Galates 3

26 Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ;

27 vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ.

28 Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ.

29 Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham, héritiers selon la promesse.

(LSG)

Cette section est la conclusion de la série d'arguments que Paul a présentée aux églises de la Galatie. D'un côté, c'est incroyable et de l'autre tellement rassurant.

26 Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ;

Avez-vous déjà pensé au nombre incalculable de personnes dans le monde et à ce qu'elles feraient pour avoir cette sécurité ? Je crois que chaque être humain désire profondément savoir ce qui lui arrivera une fois qu'il aura quitté ce monde et pourtant si peu le savent vraiment. Remarquez que Paul dit « vous êtes ». Il ne dit pas, vous pourriez si…. C'est au présent "vous êtes". Cela ne fait aucun doute aux yeux de Dieu, vous n'êtes plus un ennemi.

Jean 1

12 Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu,

13 (1:12) lesquels sont nés, (1:13) non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu.

(LSG)

 

D'autres versets confirment également que ceux qui sont en Christ sont devenus enfants de Dieu (Rom. 8 :14 ; Éph. 5 :8 ; Phil. 2 ;15 :1 Jean 3 :1,2). D'une certaine manière, l'histoire de l'humanité a bouclé la boucle. Au début, alors que nos premiers parents étaient dans le jardin d'Éden, il y avait une parfaite unité entre Dieu et Adam et Ève. Elle a été perdue à cause de leur péché contre le Tout-Puissant. À cause du péché, l'homme est tombé sous la malédiction du jugement de Dieu. Le Christ est venu et s'est offert en sacrifice en se substituant à nous a la croix. Le sacrifice parfait a été accepté par le Père et tous ceux qui se repentent et placent leur foi en Christ comme leurs substituts sont rétablis en tant qu'enfants de Dieu. Pas par la loi ni aucune œuvre qu'ils peuvent faire, mais seulement par le sacrifice de Christ. Jésus était « l'Agneau qui ôte les péchés du monde » (Jean 1:29). Oh, dans quelles grandes profondeurs nos pensées peuvent-elles plonger lorsque nous lisons les paroles suivantes concernant ceux qui sont devenus enfants de Dieu !

Romains 8

35 Qui nous séparera de l'amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l'angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l'épée?

36 selon qu'il est écrit: C'est à cause de toi qu'on nous met à mort tout le jour, Qu'on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie.

37 Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés.

38 Car j'ai l'assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, (8:39) ni les puissances,

39 ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur.

(LSG)

Que Dieu soit béni à jamais ! Que sa gloire resplendisse sur la terre comme au ciel ! Puissions-nous lever les mains et exalter son nom ! Il a fait de tous ceux qui se repentent ses rachetés qui régneront avec lui pour toute l'éternité (Apoc. 22:5). Ami, êtes-vous un enfant de Dieu ? Avez-vous reçu le pardon ? Le sang de Christ a-t-il couvert vos péchés ? Si vous n'êtes pas certain, s'il vous plaît, arrêtez de lire et inclinez la tête et demandez au Christ de vous pardonner et de lui donner votre vie.

26 Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ;

Paul rappelle aux Galates COMMENT ils étaient devenus des « fils de Dieu », c'était « par la foi en Jésus-Christ ». Il n'y avait et il n'y a qu'une seule façon de devenir un enfant de Dieu et c'est par la foi en Jésus. Une fois de plus, Paul martèle cette vérité simplement parce que les faux docteurs apportaient un « nouvel évangile » que nous pouvons appeler « l'évangile de la vérité tordue » ! Ils ont dit : « par le Christ et la Loi », les Écritures disent : « par le Christ seul » (Jean 14 :6). Ils ont dit que « vos œuvres ont une part à votre salut », les Écritures disent que « nous sommes tous impurs et notre justice est comme un chiffon souillé » (Ésaïe 64 : 6). Ils ont déclaré « vous pouvez perdre votre salut », les Écritures ont dit : « il n'y a plus de condamnation » (Rom. 8:1). Comment pouvons-nous mettre de côté la foi pour être sauvé et la remplacer par des œuvres personnelles ou la Loi ? Rappelez-vous ce que l'auteur de l'hébreu a écrit :

Hébreux 11

6 Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.

(LSG)

 

Avec le verset suivant, Paul introduira un nouvel aspect théologique de notre rédemption en Jésus-Christ.

27 vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ.

28 Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ.

Encore une fois, nous voyons que Paul écrit " vous tous ". Il écrit d'abord " vous êtes tous fils de Dieu " (v.26) et maintenant, il écrit " vous tous " (v.27). Il n'y a AUCUNE EXCEPTION concernant qui est devenu un enfant de Dieu et qui a été baptisé « en Christ ». TOUS signifie TOUS. Chacun et chacune : homme, femme et enfant. Tous ceux qui viennent à Christ pour le salut reçoivent le pardon et deviennent un enfant de Dieu. Certains disent qu'il existe deux types différents de chrétiens : ceux qui ont pleinement reçu les bénédictions de Dieu et ceux qui ne les ont pas encore reçues. Les plus spirituels et les moins. Ce n'est pas vrai et ne l'a jamais été. Il n'y a qu'un seul type de chrétien, car ils se tiennent tous en Christ et son sacrifice était le même pour tous - sa mort sur la croix. Mais que veut dire Paul lorsqu'il écrit : « baptisés en Christ » ?

Le terme « baptisé en » vient généralement de Paul. Baptisé (BAPTIZO) signifie : immerger, submergé. Imaginez plonger dans une piscine. Lorsque vous faites cela, vous êtes immergé dans l'eau. Vous êtes littéralement submergé. Gardez cette image à l'esprit et essayez d'imaginer ce que dit Paul. Vous êtes baptisé (immergé) en Christ ou vous avez « plongé en » Christ. Nous savons que c'est le Saint-Esprit qui a baptisé le croyant dans le corps de Christ (1 Cor. 12:13). Quand nous croyons, nous sommes placés spirituellement en Christ pour devenir son corps vivant ici sur terre. Paul utilise également ce terme « baptisé en » dans :

- Rom. 6:3 en ce qui concerne les croyants plongés dans la mort de Christ.

- 1 Cor. 10:2 en ce qui concerne les croyants plongés dans le corps de Christ.

Quant au verset vingt-sept, il est explicite. Ici, être baptisé en Christ signifie : « vous avez revêtu Christ ». Le croyant a été entièrement habillé avec Christ. Le mot " revêtu " (ENDUO) signifie : s'enfoncer dans (un vêtement), s'enfiler, se vêtir. Vous souvenez-vous de la parabole du fils prodigue (Luc 15 :11-32) ? Il était avec son père, puis il a péché contre lui et l'a abandonné. Quand il s'est repenti, il est revenu et a demandé pardon. Avez-vous remarqué ce que le père a fait envers son fils ?

Luc 15

22 Mais le père dit à ses serviteurs: Apportez vite la plus belle robe, et l'en revêtez; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds.

(LSG)

Il s'est débarrassé de ses vêtements sales et malodorants (ayant travaillé avec des cochons) et lui a apporté un nouvel ensemble de vêtements. Lorsque le fils est revenu vers le père, on lui a donné de nouveaux vêtements dans lesquels il s'est enfilé. Le père lui a donné la « la plus belle robe ». Notez également que c'est le père qui l'a mise sur son fils retrouvé ! Puis, il a reçu une bague et des sandales pour ses pieds. Il en est de même pour le croyant que Dieu le Père donne au croyant l'honneur de porter la justice de Christ. Nous sommes « en Christ » comme l'était le fils prodigue « dans ses vêtements neufs ». Nous avons reçu une nouveauté de vie à cause de Christ et nous devrions maintenant vivre cette nouveauté (Eph. 4 :1 ; 17 ; 5 :2 ; 8).

28 Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ.

Dans ce verset, Paul explique que les « tous » sont ceux qui ont été baptisés et revêtus en Christ. Ce verset était assez révolutionnaire (et l'est toujours). C'est révolutionnaire parce que le monde s'est divisé en différents compartiments. Les choses n'ont pas changé, regardez autour de vous et vous verrez. La société est divisée entre les riches et les autres, les bons et les malades, les très intelligents, intelligents et ceux qui manquent d'intelligence, les différentes races, ceux qui sont royaux et ceux qui sont communs, les forts et les faibles, les hommes et les femmes, les doués et ceux qui manquent de talents et ainsi de suite. Du temps de Paul, cela était encore plus accentué. Mais quelque chose d'incroyable se produit quand on est racheté. Oui, la personne est une nouvelle créature en Christ (2 Cor. 5:17) mais sa position a également changé. Avant que le monde ne soit divisé par race, les Juifs et les Grecs. Maintenant, en Christ, il n'y a ni Juif ni Grec. Le monde était divisé par état civil, esclave ou homme libre. Or, en Christ, il n'y a ni l'un ni l'autre. Le monde était divisé par l'identité sexuelle, masculine et féminine. À présent, cela n'existe plus. Ce que nous voyons, c'est que la race, l'état civil et l'identité sexuelle ne créent plus de barrière ou de discrimination devant Dieu (ce qui n'a jamais été le cas). Toutes ces barrières qui infectent l'humanité et causent tant d'épreuves ne résistent pas devant le Seigneur. Certains peuvent dire que certaines races sont supérieures à d'autres, mais pas avec Dieu. D'autres peuvent voir certains comme leurs esclaves, mais cela est absent aux yeux de Dieu. D'autres peuvent faire la ségrégation entre les hommes et les femmes. Ce n'est pas ainsi que Dieu voit les choses. La raison invoquée est la suivante :

v.28 ... car tous vous êtes un en Jésus-Christ.

La raison en est que chaque croyant est " un en Jésus-Christ ". Je voudrais que vous remarquiez une fois de plus le mot « tous ». C'est la troisième fois que Paul utilise ce mot !

- Tous fils de Dieu par la foi (en Christ)

- Tous baptisés en Christ

- Tous un en Christ

En Christ, il n'y a plus de distinctions mondaines. Il n'y a plus de barrières. Les murs sont tous tombés. En Christ, il y a une unité parfaite non seulement avec le Père, le Fils et l'Esprit, mais aussi une unité parfaite entre les vrais croyants. Maintenant, quand je regarde autour de moi, honnêtement, je ne vois pas cette unité parfaite entre les croyants. Pourquoi cela est-il ainsi ? C'est parce que nous ne sommes pas encore devenus parfaits en Christ. Nous avons toujours cette nature déchue en nous qui se rebelle constamment contre le Seigneur. Nous sommes toujours des pécheurs et nos péchés se manifestent sous différentes formes et modes. Mais un jour, les croyants deviendront vraiment semblables à Christ et pour que cela se produise, nous devons passer de ce monde à celui du Père, de ce côté de l'éternité à l'autre. Voici comment Jean l'écrit :

1 Jean 3

2 Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est.

(LSG)

Un jour viendra où tous les rachetés seront révélés comme qui ils sont vraiment en Christ. Ce jour-là, nous serons à 100% qui nous devrions être, parce que nous avons été baptisés et revêtus de Christ (v.26). Jusque-là, nous devons simplement permettre au Saint-Esprit de nous transformer à son image comme un potier transforme un morceau d'argile en quelque chose de beau (Isaïe 64:8; Jérémie 18:6).

29 Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham, héritiers selon la promesse.

Pour terminer cette section, Paul revient au début de son argumentation concernant Abraham et sa foi qui l'a rendu juste devant Dieu (3:6). Il nous a dit que la promesse faite à Abraham concernait sa "semence" (3:16) qui était Christ. On nous a également dit que ceux qui croient deviennent enfants d'Abraham (3:7). Ce que Paul enseigne maintenant, c'est que ceux qui « appartiennent à Christ » sont « la postérité d'Abraham ». Et qu'est-ce que cela nous donne ? Pourquoi est-ce si important ? C'est important à cause de la « promesse » faite par Dieu à Abraham. Puisque nous sommes des descendants spirituels d'Abraham, nous avons ÉGALEMENT hérité de la promesse (l'alliance) de Dieu. Les bénédictions spirituelles promises à Abraham sont devenues nôtres. Tout cela est dû au Christ et à son œuvre rédemptrice à la croix. Les croyants en Christ sont devenus des « héritiers » comme l'était Abraham. Le mot « héritiers » (KLERONOMOS) signifie : dans l'usage messianique, celui qui reçoit sa possession attribuée par droit de filiation. Les croyants sont devenus héritiers de Dieu et nous aurons notre part quand nous entrerons en sa présence.

1 Pierre 1

3 Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d'entre les morts,

4 pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux,

5 à vous qui, par la puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps!

(LSG)

retour au menu

14-galatians

15 - Te temps choisi

Galates 4:1-7

Galates 4

1 Or, aussi longtemps que l'héritier est enfant, je dis qu'il ne diffère en rien d'un esclave, quoiqu'il soit le maître de tout;

2 mais il est sous des tuteurs et des administrateurs jusqu'au temps marqué par le père.

3 Nous aussi, de la même manière, lorsque nous étions enfants, nous étions sous l'esclavage des rudiments du monde;

4 mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi,

5 afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l'adoption.

6 Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père!

7 Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu.

(LSG)

Dans notre dernier chapitre, nous avons vu que les vrais croyants sont devenus enfants de Dieu (3:26) et que par la foi, ils ont hérité avec Abraham. Dans cette section, Paul donnera aux Galates plus de détails sur ce que cela implique d'être un enfant de Dieu.

1 Or, aussi longtemps que l'héritier est enfant, je dis qu'il ne diffère en rien d'un esclave, quoiqu'il soit le maître de tout;

2 mais il est sous des tuteurs et des administrateurs jusqu'au temps marqué par le père.

Paul parle des enfants qui ne sont pas encore devenus adultes avec tous les droits, privilèges et devoirs que cela implique. Ce n'est pas un enfant ordinaire, car c'est un héritier. Il y avait différentes « classes » d'enfants dans l'empire romain, tout comme il y en a aujourd'hui. Il y avait le premier-né qui serait normalement l'héritier, puis ce que j'appellerais les enfants "normaux", et enfin, il y avait aussi les enfants adoptés. Tous les enfants jouaient différents rôles et avaient des attentes différentes de leurs parents. Nous aborderons plus spécifiquement l'enfant adopté plus loin dans ce chapitre.

Ce que Paul enseigne dans le premier verset, c'est que tant qu'un enfant, même s'il est héritier, n'est pas encore devenu un adulte, il est traité comme un esclave, "il ne diffère en rien d'un esclave". Alors à quoi ressemble l'enfant ? Nous voyons que « aussi longtemps » (HOSOS) signifie : aussi grand que, dans la mesure où, combien, qui que ce soit. Cela donne l'idée d'une période de temps dans sa vie. Beaucoup de parents disent à leur enfant rebelle : " Tant que tu es dans notre maison, ce sont nos règles ". Cela signifie que pendant la période de temps que vous aimez vivre dans notre maison, vous devez suivre nos règles. Cela signifie également que lorsque vous quitterez notre domicile, nos règles n'auront plus autorité sur vous. Un enfant ne reste pas un enfant pour toujours. Avec le temps, il deviendra adulte.

Le mot enfant (NEPIOS) signifie : un nourrisson, un petit enfant, un mineur, pas majeur, donner l'idée d'être immature ou un bébé. C'est le genre de personne dont parle Paul. Dans l'Empire romain, le moment où un garçon devenait adulte dépendait de sa maturité, de sa scolarité et de son intellect. Il n'y avait pas de « date fixe » officielle comme dans nos pays modernes. Normalement, c'est vers l'âge de seize ans qu'il passe de l'enfance à l'âge adulte. Le garçon qui est devenu un homme changeait de vêtements. Comme enfant, il portait une Toga Praetexta mais devenu un adulte, son père lui a donné une Toga Virilis qui manifestait à tous qu'il était maintenant.

En tant qu'enfant de Dieu, jusqu'à ce que ce temps de devenir adulte vienne, je " ne diffère en rien " (DIAPHERO) signifiant : différer, tester, prouver, les bonnes choses qui diffèrent. Nous sommes regardés avec des yeux différents parce que nous n'avons pas encore atteint l'état de maturité. Dans notre culture, nous voyons cela tout le temps. Les enfants ne sont pas considérés comme capables d'être adultes. C'est simplement puisqu'ils manquent de connaissances et d'expérience que seul le temps peut donner si l'enfant est réceptif. D'ailleurs certains adultes ne sont pas non plus considérés comme des adultes, car ils manquent aussi de connaissances et surtout de maturité ! Cet enfant, « quoiqu'il soit le maître de tout », n'a pas encore reçu l'autorité sur son héritage, il est comme tout le monde.

2 mais il est sous des tuteurs et des administrateurs jusqu'au temps marqué par le père.

Si l'on remonte à l'époque de Paul, un héritier serait confié à un tuteur qui lui apprendrait à être un bon citoyen. L'enfant apprendrait la morale, ce qui est honorable, les lois du pays, les traditions de la famille et du pays, etc. Le père donnerait son enfant pour qu'il puisse apprendre de son tuteur et devenir alors digne d'être héritier. C'est l'image que Paul donne aux Galates, qu'ils ont très bien comprise en vivant dans l'Empire romain.

Cet enfant était sous l'autorité d'un « tuteur » (EPITROPOS) signifiant : un commissaire, un tuteur, et des " administrateurs " (OIKONOMOS) signifiant : un directeur de maison, un surveillant. Nous nous rapprochons du point que Paul essaie de faire comprendre aux Galates. Ces tuteurs avaient autorité sur l'enfant « jusqu'au temps marqué par le père. ». À un moment donné, le père de l'enfant intervenait et déterminait que le moment était venu pour son enfant de passer à l'âge adulte.

3 Nous aussi, de la même manière, lorsque nous étions enfants, nous étions sous l'esclavage des rudiments du monde;

Remarquez que Paul utilise le mot "nous", il s'inclut dans le processus dont il parle. Même si Paul a eu toute l'expérience quand il est né de nouveau, il ne se voit pas comme étant différent de tous les autres enfants de Dieu. Cela me rappelle que je dois toujours me considérer comme l'égal de mes frères et sœurs. Je ne suis ni plus grand ni plus important qu'eux. Le sang de Christ a été versé pour eux ainsi que pour moi. Je suis aimé du Père, du Fils et de l'Esprit comme eux. Je peux avoir différents dons ou ministères spirituels, mais ceux-ci m'ont également été donnés.

1 Corinthiens 12

4 Il y a diversité de dons, mais le même Esprit;

5 diversité de ministères, mais le même Seigneur;

6 diversité d'opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous.

(LSG)

Paul parle de « lorsque nous étions enfants », ce qui signifie qu'ils n'étaient plus des enfants. Ils étaient passés de l'enfance à l'âge adulte spirituellement parlant. Alors comment était la vie quand ils étaient enfants ?

v.3 ... nous étions sous l'esclavage des rudiments du monde;

Quand nous étions enfants, nous étions « sous l'esclavage » (DOULOU) signifiant : asservir. Nous étions littéralement enchaînés, ligotés, piégés par quelque chose, comme si nous étions en prison, incapables de nous évader, sans personne pour nous libérer. Mais quelles sont ces choses qui nous ont pris au piège ? Paul les appelle « des rudiments du monde » du monde. Le mot « rudiments » (STOICHEION) signifie : élément, principe, rudiment. Nous pouvons voir cela comme les choses de base qui composent ce monde. Paul écrit à leur sujet dans Colossiens :

Colossiens 2

8 Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.

(LSG)

Ici, nous voyons que Paul donne quatre exemples de ce dont est fait le tissu de ce monde de ténèbres : la philosophie humaine, la tromperie, la tradition des hommes et les principes de base du monde. Notez que Paul déclare que ces quatre choses ne sont PAS basées sur Christ. Ainsi, en tant qu'enfant, nous avons été retenus captifs par des choses qui ne sont pas de Christ, mais plutôt de l'adversaire de tout ce qui est de la lumière - Satan. Dans Éphésiens, Paul parle de Satan et de son gouvernement et comment il utilise le péché, le monde, la convoitise et la chair pour garder toute l'humanité asservie par sa puissance.

Ephésiens 2

1 Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés,

2 dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.

3 Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres.

(LSG)

Comme je l'ai dit, ce sont les choses qui ont maintenu les gens en servitude. Mais Dieu n'a pas laissé le monde dans une situation désespérée. Il a fait ce que lui seul pouvait faire.

4 mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi,

5 afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l'adoption.

Dieu est intervenu dans l'histoire humaine. Il se leva et le plan qu'il avait décrété avant que le temps n'existe était sur le point d'être révélé. Paul appelle cela " lorsque les temps ont été accomplis ". Le mot « accomplis » signifie : réplétion, achèvement. Le temps était devenu complet, autrement dit « le temps était venu ». Imaginez que vous deviez attendre une heure avant de recevoir le cadeau souhaité. Vous attendez et vous attendez et enfin l'heure est passée - elle est terminée - et maintenant, vous pouvez ouvrir votre cadeau. Paul parle de « lorsque les temps ont été accomplis » dans sa lettre aux Éphésiens.

Ephésiens 1

10 pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre.

(LSG)

 

Dieu avait un plan et ce plan était de « de réunir toutes choses en Christ ». Paul explique ce que Dieu a fait quand le moment est enfin venu.

v.4 ... Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi,

C'est le mystère de l'incarnation : Dieu envoyant son fils pour qu'il naisse d'une femme. Le Fils de Dieu est « né d'une femme ». Le mot « né » (GINOMAI) a une variété de significations dont certaines sont : devenir, naître. Avez-vous déjà pensé à l'impact sur Dieu – le Fils devenant un homme (né d'une femme) ? La première chose que je vois, c'est que Dieu a tenu sa promesse à Adam et Ève. Ni les péchés de l'homme ni l'opposition de Satan et de ses armées d'anges déchus ne pouvaient s'opposer au plan de Dieu pour le salut de l'homme.

Genèse 3

15 Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.

(LSG)

Dieu avait dit que de la postérité de la femme viendrait quelqu'un qui écraserait la tête du serpent et il est venu. Notre Dieu tient toujours ses promesses, il les manifeste dans sa plénitude des temps !

Une deuxième implication est que le fait d'être né d'une femme rend Jésus parfaitement homme. Quand Jésus est venu, il n'était pas Dieu déguisé ou Dieu jouant à un jeu imitant qu'il était un homme ! Être un homme signifiait qu'il était soumis à tout ce que les autres personnes ressentaient. Voici quelques exemples:

- Jésus était fatigué (Mat. 8:24)

- Jésus avait faim (Mat. 4:2

- Jésus a pleuré (Jean 11:35)

- Jésus a été tenté (Héb. 2:18)

- Jésus a souffert (Luc 22:15)

- Jésus a saigné (Jean 19:34)

- Jésus a agonisé (Luc 22:44)

- Jésus est mort (Marc 15:37)

Parce qu'il était parfaitement homme, Jésus pouvait représenter l'humanité et devenir le second Adam (1 Cor. 15:45). Ce point est extrêmement important. Adam représentait l'humanité et Christ représentait également l'humanité (Rom. 5:12-19). Adam a représenté l'homme dans son état déchu à cause de son péché et Jésus a représenté l'homme pour le rendre juste à cause de son état sans péché. En d'autres termes, si le Christ n'avait pas été parfaitement homme, il n'aurait pas pu représenter l'humanité et prendre sur lui sa punition pour les sauver de la colère du Père.

Maintenant, Jésus n'est pas seulement né d'une femme, y compris tout ce que cela impliquait, mais il est également « né sous la loi ». Tout comme la naissance de Jésus par une femme est cruciale pour le salut, il en va de même pour « né sous la loi ». Être sous la Loi signifiait que Jésus (tout comme toute l'humanité) était soumis aux conséquences de la Loi. Si Jésus avait enfreint une loi, alors, il aurait été considéré comme ayant enfreint toute la loi !

Jacques 2

10 Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous.

11 En effet, celui qui a dit: Tu ne commettras point d'adultère, a dit aussi: Tu ne tueras point. Or, si tu ne commets point d'adultère, mais que tu commettes un meurtre, tu deviens transgresseur de la loi.

(LSG)

Si Jésus n'avait pas été soumis à la Loi, sa mort à la croix n'aurait eu aucune incidence sur notre salut. N'oublions pas que Christ était notre substitut et à cause de cela, nous avons reçu sa justice. Mais pour que cela prenne effet, il fallait absolument qu'il soit sous la Loi. Car c'est la Loi qui doit être parfaitement observée devant Dieu.

Romains 8

3 Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché,

4 et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit.

(LSG)

Christ est mort pour nos péchés (1 Cor. 15 :3 ; Gal. 1 :4 ; 1 Jean 2 :2 ; 4 :10) et pour que cela soit accepté par le Père, cela devait être fait « dans la chair » ou comme un homme si vous préférez. Pourquoi en est-il ainsi ? Simplement parce que Dieu a condamné le péché dans la chair (Romains 8 :3). Alors Amen que Jésus est à la fois né d'une femme et né sous la Loi !

5 afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l'adoption.

6 Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père!

7 Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu.

 

Il y a beaucoup d'avantages glorieux qui peuvent être trouvés dans le salut. Au verset cinq, l'apôtre Paul en présente deux. Le premier étant : « qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi ». Pour ceux qui ont été sauvés par Christ, la rédemption est aussi douce que possible. Remarquez que Jésus a été placé « sous la Loi » (4 :4) afin de pouvoir racheter ceux qui sont « sous la Loi » (4 :5) ! Le mot « racheter » (EXAGORAZO) signifie : de racheter par le paiement d'un prix pour se soustraire au pouvoir d'autrui, rançonner. Jésus a payé un prix pour notre salut. Le coût était son sang versé à la croix ainsi que sa mort (Eph. 2 :13 ; Col. 1 :20 ; Héb. 9 :12-14 ; Apoc. 7 :14). Le deuxième avantage découle du premier : « afin que nous reçussions l'adoption. »

Au tout début de ce chapitre, j'ai écrit que nous nous pencherons plus loin sur les "enfants adoptés" et nous y voilà. Paul enseigne aux Galates qu'en raison de la rédemption qui ne se trouve qu'en Christ, ceux qui croient "reçoivent l'adoption comme fils". Tout d'abord, l'adoption est donnée à cause de ce que Christ a fait en faveur du croyant. L'adoption n'est jamais donnée à cause de la loi que l'on peut observer. On peut se demander pourquoi Paul parle d'être « adopté » par Dieu. Devenir un enfant de Dieu n'est-il pas assez important ? Oui, c'est le cas, mais cela ne raconte pas toute l'histoire. Laisse-moi expliquer.

Dans l'Empire romain (comme dans notre société) on peut adopter un enfant. Si un couple romain était incapable de procréer, l'adoption était un moyen de réaliser son rêve d'avoir une famille. Supposons qu'un couple ait des enfants insensés, irréfléchis et irrationnels, étant incurables. Ou peut-être que l'héritier serait un ivrogne, toujours en difficulté et gaspillant la richesse de son père - que feriez-vous ? Vous pouvez également adopter un enfant plus âgé qui mérite le nom de votre famille. Au moment de rédiger votre testament, vous pouviez donner un héritage à n'importe quel enfant que vous vouliez (ou à n'importe qui d'autre d'ailleurs). Vous pouvez aussi déshériter un enfant parce que vous estimez qu'il n'en est pas digne. Ce qui était unique (et c'est le point de vue de Paul ici) était que vous NE POUVEZ PAS déshériter un enfant ADOPTÉ - la loi romaine l'interdisait ! L'enfant adopté était certain de recevoir un héritage, il n'avait pas à s'en soucier ni à s'en inquiéter. C'est le pourquoi que Paul écrit que Dieu adopte les croyants comme ses enfants - ils ne peuvent pas perdre leur héritage (le salut si vous préférez). Encore une fois, cela visait directement les enseignements de ces faux enseignants qui disaient que vous devez observer la Loi pour maintenir votre rédemption.

N'est-il pas merveilleux de savoir que vous pouvez vous reposer parce que vous êtes sain et sauf grâce à Christ ? Il a tout fait et tout fait parfaitement. Son sacrifice est éternel, tout comme la rédemption qu'il offre.

Hébreux 10

10 C'est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l'offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes.

11 Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés,

12 lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s'est assis pour toujours à la droite de Dieu,

13 attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied.

14 Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés.

(LSG)

Romains 5

1 Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ,

(LSG)

Puissions-nous être éternellement reconnaissants envers Dieu pour sa miséricorde accordée à ceux qui croient. Puissions-nous l'aimer et le servir - en respectant son saint nom et en le glorifiant dans nos vies. La rédemption n'est pas donnée aux anges déchus ! Devenir enfant de Dieu n'est même pas donné aux anges qui ont gardé leur état originel. Il n'est donné qu'à ceux qui reçoivent le salut par la foi ! Quel immense privilège !

Pensez-y !Les deux versets suivants nous démontre la grâce qui est accordée à cet enfant d'adoption. Si vous êtes né de nouveau, il parle de vous !

6 Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père!

7 Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu.

Au verset six, nous voyons qu'être un enfant adoptif de Dieu vous donne le privilège de recevoir " l'Esprit de Son Fils ". Je dois prendre une ligne ou deux pour expliquer pourquoi c'est important que Paul écrive ceci. J'en ai déjà parlé auparavant, mais puisque le Saint-Esprit a jugé important que Paul l'écrive, je suppose que je peux également le commenter. Paul dit que lorsque vous devenez un enfant de Dieu - Il donne l'Esprit de Son Fils dans vos cœurs. Vous ne recevez pas le Saint-Esprit par une expérience ultérieure dans la vie ! C'est un faux enseignement qui n'a pas de fondement dans une approche historico-grammaticale d'interprétation des Écritures. Il n'y a pas deux classes de chrétiens : ceux qui ont l'Esprit et ceux qui n'en ont pas. Maintenant, Dieu a envoyé l'Esprit "dans nos cœurs" et il y a une raison à cela. Parce que c'est par le Saint-Esprit que tu peux crier "ABBA !" Père !'. Cela nous enseigne qu'il y a présentement une toute nouvelle relation entre le croyant et Dieu. Avant l'adoption, nous étions comme ceci :

- Enfants de la chair (Rom. 9:8)

- Les enfants d'une esclave (Gal. 4:1)

- Les enfants de la colère (Eph. 2:3)

Désormais que nous sommes devenus enfants de Dieu par adoption, nous pouvons maintenant crier ‘ABBA – Père parce que c’est ce que nous sommes devenus. Nous ne sommes plus sous le jugement de Dieu. Dieu est à présent devenu le Père de tous ceux qui se sont repentis de leurs péchés et ont crié à Christ de venir les sauver. Êtes-vous un d'entre eux ? Dieu est-il votre Père ?

7 Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu.

C'est la deuxième grâce qui est donnée à tous les enfants adoptés de Dieu. Nous sommes passés d'esclave à fils (enfant) de Dieu. Quelle différence il y a entre être esclave dans une maison et être fils. La principale différence est le fait que le fils est l'héritier de tout ce que son père possède.

 

1 Pierre 1

3 Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus-Christ d'entre les morts,

4 pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux,

5 à vous qui, par la puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps!

(LSG)

Pierre dit que cet héritage est « selon sa grande miséricorde » et non la Loi. Cet héritage est incorruptible et ne peut se souiller. L'héritage ne peut flétrir et est réservé dans les cieux. Remarquez ce que Pierre écrit à-propos des croyants, c'est « par la puissance de Dieu » qu'ils sont gardés. En d'autres termes, Dieu s'assure que vous recevrez tout ce qu'il a prévu pour vous. Personne ne peut vous enlever votre héritage ! Personne !

retour au menu

15-galatians

16 - Paul est-il l'ennemi?

Galates 4:8-16

 

Galates 4

8 Autrefois, ne connaissant pas Dieu, vous serviez des dieux qui ne le sont pas de leur nature;

9 mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore?

10 Vous observez les jours, les mois, les temps et les années!

11 Je crains d'avoir inutilement travaillé pour vous.

12 Soyez comme moi, car moi aussi je suis comme vous. Frères, je vous en supplie. (4:13) Vous ne m'avez fait aucun tort.

13 Vous savez que ce fut à cause d'une infirmité de la chair que je vous ai pour la première fois annoncé l'Évangile.

14 Et mis à l'épreuve par ma chair, vous n'avez témoigné ni mépris ni dégoût; vous m'avez, au contraire, reçu comme un ange de Dieu, comme Jésus-Christ.

15 Où donc est l'expression de votre bonheur? Car je vous atteste que, si cela eût été possible, vous vous seriez arraché les yeux pour me les donner.

16 Suis-je devenu votre ennemi en vous disant la vérité?

(LSG)

Nous avons quitté notre dernier chapitre avec Paul déclarant que maintenant, en tant qu'enfants de Dieu, vous n'êtes plus des esclaves. Il se pourrait qu'il veut dire que nous ne sommes plus des esclaves attachés une maison, mais plutôt des enfants et des héritiers de cette maison. Au verset huit, il apporte un autre aspect de " l'esclavage " duquel nous ne sommes plus.

8 Autrefois, ne connaissant pas Dieu, vous serviez des dieux qui ne le sont pas de leur nature;

Il fut un temps – un temps AVANT, c'était une époque où les choses n'étaient pas comme aujourd'hui. Si l'histoire de l'humanité est divisée comme étant avant et après Christ, il y a aussi une telle division dans la vie du croyant. Il y a un « avant » que je sois né de nouveau et un « après » que je sois né de nouveau. Paul enseigne qu'il s'agissait de deux positions très différentes dans lesquelles se trouvaient les croyants.

La première position était « ne connaissant pas Dieu ». Dans sa lettre aux Corinthiens, Paul écrit que le monde ne peut pas connaître Dieu par la sagesse humaine (1 Cor. 1:21). Il écrit aussi que les gens ne connaissent pas Dieu à cause de leurs passions lubriques (1 Thes. 4:5). Et enfin, il rappelle aux Thessaloniciens que Jésus se vengera de ceux qui ne connaissent pas Dieu et méprisent le message de l'évangile (2 Thes. 1:8). Donc, " ne connaissant pas Dieu " n'a absolument aucun bon côté. Dans notre texte, Paul dit que parce que vous ne connaissiez pas Dieu, « vous serviez des dieux qui ne le sont pas de leur nature ». Ne pas connaître Dieu laisse la personne être l'esclave même de ceux qui " ne le sont pas de leur nature " !

Ceux-ci seraient probablement des héros du jour, de puissants guerriers et des légendes du passé. Il peut s'agir de personnes puissantes ou célèbres. Nous ne savons pas, mais ce que Paul dit ici, c'est que lorsque vous ne connaissez pas le vrai seul Dieu, vous êtes esclave des gens ou des choses de la terre. Vous suivez leur enseignement ou leur mode de vie. Vous les imitez et prenez soin d'eux d'une façon ou d'une autre. Vous pouvez même en faire des dieux alors qu'eux-mêmes n'ont jamais voulu être idolâtrés ! Ne pas connaître Dieu n'apporte que la servitude - jamais la liberté.

9 mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore?

C'est la deuxième position du croyant " à présent que vous avez connu Dieu ". C'est la naissance spirituelle dont Jésus parle avec Nicodème dans Jean 3. Nous apprenons à connaître Dieu, non pas par une sorte de valeur ou d'action venant de notre part. Cela donne l'idée que nous avons été approuvés par Dieu. Puisque nous ne pouvons pas le connaître, il a donné aux rachetés la capacité de le connaître. Donc, encore une fois, nous voyons que le salut est un don de Dieu.

La question est la suivante : Si vous comprenez que Dieu a fait une si grande œuvre en vous, pourquoi « retournez-vous » (EPISTREPHO) signifiant : faire demi-tour. La nouvelle naissance amène les gens à faire demi-tour et à suivre le Seigneur. Les croyants de Galates une fois de plus faisaient volte-face et abandonnaient Dieu ! Ils se détournaient de la grâce de Dieu trouvée dans son Fils vers autre chose. Paul appelle ce vers quoi ils s'étaient tournés des " faibles et pauvres rudiments ". Imaginez que vous quittiez la gloire et la puissance de Dieu et acceptiez de suivre quelque chose qui est : « faibles » : (ASTHENES) signifiant : impuissant, malade et aussi « pauvres » (PTOCHOS) signifiant : un mendiant ou un pauvre. Galates, vous quittez Celui qui a tout et qui est tout-puissant pour être avec quelque chose de faible et pauvres ! Qu'est-ce qui t'arrive ? Qu'est-il arrivé à votre esprit ? Il faut être très prudent, car on le voit encore aujourd'hui. Des gens qui se réjouissent de leur salut en Christ, qui goûtent à la liberté d'être un enfant de Dieu. Des gens qui rencontrent ensuite quelqu'un avec une vision tordue de la loi qui les piège en leur faisant croire qu'ils doivent être justifiés en l'observant !

Paul dit que cette chose faible et pauvre est appelée les « rudiments » (STOICHEION) signifiant : rudiments fondamentaux ou choses principales de ce monde. En d'autres termes, ils retournaient dans les ténèbres, des ténèbres qui ont toujours empêché les gens de devenir un enfant de Dieu et de devenir son héritier en Christ. Je ne peux pas imaginer une personne qui était aveugle et qui a recouvré la vue, désireuse de vivre à nouveau dans la noirceur. Pourtant, c'est ce que les Galates faisaient spirituellement ! Comment pourraient-ils désirer être asservis une fois de plus ?

10 Vous observez les jours, les mois, les temps et les années!

Paul donne un exemple de leur asservissement, il parle d'observer les différentes fêtes ou festivals donnés à la nation juive à suivre. Ici, nous voyons un autre indice de ce que les faux enseignants proclamaient qu'il fallait en plus de Jésus pour être sauvé. Les Galates avaient recommencé à observer ces lois de Moïse. Ces lois dont le sacrifice même de Jésus les avait libérés ! N'oubliez pas qu'il appelle ces choses (par rapport au sacrifice de Christ bien sûr) des choses élémentaires, faibles et sans valeur ! Le mot « observer » (PARATEREO) signifie : inspecter, observer scrupuleusement. Ils étaient obligés de le faire, ils avaient peur de ne pas le faire ! Lorsque vous abandonnez la grâce, vous tombez automatiquement dans le piège de la Loi !

11 Je crains d'avoir inutilement travaillé pour vous.

Ce verset est l'ouverture du cœur de Paul envers ses Galates bien-aimés. Il a terriblement peur pour eux et les supplie. " Je crains ", Paul avait en fait peur de l'issue de leur nouveau chemin. C'est en fait la deuxième (et dernière) fois qu'il utilise le mot PHOBEO (être alarmé, avoir très peur) dans sa lettre. Le premier était en Gal. 2:12 quand il a parlé de Pierre qui s'est séparé des chrétiens païens parce qu'il "craignait" les hommes qui venaient de Jacques. Paul se demande même si ce travail (KOPIAO) signifiant : se sentir fatigué ou travailler dur, avec eux a été vain : tout mon travail avec vous a-t-il été inefficace et infructueux ? Avait-il échoué en tant que messager de la Bonne Nouvelle ? Paul a dû se sentir comme les prophètes d'autrefois qui ont travaillé si dur avec si peu de succès. Certains, comme Isaïe et Jérémie, ont travaillé toute leur vie et le peuple de Dieu ne s'est toujours pas retourné vers son Créateur.

12 Soyez comme moi, car moi aussi je suis comme vous. Frères, je vous en supplie.

Paul appelle ses frères en Christ. Il leur fait une demande. « Je vous en supplie » (DEOMAI) mendier, demander, implorer. Il leur crie comme quelqu'un qui a besoin de l'aide. C'est son appel à eux " Soyez comme moi ". Paul avait été libéré des fruits de la Loi – la mort et la condamnation. Car personne ne peut supporter son poids. Rappelez-vous ce que Jésus a dit aux chefs religieux juifs :

Luc 11

46 Et Jésus répondit: Malheur à vous aussi, docteurs de la loi! parce que vous chargez les hommes de fardeaux difficiles à porter, et que vous ne touchez pas vous-mêmes de l'un de vos doigts.

(LSG)

C'était exactement ce que ces faux enseignants faisaient aux chrétiens de Galatie. Ils les chargeaient de fardeaux difficiles à porter. Cette question de garder la Loi afin d'être sauvé a été discutée dans Actes 15. C'est ce que nous appelons « Le conseil de Jérusalem ». Pour la première fois, les Disciples du Christ se sont réunis pour discuter d'une question théologique qui s'était posée parmi eux - "Devons-nous encore observer la Loi tout en ayant Christ comme Messie afin d'être sauvés ?" Voici le résultat de ce conseil :

Actes 15

1 Quelques hommes, venus de la Judée, enseignaient les frères, en disant: Si vous n'êtes circoncis selon le rite de Moïse, vous ne pouvez être sauvés.

2 Paul et Barnabas eurent avec eux un débat et une vive discussion; et les frères décidèrent que Paul et Barnabas, et quelques-uns des leurs, monteraient à Jérusalem vers les apôtres et les anciens, pour traiter cette question.

3 Après avoir été accompagnés par l'Église, ils poursuivirent leur route à travers la Phénicie et la Samarie, racontant la conversion des païens, et ils causèrent une grande joie à tous les frères.

4 Arrivés à Jérusalem, ils furent reçus par l'Église, les apôtres et les anciens, et ils racontèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux.

5 Alors quelques-uns du parti des pharisiens, qui avaient cru, se levèrent, en disant qu'il fallait circoncire les païens et exiger l'observation de la loi de Moïse.

6 Les apôtres et les anciens se réunirent pour examiner cette affaire.

7 Une grande discussion s'étant engagée, Pierre se leva, et leur dit: Hommes frères, vous savez que dès longtemps Dieu a fait un choix parmi vous, afin que, par ma bouche, les païens entendissent la parole de l'Évangile et qu'ils crussent.

8 Et Dieu, qui connaît les coeurs, leur a rendu témoignage, en leur donnant le Saint-Esprit comme à nous;

9 il n'a fait aucune différence entre nous et eux, ayant purifié leurs coeurs par la foi.

10 Maintenant donc, pourquoi tentez-vous Dieu, en mettant sur le cou des disciples un joug que ni nos pères ni nous n'avons pu porter?

11 Mais c'est par la grâce du Seigneur Jésus que nous croyons être sauvés, de la même manière qu'eux.

(LSG)

La conclusion était " pourquoi tentez-vous Dieu " en remettant le joug de la loi sur le cou des croyants. Remarquez que Pierre dit : « que ni nos pères ni, nous n'avons pu porter ». Ils savaient très bien que personne ne peut accomplir la Loi ni être justifié par elle.

Ces faux enseignants irritaient vraiment Dieu en enseignant qu'il fallait revenir à la Loi ! Lorsque Paul écrit « car moi aussi, je suis comme vous », il veut dire qu'il a également cessé de croire en la Loi pour croire en Jésus-Christ. Ne rebroussez pas chemin, était le cri de Paul – mais demeurez en Christ. Personne ne peut suivre la Loi comme exige la Loi !

13 Vous savez que ce fut à cause d'une infirmité de la chair que je vous ai pour la première fois annoncé l'Évangile.

14 Et mis à l'épreuve par ma chair, vous n'avez témoigné ni mépris ni dégoût; vous m'avez, au contraire, reçu comme un ange de Dieu, comme Jésus-Christ.

15 Où donc est l'expression de votre bonheur? Car je vous atteste que, si cela eût été possible, vous vous seriez arraché les yeux pour me les donner.

16 Suis-je devenu votre ennemi en vous disant la vérité?

 

Paul leur rappelle comment ils s'étaient rencontrés. Personne n'est certain de la maladie dont il parle ni de la façon dont il est tombé malade. Mais cette maladie était la raison pour laquelle il leur prêchait. Puis-je vous rappeler que les maladies font partie du parcours humain ? Certains croient qu'aucun vrai chrétien ne devrait être malade, mais une fois de plus, nous voyons qu'il n'en est rien. Bien au contraire, nous voyons que le Seigneur Dieu utilise la maladie de Paul non seulement pour ouvrir une porte pour évangéliser, mais pour faire entrer des âmes dans son royaume ! Bien trop souvent, nous entendons des croyants prier pour être soulagés de leurs maladies au lieu de demander à Dieu d'utiliser leur maladie comme un moyen de Le glorifier ! J'étais autrefois le pasteur d'une dame âgée qui devait fréquemment se rendre à l'hôpital. Chaque fois qu'elle y allait, elle évangélisait les gens autour d'elle. Elle s'assurerait que toutes les infirmières et tous les médecins qui viendraient la voir entendraient parler de son merveilleux Sauveur. Elle voyait sa santé déficiente non pas comme une chose dont il fallait se débarrasser, mais comme un instrument qu'elle utilisait pour évangéliser. Alors la prochaine fois que vous serez malade, soyez comme Paul ou la dame dont j'ai parlé et utilisez cette situation difficile comme tremplin pour glorifier Dieu ainsi que son messager de la grâce.

14 Et mis à l'épreuve par ma chair, vous n'avez témoigné ni mépris ni dégoût; vous m'avez, au contraire, reçu comme un ange de Dieu, comme Jésus-Christ.

Paul parle d'une « épreuve ». Dans un sens, cette épreuve concernait à la fois Paul et les Galates. Quant à Paul, c'était une épreuve de ne pas avoir une santé parfaite. En tant que missionnaire, la vie était difficile et vous aviez besoin de toute la force que vous pouviez avoir. Comme nous le verrons, son épreuve (problème de santé) a été d'une grande importance. Mais c'était aussi une épreuve pour les Galates dans le sens de comment réagiraient-ils envers une personne qui avait cette maladie. Nous savons tous que le monde est rempli de superstitions et d'erreurs concernant les malades. J'ai entendu parler de certaines tribus africaines qui tuent des bébés albinos en croyant qu'ils sont maudits par des esprits maléfiques et qu'ils représentent un réel danger pour eux. Ce que nous voyons, c'est que les Galates ont bien réagi dans leur épreuve. Ils n'ont pas rejeté Paul, mais l'ont plutôt reçu – comme un ange, comme le Christ lui-même ! Cela a dû être tout un accueil ! Je me demande si nous passons aussi les différentes épreuves auxquelles nous sommes confrontés concernant ceux qui sont différents de nous. Aimons-nous et prenons-nous soin de ceux qui sont malades ou différents comme nous le serions si le Christ lui-même nous apparaissait ? Se détourne-t-on de ceux qui mendient dans la rue, de ceux qui sont intellectuellement lents, handicapés, de race ou d'origine différente ? Je me demande si nous comprenons que, comme les Galates, nous sommes également placés dans certaines situations afin que nous puissions être testé par Dieu. Et réussissons-nous l'épreuve ? Les Galates ont certainement bien réussit !

retour au menu

16-galatians

17 - Ces gens

Galates 4:17-20

 

Galates 4

17 Le zèle qu'ils ont pour vous n'est pas pur, mais ils veulent vous détacher de nous, afin que vous soyez zélés pour eux.

18 Il est beau d'avoir du zèle pour ce qui est bien et en tout temps, et non pas seulement quand je suis présent parmi vous.

19 Mes enfants, pour qui j'éprouve de nouveau les douleurs de l'enfantement, jusqu'à ce que Christ soit formé en vous,

20 je voudrais être maintenant auprès de vous, et changer de langage, car je suis dans l'inquiétude à votre sujet.

(LSG)

Les « ils » dont parle Paul sont ceux qui troublent les Galates concernant l'évangile que Paul leur avait apporté, l'évangile qu'ils avaient reçu, celui qu'ils avaient vécu jusqu'à ce que ces hommes infiltrent leurs rassemblements. Si vous avez déjà vu un film qui traite d'espionnage, il y a toujours quelqu'un qui s'infiltre dans le camp ennemi afin de pouvoir récolter des informations. Le but ultime de cet "agent double" est de détruire l'ennemi. Ces faux chrétiens s'étaient infiltrés dans les rassemblements des croyants galates et leur but était aussi de détruire la liberté que les croyants avaient trouvée en Jésus-Christ.

Alors, qu'ont fait ces faux enseignants pour atteindre leur objectif de prosélytisme ? Paul écrit : " Le zèle qu'ils ont pour vous ". Il semble qu'ils avaient un grand zèle dans ce qu'ils faisaient. Le mot « zèle » (ZELOO) signifie : dans le bon sens, faire preuve de zèle dans la poursuite du bien. Ils avaient un grand enthousiasme à vouloir faire des chrétiens de Galates les disciples de "leur" vision du christianisme. Vous souvenez-vous de ce que Jésus a dit au Pharisien de son époque, ceux-là mêmes qui ont déformé les paroles et les intentions de Dieu pour les mélanger avec les traditions des Anciens ?

Matthieu 23

15 Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous courez la mer et la terre pour faire un prosélyte; et, quand il l'est devenu, vous en faites un fils de la géhenne deux fois plus que vous.

(LSG)

 

Jésus a placé une malédiction sur eux, car ils étaient des hypocrites spirituels. S'il y a une chose que Jésus ne peut pas tolérer, c'est l'hypocrisie. Je crois que c'est pareil aujourd'hui. Quand les gens déforment le vrai évangile, quand ils changent sa signification, le jugement de Dieu est sur eux. Je ne voudrais certainement pas que la colère de Dieu repose sur moi ! Avez-vous remarqué ce que disent les derniers versets du livre de l'Apocalypse ?

Apocalypse 22

18 Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu'un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre;

19 et si quelqu'un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l'arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre.

(LSG)

La Parole de Dieu est quelque chose avec laquelle nous ne devrions pas « jouer ». Lorsque quelqu'un pose une question et que nous ne sommes pas sûrs de la réponse, il est toujours préférable de dire : "Je ne suis pas certain, je vais chercher et je reviens avec la réponse". Ainsi, lorsque vous parlez de Dieu ou des choses qui Le concernent, assurez-vous de savoir de quoi vous parlez !

17 Le zèle qu'ils ont pour vous n'est pas pur, mais ils veulent vous détacher de nous, afin que vous soyez zélés pour eux.

« Le zèle qu'ils ont pour vous n'est pas pur », parfois, c'est une bonne chose que les gens vous recherchent (si vous êtes en retard ou absent, etc.) mais dans ce cas, ce n'était pas le cas. Ils recherchaient les croyants de la Galatie et leurs désire n'étaient "pas pur" (KALOS) ce qui signifie : excellemment, noblement, admirablement. Leur approche n'était pas honnête, leur objectif n'était pas honnête et leurs désirs n'étaient pas honnêtes. Leurs intentions envers les Galates étaient mauvaises, méchantes et malveillantes. Ils avaient un plan en tête, ils avaient préparé un moyen de les attraper dans leurs filets.

v.17 ... mais ils veulent vous détacher de nous, afin que vous soyez zélés pour eux.

Leur plan consistait en deux phases, la première était de vous " détacher de nous " (EKKLEIO) donnant l'idée d'exclure, empêcher l'approche. Ici, nous voyons qu'ils ont retiré leurs "victimes" du groupe (de l'église). Comme les loups, ils cherchent une proie et essaient de la séparer du troupeau où il y a de la sécurité à cause du nombre. Ces faux enseignants prendraient probablement du temps avec un individu, l'obligeraient à être avec eux plutôt qu'avec les autres. Ils l'éloigneraient d'un enseignement solide. Savez-vous pourquoi ils ont fait cela – « afin que vous soyez zélés pour eux » ! C'est la deuxième phase. Une fois que vous étiez de plus en plus avec eux et naturellement de moins en moins avec vos frères et sœurs en Christ, vous avez commencé à être " zélés pour eux " (ZELOO) signifiant: dans le bon sens, faire preuve de zèle dans la poursuite du bien. Vous avez commencé à les aimer et à les apprécier encore plus et vous vous êtes attaché à eux. Et c'est là qu'ils vous ont vraiment pris au piège ! Tu es devenu leur disciple et eux ton maître ! Aujourd'hui encore, c'est exactement ainsi que fonctionnent les sectes. Ils recherchent l'individu, le séparent de sa famille et de ses amis et il s'attache à eux.

18 Il est beau d'avoir du zèle pour ce qui est bien et en tout temps, et non pas seulement quand je suis présent parmi vous.

Paul ne prétend pas que recherché n'est pas une bonne chose. Il a lui-même cherché des gens pour leur annoncer la Bonne Nouvelle. Il a fait tout ce qu'il pouvait pour répandre le message du salut, comme nous le voyons dans les versets suivants.

Corinthiens 9

18 Quelle est donc ma récompense? C'est d'offrir gratuitement l'Évangile que j'annonce, sans user de mon droit de prédicateur de l'Évangile.

19 Car, bien que je sois libre à l'égard de tous, je me suis rendu le serviteur de tous, afin de gagner le plus grand nombre.

20 Avec les Juifs, j'ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs; avec ceux qui sont sous la loi, comme sous la loi (quoique je ne sois pas moi-même sous la loi), afin de gagner ceux qui sont sous la loi;

21 avec ceux qui sont sans loi, comme sans loi (quoique je ne sois point sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ), afin de gagner ceux qui sont sans loi.

22 J'ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d'en sauver de toute manière quelques-uns.

23 Je fais tout à cause de l'Évangile, afin d'y avoir part.

(LSG)

Paul cherchait des gens, mais d'une "manière louable". Il avait également des sentiments chaleureux envers ceux qui l'entouraient. Il les a recherchés avec l'amour du Christ et non avec de mauvaises intentions. Nous connaissons la vie de Paul et nous connaissons également toutes les souffrances qu'il a traversées pour apporter le message de l'évangile en dehors d'Israël. Ainsi, ses bonnes intentions envers les Galates se sont manifestées ouvertement lorsqu'il était avec eux, mais il dit aussi que même lorsqu'ils étaient séparés, il gardait les mêmes sentiments envers eux.

19 Mes enfants, pour qui j'éprouve de nouveau les douleurs de l'enfantement, jusqu'à ce que Christ soit formé en vous,

20 je voudrais être maintenant auprès de vous, et changer de langage, car je suis dans l'inquiétude à votre sujet.

Paul termine ce court segment avec un cri du cœur. Vous pouvez voir à quel point il est tendre envers eux - "Mes enfants". Paul est vraiment un exemple pour nous tous. Les Galates ont de profonds problèmes spirituels, ils se sont détournés du véritable évangile. Mais comment Paul les traite-t-il ? Que pense-t-il d'eux ? Imaginez que vous avez beaucoup travaillé pour amener les gens à Christ et qu'une petite église a ouvert ses portes. Vous les voyez grandir en sagesse et ils suivent le Christ. Après quelques années, ils se détournent et abandonnent la vérité qui leur était si chère. Ils marchent maintenant sur une route différente. Que leur diriez-vous ou comment réagiriez-vous ? Nous voyons que Paul les appelle "Mes enfants". Il est toujours rempli d'affection envers eux. Est-ce ainsi que nous réagissons avec des personnes qui nous déçoivent profondément ? Où avons-nous tendance à être durs avec eux ? Paul dit : « j'éprouve de nouveau les douleurs de l'enfantement, jusqu'à ce que Christ soit formé en vous ». Donner naissance à un enfant n'est pas chose aisée et s'occuper des chrétiens non plus !

Pour Paul, c'était comme s'il devait tout recommencer. Il avait travaillé, œuvré et peiné. Il pensait que tout allait bien et puis un jour, il a l'impression qu'il doit tout recommencer avec eux. Cela me montre qu'il avait de la persévérance et certainement beaucoup de foi dans le Seigneur Dieu. Il aurait pu simplement les abandonner et leur dire : "Prenez soin de vous, vous devriez savoir mieux". Mais il ne l'a pas fait, il les aimait vraiment et avait peur pour eux, car ils étaient maintenant entre les mains de faux Chrétiens.

20 je voudrais être maintenant auprès de vous, et changer de langage, car je suis dans l'inquiétude à votre sujet.

Paul, comme vous le savez, leur a parlé comme un père à un fils troublé ; un fils qui avait été instruit, mais qui s'était détourné des avertissements de son père. La lettre de Paul est donc remplie d'intentions fortes. Ici, nous voyons que ce n'était pas ce que Paul préférait faire. Il aurait aimé être avec eux : " je voudrais être maintenant auprès de vous ". En grec, cela donne l'idée qu'il aurait préféré être avec eux. S'il avait pu sauter dans un avion pour aller et être avec eux, il l'aurait fait ! Il aurait tout lâché pour être à leurs côtés – mais il n'en a pas été capable ! C'est comme s'il se sentait désespéré de ne pas pouvoir personnellement faire quelque chose ! Mais amen que Dieu était là et que toutes choses étaient entre les mains du Seigneur. C'est une chose merveilleuse de pouvoir remettre toutes choses entre ses mains et de croire qu'il contrôle les événements.

Paul dit qu'il voulait " changer de langage ". Au lieu d'écrire avec des mots durs et de leur dire de faire preuve de sagesse et de faire ce qu'il faut, il aurait aimé avoir un discours différent. Il n'est jamais agréable de discipliner quelqu'un comme il doit le faire avec eux. Il termine en disant « je suis dans l'inquiétude à votre sujet » (APOREO) signifiant : être dans l'embarras, manquer de ressources, être embarrassé, être dans le doute, ne pas savoir vers où se tourner ! Il ne pouvait tout simplement pas comprendre. Pourquoi s'étaient-ils détournés de l'évangile ? Pourquoi suivaient-ils ces faux enseignants ? Pourquoi étaient-ils revenus sous la Loi ? Comment quelqu'un qui a goûté à la grâce de Dieu, pourrait-il jamais vouloir se placer sous la Loi – mais ils l'ont fait !

retour au menu

17-galatians

18 - Que dit la Loi?

Galates 4:21-31

 

Galates 4

21 Dites-moi, vous qui voulez être sous la loi, n'entendez-vous point la loi?

22 Car il est écrit qu'Abraham eut deux fils, un de la femme esclave, et un de la femme libre.

23 Mais celui de l'esclave naquit selon la chair, et celui de la femme libre naquit en vertu de la promesse.

24 Ces choses sont allégoriques; car ces femmes sont deux alliances. L'une du mont Sinaï, enfantant pour la servitude, c'est Agar, -

25 car Agar, c'est le mont Sinaï en Arabie, -et elle correspond à la Jérusalem actuelle, qui est dans la servitude avec ses enfants.

26 Mais la Jérusalem d'en haut est libre, c'est notre mère;

27 car il est écrit: Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantes point! Éclate et pousse des cris, toi qui n'as pas éprouvé les douleurs de l'enfantement! Car les enfants de la délaissée seront plus nombreux Que les enfants de celle qui était mariée.

28 Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse;

29 et de même qu'alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l'Esprit, ainsi en est-il encore maintenant.

30 Mais que dit l'Écriture? Chasse l'esclave et son fils, car le fils de l'esclave n'héritera pas avec le fils de la femme libre.

31 C'est pourquoi, frères, nous ne sommes pas enfants de l'esclave, mais de la femme libre.

(LSG)

La liberté est le sujet de cette section. Une liberté qu'ils quittaient malheureusement pour embrasser la captivité. Comme nous l'avons vu précédemment, la Loi n'apporte pas la liberté, mais plutôt condamne et apporte un jugement éternel. Paul commence par une question à laquelle tous ceux qui rejettent le Christ comme fondement unique du salut devraient répondre : « Dites-moi, vous qui voulez être sous la loi, n'entendez-vous point la loi ? ». N'entendez-vous pas ce que dit réellement la loi, c'est ce que Paul écrit. Parfois, nous entendons une personne, mais nous n'écoutons pas ce qui se dit. Les Galates entendaient, mais ne suivaient pas concrètement les paroles et les exigences de la Loi. Nous devons également être très prudents et écouter attentivement ce que Paul expliquera aux Galates bien-aimés. Il semble que les faux docteurs aient très bien fait leur mauvais travail, car les Disciples du Christ avaient été hypnotisés à croire le contraire de ce qui était écrit !

22 Car il est écrit qu'Abraham eut deux fils, un de la femme esclave, et un de la femme libre.

23 Mais celui de l'esclave naquit selon la chair, et celui de la femme libre naquit en vertu de la promesse.

C'est la neuvième fois que Paul parle d'Abraham et toutes les autres fois étaient au chapitre trois. C'est aussi la dernière fois que Paul mentionne Abraham dans sa lettre. Comme vous le savez peut-être déjà, Abraham est le point central humain de la foi, car il porte le nom suivant :

Romains 4

16 C'est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d'Abraham, notre père à tous,

(LSG)

Abraham est appelé le père de tous ceux qui auraient la vraie foi. Il est donc naturel que Paul se réfère à Abraham dans sa quête pour rappeler aux Galates à quel point ils ont tort de vouloir se tourner vers la Loi comme fondement de leur salut. Dieu avait établi à travers Abraham une alliance éternelle qui existe encore aujourd'hui !

22 Car il est écrit qu'Abraham eut deux fils, un de la femme esclave, et un de la femme libre.

Pour faire valoir son point de vue, Paul se réfère aux Saintes Écritures « car il est écrit » et nous devrions toujours faire de même. S'il y a une divergence entre ce que l'on dit et les Écritures, il n'y a absolument aucun doute que la Bible a le dernier mot. Nous sommes littéralement inondés « d'experts bibliques » autoproclamés qui enseignent des mensonges et déforment la Parole de Dieu. Ils sont partout et prospèrent. La seule raison pour laquelle il en est ainsi est que les gens font la même erreur que les Galates – ils ne vérifient pas l'authenticité de ce qui est enseigné. N'acceptez jamais un enseignement qui ne collabore pas (dans son contexte) avec les Écritures. Je crains que trop de gens ne croient quand quelqu'un dit simplement "Le Seigneur m'a révélé...".

Paul parle d'Abraham ayant deux fils : Ismaël et Isaac. Ce sont probablement les frères les plus connus de la Bible avec Caïn et Abel et aussi Moïse et Aaron. En un sens, leur histoire est beaucoup plus importante, car elle parle de la promesse du salut. La première chose importante à remarquer est que " un de la femme esclave, et un de la femme libre ". Cela devrait frapper une image dans votre esprit par rapport au sujet de la rédemption. Deux mots importants à retenir : esclave et libre.

23 Mais celui de l'esclave naquit selon la chair, et celui de la femme libre naquit en vertu de la promesse.

Nous connaissons tous l'histoire, Sarah ne pouvait pas avoir d'enfants et Dieu avait promis qu'elle en aurait. Sarah (femme libre) en a eu assez d'attendre que Dieu fasse ce qu'il avait dit qu'il ferait et elle a dit à son mari de lui donner un enfant par l'intermédiaire d'une de ses servantes (femme esclave). D'un autre côté, Abraham qui ne s'est pas levé et n'a pas dit "NON", nous croirons que Dieu fera ce qu'il a promis" - il a donc échoué là aussi. Agar a eu un enfant et il s'appelait Ismaël.

Paul écrit que le fils de la servante n'est PAS l'enfant de la promesse parce qu'il "naquit selon la chair". Cela signifie qu'il n'est pas né de la promesse de Dieu, mais du désir humain. Et il écrit aussi qu'Isaac (le fils naturel né d'Abraham et de Sarah) était le fils « en vertu de la promesse ». Ce qui signifie qu'il était celui qui était né de la promesse que Dieu leur avait fait. Vous pourriez vous demander pourquoi Paul mentionne cela. Qu'est-ce que cela a à voir avec le fait d'être sous la Loi ?

24 Ces choses sont allégoriques; car ces femmes sont deux alliances. L'une du mont Sinaï, enfantant pour la servitude, c'est Agar, -

25 car Agar, c'est le mont Sinaï en Arabie, -et elle correspond à la Jérusalem actuelle, qui est dans la servitude avec ses enfants.

Paul dit que ces deux femmes représentent un symbole spirituel ou une métaphore. Ne vous méprenez pas, Sarah et Agar ont existé, mais elles représentent aussi la Promesse et la Loi de Dieu. Ces femmes représentent deux alliances, regardons-les.

Le premier concerne Agar, la femme esclave. Puisqu'elle est esclave, elle représente une alliance qui ne peut que vous asservir, une alliance qui n'offre aucune liberté, car elle n'apporte que la condamnation.

Romains 3

19 Or, nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu.

(LSG)

Rappelez-vous que les Galates voulaient être sous la Loi et qu'ils s'étaient détournés de la grâce. Ce faisant, la seule moisson qu'ils récolteraient serait de se trouver coupable devant Dieu. Ainsi Ismaël représente être sous la condamnation de la Loi parce qu'il est le fruit de la chair et non de la promesse. La femme esclave représente également ce qui s'est passé au Mont Sinaï où Moïse a reçu les Dix Commandements de Dieu (Exode 19 et 20). L'alliance de la Loi a été donnée au Mont Sinaï et est représentée ici par Agar, la servante. Paul va plus loin et écrit que le Mont Sinaï (la Loi) représente la Jérusalem actuelle " qui est dans la servitude avec ses enfants. " Les Juifs du temps de Paul vivaient à Jérusalem qui était sous l'esclavage de la Loi. N'oublions pas qu'ils avaient massivement rejeté Jésus comme leur Messie ! Puisqu'ils ont rejeté la grâce de Dieu manifestée par le Fils bien-aimé, ils sont restés sous la Loi. Ce faisant, ils restèrent sous le jugement à venir.

26 Mais la Jérusalem d'en haut est libre, c'est notre mère;

27 car il est écrit: Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantes point! Éclate et pousse des cris, toi qui n'as pas éprouvé les douleurs de l'enfantement! Car les enfants de la délaissée seront plus nombreux Que les enfants de celle qui était mariée.

28 Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse;

 

Paul parle d'une autre Jérusalem, non pas celle qui est sous la Loi représentée par Agar, mais plutôt la Jérusalem que Sara représente - celle qui est libre. Veuillez noter que Paul dit que la Jérusalem d'en haut "c'est notre mère". Ceci est en contraste avec la mère qui est Agar qui est en esclavage. Ce que nous apprenons, c'est qu'il n'y a que deux sortes d'enfants dans le monde. Ceux qui sont libres (à cause du fils promis - Jésus) ou ceux qui sont esclaves (parce qu'ils sont sous la Loi). Où en êtes-vous ? Votre mère est-elle une femme libre ou une esclave ? Es-tu de Christ ou de la chair ? Es-tu sous la grâce ou sous la loi ? Tout revient à ceci – êtes-vous sauvé uniquement par Christ ou essayez-vous d'être sauvé par la chair !

Paul se réfère à la Jérusalem céleste comme étant notre mère. Le verset vingt-sept est une citation d'Esaïe 54:1 où cette section parle d'une alliance perpétuelle, de paix. Ainsi, vous voyez que le symbole donné à la Jérusalem d'en haut est celui d'une nouvelle alliance faite par Dieu qui inclut la paix éternelle entre Lui et son peuple de l'alliance. Ce qui est beau, c'est que Paul déclare : « Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse ». Les croyants en Christ font partie de cette alliance éternelle parce que nous sommes les enfants promis, tout comme Isaac l'était ! Que tous les croyants se réjouissent et soient éternellement reconnaissants à Dieu pour sa miséricorde. Il a fait de ceux qui ont une foi réelle en son Fils des enfants de la promesse.

Les Galates avaient besoin qu'on leur rappelle la faveur incommensurable que Dieu avait accordée. Nous aussi pouvons oublier ce que Dieu a fait en notre faveur. On peut même parfois vivre comme si cela ne s'était jamais produit. Puisse ce rappel nous inspirer à faire ce qui suit :

Ephésiens 4

1 Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d'une manière digne de la vocation qui vous a été adressée,

(LSG)

Mais il y a un autre côté de l'histoire, un côté qui est toujours vrai aujourd'hui.

29 et de même qu'alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l'Esprit, ainsi en est-il encore maintenant.

30 Mais que dit l'Écriture? Chasse l'esclave et son fils, car le fils de l'esclave n'héritera pas avec le fils de la femme libre.

31 C'est pourquoi, frères, nous ne sommes pas enfants de l'esclave, mais de la femme libre.

Aux versets vingt-neuf et trente, Paul se réfère à ce qui s'est passé lors de la célébration du passage d'Isaac de la petite enfance à l'enfance.

Genèse 21

8 L'enfant grandit, et fut sevré; et Abraham fit un grand festin le jour où Isaac fut sevré.

9 Sara vit rire le fils qu'Agar, l'Égyptienne, avait enfanté à Abraham;

10 et elle dit à Abraham: Chasse cette servante et son fils, car le fils de cette servante n'héritera pas avec mon fils, avec Isaac.

(LSG)

Le frère aîné Ismaël (l'enfant de la chair) s'est moqué (c'est une forme intensive de l'hébreu pour rire) de son jeune frère Isaac (l'enfant de la promesse). Alors Sarah s'est fâchée et a dit à Abraham de se débarrasser de l'enfant et de sa mère (Gen 21:10). Ce qui est intéressant, c'est la phrase suivante " car le fils de cette servante n'héritera pas avec mon fils, avec Isaac. " Il n'y a qu'un seul qui héritera, et ce n'est pas Ismaël, qui est le fils de la chair, qui représente ceux qui sont sous l'alliance du Mont Sinaï où la Loi a été donnée.

Paul dit très clairement que ceux qui sont sous l'alliance de la Loi n'hériteront JAMAIS avec le fils de la Promesse. Même pour nous aujourd'hui, les choses n'ont pas changé. Tous ceux qui croient que c'est par la Loi que l'on peut être accepté par Dieu sont voués à l'échec, car ils ne peuvent pas hériter avec Isaac. D'un autre côté, tous ceux qui placent leur foi dans la promesse du salut par les œuvres du Fils bien-aimé de Dieu seront sauvés parce qu'ils sont enfants de la promesse.

Pour que cela soit parfaitement clair, Paul déclare ce qui suit :

31 C'est pourquoi, frères, nous ne sommes pas enfants de l'esclave, mais de la femme libre.

Notre « mère » s'appelle « Foi » et non « Loi ». Nous sommes sauvés par la foi et non par la loi. Nous vivons par la foi et non par la loi. Nous sommes rendus justes par la foi et non par la loi. La grande question demeurait : Pourquoi avez-vous abandonné la foi pour vous placer sous la Loi ?

Paul écrit également que ceux qui sont sous la loi (comme Ismaël) persécuteront également ceux qui sont sous la grâce (Isaac) au verset vingt-neuf. Cela n'a pas changé. Partout dans le monde, ceux qui croient que la Loi est le chemin vers Dieu persécutent ceux qui disent que la foi est le seul accès acceptable devant le Seigneur.

retour au menu

18-galatians

19 - La liberté en Christ

Galates 5:1-6

 

Galates 5

1 C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude.

2 Voici, moi Paul, je vous dis que, si vous vous faites circoncire, Christ ne vous servira de rien.

3 Et je proteste encore une fois à tout homme qui se fait circoncire, qu'il est tenu de pratiquer la loi tout entière.

4 Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi; vous êtes déchus de la grâce.

5 Pour nous, c'est de la foi que nous attendons, par l'Esprit, l'espérance de la justice.

6 Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l'incirconcision n'a de valeur, mais la foi qui est agissante par la charité.

(LSG)

La première phrase ( C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis ) peut sembler évidente, mais quand nous nous arrêtons et y réfléchissons, nous voyons qu'elle est très profonde. Ma première pensée est que les croyants ont été affranchis. Je peux me demander – de quoi ?

La mort de Christ m'a libéré de :

- Condamnation (Rom. 8:1)

- Colère (Rom. 5:9)

- Jugement (Rom. 5:18)

- La seconde mort (Apoc. 20:6)

- La puissance des ténèbres (Col. 1:13)

- La puissance du péché (Rom. 6:7)

- L'esclavage des éléments de ce monde (Gal. 4:3)

Christ m'a libéré de toutes ces choses (et la liste pourrait continuer) ! Alors que dois-je faire de cette nouvelle liberté ? J'ai entendu des histoires de gens qui ont vécu pendant des années et des années en prison, puis ont été libérées. La tragédie pour beaucoup de ces détenus est qu'une fois qu'ils sortent, ils ne peuvent plus vivre dehors ! Ils ne peuvent tout simplement pas gérer la liberté qu'ils ont reçue ! Pour la plupart, ils retournent à une activité criminelle et envisagent volontairement de retourner en captivité - où ils se sentent en sécurité et pris en charge ! D'une certaine manière, c'est l'image que Paul dessine pour les Galates. Vous étiez autrefois sous la Loi et vous avez été libérés par Christ.

1 C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude.

Christ vous a affranchis pour la LIBERTÉ. Il ne vous a pas libéré pour que vous retourniez à la Loi. Il est mort pour que vous puissiez être mort à la Loi et vivre dans Sa liberté.

Romains 7

4 De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu.

(LSG)

Ces croyants de La Galatie revenaient à la loi – après que Christ les eut libérés. Ils ont préféré la servitude, l'esclavage et l'asservissement que la loi apporte plutôt que la liberté offerte par le Christ à la croix. De nombreux chrétiens souffrent de cette pensée très tordue. Après avoir été libérés, ils offrent volontairement (ou non) leur corps comme instrument d'injustice et, ce faisant, ils déshonorent le Seigneur. Ils rationalisent - je suis sauvé et puisque je ne peux pas être condamné, je peux me permettre de "vivre comme un païen".

Romains 6

11 Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ.

12 Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n'obéissez pas à ses convoitises.

13 Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d'iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice.

(LSG)

Il est très difficile de continuer à marcher en toute liberté – il y a un prix à payer. Malheureusement, de nombreux croyants ne sont pas prêts à payer le prix social du refus de marcher comme d'autres le font. C'est ce que Paul dit aux Galates de faire.

v.1 ... Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude.

Demeurez donc fermes (STEKO) signifiant : persévérer, c'est ce qu'on leur a dit de faire. Ils ont entendu la bonne nouvelle, ils ont cru la bonne nouvelle, mais ils n'ont pas persévéré dans la bonne nouvelle. Car après un certain temps, ils retournèrent sous la Loi. Avez-vous déjà essayé d'aider quelqu'un à se tirer d'affaire ? Vous avez peut-être payé ses dettes, lui avez trouvé un logement ou même un emploi. Il est a bien marché et, pendant un moment, il profite de sa nouvelle liberté retrouvée. Puis un jour, vous apprenez qu'il a quitté le travail, qu'il ne paye pas son loyer et qu'il est revenu à ses anciennes habitudes. Quelle déception tu dois ressentir. Imaginez ce que ressent le Christ quand, après avoir libéré son enfant, il retourne là où il était ! Souvenez-vous des paroles de Pierre qu'il a écrit à propos de ces personnes.

2 Pierre 2

20 En effet, si, après s'être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils s'y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première.

21 Car mieux valait pour eux n'avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l'avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné.

22 Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai: Le chien est retourné à ce qu'il avait vomi, et la truie lavée s'est vautrée dans le bourbier.

(LSG)

Certains étaient retournés au joug de l'esclavage spirituel. C'est le résultat de ne pas rester ferme, on tombe dans le péché et on en redevient l'esclave. Je crois qu'essayer de garder la Loi comme fondement du salut alors que vous avez été éclairés concernant le Messie est en fait un péché ! Lorsque vous refusez ce que Dieu dit être la vérité (la liberté en Christ) et que vous le substituez par autre chose (les œuvres, la religion, même la Loi), ainsi vous faites de Dieu un menteur ! Vous dites qu'il vous induit en erreur en présentant Son Fils comme le seul médiateur entre Dieu et l'homme (1 Tim. 2 :5 ; Héb. 8 :6 ; 9 :15 ; 12 :24). Ce que nous pouvons voir, c'est que tous les croyants peuvent à nouveau " sous le joug de la servitude. " Sois donc prudent, car l'ennemi est rusé et veut vous tromper.

2 Voici, moi Paul, je vous dis que, si vous vous faites circoncire, Christ ne vous servira de rien.

3 Et je proteste encore une fois à tout homme qui se fait circoncire, qu'il est tenu de pratiquer la loi tout entière.

Ici, Paul fait deux déclarations concernant la circoncision. Avant de continuer, nous devons comprendre que la circoncision était la preuve physique qu'un homme faisait partie de l'alliance Abrahamique. Dieu avait donné la circoncision comme signe que tous les mâles devaient avoir lorsqu'ils entraient dans l'alliance (Gen. 17:10-12). Cela devait être fait le huitième jour de la vie d'un garçon (Lévitique 12:3). Jésus étant sous la loi a également été circoncis comme tous les autres bébés garçons juifs (Luc 2:21). Ce que Paul dit est le suivant : Si vous êtes circoncis (c'est-à-dire que certains croyants non juifs ont été circoncis), « Christ ne vous servira de rien » ; ce qui signifie que tout ce que Christ a fait pour vous obtenir la rédemption n'a servi à rien. Si vous vous placez sous la Loi, alors vous REJETEZ AUTOMATIQUEMENT l'œuvre expiatoire de Christ ! Le mot servira (OPHELEO) signifie être utile. Christ ne vous est pas utile – donc tout ce qu'il a fait pour vous est mis de côté (rejeté) pour autre chose que vous avez choisi – la circoncision (la Loi). Il n'y a peut-être pas de meilleure façon de rejeter Christ que de dire : je veux être sous la loi de Moïse !

Le deuxième énoncé traite également de la loi et de notre responsabilité envers elle lorsque nous voulons être sous son aile.

3 Et je proteste encore une fois à tout homme qui se fait circoncire, qu'il est tenu de pratiquer la loi tout entière.

Paul est à la barre du tribunal de Dieu, il proteste (MARTUROMAI) ce qui signifie : citer un témoin, faire comparaître un témoin, appeler à témoin. Il témoigne aux Galates ce que Dieu veut qu'ils entendent : si vous êtes circoncis, " vous êtes tenu de pratiquer la loi tout entière". Si vous voulez être racheté par votre propre pharisaïsme, voici ce que vous devez faire. Si vous observez toute la Loi à tout moment quelles que soient les circonstances, alors vous pourrez profiter de ma présence pour toute l'éternité et je vous accueillerai à mes côtés. C'est ce que la Loi exige – la perfection. Vous êtes « tenu » (OPHEILETES) c'est-à-dire celui qui doit un autre, un débiteur. Comme nous l'avons vu, personne n'est capable d'observer la Loi. Ce n'était qu'une mesure pour manifester que vous êtes un pécheur et cela devrait vous conduire à Christ pour vous sauver.

4 Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi; vous êtes déchus de la grâce.

C'est le résultat pour tous ceux qui essaient d'être justifiés par quoi que ce soit (ou n'importe qui) d'autre que Christ. Si votre religion ou votre église vous dit que vous pouvez aller au ciel par autre chose que Jésus ou en ajoutant à Jésus, vous devez lire ce qui suit. Si votre religion ou votre église vous dit que vous devez AJOUTER à ce que Christ a fait pour vous à la croix, soit par un certain type d'œuvres, en faisant l'aumône, en suivant les règles et règlements de l'église, etc., vous devez également regarder très attentivement ce que Paul écrit. Si vous cherchez à être justifié par la Loi, deux choses arriveront.

La première est que « Vous êtes séparés de Christ ». Le mot séparé est très fort (KATARGEO) signifie : abolir, cesser, supprimer, anéantir. Écoutez la sévérité de ce mot ! Vous avez été coupés de Christ. Vous n'êtes plus (ou n'avez jamais été) attaché à lui. Le Christ est hors de votre vie, vous n'avez rien à faire avec lui. Alors ne vous trompez pas comme le faisaient certains Galates. Vous ne pouvez pas avoir la Loi et Christ travaillant tous les deux pour vous.

La deuxième chose qui s'est produite est que " vous êtes déchus de la grâce ". En grec, cela signifie être « rejeté » ou « abandonné ». Encore une fois, nous voyons qu'il n'y a pas de véritable relation entre la personne et le Christ SI la base de son salut est la foi en ce qu'il fait (la Loi). Vous êtes coupé de la SEULE source de salut qui se trouve dans la grâce de Dieu par Jésus-Christ. La grâce est un don immérité qui est offert - la loi est quelque chose qui est due à cause de ses œuvres. Accepter la Loi, c'est rejeter la grâce de Dieu ! Avant de poursuivre ce commentaire, réfléchissez à ce en quoi vous avez confiance pour être accepté par Dieu !

5 Pour nous, c'est de la foi que nous attendons, par l'Esprit, l'espérance de la justice.

6 Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l'incirconcision n'a de valeur, mais la foi qui est agissante par la charité.

Quelle est " l’espérance de la justice " du croyant ? Ce n'est certainement pas la Loi, car elle n'apporte que la condamnation et elle n'offre jamais aucune justice. Nous voyons que ce n'est pas par la chair (les choses que je fais, mes œuvres charitables, mon travaille) parce qu'il est écrit que c'est "par l'Esprit". Mais c'est quelque chose qui vient par « la foi ». Rappelez-vous à quel point la foi est importante :

Hébreux 11

6 Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.

(LSG)

Il est impossible de plaire à Dieu si nous mettons la foi de côté. C'était exactement ce que certains Galates apprenaient et pratiquaient. Remarquez le mot impossible (ADUNATOS) signifiant : sans force, impuissant, incapable, faible, handicapé. Vous ne pouvez absolument pas plaire à Dieu si vous n'avez pas une vraie foi en lui. Alors, quelle est « l'espérance de la justice » des croyants ? Eh bien, nous n'en avons qu'un et il est nommé au verset six - Christ Jésus. Il est notre espérance de justice. Et ce que dira Paul est encore une fois très important.

6 Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l'incirconcision n'a de valeur, mais la foi qui est agissante par la charité.

Rappelez-vous que le sujet est la circoncision et son importance. Paul est très direct. Être circoncis ou non ne signifie RIEN ! Il détruit le fondement même de ce que ces faux enseignants enseignaient - vous devez observer la loi et la circoncision est nécessaire, car c'est un signe que vous êtes sous la loi de Moïse. Cependant, la vérité est que si vous êtes un Juif circoncis qui est venu à la foi, votre circoncision ne signifie plus rien. Si vous êtes un gentil qui est venu à la foi, ne vous faites pas circoncire, car cela ne signifie rien. Si la circoncision était le signe d'être en alliance avec Dieu (et c'était le cas), il y a maintenant un nouveau signe pour tous les croyants " la foi qui est agissante par la charité." Écoutez ce que Paul écrit concernant la vraie circoncision.

Romains 2

28 Le Juif, ce n'est pas celui qui en a les dehors; et la circoncision, ce n'est pas celle qui est visible dans la chair.

29 Mais le Juif, c'est celui qui l'est intérieurement; et la circoncision, c'est celle du coeur, selon l'esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu.

(LSG)

La vraie circoncision est celle du cœur et non de la chair. Puis-je vous demander si votre cœur a été « circoncis » par le Saint-Esprit ? Les lois de Dieu sont-elles dans votre cœur ? Avez-vous un profond désir de suivre le Christ et de refléter son caractère ? Marchez-vous sur le « chemin étroit » pour plaire à Dieu ou essayez-vous d'obtenir le salut par vos propres efforts ? Le Christ a donné la vraie liberté à ses disciples ! Ne lui tournez pas le dos en vivant sous la Loi.

retour au menu

19-galatians

20 - La course Chrétienne

Galates 5:7-15

 

Galates 5

7 Vous couriez bien: qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d'obéir à la vérité?

8 Cette influence ne vient pas de celui qui vous appelle.

9 Un peu de levain fait lever toute la pâte.

10 J'ai cette confiance en vous, dans le Seigneur, que vous ne penserez pas autrement. Mais celui qui vous trouble, quel qu'il soit, en portera la peine.

11 Pour moi, frères, si je prêche encore la circoncision, pourquoi suis-je encore persécuté? Le scandale de la croix a donc disparu!

12 Puissent-ils être retranchés, ceux qui mettent le trouble parmi vous!

13 Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair; mais rendez-vous, par la charité, serviteurs les uns des autres.

14 Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

15 Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde que vous ne soyez détruits les uns par les autres.

(LSG)

Cette section regorge de pensées importantes qui nous sont littéralement lancés. Il y a une tendance moderne dans le monde chrétien à minimiser la connaissance. Comme si chercher à comprendre ce que dit la Bible dans sa langue d'origine et dans son contexte encourageait en quelque sorte le légalisme ! Le Seigneur Dieu nous a toujours parlé pour que nous puissions COMPRENDRE et APPLIQUER ses désirs. Lorsque vous écrivez une lettre, vous voulez que le destinataire comprenne ce que vous lui dites, n'est-ce pas ? Dans Ésaïe 1:18, le Seigneur dit : "Venez, raisonnons ensemble". Lorsque Dieu parle à Job dans les chapitres 38 à 41, il attend de lui une réponse intelligente. Dans cette section de Galates, Paul veut que ses lecteurs réfléchissent à ce qu'il écrit. L'une des pires choses que nous puissions faire lorsque nous lisons la Bible est simplement de la fermer quand nous avons fini et de ne jamais y penser à deux fois !

7 Vous couriez bien: qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d'obéir à la vérité?

Qu'est-il arrivé ? C'est ce sur quoi Paul veut que les Galates réfléchissent. Si vous ne pensez pas à vos échecs, à la façon dont ils se sont produits ou au « point de rupture », vous continuerez toujours à échouer. Il semble que les Galates allaient très bien. Ils ont suivi les enseignements de l'Évangile, leur vie a honoré le Seigneur et ils ont marché dans la lumière. Ils ne faisaient pas que marcher, ils « couraient » vers l'avant. TRECHO signifie : dépenser ses forces pour accomplir ou atteindre quelque chose. Ces chrétiens ne traînaient pas leurs pieds spirituels, ils ne dormaient pas – ils avançaient. Il est aussi écrit qu'ils l'ont fait « bien » (KALOS) signifiant : magnifiquement, finement, excellemment, bien. Ils marchaient droit devant le Seigneur. Mais quelque chose s'est passé, quelque chose a changé leur course.

v.7 ... qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d'obéir à la vérité?

Comme une voiture heurte un arbre et est impliquée dans un accident – ainsi ces chrétiens ont eu une calamité spirituelle. Ce sont eux qui ont été touchés par les instructions de ces faux enseignants ! Qui t'a " arrêtés " (ANAKOPTO) signifie : repousser. Comme s'ils avaient été intimidés pour faire quelque chose qu'ils ne voulaient pas. Qui, dans le monde, t'a fait ça ? Qui vous a détourné de l'évangile ? Pourquoi avez-vous changé d'avis ? Pourquoi avez-vous cessé d'« obéir à la vérité » ? Ici, nous voyons l'importance d'obéir à la vérité de Dieu. Certains croient que savoir quelque chose est tout ce qui compte. La Bible met toujours en perspective le savoir et l'obéissance . Imaginez que votre enfant vous dise « Je sais que je n'aurais pas dû faire ça », mais je ne voulais tout simplement pas obéir ! Diriez-vous "Maintenant, mon fils, ça va parce que tu savais quoi faire et après tout c'est ce qui compte vraiment ?" Absolument pas ! Vous seriez encore plus furieux ! Savoir et ne pas obéir, c'est manifester que vous ne vous en souciez pas et cela blesse vraiment votre parent.

Alors " qui vous a arrêtés pour vous empêcher d'obéir à la vérité ? " Plus loin (versets 10 et 12) nous verrons que c’étaient ces faux docteurs. Mais quand on y pense : qui les a vraiment empêchés ? Nous devons également imputer une partie de la faute aux Galates eux-mêmes. Ce sont eux qui ne se sont pas opposés à ce nouvel évangile. Ils n'ont pas contesté ce nouvel enseignement. Ils se laissèrent enseigner en sachant que cela était contraire à ce qu'on leur avait enseigné et en quoi ils croyaient. Les Galates auraient dû faire ce que les Chrétiens de Bérée ont fait.

 

Actes 17

10 Aussitôt les frères firent partir de nuit Paul et Silas pour Bérée. Lorsqu'ils furent arrivés, ils entrèrent dans la synagogue des Juifs.

11 Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d'empressement, et ils examinaient chaque jour les Écritures, pour voir si ce qu'on leur disait était exact.

(LSG)

Nous devons comprendre que nous ne pouvons pas blâmer les autres pour nos propres échecs spirituels. Dieu n'accepte pas cela comme une excuse pour aller contre sa volonté – jamais ! Pensez à l'histoire d'Adam et Ève quand ils ont mangé le fruit défendu. Quand Dieu a demandé ce qui s'était passé, Adam a pointé son doigt vers Ève, puis Ève a pointé son doigt vers le serpent. Dieu n'a pas accepté leur excuse d'en désigner un autre pour leur péché. Ils avaient tous les deux volontairement accepté de faire le mal. Même s'ils avaient été influencés, la faute en était fondamentalement la leur. Oui, les Galates avaient été influencés, mais c'était leur choix de ne pas vérifier si ces autres enseignements étaient corrects ou non. Ils auraient dû savoir puisque c'était un évangile qui était totalement différent de celui qu'ils avaient reçu en premier.

8 Cette influence ne vient pas de celui qui vous appelle.

Paul remet les pendules à l'heure. Celui (ou ceux) qui les ont empêchés de courir en avant N'ÉTAIT PAS DIEU. Je me demande combien de personnes croient aux "mensonges spirituels enrobés de sucre" et croient que ceux-ci viennent de Dieu ! Cette « persuasion » (PEISMONE) signifie : persuasion perfide ou trompeuse. Donc cette nouvelle conviction qui s'est installée dans leur cœur ne venait pas de Dieu. Ils n'ont pas médité sur la parole de Dieu et ne l'ont pas comparée à ce que les faux docteurs leur offraient. Voici ce que Paul encourage Timothée de faire :

1 Timothée 4

15 Occupe-toi de ces choses, donne-toi tout entier à elles, afin que tes progrès soient évidents pour tous.

16 Veille sur toi-même et sur ton enseignement; persévère dans ces choses, car, en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t'écoutent.

(LSG)

Paul dit à Timothée de méditer (MELETAO) signifiant : tourner dans l'esprit, réfléchir. Il est si important de réfléchir et d'analyser ce que vous entendez concernant le monde spirituel. Votre vie éternelle en dépend ! Lorsque David a écrit le Psaume 119, il a souvent écrit sur ce sur quoi il méditait.

- Ps 119:15 "Je médite tes ordonnances, J'ai tes sentiers sous les yeux."

- Ps. 119:23 " Des princes ont beau s'asseoir et parler contre moi, Ton serviteur médite tes statuts."

- Ps 119:27 "Fais-moi comprendre la voie de tes ordonnances, Et je méditerai sur tes merveilles!"

- Ps 119:48 "Je lève mes mains vers tes commandements que j'aime, Et je veux méditer tes statuts."

- Ps 119:148 "Je devance les veilles et j'ouvre les yeux, Pour méditer ta parole."

Ces Galates avaient échoué et combien de chrétiens aujourd'hui n'arrivent toujours pas à analyser ce qu'ils entendent et à le comparer à la Parole écrite de Dieu. Puissions-nous toujours être vigilants et ne pas être pris au piège par de doux menteurs spirituels.

9 Un peu de levain fait lever toute la pâte.

Ici, Paul révèle comment ces faux enseignants sont capables de piéger les gens pour qu'ils croient ce qu'ils veulent. « Un peu de levain » est leur instrument de prédilection. Ces faux enseignants ne sont pas arrivés soudainement avec des volumes remplis de nouvelle théologie. Non, ils sont venus et en utilisant la vérité, mais ils ont glissé de petites quantités de mensonges ici et là. Assez petites pour qu'ils passent avec le reste de leurs enseignements. On a peut-être dit : "Ce n'est pas si important" ou "Cela ne fait pas vraiment de différence" - eh bien, ce n'est pas le cas parce que le résultat est une religion tordue, glorifiant la chair ! Paul écrit qu'un « peu de levain » apporte la catastrophe, il « fait lever toute la pâte ».

10 J'ai cette confiance en vous, dans le Seigneur, que vous ne penserez pas autrement. Mais celui qui vous trouble, quel qu'il soit, en portera la peine.

 

Paul est un homme remarquable. Même face à une situation aussi grave où les gens se sont détournés de la pureté d'évangile, il est toujours rempli d'espoir. Il estime que la situation peut être renversée. Mais d'où tire-t-il cet espoir - "J'ai cette confiance en vous, dans le Seigneur". Il savait que les croyants de la Galatie pouvaient revenir A CAUSE du Seigneur. Sa confiance n'était pas dans les gens eux-mêmes MAIS en Christ qui était dans les croyants. C'est encourageant pour tous ceux qui croient en Christ. En nous-mêmes, nous n'avons pas le pouvoir de suivre le Seigneur d'une manière honorable. Mais parce qu'il est en nous, il nous rend capables de marcher dans la Lumière. Rappelez-vous ce que Paul avait écrit plus tôt dans son épître :

Galates 2

20 J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi.

(LSG)

Il n'y avait aucun doute dans l'esprit de Paul que Christ pouvait changer la situation pour le bien. J'espère que vous comprenez que dans le vrai croyant réside la puissance du Christ ressuscité. Malheureusement, les Galates avaient cessé de laisser Christ vivre à travers eux. L'espoir de Paul était que " que vous ne penserez pas autrement ". Il désirait qu'ils reviennent à ce qu'ils avaient d'abord cru. Ici, Paul parle de repentance. En tant que croyants, nous avons souvent besoin de demander pardon au Seigneur lorsque nous nous éloignons. Tout comme le fils prodigue avait besoin de s'examiner et de se repentir, les Galates devaient également réaliser qu'ils avaient tort et revenir vers leur Père.

v.10 ... Mais celui qui vous trouble, quel qu'il soit, en portera la peine.

Quand je lis cette phrase, je me demande pourquoi Paul n'espère pas (puisque c'est le sujet) que le(s) faux enseignant(s) se repentiront aussi ? Tout ce que je vois, c'est Paul désire cette « peine » (KRIMA) signifiant : la peine avec laquelle on est condamné, contre eux. Je n'ai pas de réponse à cela. Tout ce que je peux dire, c'est que Paul ne considérait pas QUI était la personne. C'est une leçon que nous devrions tous garder à l'esprit. Quand quelqu'un fait du mal, nous ne devons pas « détourner le regard » à cause de qui l'a fait. Paul en avait déjà donné la preuve car lorsque Pierre avait été un hypocrite (2:11), il lui a tenu tête.

 

11 Pour moi, frères, si je prêche encore la circoncision, pourquoi suis-je encore persécuté? Le scandale de la croix a donc disparu!

Ici, Paul établit une relation directe concernant la croix de Jésus et la persécution. Il aurait pu être très tentant pour les croyants de la Galatie d'accepter la circoncision (de suivre la Loi) et ainsi de cesser d'être persécutés par les autorités religieuses juives. À un moment donné, le christianisme a été interdit à Rome, mais être juif ne l'était pas. Alors qu'est-ce que je fais ? Est-ce que je me fais circoncire et que j'ai la paix avec ceux qui m'entourent ou est-ce que je reste fidèle à Jésus ? Paul dit qu'il est toujours persécuté – il n'a pas honte de la croix et de celui qui y a été cloué. D'une manière très réelle, les croyants en Christ vivent encore ce dilemme aujourd'hui. Au travail, à l'école, avec mon cercle d'amis, est-ce que j'agis comme eux pour ne pas être rejeté ou est-ce que je défends ma foi ?

12 Puissent-ils être retranchés, ceux qui mettent le trouble parmi vous!

Ce verset est très fort, il manifeste le désir profond de Paul. Encore une fois, j'ai du mal à comprendre pourquoi Paul a des sentiments si forts contre ces faux enseignants. Je me demande si ses émotions prennent le dessus sur lui. Quand je pense à la croix et à ce que Jésus a dit concernant ceux qui le tuaient, je ne vois pas un esprit semblable à celui de Christ chez Paul.

Luc 23

34 Jésus dit: Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font. Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort.

(LSG)

Je crois que c'est ce que Paul aurait dû avoir en tête pour eux. Mais ce que je vois, c'est qu'il veut qu'ils soient jugés (v.10) et maintenant qu'ils soient retranchés (v.12). Nous échouons tous à être comme Christ et je crois que c'est une de ces fois où Paul a échoué. Ceci est probablement un exemple de ce que Paul voulait dire quand il a dit :

1 Timothée 1

15 C'est une parole certaine et entièrement digne d'être reçue, que Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier.

(LSG)

 

Ce que Paul désire pour ces faux docteurs, c'est qu'ils soient« retranchés ». Je peux vous assurer qu'il ne leur souhaite pas le meilleur ! Le mot « mutiler » (APOKOPTO) signifie : amputer, couper. Ce qu'il dit, c'est que ces hommes ne devraient pas seulement être circoncis, mais plutôt qu'ils devraient tout couper ! C'est probablement le plus dur que j'ai jamais vu Paul être. Oui, nous devrions désirer que les gens changent leurs habitudes, mais je ne vous encouragerais pas à avoir des pensées telles que souhaiter que les gens se mutilent.

13 Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair; mais rendez-vous, par la charité, serviteurs les uns des autres.

14 Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Paul revient sur la liberté que nous avons en Jésus-Christ qui est en contraste direct avec l'asservissement de la Loi. Nous avons été libérés, mais cette liberté que nous avons reçue ne doit pas être utilisée comme un laissez-passer pour vivre pour la chair. C'est probablement l'un des aspects les plus difficiles d'être libéré et de savoir que « en Christ », nous avons reçu le pardon de toutes nos offenses.

Ephésiens 1

7 En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce,

(LSG)

Maintenant que les vrais croyants sont pardonnés, maintenant que la Loi n'a plus de condamnation à leur égard, maintenant qu'ils ont été libérés - comme il est difficile de ne pas présumer de la grâce de Dieu. C'est ce que Paul rappelle aux Galates " seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair ". On entend ici le retour à la Loi pour satisfaire la « chair ». Pour beaucoup, il est très gratifiant de pouvoir penser que « je peux faire quelque chose pour mon acceptation par Dieu ». Mais cela ne gratifie que la chair et ce n'est pas acceptable devant le Seigneur. Car le péché à son pouvoir dans la chair (Rom. 7:5) de toute façon, il est tout à fait clair que nous ne pouvons plaire à Dieu par notre chair (Rom. 8:8). Plutôt que d'utiliser la chair pour leur propre bien, Paul écrit ceci « mais rendez-vous, par la charité, serviteurs les uns des autres ». Utilisez votre nouvelle liberté pour aimer et servir les autres. Cela tient toujours aujourd'hui. N'avons-nous pas été sauvés pour pouvoir aimer Dieu comme il faut et aimer notre prochain comme nous-mêmes ?

Matthieu 22

36 Maître, quel est le plus grand commandement de la loi?

37 Jésus lui répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.

38 C'est le premier et le plus grand commandement.

39 Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

40 De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.

(LSG)

Paul se réfère aux paroles mêmes de Jésus. Être libéré est pour nous-mêmes - nous ne sommes plus sous la condamnation (Romains 8:1). Maintenant que le croyant est libéré, il est vraiment libre d'être la personne qu'il devrait être. Et c'est de placer Dieu en premier dans sa vie et ensuite d'aimer ceux qui l'entourent.

14 Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

15 Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde que vous ne soyez détruits les uns par les autres.

Puis-je vous demander si vous avez été libérés ? Avez-vous reçu le plein pardon de vos péchés ? Le Christ les a-t-il emmenés avec lui sur la croix ? Êtes-vous une nouvelle création ? Avez-vous été scellés par le Saint-Esprit pour le jour de la rédemption ? Si oui, vivez-vous pour vous-même ou pour la gloire de Dieu et aidez-vous ceux qui vous entourent ?Paul termine cette section avec un avertissement sévère au verset quinze. Il semble qu'il y ait eu de sérieux problèmes entre ces chrétiens. Cela vient probablement du fait que certains revenaient à la Loi et que d'autres résistaient. Il y avait des tensions et je peux comprendre. Imaginez si un prédicateur enseigne que vous devez accomplir la Loi même si vous êtes sauvé, et qu'un autre enseigne que Christ a accompli toutes les exigences de la Loi et que nous pouvons maintenant nous reposer dans ses œuvres achevées à la croix. C'est pourquoi l'unité de la théologie est absolument nécessaire pour avoir la paix au sein du peuple de Dieu.

Combien de scissions d'église avez-vous entendues parler - beaucoup, je présume. La plupart d'entre eux ont à voir avec la théologie et de ne pas, voire la parole de Dieu de la même manière. C'est en raison de ces divisions que les églises éclatent. Je peux comprendre quand il s'agit de points cardinaux, mais quand il est question de sujets pour lesquels même la Bible ne nous donne pas de réponse exacte (comme l'heure exacte à laquelle Jésus reviendra), nous devons accepter que l'autre partie puisse avoir une meilleure perspicacité que nous. Paul avertit donc les Galates d'être prudents, car leurs violences les uns contre les autres auront un effet dévastateur sur eux - " prenez garde que vous ne soyez détruits les uns par les autres".

Au verset treize, Paul parle d'être au service les uns les autres et au verset quinze, il parle de se détruire les uns par les autres. Le mot " détruire " (ANALISKO) signifie : consommer, épuiser, détruire. La Loi vous détruira ! Lorsque la Loi est utilisée hors de son contexte, elle apporte la condamnation entre Dieu et l'homme et entre l'homme et l'homme.

retour au menu

20-galatians

21 - Les fruits de la chair

Galates 5:16-21

 

Galates 5

16 Je dis donc: Marchez selon l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair.

17 Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.

18 Si vous êtes conduits par l'Esprit, vous n'êtes point sous la loi.

19 Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution,

20 l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes,

21 l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu.

(LSG)

Il y a une guerre qui fait rage à l'intérieur de chaque vrai chrétien et sa conscience est le champ de bataille. Paul s'exprima par ces mots :

Romains 7

22 Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur;

23 mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.

24 Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort?...

25 Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!... Ainsi donc, moi-même, je suis par l'entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché.

(LSG)

Dans cette section, Paul manifestera les fruits de la marche dans la chair et dans notre section suivante, nous examinerons les fruits de l'Esprit. Paul a parlé de la façon dont les Galates se sont détournés du véritable évangile pour marcher une fois de plus sous la Loi. Paul leur rappelle une fois de plus que ce n'est pas le plan de Dieu pour eux.

16 Je dis donc: Marchez selon l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair.

Le verset seize ouvrira la serrure pour comprendre comment les chrétiens peuvent cesser de vivre dans la chair (suivre leurs désirs terrestres). D'une certaine manière, c'est très facile à comprendre, mais c'est aussi très profond.

v.16 Je dis donc: Marchez selon l'Esprit...

Marcher selon l'Esprit aurait dû devenir le mode de vie normal pour les chrétiens de Galates (comme pour tous les vrais chrétiens) pour les raisons suivantes.

- Ils étaient nés de l'Esprit (Jean 3:3,5,6)

- Leur coeur avait été circoncis par l'Esprit (Rom. 2:29)

- L'Esprit de Dieu habitait en eux (Rom. 8:9)

- Leurs pensées avaient été renouvelées par l'Esprit (Eph. 4:23)

- Ils adoraient Dieu en Esprit (Phil. 3:3)

- Ils ont manifesté l'amour dans l'Esprit (Col. 1:8)

- Ils ont servi dans la nouveauté de l'Esprit (Rom. 7:6)

En d'autres termes, lorsque Christ devient notre Sauveur, tout notre être est renouvelé (ou régénéré) par le Saint-Esprit et comme l'écrit Paul : " Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle création " (2 Cor. 5 :17). Paul dit aux Galates de simplement vivre selon leur nouvelle nature et de laisser l'ancienne tranquille. Si nous faisons cela, alors quelque chose de merveilleux nous arrivera :

v.16 ... et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair.

Ce doit être l'un ou l'autre – la chair ou l'Esprit. Vivre pour la chair ou marcher selon l'Esprit. Deux routes différentes avec deux destinations différentes. Le mot « accomplirez » (TELEO) signifient : Achever, exécuter ou accomplir. Avez-vous des problèmes avec la chair, alors faites demi-tour et marchez selon l'Esprit. C'est un peu comme avoir deux assiettes de nourriture devant soi. L'un a des pommes de terre, des légumes et du poulet, tandis que l'autre a du riz, des légumes et du poisson. Si vous mangez une assiette, vous ne consommez pas l'autre.

17 Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.

Beaucoup de chrétiens croient qu'ils peuvent avoir un avant-goût des deux mondes. Le dimanche, ils vivent comme un chrétien devrait le faire et le reste de la semaine, ils vivent comme quelqu'un qui n'est pas régénéré. Ceux qui agissent ainsi vivent dans l'hypocrisie, car Christ a dit que nous devons vivre comme des enfants de Lumière et comme le Sel de la terre (Mat. 5:13-16). De même que l'eau et l'huile NE SE MELANGENT PAS, ainsi la chair et l'Esprit ne se mélangent pas ! Paul énonce deux faits pour montrer cette vérité. La première est que « la chair à des désirs contraires à ceux de l'Esprit ». Et le second est que " l'Esprit en à de contraires à ceux de la chair." Donc l'un veut "tourner à droite" tandis que l'autre veut "tourner à gauche" et ils s'opposent, ce qui signifie qu'ils ne seront jamais en harmonie ! Comment pourrait-il en être autrement puisqu'une voie plaît au Seigneur et l'autre pas !

La raison pour laquelle il en est ainsi est la suivante :

v.17 ... afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.

Pour vous faire marcher dans ses voies, Dieu a donné au croyant son Saint-Esprit. Si nous étions abandonnés ou laissés à nous-mêmes (après avoir été sauvés), nous marcherions encore délicieusement dans la chair – simplement à cause de notre nature humaine déchue. Dieu nous a sortis de la boue du péché et nous a donné son Esprit afin que nous puissions maintenant cesser de faire les choses qui plaisent à notre chair. C'est un autre aspect de la grâce de Dieu envers ses enfants. Il leur donne le pouvoir de se détourner de leur vie de péché pour embrasser une vie de sanctification.

18 Si vous êtes conduits par l'Esprit, vous n'êtes point sous la loi.

Souvenez-vous de ce que Paul a écrit au sujet de l'Esprit au verset seize : " Marchez selon l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair. " Maintenant, il écrit que " Si vous êtes conduits par l'Esprit, vous n'êtes point sous la loi. " Si vous permettez au Saint-Esprit de vous conduire (AGO) qui signifie : conduire, guider, diriger, vous ne serez plus sous la Loi. Nous avons vu que la mort de Jésus a détruit la condamnation de la Loi. Tous ceux qui sont nés de nouveau ne vivent plus sous la menace et la condamnation de la Loi (Romains 5 :1 ; 8 :1). Ce que Paul dit aux Galates est ceci : Lorsque vous vous laissez conduire par l'Esprit (marchez avec lui), vous ne ferez pas des choses qui sont condamnables devant Dieu. Paul donne une courte liste des fruits de la marche dans la chair.

19 Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution,

20 l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes,

21 l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu.

 

Paul commence par dire que les " oeuvres " (ERGON) signifiant : les œuvres, ce que l'on s'engage à faire, entreprendre, sont " manifestes " (PHANEROS) signifiant : manifestement, clairement, ouvertement. Les fruits qui portent les désirs de notre chair sont facilement visibles par les autres. Jésus avait déjà averti ses disciples au tout début de son ministère concernant les personnes qui portent des fruits de la chair.

Matthieu 7

16 Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons?

17 Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.

18 Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.

19 Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.

20 C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.

(LSG)

Ils sont facilement repérables, il suffit de regarder leur vie et d'écouter ce qu'ils disent. Ils exposeront leurs fruits. C'est là que les Galates ont échoué – ils n'ont pas vérifié les fruits de ces faux docteurs. S'ils l'avaient fait, ils auraient vu que ces enseignants ne satisfaisaient pas les normes données par notre Seigneur. Alors Paul donne une courte liste de ce à quoi ressemblent les fruits de la chair. Dans ses notes explicatives sur Galates, le Dr Thomas Constable divise cette série de péchés en cinq groupes. (Traduction Libre)

Péchés sexuels (Galates 5:19)

Immoralité, fornication (Gr. porneia, tous les types de relations sexuelles interdites)

Impureté, (Gr. akatharsia, toute impureté morale dans la pensée, la parole et l'action)

Sensualité, libertinage, indécence, débauche, lascivité (Gr. aselgeia, l'affichage ouvert et éhonté de ces péchés)

Péchés religieux (Galates 5:20)

Idolâtrie (Gr. eidololatria, culte de tout sauf de Dieu et les pratiques associées à ce culte)

Sorcellerie, (Gr. pharmakeia, tentatives d'aider les pouvoirs du mal et les pratiques associées à cela)

Les péchés sociaux (Galates 5 : 20-21)

Inimitiés, querelles, haine (Gr. echthrai, hostilités)

Conflit, discorde, variance (Gr. eris, antagonisme)

Jalousie, envie, émulation (Gr. zelos, animosité égocentrique)

Explosions de colère, excès de rage, (Gr. thymoi, excès de colère)

Disputes, conflits, égoïsme des factions, ambition (Gr. eritheiai, rabaisser les autres pour se placé de l'avant)

Dissensions, divisions, séditions (Gr. dichostasiai, disputes sur des questions ou des personnalités)

Factions, hérésies, esprit de parti (Gr. haireseis, divisions sur des questions ou des personnalités)

Envies, jalousies (Gr. phthonoi, mauvais désirs d'avoir les biens d'autrui)

"L'impression générale créée par ces mots est celle du chaos."

Péchés intempérants (Galates 5:21)

Ivresse, beuveries (Gr. methai, usage excessif de substances intoxicantes)

Excès de table (Gr. komoi, fêtes impliquant une consommation excessive de nourriture et de boisson)

Autres péchés (Galates 5:21)

Les choses semblables (violations similaires de la volonté morale de Dieu)

"Le trait commun à ce catalogue de vices semble résider non pas dans les manières précises dont ces quinze éléments se manifestent, mais dans l'égocentrisme qui les sous-entendent tous."

Le verset vingt et un se termine par un rappel sévère :

v.21 ... Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu.

Que veut dire Paul lorsqu'il écrit que " que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu " ? Veut-il dire que le croyant peut réellement perdre son salut ? Y a-t-il des péchés qui ne peuvent pas être pardonnés ? Nous savons tous qu'il y a UN péché qui ne peut pas être pardonné et tous les auteurs de l'évangile sauf Jean en parlent (Mat. 12:32; Marc 3:29 et Luc 12:10). Le péché impardonnable, bien sûr, est celui de rejeter le témoignage du Saint-Esprit que nous sommes des pécheurs et que nous devons nous repentir. Refuser de se repentir est le seul péché qui ne peut pas être pardonné, car c'est le seul moyen d'être sauvé du jugement ! C'est comme un prisonnier qui refuse la clémence d'un juge qui a ordonné sa libération. Il ne sortira pas de sa cellule, donc il y restera par sa faute !

Le mot clé est « commettent » (PRASSO) signifiant : effectuer de manière répétée ou habituelle, exercer, pratiquer, s'occuper, continuer. Cela parle d'une personne qui commet ces péchés à maintes reprises, dont la nature même ne voit aucun mal à les pratiquer. Comme nous le voyons dans les versets suivants, Paul parle de personnes qui n'ont pas été renouvelées dans leur esprit :

Romains 12

1 Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable.

2 Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.

(LSG)

 

Paul écrit au sujet de ces gens simplement parce que les Galates étaient entourés d'eux. Ces gens n'avaient pas la pensée de Christ et à cause de cela, ils n'ont pas porté les fruits d'une vie remplie de son Esprit. Cela est toujours vrai aujourd'hui. Si vous vivez dans la chair jour après jour et que cela ne vous dérange vraiment pas, vous devriez sérieusement reconsidérer si vous êtes vraiment né de nouveau ! Comme l'écrit Paul, si vous vous conformez à ce monde et que vous n'êtes pas transformé par le renouvellement de l'esprit, alors il y a quelque qui ne fonctionne pas spirituellement.

retour au menu

21-galatians

22 - Les fruits de l'Esprit

Galates 5:22-26

 

Galates 5

22 Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité,

23 (5:22) la douceur, la tempérance; (5:23) la loi n'est pas contre ces choses.

24 Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

25 Si nous vivons par l'Esprit, marchons aussi selon l'Esprit.

26 Ne cherchons pas une vaine gloire, en nous provoquant les uns les autres, en nous portant envie les uns aux autres.

(LSG)

Après avoir décrit les fruits de la chair, Paul se tourne maintenant vers les fruits que tous les croyants nés de nouveau devraient manifester. D'une certaine manière, nous sommes comme des fruits ! Jésus explique qu'il est le cep et que nous sommes des sarments qui doivent porter de bons fruits (Jean 15:1-8). La conclusion à laquelle le Christ est arrivé concernant ses disciples est la suivante :

Jean 15

8 Si vous portez beaucoup de fruit, c'est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples.

(LSG)

 

Porter beaucoup de fruit pour que le Père soit glorifié, voilà ce dont il s'agit. En parlant de fruits, avez-vous déjà goûté un fruit qui avait l'air si bon à l'extérieur, mais dès que vous y avez mordu, vous saviez qu'il n'était pas assez mûr ? En tant que chrétiens, nous pouvons ressembler à ces fruits "pas encore mûrs". Beau à l'extérieur, mais pas mûr à l'intérieur. Beaucoup a été écrit concernant les fruits de l'Esprit et je ne vais pas réinventer la roue à ce sujet. La seule chose que Paul déclare dans Galates est que ce sont les fruits que vous êtes appelés à porter. C'est ce qu'on attend de vous. C'est ce que vous devriez spirituellement "goûter".

Il y a une chose que j'aimerais que vous compreniez - les neuf aspects du fruit de l'Esprit sont tous des TRAITS DE CARACTÈRE. Dieu s'intéresse beaucoup plus à qui vous devenez en tant que personne qu'à ce que vous pouvez faire. Vous n'avez pas besoin d'un caractère pieux pour devenir mathématicien, astronaute, champion olympique, milliardaire ou président d'un pays. Mais vous avez absolument besoin d'un caractère pieux pour ressembler à Jésus-Christ et porter de bons fruits !

La première chose que vous devriez remarquer est que tout cela se fait par l'action du Saint-Esprit dans le croyant.

22 Mais le fruit de l'Esprit...

Ce processus est appelé sanctification qui est le processus de devenir saint et séparé pour Dieu pour sa gloire. C'est l'œuvre de l'Esprit en vous. Contrairement à la rédemption qui est l'œuvre totale et complète de Dieu, la sanctification a besoin de votre coopération. Ainsi, le fruit de l'Esprit est là pour chacun des enfants de Dieu, mais l'enfant lui-même doit s'humilier et « marcher selon l'Esprit » pour les porter. C'est ce que Paul dira aux Galates au verset vingt-cinq. Examinons donc les neuf aspects du fruit de l'Esprit.

22 Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance

Certains ont divisé ces traits de caractère en trois divisions. Le premier est en relation avec Dieu, le second en relation avec les autres et le troisième en relation avec vous-même. En tant qu'êtres humains, nous avons tendance à essayer de tout mettre systématiquement en ordre et parfois cela en vaut la peine et parfois cela ne sert à pas grand-chose.

L'AMOUR : (agape) c'est un amour qui se sacrifie. C'est un amour totalement détourné de nous-mêmes et qui visent les autres. C'est le véritable amour de Dieu envers nous. Pas étonnant que Paul commence par ce trait de caractère, car sans lui, vous enlevez le pouvoir nécessaire pour soutenir tous les autres. L'amour divin est le fondement de toute la vie d'un croyant.

Romains 13

9 En effet, les commandements: Tu ne commettras point d'adultère, tu ne tueras point, tu ne déroberas point, tu ne convoiteras point, et ceux qu'il peut encore y avoir, se résument dans cette parole: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

10 L'amour ne fait point de mal au prochain: l'amour est donc l'accomplissement de la loi.

(LSG)

LA JOIE : (chara) ce n'est pas le bonheur qui est fondé sur des événements ou des circonstances de ce monde ; c'est une joie profonde qui transcende toutes les circonstances. L'objet de la joie du croyant est Dieu lui-même, de son Père éternel qui prend soin avec amour de son enfant. Ce n'est jamais une joie qui jaillit de la chair ou du monde, mais plutôt du royaume de Dieu.

Psaumes 16

11 Tu me feras connaître le sentier de la vie; Il y a d'abondantes joies devant ta face, Des délices éternelles à ta droite.

(LSG)

LA PAIX : (Eirene) c'est une paix intérieure qui repose sur la souveraineté de Dieu. C'est d'abord une paix entre Dieu et le croyant. Une paix qui a été créée par le sacrifice expiatoire du Christ à la croix. Une paix qui apporte une quiétude à l'esprit et un repos sain au corps. Tous les doutes se sont dissipés et une certitude solide comme le roc a trouvé son ancrage dans le cœur du croyant.

Psaumes 4

8 (4:9) Je me couche et je m'endors en paix, Car toi seul, ô Éternel! tu me donnes la sécurité dans ma demeure.

(LSG)

LA PATIENCE : (makrothumia) courage, longanimité, patience. La capacité de mettre de côté notre vexation lorsque nous sommes attaqués par les autres. C'est l'attitude que le Christ avait lorsqu'il était à la croix : il a demandé pardon pour ses bourreaux au lieu de désirer la vengeance. Cela donne aussi l'idée d'être patient dans les situations difficiles.

2 Thessalonicien 3

5 Que le Seigneur dirige vos coeurs vers l'amour de Dieu et vers la patience de Christ! (LSG)

LA BONTÉ : (chrestotes) bonté morale, intégrité. Ce fruit disposera le cœur du croyant à faire volontairement des actes de bonté au hasard. Après tout, en tant qu'enfants de Dieu, n'a-t-il pas préparé pour nous toutes sortes de travaux afin que nous puissions les faire (Eph. 2:2-10) ?

Joël 2

13 Déchirez vos coeurs et non vos vêtements, Et revenez à l'Éternel, votre Dieu; Car il est compatissant et miséricordieux, Lent à la colère et riche en bonté, Et il se repent des maux qu'il envoie.

(LSG)

LA BÉNIGNITÉ : (agathosune) droiture de cœur et de vie, bonté. Cet aspect du fruit de l'Esprit n'implique pas seulement que nous nous abstenons de tout mal, mais inclut en fait de faire du bien aux autres et de le faire avec un bon cœur.

Matthieu 5

44 Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent,

(LSG)

LA FIDÉLITÉ : (pistis) être fiable ou digne de confiance. Lorsque nous marchons selon l'Esprit, nous ne sommes plus infidèles au Seigneur. Nous marchons dans ses voies. Nous désirons lui plaire. Nous croyons ce que disent les Écritures. Être fidèle, c'est avoir été éprouvé et établi comme un serviteur digne.

2 Timothée 2

20 Dans une grande maison, il n'y a pas seulement des vases d'or et d'argent, mais il y en a aussi de bois et de terre; les uns sont des vases d'honneur, et les autres sont d'un usage vil.

21 Si donc quelqu'un se conserve pur, en s'abstenant de ces choses, il sera un vase d'honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne oeuvre.

(LSG)

 

LA DOUCEUR : (praytes) signifie avoir de la considération pour les autres. Cela donne l'idée d'être humble d'esprit en pensant aux autres avant de penser à soi. Un disciple marchera humblement avec son Seigneur en se souvenant toujours de la grâce qu'il a reçue d'être appelé enfant de Dieu. La douceur se retrouve dans notre marche quotidienne, mais aussi dans notre façon de parler et dans nos relations avec les autres. Dominer les autres ne sera pas une ambition pour cette personne.

Matthieu 11

28 Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.

29 Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.

30 Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

(LSG)

LA TEMPÉRANCE : (enkrateia) est la capacité à se maîtriser. Quel merveilleux aspect du fruit de l'Esprit. Être maître de ses émotions, pouvoir se retenir en toutes circonstances. Cela devrait se manifester dans notre façon de manger et de boire. Les croyants doivent être des personnes modérées ne cédant pas aux excès.

2 Pierre 1

5 à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science,

6 à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété,

7 à la piété l'amour fraternel, à l'amour fraternel la charité.

8 Car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ.

(LSG)

 

Continuons notre regard sur les fruits de l'Esprit.

v.23 ... la loi n'est pas contre ces choses.

En disant cela, Paul encourage les croyants à exceller dans ces neuf facettes du fruit de l'Esprit. En d'autres termes, Paul dit ceci : « Si vous voulez vraiment marcher dans la Loi, vous pouvez passer tout votre temps à faire ces choses » ! Parce que la loi est tout pour cela. Il pourrait déclarer la même chose aux croyants des temps modernes. Si vous cherchez à faire quelque chose, pourquoi ne pas vivre ces neuf traits de caractère ? Mais comment pouvons-nous réellement avoir ces neuf traits vivants dans nos cœurs ? Comment pouvons-nous devenir des personnes qui reflètent un tel caractère pieux ? Je veux le faire, mais je ne sais pas où trouver la capacité de le faire. C'est pourquoi Paul a écrit la phrase suivante.

24 Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

Comme nous l'avons mentionné précédemment, il n'y a que deux types de personnes sur terre. Ceux qui appartiennent au Christ et ceux qui ne le sont pas. Si vous êtes dans la catégorie de ceux qui sont nés de l'Esprit, la Bible a une grande nouvelle pour vous : « tu es capable de devenir cette personne qui porte du fruit ! » Mais comment ? Parce que lorsque vous vous êtes converti à Christ, vous avez :

v.24 ... crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

Je peux devenir cette personne spirituelle. Je peux porter le fruit de l'Esprit. Je peux avoir les neuf facettes dont parle Paul PARCE QUE ma chair a été crucifiée avec ses « passions » : (PATHEMA) signifiant : épreuve ou douleur, influence émotionnelle. Avec le Christ, mes passions et ce qui les influence sont également mortes. Je peux en fait maintenant me détourner d'eux. Je peux arrêter de les nourrir. Je peux dire "NON" et les maîtriser. Ma chair a pareillement été crucifiée avec ses "désirs" : (EPITHUMIA) signifiant : un désir ardent, surtout pour ce qui est interdit, concupiscence, luxure. Ma chair combat mon esprit. Avant, je perdais la bataille encore et encore. Maintenant mon esprit peut maîtriser ma chair parce que ma chair est morte sur la croix. Ainsi, tous les enfants de Dieu peuvent vraiment porter ces neuf facettes du fruit de l'Esprit. Nous n'avons plus d'excuse – Dieu nous a dotés d'un nouvel esprit – son Esprit !

25 Si nous vivons par l'Esprit, marchons aussi selon l'Esprit.

26 Ne cherchons pas une vaine gloire, en nous provoquant les uns les autres, en nous portant envie les uns aux autres.

Nous ne pouvons pas séparer notre VIE de notre MARCHE. Il n'y a rien de tel que vivre pour Dieu le dimanche et vivre pour soi les autres jours ! Paul enseigne aux Galates que s'ils confessent que « nous vivons par l'Esprit », alors vous devez aussi « marcher selon l'Esprit » ! Marcher selon l'Esprit s'oppose à marcher dans la chair. Beaucoup trop d'incroyants tournent le dos au christianisme simplement à cause de ce qu'ils voient chez ceux qui se disent Disciples du Christ. Trop de chrétiens vivent une « double vie » où sont simplement des hypocrites. Paul donne trois choses que les gens qui « vivent dans l'Esprit » ou « marchent par l'Esprit » NE FONT PAS.

La première est qu'ils ne cherchent « pas une vaine gloire ». Une personne remplie de l'Esprit ne sera pas une personne orgueilleuse. Rappelez-vous ce que disent les Écritures sur le fait d'être rempli d'orgueil !

Jacques 4

6 Il accorde, au contraire, une grâce plus excellente; c'est pourquoi l'Écriture dit: Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.

(LSG)

1 Pierre 5

5 De même, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d'humilité; car Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.

(LSG)

La deuxième chose qu'une personne remplie de l'Esprit ne doit pas faire est de " provoquer " les uns les autres. Cela signifie irriter ou provoquer quelqu'un. Jésus nous a dit que nous sommes comme des agneaux (Luc 10 :3 ; Jean 21 :15) et nous savons que les agneaux ne sont pas violents. Ils ne provoquent pas comme les taureaux et autres animaux de leur nature. Un tel chrétien ne causera pas de mal par ses paroles ou ses actions. Il ne fera pas délibérément quelque chose pour provoquer ou irriter quelqu'un.

Matthieu 5

9 Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu!

(LSG)

Enfin, un chrétien rempli de l'Esprit ne sera pas envieux « les uns aux autres ». Ils seront satisfaits de ce que le Seigneur leur a donné. Si quelqu'un a plus ou mieux qu'eux, ils seront reconnaissants au Seigneur pour ce qu'il leur a donné.

1 Timothée 6

6 C'est, en effet, une grande source de gain que la piété avec le contentement;

7 car nous n'avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n'en pouvons rien emporter;

8 si donc nous avons la nourriture et le vêtement, cela nous suffira.

9 Mais ceux qui veulent s'enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition.

(LSG)

 

Alors marchons par les fruits de l'Esprit et honorons notre Rédempteur.

retour au menu

22-galatians

23 - Si quelqu'un

Galates 6:1-6

 

Galates 6

1 Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté.

2 Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ.

3 Si quelqu'un pense être quelque chose, quoiqu'il ne soit rien, il s'abuse lui-même.

4 Que chacun examine ses propres oeuvres, et alors il aura sujet de se glorifier pour lui seul, et non par rapport à autrui;